1er régiment du train parachutiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
1er Régiment du Train Parachutiste
Image illustrative de l'article 1er régiment du train parachutiste
insigne régimentaire du 1er R.T.P

Création 1999
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment du train parachutiste
Rôle Largage de matériel et de personnels
Fait partie de 11e brigade parachutiste de la 3e division
Garnison Cugnaux, Quartier Colonel Edme
Ancienne dénomination BOMAP ET RLA
Devise Par le ciel, partout, pour tous
Inscriptions
sur l’emblème
AFN 1952-1962
Anniversaire Saint Michel
Équipement Porteur remorqueur G300, chariot élévateur monitor MA 475, plate-forme élévatrice aéorotransportable (PPA22)
Décorations Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs
trois étoiles de vermeil
Croix de la Valeur militaire
1 étoile de bronze "Afghanistan" et 1 étoile d'argent "Serval"

En France, un seul régiment de l'armée de terre est spécialisé dans l'appui à la projection et le soutien par voie aérienne (aérotransport, aéroportage et aérolargage) : il s'agit du 1er régiment du train parachutiste (1er RTP), stationné à Francazal, sur l'ancienne base aérienne 101 (BA 101), près de Toulouse. Il fait partie de la 11e brigade parachutiste. Créé le , le 1er régiment du train parachutiste est l'héritier des traditions des bases aéroportées d'Indochine et d'Afrique du Nord, de la BOMAP (Base Opérationnelle Mobile AéroPortée) et du RLA (Régiment de Livraison par Air).

Missions[modifier | modifier le code]

Le Transall C 160 doit être remplacé par l'A400M
  • Le largage de personnel de la 11e brigade parachutiste est assuré par une section largage dont les personnels sont tous moniteurs parachutistes, chefs largueurs et largueurs[1].
  • Le largage du matériel est assuré par les Escadrons de Livraison par Air. Ces unités disposent de chefs largueurs, largueurs, arrimeurs-largueurs[2].
  • Le pliage et entretien des parachutes à matériel sont assurés par des personnels qualifiés du régiment (ECL), encadrés par des personnels spécialistes du Matériel Aéroporté.Quant à l'ensemble des parachutes à personnel, à la suite de la dissolution de la compagnie technique le 25 janvier 2008, il est entretenu et plié par le 3e RMAT,au centre de maintenance automatisé de pliage à Montauban[3],[4].
  • L’armement de Bases Opérationnelles AéroPortées qui sont chargées d'appuyer la mise à terre des unités à projeter et de co-localiser l'ensemble des PC (Postes de Commandement) des unités impliquées dans une OAP (Opération AéroPortée)

Composition[modifier | modifier le code]

  • 1 ECL (Escadron Commandement et Logistique)
  • 3 ELA (Escadrons de Livraison par Air)
  • 1 EDI (Escadron de Défense et d'Intervention, composé de réservistes)

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte l'inscription[5] :

Etendard du 1er régiment du train parachutiste de l'armée française, avec ses batailles

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures avec trois étoiles de vermeil avec barrette gravée au sigle R.L.A sur le ruban conformément aux citations ci-jointes :

  • Ordre général n° 429 du 3 novembre 1950 à l'ordre du corps d'armée
  • Ordre général n° 1279 du 30 septembre 1952 à l'ordre du corps d'armée
  • Ordre général n° 479 du 15 mai 1954 à l'ordre du corps d'armée

Elle est également décorée de la Croix de la Valeur militaire avec 2 étoiles : une étoile de bronze remise le 1er octobre 2013 au titre de l'Afghanistan, et une étoile d'argent remise le 26 septembre 2014 au titre de son engagement au Mali.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Document sans nom
  2. Document sans nom
  3. Document sans nom
  4. les plieurs passent le flambeau
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]