3e régiment d'hélicoptères de combat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
3e Régiment d'Hélicoptères de Combat
Image illustrative de l'article 3e régiment d'hélicoptères de combat
Insigne régimentaire du 3e RHC

Création 1er août 1977
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'hélicoptères de combat
Rôle Combat aérien dans la profondeur. Spécialisé dans le combat de nuit. Taper vite, loin et fort.
Effectif environ 1 200 militaires et civils,
Fait partie de 4e brigade d'aérocombat du COM ALAT
Garnison Etain-Rouvres
Ancienne dénomination peloton d'aviation de la 9e division d'infanterie coloniale
Surnom "Grand 3" ou "Régiment de la nuit"
Devise "Semper ad alta"
Inscriptions
sur l’emblème
Indochine 1947-1954
Koweït 1990-1991
Anniversaire Sainte Clotilde, patronne de l'ALAT.
Équipement 9 Gazelle SA 342 équipés du système d'armes VIVIANE (caméra thermique), aptes à détruire de nuit et par mauvaises conditions météorologiques toutes cibles. Elles sont armées de missiles HOT.

7 Gazelle SA 342 MISTRAL.
9 Gazelle (5 SA 342 VIVIANE pour la reconnaissance de nuit.
4 Gazelle SA 342 et SA 341 lisses pour la reconnaissance de jour).
16 Puma SA 330.
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
Décorations Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs
quatre palmes
deux étoiles de vermeil
Croix de la valeur militaire
deux palmes

Le 3e régiment d'hélicoptères de combat de l'ALAT a été créé le 1er août 1977. Sa devise est "semper ad alta", Toujours plus haut.

Historique[modifier | modifier le code]

Panneau de bienvenue devant la tour de contrôle qui date de l'époque où la base appartenait à l'USAFE

Il est implanté sur la base aérienne d'Étain-Rouvres (Lorraine), anciennement connue comme Étain-Rouvres Air Base, base de l'USAFE, située sur la commune d'Étain et de Rouvres-en-Woëvre. Héritier par filiation du peloton d'aviation de la 9e division d'infanterie coloniale, transformé en 3e puis en 23e groupe d'aviation et d'observation d'artillerie (GAOA), le 3e RHC porte sur son étendard l'inscription « Indochine 1947-1954 », la fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire, avec olive aux couleurs du ruban de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs et six citations[1].

Le 23e GAOA totalise 34 500 heures de vol pour 13 600 sorties.

En décembre 1982, le régiment rejoint la « force Éclair » puis la brigade aéromobile expérimentale.

Il est intégré à la 4e division aéromobile le 1er juillet 1985. En 1999, la 4e division aéromobile devient la 4e brigade aéromobile.

Après la dissolution de la 4e brigade aéromobile en 2010, les trois régiments d'hélicoptères de combat (1er RHC de Phalsbourg, 3e RHC d'Étain et 5e RHC de Pau) passent sous le commandement direct du commandement des forces terrestres (CFT) situé à Lille via le « centre de mise en œuvre aéro ».

Depuis le 5 juillet 2016, il fait partie de la 4e brigade d'aérocombat du commandement de l'aviation légère de l'Armée de terre.

Organisation[modifier | modifier le code]

En 2015 Le régiment se compose d’un état-major régimentaire et de trois bataillons[2] :

  • Bataillon d’appui aéromobile (BAA) :
    • Escadrille de commandement et logistique (ECL)
    • Escadrille de services d’aérodrome (ESA)
    • Escadrille de défense et protection (EDP) (= réservistes)
  • Bataillon d’hélicoptères de reconnaissance et d’attaque (BHRA)
    • 3 escadrilles d’hélicoptères de reconnaissance et d’attaque (EHRA 1, 2 et 3)
    • 1 escadrille de maintenance hélicoptères légers (EMHL)
  • Bataillon d’hélicoptères de manœuvre et d’assaut (BHMA)
    • 2 escadrilles d’hélicoptères de Manœuvre (EHM 1 et 2)
    • 1 escadrille de maintenance hélicoptères de Manœuvre (EMHM)

Depuis 2009, elle teste le système de numérisation de l'ALAT, le NumALAT[3].

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au régiment[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, l'inscription suivante[4] :

3e régiment d'hélicoptères de combat - drapeau.svg


Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée:
De la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire, avec olive aux couleurs de la Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs et six citations dont 4 palmes.

De la Croix de la Valeur militaire avec 2 palmes : une palme le 16 décembre 2011 au titre de l'opération Harmattan en Libye[6] et une palme le 4 octobre 2012 au titre de son engagement en Afghanistan..

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par décision du 18 juin 1955.
  2. http://www.defense.gouv.fr/terre/presentation/organisation-des-forces/alat/3e-regiment-d-helicopteres-de-combat
  3. Frédéric Lert, « Sitalat : les hélicoptères de l'ALAT connectés », sur Air & Cosmos, (consulté le 17 janvier 2015).
  4. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  5. "Édition Chronologique no 45 du 29 octobre 2010".Le Ministère de la Défense instruction n°1515/DEF/EMA/OL/2 du 23 septembre 1983, modifiée, sur les filiations et l'héritage des traditions des unités; décision n°010318/DEF/CAB/SDBG/CPAG du 15 juillet 2008 portant création d'une commission des emblèmes. Art 1er. L'inscription "Koweït 1990-1991" est attribuée aux drapeaux et étendards des formations des armées énumérées ci-dessous. 2e R.E.I, 1er R.E.C, 6e R.E.G, 3e R.I.Ma, 1er R.P.I.Ma, 11e R.A.Ma, 4e Régiment de dragon, 1er Régiment de Spahis, 6e Régiment de Commandement et de Soutien, 1er R.H.C, 3e R.H.C, puis les formations de l'armée de l'air les 5e, 7e, 11e escadre de chasse, la 33e escadre de reconnaissance et les 61e et 64e escadre de transport. Le présent arrêté sera publié au bulletin officiel des armées, Hervé Morin.
  6. Attribution de Croix de la valeur militaire

Source[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]