519e régiment du train

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
519e régiment du train
Image illustrative de l'article 519e régiment du train
Insigne régimentaire de 519e régiment du train

Création 1981
Dissolution 2011
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de Terre
Type régiment du train
Garnison Ollioules
Devise Adroit et rigoureux sur terre comme sur mer
Inscriptions
sur l’emblème
AFN 1952-1962

En France, une seule unité de l'armée de terre avait pour vocation le transbordement maritime : il s'agit du 519e régiment du train (519e RT) stationné à La Rochelle. Dissous le 17 juin 2011, le 1er escadron amphibie a été transféré à Toulon dans un organisme interarmées le 519e groupe de transit maritime qui regroupe les capacités de cette unité et le centre de coordination du transit maritime (CCTM) de La Rochelle[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le 519e RT est issu des unités de transport amphibies utilisées durant la guerre d'Indochine. Il porte ainsi le nom de "régiment de la jonque"[2].

Durant l'opération Daguet en 1990/1991, le 519e RT a assuré les opérations de manutention et d’acconage dans l’arsenal de Toulon. Le bilan des activités de cette unité est de 101 navires chargés, 20 584 personnels embarqués, 9 166 véhicules embarqués 8 083 conteneurs de20 pieds représentant 156 000 tonnes, soit 735 000 m3 [3].

En 2009, la marine nationale française reprend les chalands de transport de matériel et les véhicules amphibies.

Filiation[modifier | modifier le code]

En Indochine française :

  • 1946 – Création du 519e Groupe de Transport en Indochine
  • 1948 – Section Amphibie “DUKW.”
  • 1949 – 2e C.T.L.E (Compagnie de Transport de Légion Étrangère).
  • 1953 – Dissolution du 519e G.T (Groupe de Transport).

En Afrique française du Nord :

  • 1956 – Reformation du 519e G.T. Rejoint le protectorat français au Maroc
  • 1957 – Bataillon du Train à pied (B.A.T.P.)
  • 1958 – Rejoint l’Algérie (secteur d’Aflou)
  • 1961 – Bataillon du Train
  • 1962 – Dissolution à SISSONNE
  • Avant sa dissolution, après le cessez-le-feu du 19 mars 1962 en Algérie, le 519 B I créé comme 91 autres régiments, les 114 unités de la Force Locale.(Accords d'Evian du 18 mars 1962) Le 519 B I forme une unité de la Force locale de l'ordre Algérienne, la 504°UFL-UFO composé de 10% de militaires métropolitains et de 90 % de Militaires Musulmans, qui pendant la période transitoire devaient être au service de l'exécutif provisoire Algérien, jusqu'à l'indépendance de l'Algérie

En France métropolitaine :

  • 1957 – Création de la 311e C.T. (Compagnie de Transbordement) à la Rochelle. Son rôle est de participer au transbordement de matériel américain venu par bateau des plages de la côte française aux moyens terrestres (train, route) qui les emmèneront vers leurs lieu de stockage ou d'emploi en France ou en Allemagne. A cet effet, elle participe à un exercice annuel interallié de type NODEX (New Off-shore Decharge Exercise).
  • 1964 – 1er B.A.T.M. (Bataillon Autonome de Transit Maritime) est créé à Cherbourg
  • 1967 - Le 1er B.A.T.M. s'installe au Quartier Beauregard à la Rochelle.
  • 1968 – Le 1er B.A.T.M. englobe la 311e C.T.
  • 1977 – Le 1er B.A.T.M. devient le 519e G.A.T.M. (Groupe Autonome de Transit Maritime). Il est subordonné à la Base de Transit Interarmées (BTI), elle-même basée à la Rochelle. Il comprend :
    • un escadron de transbordement doté de LCM, de DUKW et de GMC,
    • un escadron portuaire doté de matériel de déchargement,
    • un escadron d'instruction,
    • un escadron de commandement et de service,
    • un détachement à Marseille et un au Havre.
  • 1er juillet 1981 – Création du 519e R.T. (Régiment du Train) à La Rochelle. Les DUKW sont remplacés par 16 LARC XV (Light Amphibious Resupply Cargo, 15 tonnes) américains fabriqués par Fruehof et surplus de la Bundeswehr.
  • 2011 – Dissolution du 519e RT

Missions[modifier | modifier le code]

Les missions du 519e RT consistaient à réaliser les opérations de transbordement maritime sur des navires affrétés. Il agissait au chargement ou au déchargement des véhicules et des matériels des forces projetées à partir de navires en quai ou à rade. Dans ce dernier cas, il utilisait ses moyens amphibies. Il intervenait aussi en métropole à partir des ports et sur les théâtres d’opérations (Côte d’Ivoire, Kosovo, Bosnie). En permanence, du personnel de l’escadron amphibie renforçait des unités en Guyane, au Gabon et au Sénégal. L’aptitude du régiment à évoluer dans les zones lagunaires et fluviales, en faisait un acteur privilégié pour le secours des populations en zones inondées[4].

Composition[modifier | modifier le code]

  • Escadron de base et de logistique
  • 1° Escadron amphibie
  • 2° Escadron portuaire
  • 3° Escadron portuaire
  • 4° Escadron portuaire (Unité de réserve)

Étendard[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, l'inscription[5],[6]:

AFN 1952-1962

L'étendard du régiment, transféré après dissolution au 519e Groupe de transit maritime à Toulon.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Création du 519e Groupe de Transit Maritime (GTM) », sur Ministère de la Défense, (consulté le 25 novembre 2011)
  2. Sur ce surnom : defense.gouv.fr.
  3. Bruno Gillet, L'Arme du train d'aujourd'hui, Lavauzelle,
  4. Site officiel
  5. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007
  6. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie