Collège d'enseignement supérieur de l'Armée de terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Collège d'enseignement supérieur de l'Armée de terre (CESAT) est localisé dans les murs de l'École militaire, à Paris. Il est l'héritier de l'École supérieure de guerre, organisme destiné à sélectionner et former les futurs responsables de l'Armée de terre.

Présentation[modifier | modifier le code]

Commandé par un officier général, le CESAT est le creuset de la formation supérieure des officiers d'active et de réserve de l'Armée de terre.

Il fédère l'action de trois écoles :

L'enseignement militaire supérieur (EMS) de l'Armée de terre s'inscrit dans la continuité des enseignements dispensés dans les écoles de formation initiale, les écoles d'arme et l'École d'état-major. Dans ce cadre, le CESAT est plus particulièrement chargé :

  • de former les officiers d'active et de réserve, accédant à l'enseignement militaire supérieur du 2e degré (EMS2), à l'exercice d'importantes responsabilités de commandement interarmes en opération ;
  • de préparer puis de mettre en scolarité des officiers accédant à l'EMS1 ou à l'EMS2 dans les voies scientifiques et techniques (filières sciences de l'ingénieur, sciences de l'homme et de la société, langues et relations internationales).

Formations[modifier | modifier le code]

Le CESAT constitue une partie d'un système complet de formation tant pour les forces terrestres que pour l'interarmées. Il est au sommet de la chaîne de formation des officiers de l'Armée de terre. En liaison étroite avec les autres organismes de formation, il veille à rentabiliser le capital d'expérience acquis par les officiers stagiaires.

Dans ce cadre, le CESAT a établi des liens fonctionnels avec les gestionnaires des ressources humaines ainsi qu'avec les commandants de forces. Il identifie ainsi les besoins en compétence et s'assure de l'adéquation des formations proposées. En interne, il fait procéder aux ajustements qui s'avèrent nécessaires et valide les programmes avec les écoles.

Le Cours supérieur d'état-major (CSEM) s'inscrit dans la continuité historique de l'École supérieure de guerre. Il a pour mission principale de former les officiers ayant réussi le concours de l'École de guerre à l'emploi des forces terrestres dans le contexte des engagements actuels. L'enseignement dispensé est à dominante opérationnelle. Il vise à former des tacticiens capables de concevoir puis de diriger la manœuvre interarmes aux différents niveaux de commandement des forces terrestres.

Il leur enseigne l'ensemble des composants qui permettent le commandement des grandes unités interarmes en opération, dans un environnement interarmes et international complexe. La durée du Cours supérieur d'état-major (CSEM) est de cinq mois, tous les officiers stagiaires ayant suivi ce cours poursuivront leur formation l'année suivante à l'École de guerre (ex-Collège interarmées de Défense, CID en abrégé) : la durée de la formation à l'École de guerre est d'une année en plus des cinq mois du CSEM.

L’Enseignement militaire supérieur scientifique et technique (EMSST) élabore et conduit la formation des officiers de l'Armée de terre orientés vers l'acquisition de compétences spécifiques de haut niveau. il prépare de futurs détenteurs de hauts postes de commandement ou de direction, des officiers experts (ingénieurs, sociologues, linguistes...) et des officiers destinés à des postes de responsabilité ou des fonctions techniques importantes de mise en œuvre. Dans ce cadre l'EMSST entretient de nombreux liens avec les grandes écoles et les établissements d'enseignement supérieur tant civils que militaires.

L’École supérieure des officiers de réserve spécialistes d'état-major (ESORSEM) coordonne l'ensemble de la formation délivrée aux officiers de réserve de la voie « état-major ». Elle organise la préparation des candidats aux épreuves d'admission et conduit les stages nationaux destinés aux officiers de réserve. La formation dispensée vise à placer les officiers stagiaires dans des conditions leur permettant de participer à la prise de décision opérationnelle, en proposant des modes d'action adaptés à la situation et à la mission de la force engagée.

S'inscrivant dans une démarche de contrôle de gestion et de management de la qualité, le CESAT s'est donné la capacité d'apprécier l'atteinte des différents objectifs de formation et de détecter les synergies qu'il pourrait exploiter. Cette action de pilotage contribue ainsi directement à la performance pédagogique de ses écoles.