Violet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Violet (homonymie).

Le violet est un champ chromatique qui désigne des couleurs situées sur le cercle chromatique entre le magenta et le bleu.

Colorimétrie et perception des couleurs[modifier | modifier le code]

Couleur de la violette le terme violet est généralement utilisé pour nommer toute une plage de couleurs allant de l'améthyste (qui sous-entend une transparence) au zinzolin.

Le champ chromatique violet regroupe les couleurs de la lumière dont la longueur d'onde est comprise approximativement entre 380 et 466 nm et les pourpres les plus proches jusqu'à la longueur d'onde de -556 nm, selon les valeurs indiquées par la norme AFNOR X08-010 Classification méthodique générale des couleurs[1].

Si en France on emploie couramment le terme violet pour décrire cette plage de couleurs, au Québec et en Belgique on emploie plus généralement le mot mauve à cet effet.

En synthèse additive le violet peut être synthétisé à l'aide d'un mélange de bleu et de rouge ; en synthèse soustractive c'est un mélange de magenta de cyan.

Sa couleur complémentaire est un jaune, et c'est souvent à l'opposé de cette teinte qu'il apparaît sur les cercles chromatiques d'artistes.

Symbolique[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, la couleur violette fut mal considérée, elle symbolisait la fourberie et la tristesse, et était associée à la pénitence et à l'affliction. Elle était souvent confondue avec le noir jusqu'à son identification sur le spectre solaire entre le rouge et le bleu, grâce à Newton. Au Moyen Âge, le violet était dénommé « subniger » (sous-noir ou demi-noir)[2]. Dans le demi-deuil, une nuance sombre violette était autorisée après un an de noir intégral.

  • Dans la symbolique occidentale, le violet est associé à la noblesse et à la jalousie.
  • Dans la religion chrétienne, la couleur violette est portée par l'ensemble du clergé en tenue liturgique durant les périodes de jeûne comme le Carême de Noël ou l'Avent (4 dimanches précédant Noël) et le Carême. Elle symbolise dans ce cas la pénitence, certaines confréries de pénitent utilisent de grands manteaux mauves (Burgos). Elle peut symboliser aussi le deuil.
  • Dans cette même religion, elle est portée également par l'évêque en tenue de chœur (soutane, camail, anneau portant une améthyste et calotte). Elle est dans ce cas un symbole de dignité et d'autorité. Du XVIe siècle au début du XIXe siècle, la couleur bleu-violet des vêtements épiscopaux catholique est obtenue par un mélange de deux colorants, l'indigo naturel et la cochenille domestique. Ce n'est que sous le pontificat de Pie XI que la nuance de violet en usage à la cour papale est fixée par décret. La nuance choisie est un violet riche en rouge et tirant sur le mauve.
  • Le violet est aussi associé à la magie et au surnaturel, avec les « contes violets » ou contes invraisemblables et les « anges violets » ou êtres lunaires.

Colorants[modifier | modifier le code]

Pigments[modifier | modifier le code]

Le violet est une couleur rare à l'état naturel. La plupart des pigments violets sont donc des produits de synthèse.

Pigments minéraux :

  • Le violet de cobalt (PV14) est un violet pourpre, tirant vers le rose.

Pigments organiques :

  • Le violet de dioxazine (PV23 ou PV37), un violet bleuâtre : C34P22C12N4O2
  • Le violet de pérylène (PV29), un bordeaux sombre
  • Le magenta/violet de quinacridone (PV19), qui sert de « magenta primaire ».
  • Le rose de quinacridone (PV42) est un magenta plutôt terne.

Teintures[modifier | modifier le code]

Autrefois on utilisait le jus de myrtille pour colorer les tissus en bleu violacé.

Le violet allyltoluidin connu sous le nom de mauvéine est un oxyde d'aniline utilisé pour teindre les tissus. Il fut découvert en 1856 par le chimiste anglais Perkin. Il fut à l'honneur en 1862 lors de l'exposition universelle où la Reine Victoria parue arborant une robe teinte de ce colorant.

La plupart des colorants violets sont en fait des mélanges de bleus, de magentas et de pourpres en proportions variées.

Réactifs pH[modifier | modifier le code]

Plusieurs indicateurs de pH ont une phase violette, soit en milieu neutre, soit en milieu basique, ce sont le méthyl violet (violet de gentiane), le bleu de bromophénol (bbp), le rouge congo, l'azolitmine (papier tournesol), le pourpre de bromocrésol, et l'alizarine.

Le jus de chou rouge est un indicateur de pH facile à utiliser chez soi. En milieu neutre il est naturellement violet ou bleu violacé. Il devient bleu en milieu salin, puis vire au vert et au jaune dans un milieu de plus en plus basique. Inversement en milieu acide il vire du mauve au rouge. Il contient des anthocyanes, qui sont des indicateurs colorés acido-basiques naturels.

Le violet en imprimerie[modifier | modifier le code]

Même si le mélange de magenta avec un part plus petite de cyan est censé donner du violet, il est impossible de reproduire un violet vif avec la seule quadrichromie. En effet, la synthèse soustractive parfaite suppose des teintures bloc, qui laissent passer toute la lumière dans une plage, et bloquent complètement la couleur complémentaire. Mais les colorants cyan et magenta sont loin de cet idéal ; ils absorbent une partie de la lumière qu'ils devraient laisser passer. Le magenta absorbe du bleu et un peu de rouge, tandis que le cyan absorbe du vert et du bleu, quoique moins qu'il n'absorbe le rouge. En conséquence, quand on mélange le magenta avec le cyan, on absorbe des couleurs qu'on devrait transmettre, et le résultat ne peut être aussi lumineux qu'il le devrait. Le violet obtenu par quadrichromie est donc toujours approximatif se rapprochant plus du jus de cerise ou du bordeaux. Pour obtenir un vrai violet en imprimerie, il faut recourir à des encres spéciales, notamment le Pantone pourpre et le Pantone violet qui offrent des nuances de violet pur.

Voici un exemple de différence entre un violet obtenu en synthèse additive et sa simulation en quadrichromie. À gauche il s'agit d'un violet saturé RVB composé de 100 % de bleu et 50 % de rouge. À droite c'est ce même violet séparé en quadrichromie, ce qui donne 51 % de cyan et 65 % de magenta. Comme on peut le voir, la séparation quadri ne parvient pas à restituer un violet pur.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Utilisations diverses[modifier | modifier le code]

  • Dans le code de couleurs des résistances électriques et des condensateurs, la couleur violet correspond au chiffre 7, au multiplicateur x107, à une précision de 0,1 % et à un coefficient de température de 5ppm. Dans la norme CEI 60757, on le nomme VT (abréviation de violet).
  • Après mai 1968, des féministes puis des partis politiques, adoptent le mauve, comme symbole de l'entre-deux politique, à mi-chemin entre la gauche rouge et la droite bleue et devient le symbole du centre. En France, le parti Alternative libérale choisit le violet pour indiquer son caractère centriste. Le violet est aussi la couleur du mouvement Gauche moderne, fondé par le social-libéral Jean-Marie Bockel. Le parti gaulliste et républicain Debout la République a également choisi le violet comme couleur politique.
  • Le circulaire satin violet représente les sciences dans la faluche.

Culture[modifier | modifier le code]

  • en grec ancien le mot ios signifie à la fois odeurs, vertus, attraction magnétique, propriétés curatives, rouilles et oxydation, certains procédés de raffinage, et les couleurs violettes.
  • Au milieu du XIXe siècle, l'invention du colorant appelé murexide, extrait du guano, lança une mode des tons pourpres, mauves et violets. Cette mode engendra une élévation des prix ; d'où des recherches chimiques qui débouchèrent sur l'invention du colorant à l'aniline, de conséquences industrielles considérables[3].
  • Au XIXe siècle, les poètes et peintres, symbolistes et impressionnistes, appréciaient les tons subtils de cette couleur qui selon eux exprimait comme nulle autre pareille la lumière du soir « lorsque les derniers feux du soleil rencontrent l'éther bleu de la terre ». Pour eux le violet était la quintessence de la lumière qui meurt et tutoie l'autre monde, une allégorie de la voie du milieu équilibre entre l'ici-bas et l'au-delà[réf. nécessaire].
  • Dans le tarot de Marseille, la carte de la Tempérance montre une femme mêlant les fluides de deux coupes, une bleue et une rouge.
  • Walt Disney a souvent associé le violet à la magie diabolique dans « Fantasia », dans « Cendrillon » (la marâtre est habillée de prune et violine), dans « Blanche-Neige » (la narcissique reine), dans « La Belle au bois dormant » (la terrifiante Maléfique) et dans « Merlin » (la cruelle Madame Mim).
  • Dans les années soixante, le créateur de mode Pierre Cardin vêt ses modèles de prunes pop.
  • Le photographe David Hamilton a pris dans sa période psychédélique une célèbre photo de Janis Joplin et de Jimi Hendrix, auteur du tube Purple Haze (brume violette), enveloppés de boas parme. Il utilisa aussi des filtres mauve brumeux pour « érotiser » ses très « jeunes filles en fleur ».
  • Lorsque le rockeur Prince jouait son tube Purple Rain (pluie violette) sur scène, il faisait pleuvoir des cascades de jets lumineux pourpre et violet.
  • La créatrice de mode Vivienne Westwood eut une période psychédélique ou dominait le violet violent. Dans les années 2000, elle proposait toujours quelques pièces en tartan violacé ou prince-de-galles mauve.
  • En décoration, les atmosphères baroques et intimistes, utilisent les tons prune, aubergine et lilas.
  • Le maître Jedi Mace Windu, de l'univers Star Wars, est le seul à avoir un sabre laser violet.
  • Le violet est la couleur symbole du gang 3rd Street Saints dans la série de jeux vidéo Saints Row.

Tableaux[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Minéraux[modifier | modifier le code]

  • La ninhydrine est un réactif qui colore en violet tous les acides aminés sauf la proline
  • Le milieu de Moeller est violet (grâce au bromocrésol pourpre) avant l'ensemencement
  • La lumière noire ou lumière Wood est une lumière violette proche de l'ultraviolet

Plantes, fleurs et légumes[modifier | modifier le code]

  • Le chou rouge qui est en réalité violet.
  • La mûre de ronce paraît de couleur noire mais son jus est violet.
  • La myrtille bien qu'en apparence bleue, elle est violette et son jus est violet.

Produits fabriqués[modifier | modifier le code]

  • Les attributs vestimentaires des évêques catholiques.
  • Le flacon du parfum Poison de la maison Dior.

Quelques drapeaux ou pavillons[modifier | modifier le code]

Rares sont les drapeaux qui arborent du violet ou une couleur approchante proche du bordeaux.

Nuances dans le champ chromatique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 246-251 ; Jean Petit, Jacques Roire et Henri Valot, Encyclopédie de la peinture : formuler, fabriquer, appliquer, t. 2, Puteaux, EREC,‎ 2001, p. 158-159 (chapitre « couleur et colorimétrie »).
  2. Michel Pastoureau, Les Couleurs de nos souvenirs
  3. Philip Ball (trad. Jacques Bonnet), Histoire vivante des couleurs : 5000 ans de peinture racontée par les pigments [« Bright Earth: The Invention of Colour »], Paris, Hazan,‎ 2010.