Ultra haute fréquence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La bande des Ultra hautes fréquences (UHF) est la bande du spectre radioélectrique comprise entre 300 MHz et 3 000 MHz [1], soit les longueurs d'onde de 10 cm à 1 m.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

La bande UHF est le terme officiel désignant les fréquences de 300 à 3 000 MHz, mais la partie haute appartient plus généralement au domaine technique des « hyperfréquences » qui s'étend de 1 GHz (1 000 MHz) à 1 000 GHz. On y trouve donc des appellations anciennes et largement utilisées comme la Bande L et la Bande S.

L'UHF est connu par le grand public pour les antennes TV dites "râteau" et d'intérieur, servant à capter la TNT entre 470 et 790 MHz.

Propriétés générales[modifier | modifier le code]

Groupement d'antennes pour les bandes des 70 cm et 23 cm

Les fréquences UHF se propagent principalement en vue directe. Leur usage s'est développé avec la saturation de la bande VHF pour les applications de radiotéléphonie fixe ou mobile et de télévision, au fur et à mesure de la disponibilité de composants adaptés, en particulier le passage de l'électronique à tubes aux transistors. La bande au-dessus de 1 000 MHz a été utilisée d'abord pour les radars, puis les faisceaux hertziens, puis les liaisons satellitaires (GPS, téléphonie mobile), et enfin plus récemment pour les téléphones mobiles GSM et les liaisons Wi-Fi. Le tableau ci-dessous résume cette répartition du spectre.

Liaisons troposphériques[modifier | modifier le code]

Les fréquences UHF sont également réfléchies de manière diffuse par la troposphère, ce qui permet la réalisation de faisceaux hertziens troposphériques sur des distances de quelques centaines de kilomètres. Comme l'atténuation est très importante, ces liaisons demandent des antennes très directives et de fortes puissances.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les ultras hautes fréquences en France ont des assignations spécifiques [2] :


Fréquence Utilisation
225 MHz à 326,5 MHz Bande aéronautique UHF militaire, contrôle espace aérien supérieur, service aéro-spatial
326,5 MHz à 328,5 MHz Radioastronomie
328,5 MHz à 328,6 MHz Aéronautique militaire
328,6 MHz à 335,4 MHz Radionavigation aéronautique ILS « haut-bas »
335,4 MHz à 400 MHz Bande aéronautique UHF, liaisons satellitaires, militaires, ACROPOL
401 MHz fréquence montante satellitaire (ARGOS)
406 MHz à 406,1 MHz Radiobalise de localisation des sinistres
430 à 440 MHz trafic amateur, radionavigation (Syledis)
433 MHz Télécommandes et liaisons domotiques, appareils radio portatifs faible portée LPD 433 MHz
444,6 MHz Appareils radio portatifs faible portée KDR 444 en Suède et en Norvège
446 MHz Appareils radio portatifs faible portée PMR 446 MHz
470 à 790 MHz télévision bandes IV et V
791 à 862 MHz télécommunications mobiles 4G[3] et LTE
863 à 865 MHz microphones sans fil
876 à 960 MHz GSM, GSM-R et UMTS[4]
960 à 1 215 MHz Radio Navigation Aéronautique (DME, TACAN)
1 215 à 1 240 MHz GPS L2 code P/Y militaire
1 240 à 1 256 MHz GLONASS
1 260 à 1 300 MHz trafic amateur, Galileo
1 420,4 MHz Raie d’hydrogène à la longueur d'onde de 21 centimètres
1 525 à 1 559 MHz liaisons mobiles satellitaires (réception Inmarsat)
1 563 à 1 587 MHz GPS L1 codes C/A civil et P/Y militaire, Galileo
1 591 à 1 610 MHz GLONASS
1 610 à 1 625 MHz liaisons mobiles satellitaires (émission Globalstar)
1621,35-1626,5 MHz liaisons mobiles satellitaires (Iridium en time division duplex (TDD))
1626,5-1660,5 MHz liaisons mobiles satellitaires (émission Inmarsat)
1710 à 1 880 MHz GSM[4] et 4G/LTE à partir d'octobre 2013[5]
1900 à 1 979 7 MHz UMTS[4]
1980 à 2 025 MHz liaisons mobiles satellitaires (liaison montante Iridium)
2110 à 2 169 7 MHz UMTS[4]
2160 à 2 200 MHz liaisons mobiles satellitaires (liaison descendante Iridium)
2400 à 2 483,5 MHz ISM, Bluetooth, Wi-Fi, télécommandes et liaisons domotiques
2484 à 2 499 MHz liaisons mobiles satellitaires (réception Globalstar)
2500 à 2 570 MHz télécommunications mobiles 4G[6]
2620 à 2 690 MHz télécommunications mobiles 4G[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. RECOMMENDATION ITU-R V.431-7
  2. Prévision de planification dans la bande 406-470 MHz.
  3. « Décision n° 2011-1510 de l’Arcep en date du 22 décembre 2011 », ARCEP (consulté le 23 décembre 2011)
  4. a, b, c et d [PDF] Fréquences GSM et UMTS (900 - 1800 - 2100 MHz) Arcep, 26 avril 2010.
  5. ARCEP, Décision n°2013-0363 relative à la demande de la société Bouygues Telecom de réexamen des restrictions technologiques de son autorisation d’utilisation de fréquences dans la bande 1800 MHz au titre du II de l’article 59 de l’ordonnance n°2011-1012 du 24 août 2011, 14 mars 2013 ([PDF] en ligne)
  6. a et b « Décision n° 2011-1080 en date du 22 septembre 2011 », ARCEP (consulté le 6 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]