Zoïsite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zoisite.
Zoïsite
Catégorie IX : silicates[1]
Zoïsite (chrome-Zoisite) dans une anyolite - Tanzanie

Zoïsite (chrome-Zoisite) dans une anyolite - Tanzanie
Général
Classe de Strunz 9.BG.10
Formule brute Ca2(Al.OH)Al2(SiO4)3
Identification
Masse formulaire 454.36 uma
Couleur Incolore, gris, blanc, gris verdâtre, brun verdâtre, vert, blanc grisâtre, brun jaunâtre, rose, bleu.
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidale ; Pnmc
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage {010} parfait, {100} imparfait.
Cassure Irrégulière, conchoïdale
Habitus Massif, fibreux, radié
plus rarement en cristaux prismatiques, ou lames aplaties
Échelle de Mohs 6 - 6,5
Trait blanc ou incolore
Éclat nacré, vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.696-1.7, b=1.696-1.702, g=1.702-1.718
Biréfringence 0,004 - 0,008 ; biaxe positif
Dispersion 2vz ~ 0° à 69°
Fluorescence ultraviolet oui et luminescence
Transparence Opaque à transparente
Propriétés chimiques
Densité 3,15 - 3,37
Fusibilité Fond en donnant un verre grisâtre translucide
Solubilité attaquée par l'acide chlorhydrique avec formation d'un gel de silice après calcination
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La zoïsite est une espèce minérale du groupe des silicates sous groupe des sorosilicates de formule Ca2(Al.OH)Al2(SiO4)3 avec des traces de Fe;Mn;Mg;Cr;Ti;Ca;Na;V;Sr;H2O. Elle peut donner des cristaux striés jusqu'à 10 cm [2]. Dimorphe de la clinozoïsite, elle fait partie du groupe de l'épidote.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par Abraham Gottlob Werner en 1805. Nommée en hommage au naturaliste et minéralogiste autrichien Sigmund Zois, Baron von Edelstein (1747–1819), de Ljubljana, en Carniole, qui est le découvreur.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 16,24 Å, b = 5,58 Å, c = 10,1 Å, Z = 4; V = 915,25 Å3
  • Densité calculé =3.30

Topotype[modifier | modifier le code]

Prickler Halt, Mts Saualpe, Carinthie, Autriche.

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • illudérite[3]
  • orthozoïsite
  • unionite (B. Silliman Junior) Le mot vient d'Unionville Pennsylvanie où les premiers échantillons ont été trouvés[4].
  • saoualpite : mot qui s'inspire du gisement topotype.
  • zoisite terme retenu par l'IMA.
  • zoïzite [5]
  • le terme zoisite (Karsten) a un temps désigné l'épidote [6].

Variétés[modifier | modifier le code]

  • chrome-zoïsite : variété riche en chrome.
  • pseudozoïsite (Walter Ehrenreich Tröger 1959) : (Variante orthographique française du terme initial : pseudozoisite) variété différant de l'espèce par ses propriétés optiques[7].
  • tanzanite
  • thulite (Heuland 1820) : variété de couleur rose contenant du manganèse. Découverte à Sauland, Telemark, Norvège en 1820 par Ekeberg et décrite par Heuland d'abord sous le nom de strömite puis sous le nom initialement choisi par Ekeberg[8]. Son nom vient de l'ile mythique de Thule.


  • anyolite : (du terme massaï qui veut dire vert[9]) souvent donnée comme une variété de zoïsite désigne une roche formée de chrome-zoïsite, tschermakite, et de rubis trouvée à Mundarara Mine, Longido, Mt Kilimanjaro, Tanzanie.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gîtologie[modifier | modifier le code]

La zoïsite est une espèce minérale typique des degrés moyens de métamorphisme régional, et parfois de métamorphisme de contact.

Ce minéral provient de l'altération hydrothermale des plagioclases calciques, et se trouve mélangée avec de l'albite, de la séricite, de la calcite.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Autriche
Prickler Halt, Speikkogel, Mts Saualpe, Carinthie[10] . Topotype.
  • Belgique
La Wiltz brook, Mardasson, Bastogne, Province de Luxembourg[11].
  • Canada
Rémigny armenite occurrence, Rémigny, Témiscamingue RCM, Abitibi-Témiscamingue, Québec (Variété thulite) [12]
  • France
Petches, Ax-les-Thermes, Ariège, Midi-Pyrénées [13]
  • Norvège
Øvstebø, Kleppan, Sauland, Hjartdal, Telemark (Variété thulite) [14]
  • Pakistan
Shigar, District de Skardu, Baltistan Cette occurrence passe pour avoir donné les meilleurs spécimens de cette espèce[15].
  • Tanzanie
C-Block Mine, Merelani Hills (Mererani), Lelatema Mts, Arusha Cette mine passe pour avoir donné les meilleurs cristaux de la variété tanzanite; elle produit plus d'un million de carats par an[16]
Mine Mundarara, Longido, Mt Kilimanjaro, Région du Kilimanjaro (pour l'anyolite)
  • Kenya, près de Longido (Mundarara, Matabutu Hills...)
  • Groenland
  • Namibie

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. The Handbook of Mineralogy Volume II, 1995 Mineralogical Society of America by Kenneth W. Bladh, Richard A. Bideaux, Elizabeth Anthony-Morton and Barbara G. Nichols
  3. Bulletin de la Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France, Volume 8 Par Société des sciences naturelles de l'Ouest de la France p.104 1898
  4. A treatise on mineralogy Par Charles Upham Shepard p.182 1852
  5. Félix Édouard Guérin-Méneville, Dictionnaire pittoresque d’histoire naturelle et des phénomènes de la nature, vol. 3, p. 77, 1835
  6. A treatise on mineralogy Par Charles Upham Shepard p.183 1857
  7. Walter Ehrenreich Tröger, Hans Ulrich Bambauer - 1979 - Optical Determination of Rock-forming Minerals: Determinative tables
  8. The London and Edinburgh philosophical magazine and journal of science 1836; p.169
  9. Gemstones of the World: Newly Revised & Expanded Fourth Edition - Page 176
  10. Niedermayr, G., Praetzel, I. (1995): Mineralien Kärntens, 1995
  11. A. Darimont et al., Bull. Minéral. , 1988, 111, pp. 321-330.
  12. Sabina, A.P. (2000) Rocks & Minerals for the collector; Cobalt - Belleterre - Timmins, Ontario and Quebec. GSC Misc. Report 57, 96 p.
  13. Inventaire Minéralogique de la France Ariège tome 2 pages 31 - 32 - 33
  14. Neumann, H. & Svinndal, S.(1955): The Cyprin-Thulite deposit at Øvstebø, near Kleppan in Sauland, Telemark, Norway. Norsk Geologisk Tidsskrift 34,139-156
  15. Blauwet, D., Smith, B., and Smith, C. (1997): A Guide to the Mineral Localities of the Northern Areas, Pakistan. Mineral. Rec. 28(3), 183-200
  16. Mineral. Rec. (2009) 40:347-408.