Synthèse additive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Synthèse sonore additive.
Synthèse additive

La synthèse additive est le procédé consistant à combiner les lumières de plusieurs sources émettrices colorées dans le but d'obtenir une lumière colorée quelconque dans un gamut déterminé.

La synthèse additive utilise généralement trois lumières colorées : une rouge, une verte et une bleue (RVB ou RGB).

  • L'addition de ces trois lumières colorées en proportions convenables donne la lumière blanche.
  • L'absence de lumière donne du noir.

Les écrans et projecteurs de télévision et d'ordinateur utilisent le procédé de la synthèse additive. La photographie argentique en couleurs[1] et l'impression en couleurs utilisent le procédé de la synthèse soustractive.

Théorie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Trichromie et Couleur métamère.

La loi de la synthèse trichrome dit qu’il est possible de reproduire une sensation colorée intermédiaire quelconque en mélangeant trois couleurs primaires. Cette loi suggère l’existence dans la rétine de trois sortes de cellules photoréceptrices. Dès 1802, Young puis Helmholtz ont avancé cette hypothèse, confirmée plus tard par différentes analyses physiologiques et biochimiques.

La synthèse additive est donc rendue possible par la façon dont l'œil humain détecte la couleur ; celle-ci n'est pas une propriété intrinsèque de la lumière. En effet, il y a une grande différence « physique » entre une lumière jaune, de longueur d'onde 580 nm, mélangée à un peu de lumière blanche, et un mélange de lumières rouge et verte. Cependant, ces deux phénomènes stimulent les cellules de l'œil de façon semblable, ce qui fait que l'on ne perçoit pas la différence.

Les expériences de perception des couleurs montrent que toute lumière peut être percue comme un mélange d'une lumière monochromatique d'une longueur d'onde donnée, dite dominante, et d'une lumière blanche. La proportion entre ces deux composante est la pureté colorimétrique.

Le mélange de deux lumières colorées produit, selon les proportions, une série de couleurs de longueur d'onde dominante intermédiaire entre les deux composantes, et de pureté moindre que celle obtenue à proportion des puretés des composantes.

Le mélange de trois lumières colorées peut se décomposer en deux mélanges de deux lumières, et le raisonnement montre qu'on peut ainsi reconstituer toutes les couleurs, dans les limites de pureté qu'on vient de décrire.

Les couleurs des lumières, pour la synthèse additive, doivent être mutuellement primaire, c'est-à-dire qu'on ne doit pas pouvoir en reconstituer une par un mélange des autres. Elles doivent être au moins trois. Leur composition spectrale est indifférente, seule leur couleur compte. On peut augmenter le gamut en en utilisant plus, mais cette prossibilité est peu exploitée, la vision humaine étant plus sensible aux différences entre teintes pour les couleurs pâles que pour les couleurs vives, et les scènes à reproduire, par la synthèse additive, ne comportant pas, le plus souvent, de couleurs pures.

Applications[modifier | modifier le code]

La synthèse additive est à la base des mesures de la perception des couleurs, en laboratoire, qui fondent la colorimétrie.

La synthèse additive est le principe de composition des couleurs utilisé notamment dans les écrans cathodiques, les écrans LCD et les vidéoprojecteurs.

Les autochromes des frères Lumière réalisés dès la fin du XIXe siècle utilisaient des pigments pour recréer la lumière par addition de leurs couleurs. Ces pigments agissaient comme des filtres colorés qui, à la prise de vue permettait de n'impressionner une surface sensible noir et blanc qu'avec l'une des trois couleurs primaires, et à l'examen de la photo, de restituer la couleur de ce point de l'image. L'image en couleur était donc restituée par synthèse additive.

Dans les années 1990, Polaroïd a proposé des diapositives couleurs à développement instantané selon un procédé similaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sauf l'autochrome Lumière et quelques autres procédés anciens de diapositive cités dans René Dennilauler, La photographie en couleurs,‎ 1990, p. 6-12.