Vivienne Westwood

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Westwood.

Dame Vivienne Westwood DBE, « enfant terrible de la mode », est une styliste anglaise, née le 8 avril 1941, connue pour ses créations excentriques et colorées, dont les chapeaux sont un symbole. Mariée un temps au producteur des Sex Pistols Malcolm McLaren, Vivienne Westwood est une personnalité indissociable de la mode punk depuis les années 1970. Propriétaire d'une boutique à Londres aux noms multiples depuis ces mêmes années, la consécration du milieu de la mode lui est parvenue significativement à partir des années 1990.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vivienne Westwood, du patronyme qu'elle conservera de son premier mari, née Vivienne Isabel Swire le 8 avril 1941 (73 ans)[1] dans le Derbyshire à Glossop en Angleterre. Elle est l'aînée de trois enfants, élevés selon les préceptes du calvinisme et ayant tous fait des études supérieures. Elle grandit d'abord à Hollingworth puis dans les années 1950, ses parents s'installent dans un bureau de poste à Tintwistle et déménagent à Harrow[1].

À 17 ans, elle quitte son village natal pour se rendre à Londres où elle étudie la mode pendant quelque temps à la Harrow School Art (devenue aujourd'hui l'université de Westminster). Elle devient ensuite enseignante dans une école primaire (un métier qu'elle continue jusqu'en 1971 par choix car elle l'aimait). Elle a déjà une manière particulière de s'habiller et aime la vie nocturne.
C'est ainsi qu'aux environs de 1959, elle rencontre Dereck Westwood qui dirige un night-club avec qui elle se marie en juillet 1962 et a un fils, Benjamin Westwood, avant de divorcer en 1966[1].

Un an avant son divorce, elle rencontre Malcolm McLaren (qui vit alors en colocation avec son frère), avec qui elle a un fils, Joseph, en 1967[1].

En 1971, Malcolm McLaren, Vivienne Westwood et Patrick Casey s'installent au 430 Kings Road à Londres dans une boutique sombre avec un juke-box du nom de Paradise Garage qui prend plusieurs noms successifs - changeant de nom, comme d'orientation pour changer de clientèle - passant par Let it Rock pendant la période hippie ou encore Too Fast To Live Too Young To Die avant de devenir Sex, la fameuse boutique de mode punk[1], pour changer de nouveau en Senditionaries, clothes for Heroes puis World's End[2]. La boutique, et ses collections marquent un intérêt pour les rockers et la culture urbaine en général.

Article détaillé : Sex (boutique).

Dans ce magasin, elle commence à exposer et vendre ses créations. Elle va même jusqu'à habiller les New York Dolls ou les Sex Pistols, dont son mari Malcolm McLaren était le manager. Elle utilise ces groupes à la fois pour promouvoir sa ligne de vêtements et son magasin mais aussi pour exposer les idées politiques du couple à travers ses créations. Vivienne installe petit à petit la mode punk.

En novembre 1990, Vivienne Westwood contacte Prudence de chez Prudence Millinery et lui demande de confectionner les chapeaux de sa collection automne / hiver 1991 pour femmes. Devant le succès remporté par les collections pour femmes, Prudence crée ensuite les chapeaux de Vivienne Westwood pour la gamme homme (MAN), de 1996 à nos jours. Durant cette année 1990, plusieurs boutiques verront le jour, dont deux à Londres, une à New- York et une à Hong Kong.

En 1992, elle rencontre Andreas Kronthaler qui devient son nouveau mari la même année. Quatre ans plus tard, elle signe la conception des costumes de L'Opéra de quat'sous à Vienne (Autriche).

Son fils Joseph et sa femme fondent en 1994 la marque de lingerie Agent Provocateur, qui rencontre un franc succès.

En 2004-2005, une rétrospective de ses trente années de carrière est organisée au Victoria and Albert Museum, exposition qui fait ensuite le tour du monde. En mai 2008, Vivienne Westwood participe au film Sex and The City en signant la robe de mariée de l'héroïne du film. Plus récemment, elle a suscité une vive réaction dans le milieu de la mode avec le choix de Pamela Anderson comme égérie de collection Printemps/Eté 2009. Un film retraçant sa vie serait en projet, avec Kate Winslet dans son rôle[3].

Ses défilés, ses vêtements[modifier | modifier le code]

En 1981, elle réalise son premier défilé à Londres et l'année suivante à Paris.

C'est dans cette même ville de Londres en 1982 qu'elle présentera sa première collection, « Pirate », qui, un an plus tard, aura un fort succès auprès des parisiens. Puis au fil des années elle les exposera au monde entier. Les mannequins, walkman vissé sur les oreilles arborent teintures au henné et dents en or et dansent sur des musiques ethniques.

Mais cependant sa première collection complète pour homme ne sortira qu'en 1990.

En 1989, John Fairchild, éditeur de la bible de la mode Women's Wear Daily, classe Westwood parmi les six meilleurs stylistes du monde. La représentante d'un style glam-rock-rebelle qu'on a baptisé « enfant terrible de la mode », tout comme Jean Paul Gaultier, a fait preuve d'une excentricité toujours renouvelée par ses créations tantôt punk ou tantôt baroques.

Elle a été consacrée trois fois British Designer of The Year pour ses créations atypiques et innovatrices.

Les produits dérivés[modifier | modifier le code]

Vivienne Westwood vend ses créations sous quatre labels différents : Red Label, Gold Label, Anglomania et Man. Elle participe aussi à la création de produits dérivés du manga Nana de Ai Yazawa. Depuis quelques années, elle a sorti quatre parfums: Boudoir en 1998, Libertine en 2000, Anglomania en 2004[2] et Let It Rock en 2008.
En 2009, Vivienne Westwood travaille avec Melissa (marque brésilienne de chaussures) pour qui elle crée des modèles extravagants et originaux à base de caoutchouc recyclé et de velours.

Engagements[modifier | modifier le code]

Vivienne Westwood a décidé de ne plus utiliser de fourrure dans ses collections. Elle a d'ailleurs avoué qu'elle n'en avait jamais utilisé de vraie. Elle rejoint ainsi Tommy Hilfiger, Ralph Lauren ou encore Stella McCartney.

En 2012, elle soutient publiquement Greenpeace dans sa campagne Save the arctic.

En 2014, elle se prononce pour l'indépendance de l'Écosse, lors du référendum organisé dans le pays le 18 septembre[4].

Note[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jon Savage, England's Dreaming, Les Sex Pistols et le punk, Paris, édition Allia,‎ 2002, 3e éd., 688 p. (ISBN 978-2-84485-102-4)
  2. a et b extrait de biographie sur Couleurparfum.com
  3. Libération.fr Kate Winslet sur Next/libération
  4. http://www.lemonde.fr/europe/portfolio/2014/09/17/pour-ou-contre-l-independance-paroles-d-ecossais-divises_4488540_3214.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]