William de Wiveleslie Abney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Captain W. de W. Abney, C.B., R.E., F.R.S.

William de Wiveleslie Abney (Derby (Angleterre), 1843 — Folkestone, 1920) est un astronome, chimiste et photographe britannique. Il postula la loi de proportionalité en photométrie, dite Loi d'Abney et découvrit l'effet Abney (en) en ce qui concerne la perception des couleurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1843 à Derby, William de Wiveleslie Abney fut élève de l'Académie royale militaire de Woolwich dont il sortit lieutenant du génie en 1851. Il servit en Inde et fut promu capitaine en 1873. Il enseigna ensuite la chimie à l'École royale du Génie militaire à Chatham (Kent), puis devint inspecteur des Sciences et Arts.

Il publia de nombreux articles dans les Philosophical transactions et les Actes (Proceedings) de la Royal Society et dans le Philosophical Magazine. En 1883 il obtint la médaille Rumford pour ses travaux sur la photographie et l'analyse spectrale[1].

Loi d'Abney[modifier | modifier le code]

La loi d'Abney est un postulat de la photométrie énoncé en 1913, qui stipule la linéarité des relations entre grandeurs radiométriques et photométriques. Pour une longueur d'onde de lumière donnée, le rapport entre la grandeur physique, radiométrique, et la grandeur visuelle, photométrique, est un coefficient invariable, quelle que soient ces grandeurs[2].

Par conséquent,

F_v = f\left(K_m \int_0^{\infty}F_{e,\lambda} \cdot V(\lambda) \, \mathrm d\lambda \, \right)
F_v est le flux lumineux, f une fonction quelconque, K_m une constante valant 683 lm⋅W-1, F_{e,\lambda} est le flux énergétique spectrique et V(\lambda) la fonction d'efficacité lumineuse spectrale.

En résumé, on postule que quand on combine deux flux lumineux, on obtient un flux dont la luminosité est la somme des luminosités des composantes, pondérées par la fonction d'efficacité lumineuse spectrale[3].

Sans cette loi, la photométrie et la colorimétrie seraient beaucoup plus complexes. On peut considérer que la loi d'Abney était une condition de constitution de ces disciplines.

Les travaux entrepris pour vérifier la loi d'Abney ont montré qu'elle ne représentait effectivement la vision humaine que dans certaines situations et avec certaines méthodes d'expérimentation. Elle n'est valable, pour les comparaisons visuelles directes, que pour des angles de vision restreints et des lumières très peu saturées. La luminosité des couleurs saturées est très supérieure à ce que prévoit la loi. Pour les comparaisons visuelles successives, par papillotement, la loi d'Abney est vérifiée[4].

Pour les couleurs, la linéarité postulée par Abney s'applique à chaque composante trichrome dans les lois de Grassmann[5].

L'effet Abney[modifier | modifier le code]

La colorimétrie, en conséquence de la loi d'Abney, peut considérer que toute lumière est métamère d'une lumière monochromatique et de lumière blanche. Le rapport entre la luminance monochromatique et la luminance totale est l'indice de pureté colorimétrique.

Abney découvrit que la teinte perçue avec la lumière monochromatique ne correspond pas avec la teinte de la lumière désaturée. Sur le diagramme de chromaticité, les lignes de teinte constante ne sont pas droites[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphe Bitard, Le grand dictionnaire illustré de la langue française littéraire usuelle et fantaisiste,‎ 1884 (lire en ligne).
  2. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ 2009, p. 60-61.
  3. Commission électrotechnique internationale : IEC 60050 — Vocabulaire électrotechnique international — Éclairage — Colorimétrie — « loi d'Abney ».
  4. Sève 2009, p. 61.
  5. Sève 2009, p. 77-78.
  6. Sève 2009, p. 190.