Cyan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

cyan primaire
de la synthèse soustractive des couleurs

Composante
RVB (r, v, b) (0, 183, 235)
Triplet hexa. 00B7EB
CMJN (c, m, j, n) (100 %, 0 %, 0 %, 0 %)
TSL (t, s, l) (193°, 100 %, 46 %)

cyan (Web)

Composante
RVB (r, v, b) (0, 255, 255)
Triplet hexa. 00FFFF
CMJN (c, m, j, n) (100 %, 0 %, 0 %, 0 %)
TSL (t, s, l) (180°, 100 %, 50 %)

Le cyan est, par définition, la couleur primaire complémentaire du rouge dans la synthèse soustractive des couleurs utilisée en photographie argentique en couleurs et en imprimerie.

Avant la fin du XIXe siècle, le préfixe cyan était utilisé en chimie pour désigner les produits « ayant une affinité pour le bleu[1] ».

Colorimétrie et perception des couleurs[modifier | modifier le code]

Le cyan est un bleu-vert.

En photographie argentique en couleurs, sa chromaticité est déterminée par les colorants coupleurs associés à la couche sensible au rouge[2].

En imprimerie, la norme ISO 2846 fixe la chromaticité et la transparence des encres afin de permettre une reproduction uniforme en quadrichromie.

Avec les encres magenta, jaune et noire, le cyan est utilisé dans toutes les imprimantes couleurs à jet d'encre, à sublimation ou à laser. Certaines imprimantes à jet d'encre utilisent deux nuances de cyan : le cyan normal et le cyan clair (light cyan). En effet, la technique des imprimantes à jet d'encre utilise de micro gouttelettes pour déposer la couleur sur le papier. Or le cyan est une couleur assez sombre (en langage d'imprimeur on dit qu'elle « dessine »), ce qui a pour effet, dans les nuances claires de produire de la granulation. Pour éviter cela, les nuances de bleus les plus claires d'une photo seront alors imprimées à l'aide d'une encre cyan claire. Dans certaines imprimantes professionnelles, on va jusqu'à utiliser trois encres cyan : le cyan normal, un cyan clair à 50 % et un cyan ultra-clair à 25 % (et ce, toujours dans le but d'obtenir les nuances les plus douces sans effet de granulation).

Le cyan utilisé en imprimerie est loin de l'idéal d'une teinture bloc, ce qui empêche l'impression de couleurs à la fois lumineuses et pures. Comme l'encre absorbe une certaine quantité de rayonnements bleus et verts, en plus du rouge qu'elle doit absorber entièrement, lorsqu'on augmente la concentration, on diminue inévitablement la luminosité.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce mot provient du grec κυανός, kuanos, bleu sombre[3], ou du sanskrit shyam (« cyan »), un des noms par ailleurs du Dieu Krishna, illustrant ainsi sa peau noire/bleue[réf. nécessaire].

Il ne désigne une couleur que depuis la fin du XIXe siècle, proposé pour désigner la couleur de l'encre destinée à l'impression en couleurs[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Trésor de la langue française , Oxford English Dictionnary « Cyan ».
  2. René Dennilauler, La photographie en couleurs,‎ 1990, p. 27-
  3. Trésor de la langue française.
  4. Oxford English Dictionary, « Cyan ».