Michel-Eugène Chevreul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevreul.

Michel-Eugène Chevreul

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Michel-Eugène Chevreul

Naissance 31 août 1786
Angers, France
Décès 9 avril 1889 (à 102 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Chimiste
Distinctions

Michel-Eugène Chevreul (31 août 1786 - 9 avril 1889) est un chimiste français connu pour son travail sur les acides gras, la saponification, la découverte de la créatine et sa contribution à la théorie des couleurs. Ces travaux lui valurent la médaille Copley en 1857.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel-Eugène Chevreul est né le 31 août 1786 à Angers. Son certificat de naissance, conservé dans le registre d'état civil de la ville montre que son père Michel Chevreul (1754 - 1845), un grand-père et l'un de ses oncles étaient tous trois chirurgiens.

À 17 ans, en 1803, il entre au laboratoire du chimiste Nicolas Louis Vauquelin, dont il devient ensuite l'assistant au Muséum national d'histoire naturelle, au Jardin des Plantes. En 1813 il est nommé professeur de chimie au Lycée Charlemagne, puis directeur de la Manufacture des Gobelins où il mène ses recherches sur les contrastes des couleurs et s'intéresse aux teintures comme l'indigo. En 1826 il devient membre de l'Académie des sciences ; la même année, il est élu membre étranger de la Royal Society de Londres, dont il reçoit la médaille Copley en 1857. Il succède à son maître Vauquelin comme professeur de chimie organique au Muséum en 1830, et dirigera cet établissement sept fois entre 1836 et 1863 puis, sans interruption entre 1864 et 1879. Il en abandonne la direction en 1879 tout en conservant sa chaire.

Son centenaire en 1886 est célébré comme événement national, et une médaille d'or est frappée à cette occasion. Nadar et son fils Paul Tournachon réalisent une série de photos et un interview de Chevreul. Publié le 5 septembre 1886 dans Le Journal illustré, cela constituera le premier reportage photographique de l'histoire[1]. Chevreul reçoit alors des messages de félicitations de nombreux monarques et chefs d'État, dont la reine Victoria. Il entame l'étude des effets du vieillissement sur le corps humain peu avant sa mort survenue à l'âge de 102 ans, le 9 avril 1889 à Paris. Il reçut des funérailles nationales. En 1901 une statue lui est érigée dans l'enceinte du Muséum, qu'il a servi tant d'années. Derrière la statue, une allée du Jardin des Plantes porte son nom : elle dessert l'immeuble dans lequel il vivait, 61 rue Cuvier (la « maison de Chevreul »), qui abrite aujourd'hui divers laboratoires du Muséum.

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Ses travaux scientifiques couvrent un large domaine. Il est surtout connu pour ses recherches sur les matières grasses animales.

En 1813 il isole l'acide margarique, qu'il nomme ainsi d'après les dépôts en perles (du grec : margarites) qu'il forme. On pense alors que l'acide margarique est l'un des trois acides gras qui entrent dans la composition de la plupart des matières grasses animales, les deux autres étant l'acide oléique et l'acide stéarique. En 1853, Heintz découvrira que l'acide margarique n'est, en fait, qu'une composition d'acide stéarique et de l'acide palmitique inconnu jusqu'alors.

Chevreul publie en 1823 Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale, dans lequel il explique la réaction de saponification et la composition de la stéarine. Il démontre que les corps gras sont formés d'une combinaison entre le glycérol et des acides gras. Il isole les acides stéariques et oléiques, auxquels il donne leur nom. Ces travaux conduisent au remplacement des chandelles par des bougies stéariques se consumant mieux et de fait produisant plus de lumière, moins de fumée et pratiquement plus d'odeurs incommodantes.

Chevreul était un sceptique et un opposant du spiritualisme moderne, populaire à l'époque, et qu'il considérait comme du charlatanisme (De la baguette divinatoire, et des tables tournantes, 1864).

Dans le domaine artistique, Chevreul s'est fait connaître des peintres pour sa loi du contraste simultané des couleurs : directeur de la Manufacture des Gobelins, il est saisi des plaintes de teinturiers qui observent que certaines teintures ne donnent pas les couleurs qu'on en attend. Il découvre d'abord que certaines teintures ne sont pas chimiquement stables. Mais surtout, il a l'intuition que les problèmes les plus délicats sont de nature non pas chimique mais optique : ce ne sont pas les pigments qui sont en cause, mais les tons colorés qui se trouvent à proximité. Chevreul décide alors de traiter scientifiquement la chose à fond ; en 1839, il fait paraître son essai De la loi du contraste simultané des couleurs. Il y montre qu'une couleur donne à une couleur avoisinante une nuance complémentaire dans le ton : les complémentaires s'éclairent mutuellement et les couleurs non-complémentaires paraissent « salies », comme lorsqu'un jaune placé près d'un vert prend une nuance violette. L'ouvrage de Chevreul était connu d'Eugène Delacroix et marqua les écoles artistiques comme l'impressionnisme, le néo-impressionnisme de Georges Seurat et le cubisme orphique, ou plus directement les simultanéismes.

Décorations[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Portent son nom :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches chimiques sur les corps gras d'origine animale, 1823 ;
  • De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés considéré d'après cette loi dans ses rapports avec la peinture, les tapisseries des Gobelins, les tapisseries de Beauvais pour meubles, les tapis, la mosaïque, les vitraux colorés, l'impression des étoffes, l'imprimerie, l'enluminure, la décoration des édifices, l'habillement et l'horticulture, 1839 ;
  • Recherches expérimentales sur la peinture à l'huile, dans « Mémoires de l'Académie des Sciences de l'Institut de France », t. XXII, Paris, Gauthier-Villars, 1850 ;
  • Lettres adressées à M. Villemain sur la méthode en général et sur la définition du mot fait, Paris, Garnier Frères Libraires Éditeurs, 1856 ;
  • Exposé d'un moyen de définir et de nommer les couleurs d'après une méthode précise et expérimentale, avec l'application de ce moyen à la définition des couleurs d'un grand nombre de corps naturels et de produits artificiels, dans « Mémoires de l'Académie des Sciences de l'Institut Impérial de France », t. XXXIII, Paris, Firmin Didot, 1861 ;
  • De la baguette divinatoire, et des tables tournantes, 1864 ;
  • De la méthode a posteriori expérimentale et de la généralité de ses applications, 1870 ;
  • Complément des études sur la vision des couleurs, dans « Mémoires de l'Académie des Sciences de l'Institut de France », t. XLI, deuxième série, Paris, Firmin Didot, 1879 ;
  • Mémoire sur la vision des couleurs matérielles en mouvement de rotation et des vitesses numériques de cercles dont une moitié diamétrale est colorée et l'autre blanche, vitesses correspondant à trois périodes de leur mouvement à partir de l'extrême vitesse jusqu'au repos, 1882.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Bouchard : Chevreul, éditions de la Madeleine, 1932, 209 pp
  • Élie Volf : Michel-Eugène Chevreul, un savant doyen des étudiants de France, l'Harmattan 2012, (ISBN 978-2-336-00331-3), 336 pp.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Médiathèque du patrimoine : archives photo