Chrysanthème

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Krisantem.
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les plantes à fleurs couramment appelées chrysanthèmes. Pour le genre Chrysanthemum, voir Chrysanthemum.
Chrysanthème
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Chrysanthème » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Chrysanthemum ×morifolium
Chrysanthemum ×morifolium
Taxons concernés

Plusieurs espèces des genres :

Les chrysanthèmes sont des plantes annuelles ou vivaces appartenant à plusieurs genres de la famille des Asteraceae, dont certaines espèces sont très cultivées comme plantes d'ornement. Le terme de « chrysanthème » est un mot du genre masculin[N 1] qui signifie étymologiquement « fleur d'or » [N 2].

La fleur de la Toussaint[modifier | modifier le code]

Les plus connus des chrysanthèmes sont les chrysanthèmes d'automne, ou chrysanthèmes des fleuristes (pomponnettes), consacrés au fleurissement des tombes, pour le jour des défunts. Dès le milieu du XIXe siècle apparaissent sur les tombes des défunts les chrysanthèmes qui remplacent la flamme des bougies[1]. Mais cette tradition s'est surtout répandue en France comme en Belgique à l’Armistice de 1918. On a choisi le chrysanthème pour fleurir les tombes des soldats car il fleurit tard dans l’année et peut résister à un gel modéré. À mesure du temps, l’arrivée des chrysanthèmes dans les cimetières glisse du 11 novembre à la fête des morts du 2 novembre. En 2010, quelque 21,3 millions de pots avaient été achetés en France à la charnière des mois d'octobre et novembre[2].

Le chrysanthème jaune est un symbole de longévité et d'immortalité en Orient et en Extrême-Orient[3] mais l'association du chrysanthème avec la mort n'est pas universelle. En Europe, on la trouve, outre en France, en Italie, Espagne, Pologne, Hongrie et Croatie. En Asie de l'Est, les chrysanthèmes blancs sont associés avec le chagrin et la mort. Aux États-Unis, la fleur est considérée comme positive (sauf à La Nouvelle-Orléans). En Australie, les chrysanthèmes sont offerts aux mamans pour la fête des mères.

Extension du terme « chrysanthème » en français[modifier | modifier le code]

Le terme « chrysanthème » employé seul ou accompagné d'un qualificatif variétal (Chrysanthème Alba Plena) désigne un élément d'un vaste complexe d'hybrides relevant du genre Chrysanthemum tel qu'accepté par GRIN[4] (2011) (et ayant été aussi appelé Dendranthema), à savoir les chrysanthèmes des fleuristes. Mais il peut aussi avoir une valeur générique et être employé avec un qualificatif (comme « chrysanthème des blés ») et dans ce cas renvoyer à des espèces qui à un moment ou à un autre, ont été classées par les botanistes dans les Chrysanthemum et qui n'avaient pas par ailleurs de désignation vernaculaire plus ancienne, tout en devenant communément connues pour qu'une appellation en français se fasse sentir.

Ainsi, la plante méditerranéenne actuellement officiellement dénommée par les botanistes[5] Glebionis coronaria, qui n'a pas eu d'utilisation médicinale en Europe (contrairement à l'Asie) et ne reçut donc pas de nom commun usuel en français, fut d'abord dénommée Chrysanthemum coronarium par Linné[6]. Les botanistes amateurs ou professionnels l'appelèrent donc communément « chrysanthème couronné » et cette appellation d'usage a continué à perdurer même après que la révision du genre Chrysanthemum l'eut fait passer chez les Glebionis.

Par contre depuis l'antiquité gréco-latine, plusieurs plantes médicinales reçurent le qualificatif générique de « camomille » (du grec χαμαιμηλον (Dioscoride, 3, 137) et du latin chamaemelon puis du latin médiéval camomilla IXe-Xe siècle[7]). C'est pourquoi la Grande Camomille désigne la plante actuellement nommée Tanacetum parthenium bien qu'elle ait reçu le nom de Chrysanthemum parthenium d'abord par Linné puis par un botaniste allemand du nom de Bernhardi, mais sans que jamais personne n'éprouve le besoin de la renommer dans une forme « chrysanthème » suivi d'un qualificatif quelconque.

De même, la « marguerite »[N 3], dont le nom français est apparu fin du XIIe- début du XIIIe par emprunt au latin classique margarita « perle » (du grec μαργαριτης), reçut la dénomination botanique de Chrysanthemum leucanthemum par Linné en 1753, puis de Leucanthemum vulgare par Lamarck en 1779, sans que son nom vernaculaire ne soit remanié.

Exemples de la trace laissée dans la langue commune des variations de dénominations botaniques au cours du temps :

  • Glebionis
    • Chrysanthème des jardins : Glebionis coronaria (L.) Cass. ex Spach (syn. Chrysanthemum coronarium L.)
    • Chrysanthème à carène : Glebionis carinatum (Schousb.) Tzvelev (syn. Chrysanthemum carinatum Schousb.)
    • Chrysanthème des moissons, chrysanthème des blés : Glebionis segetum (L.) Fourr. (syn. Chrysanthemum segetum L.)


Symbolique au Japon[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trône du chrysanthème.

Cette fleur est associé au pouvoir impérial au Japon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ça n'a pas toujours été le cas dans les siècles passés
  2. le terme chrysanthème est un emprunt (voir CNRTL) au latin impérial chrysanthemon, transcription du grec χρυσαν θεμον « idem », littéralement « fleur d'or ». Dans l'antiquité européenne, ce terme était utilisé par Pline et Dioscoride pour désigner l'immortelle (Helichrysul orientale) ou une espèce d'anthémis Anthemis tinctoria, cf. (en) Jacques André, Les noms des plantes dans la Rome antique, Belles Lettres,‎ 2010-06-19 (ISBN 2251328815)
  3. http://www.cnrtl.fr/definition/marguerite CNRLT]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Kurtz, Fêtes et Coutumes Populaires, BoD,‎ 2012, p. 108
  2. Clément Lacombe, « Au cimetière des chrysanthèmes », Le Monde,‎ 6 novembre 2011
  3. Isabelle Lévy, Pour comprendre les pratiques religieuses des juifs, des chrétiens et des musulmans, Presses de la Renaissance,‎ 2010, p. 252
  4. Référence GRIN : genre Chrysanthemum L. (en)
  5. Référence Tela Botanica (France métro) : Glebionis coronaria (fr)
  6. Spec Plant
  7. CNRTL

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]