Santa Fe (Nouveau-Mexique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Santa Fe.
Santa Fe
Image illustrative de l'article Santa Fe (Nouveau-Mexique)
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Nouveau-Mexique Nouveau-Mexique
Comté Santa Fe
Maire David Coss (D)
Code ZIP 87500-87599
Démographie
Population 67 947 hab. (2010)
Densité 701 hab./km2
Population Aire urbaine 144 170 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 35° 40′ 02″ N 105° 57′ 52″ O / 35.667222, -105.96444435° 40′ 02″ Nord 105° 57′ 52″ Ouest / 35.667222, -105.964444  
Altitude 2 134 m
Superficie 9 690 ha = 96,9 km2
· dont terre 96,7 km2 (99,79 %)
· dont eau 0,2 km2 (0,21 %)
Fuseau horaire MST (UTC-7)
Divers
Fondation 1605
Municipalité depuis 1852
Surnom « The City Different »
Localisation
Carte du comté de Santa Fe
Carte du comté de Santa Fe

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Mexique

Voir sur la carte administrative du Nouveau-Mexique
City locator 14.svg
Santa Fe

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte administrative des États-Unis
City locator 14.svg
Santa Fe

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

Voir la carte topographique des États-Unis
City locator 14.svg
Santa Fe
Liens
Site web http://www.santafenm.gov

La ville de Santa Fe (en anglais : [ˌsæntəˈfeɪ], nom tewa : Ogha Po'oge, nom navajo : Yootó) est la capitale de l'État du Nouveau-Mexique, aux États-Unis. Fondée par les Espagnols en 1607, Santa Fé (Villa Real de Santa Fé de San Francisco de Asís en espagnol, signifiant en français Ville royale de Sainte Foi de Saint François d'Assise) est aujourd'hui la deuxième aire urbaine (et la quatrième commune) du Nouveau-Mexique. Ville de style « adobe », Santa Fe est aussi un centre de tourisme et des arts. De nombreux artistes s'y sont installés depuis les années 1980 et les prix des logements ont fort augmenté dans le centre-ville. Presque la moitié des habitants de Santa Fe est d'origine hispanique. Lors du recensement de 2010, la localité comptait 67 947 habitants.

Santa Fe serait la ville la moins polluée du monde selon une étude menée par l'OMS[1] (ex aequo avec Clearlake (Californie) et Whitehorse).

Histoire[modifier | modifier le code]

Santa Fé

Les premiers occupants étaient les Amérindiens pueblos (nommés ainsi par les Espagnols). Ils entretenaient des relations étroites avec la terre dont ils faisaient des poteries ou des habitations en adobe.

Profitant de sa situation de carrefour, la ville se développa dès le XVIIe siècle : un premier établissement fut fondé par Juan Martinez de Montoya vers 1607, ce qui en fait la fondation européenne la plus ancienne du pays après Saint Augustine en Floride (1565). Les Espagnols ont eu recours au travail forcé des Amérindiens pour construire la ville[2]. Elle devint alors la capitale d'une province de la Nouvelle-Espagne baptisée Santa Fe de Nuevo México, qui fut explorée par Coronado. C'est lui qui fonda officiellement la ville.

Le 13 août 1680, Santa Fe est attaquée par les Amérindiens Pueblos, aidés par les Apaches. Le gouverneur doit même abandonner la ville et se réfugier à El Paso[3]. Les Pueblos exigeaient alors la fin de la présence espagnole et la libération de tous les esclaves de Nouvelle-Espagne. En décembre 1693, Don Diego de Vargas reprend Santa Fé et 470 Amérindiens sont exécutés en représailles, alors que les femmes et les enfants sont réduits en esclavage[4]. Seuls les Hopis demeurent insoumis. Un presidio est construit pour renforcer la défense de la bourgade.

En 1739, deux frères français, les Mallet, arrivent à Santa Fe : cela marque l'instauration de relations commerciales avec les marchands et les coureurs des bois de Louisiane française. Les Français fournissent des articles de quincaillerie contre de l'argent espagnol. En 1805, Pierre Vial découvre la piste de Santa Fé. Les connaissances géographiques des coureurs des bois permettent de lancer des expéditions terrestres à partir de Santa Fé, afin d'étendre l'influence espagnole.

Jusqu'à la guerre d'indépendance mexicaine, qui éclata en 1810, Santa Fe resta une ville espagnole. La constitution mexicaine de 1824 en fait la capitale du territoire de Santa Fe de Nuevo México. Pendant la Guerre américano-mexicaine, le général Stephen W. Kearny entre à Santa Fe en août 1846. Il attribue le poste de gouverneur à Charles Bent qui se révèle incompétent ; la population se soulève et Bent finit par être assassiné en janvier 1847[5]. L'armée américaine se livre alors à des représailles sanglantes.

En 1848, le Nouveau-Mexique passe sous contrôle américain, par le traité de Guadeloupe Hidalgo et devient en 1912 le 47e État des États-Unis. Santa Fe conserva son statut de capitale.

Géographie[modifier | modifier le code]

Santa Fe se trouve à une altitude de 2 134 m au-dessus du niveau de la mer (altitude du capitole). Il s'agit de la capitale d'État la plus haute des États-Unis. Elle est suivie par ordre décroissant par les villes de Cheyenne, Wyoming (1 848 m), Denver, Colorado (1 609 m), Carson City, Nevada (1 463 m), Salt Lake City, Utah (1 288 m) et Helena, Montana (1 237 m).

Chapelle San Miguel, Santa Fé, 1610, en adobe

Démographie[modifier | modifier le code]

En date du recensement 2010, il y avait 67.947 personnes résidant dans la ville. Le mélange racial des résidents de ville était 78,9 % blanc; 2,1 % amérindiens; 1,4 % Asiatique; et 3,7 % de deux races ou plus. Un total de 48,7 % de la population étaient Latine ou Latino. Les non-Latino étaient 46,2 % de la population [6].

Économie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Santa Fe a un climat de steppe d'altitude. Les températures présentent des écarts importants entre le jour et la nuit ainsi qu'entre l'hiver et l'été. Santa Fe reçoit 50-75 mm de pluie par mois en été et 13 cm de neige par mois en hiver. On compte plus de 300 jours par an ensoleillés.

Relevé météorologique de Santa Fe (35°37'N/105°58W, 2048 mètres)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −9,2 −6,2 −3,4 −0,2 4,5 9,4 12,2 11,5 7,8 1,8 −4,7 −8,9 1,2
Température maximale moyenne (°C) 6,1 9,3 13,4 17,9 22,8 28,3 29,8 28,3 24,9 19,1 11,3 6,5 18,2
Précipitations (mm) 15 13 21 18 32 31 57 54 42 33 27 17 363
Source : World Climate[7]


Culture et enseignement[modifier | modifier le code]

  • Santa Fe a attiré stars et artistes tels que Georgia O'Keeffe (en 1940), Sam Shepard ou Dennis Hopper. La capitale du Nouveau-Mexique est même devenue le deuxième foyer des États-Unis pour l'art contemporain, et l'un des premiers pour l'art western : on y compte en effet une dizaine de musées et plus de 200 galeries[8]. Ces dernières se concentrent autour de la Plaza et dans le quartier du Railyard. Le SITE, un lieu d'exposition qui occupe un ancien entrepôt de bière, accueille la seule biennale internationale du pays.
  • musée des Beaux-Arts, fondé en 1917.
  • musée Georgia O'Keeffe, fondé en 1997, expose 130 toiles de l'artiste américaine.
  • Festival du film de Santa Fe

Monuments[modifier | modifier le code]

Cathédrale-basilique Saint François d'Assise à Santa Fé, 1869

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.linternaute.com/actualite/monde/classement-des-villes-selon-pollution-de-l-air/les-villes-les-moins-polluees-du-monde.shtml
  2. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! Histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, 2002, p. 43.
  3. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! Histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, 2002, p. 46.
  4. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! Histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, 2002, p. 47.
  5. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! Histoire de l'Ouest américain d'hier à aujourd'hui, Paris, Flammarion, 2002, p. 86.
  6. « Santa Fe (ville), Nouveau Mexique », état et comté QuickFacts, U.S. bureau du recensement
  7. (en) « SANTA FE 2, New Mexico, USA:Climate, Global Warming, and Daylight Charts and Data », World Climate (consulté le 26-10-2009)
  8. Mimi Avins, « De l'art contemporain à profusion », Courrier international du 05/10/2006,
  9. Samuel Gance, Anton ou la trajectoire d'un père, L'Harmattan, Paris, 2013. p. 116.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]