Reggio d'Émilie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reggio d'Émilie
Reggio d'Émilie
Reggio d'Émilie
Noms
Nom italien Reggio nell'Emilia
Nom latin (origine) Regium Lepidi
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Regione-Emilia-Romagna-Stemma.svg Émilie-Romagne 
Province Reggio d'Émilie 
Maire Ugo Ferrari (intérim)
2009-2014
Code postal 42121-42124 (ville)
Code ISTAT 035033
Code cadastral H223
Préfixe tel. 0522 (ville)
Démographie
Gentilé Reggien
Population 170 086 hab. (31-12-2010[1])
Densité 736 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 42′ 00″ N 10° 38′ 00″ E / 44.7, 10.63333 ()44° 42′ 00″ Nord 10° 38′ 00″ Est / 44.7, 10.63333 ()  
Altitude Min. 58 m – Max. 58 m
Superficie 23 100 ha = 231 km2
Divers
Saint patron Saint Prosper
Fête patronale 24 novembre
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émilie-Romagne

Voir sur la carte administrative d'Émilie-Romagne
City locator 14.svg
Reggio d'Émilie

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Reggio d'Émilie

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Reggio d'Émilie
Liens
Site web http://www.municipio.re.it/
Map of comune of Reggio nell'Emilia (province of Reggio Emilia, region Emilia-Romagna, Italy).svg

Reggio d'Émilie (Reggio nell'Emilia ou plus couramment Reggio Emilia en italien ; Rèš en dialecte reggiano) est une ville italienne d'environ 170 000 habitants, chef-lieu de province en Émilie-Romagne (Italie).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom latin est Regium Lepidi (après Lépide, fondateur de la ville et de la voie qui donne son nom à la région). Après la conquête lombarde (au VIe siècle) la ville changea son nom en Reggio de Lombardie ; ce nom fut officiellement retenu pendant toute l'existence du Duché de Modène et Reggio, jusqu'à l'annexion des territoires des Este au Royaume de Sardaigne en 1859.

Géographie[modifier | modifier le code]

Reggio d'Émilie est située le long de la voie émilienne et de l'autoroute A1 Milan-Bologne, entre les villes de Parme et de Modène. La voie émilienne est située entre la plaine du Pô à une altitude variant de 29 à 135 mètres (58 m devant la mairie), intensément cultivée mais aussi riche d'installations industrielles, et les premières ondulations de l'Apennin reggiano. Cette chaîne a sa montagne plus haute dans la province de Reggio in Monte Cusna (2121 m). Une montagne très caractéristique pour son aspect et son histoire géologique est la Pietra di Bismantova (1047 m).
Grandes villes voisines :

Le centre-ville[modifier | modifier le code]

Le centre historique a la forme d'un hexagone allongé, traversé par la voie émilienne. Les monuments principaux sont le théâtre municipal (néoclassique), les basiliques renaissance et baroque de Saint-Prosper et de la Vierge de la Ghiara, le dôme et nombre de palais.

Les places de la ville sont intéressantes ainsi que les rues toutes en arcades (Piazza del duomo, piazza del Monte, Piazza San Prospero et Piazza Fontanesi). La via Emilia est bordée de palais.

Dans la salle des honneurs de l'hôtel de ville (XVIIe siècle) se trouve le premier drapeau tricolore de la République cisalpine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de Reggio d'Émilie.

Au moment de sa fondation par le général romain Lépide, Rhegium Lepidi appartenait à la Gaule cisalpine, dans le territoire des Boïens. Par la suite, après l'intégration de la Gaule cisalpine à l'Italie romaine, elle fit partie de la région VIII, Aemilia. Lors des invasions barbares, en 409 elle fut détruite par les Goths, quelques siècle plus tard elle fut relevée par Charlemagne. Devenue l'une des républiques lombardes au Moyen Âge, elle finit par tomber sous la domination de la maison d'Este en 1290.

Elle fut prise par les Français en 1702, par le prince Eugène de Savoie-Carignan en 1706 et par le roi de Sardaigne Charles-Emmanuel III en 1742.

Au XIXe siècle, Reggio fit partie de la République cispadane, puis cisalpine, où elle fut le chef-lieu du département du Crostolo. Napoléon Ier donna le titre de duc de Reggio au maréchal Oudinot.

Le congrès de Vienne donna Reggio au duc de Modène. En 1831, une révolte y éclata, Carlo Zucchi prend la tête d'une troupe et, le 7 mars, est nommé chef du gouvernement provisoire, qui fut aussitôt réprimée par les Autrichiens. Elle fut ensuite rattachée au royaume de Sardaigne et finalement à celui d'Italie.

Au XXe siècle, après la Seconde Guerre mondiale, Reggio fut gouvernée à la majorité absolue par le Parti communiste italien, ce qui lui valut comme au reste de la région l'épithète de « rouge ». Depuis les années 1990, elle est dirigée par la coalition de l'Olivier.

Voir aussi :

Monuments[modifier | modifier le code]

Places et rues[modifier | modifier le code]

  • via Æmilia - Via Emilia Santo Stefano et Via Emilia San Pietro
  • Corso Garibaldi (déjà Corso della Ghiara)
  • Via Roma (déjà Via Santa Croce)
  • Piazza del Duomo (nom officiel Piazza Prampolini), ou encore grand-place;
  • Piazza San Prospero, dite aussi petite place;
  • Piazza del Monte
  • Piazza Fontanesi
  • Piazza della Vittoria
  • Piazza Martiri del 7 luglio

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint-Georges avec l'Oratoire du Christ
  • Dôme - Cathédrale Sainte-Marie-de-l'Assomption
  • Basilique San Prospero
  • Basilique Nôtre Dame De La Ghiara
  • Oratoire du Christ
  • Église Saint-Pierre et Prospero
  • Église Saint-Etienne
  • Église Saint-Jean Evangelist (San Giovannino)
  • Église Saint-Jean Baptiste
  • Église Saint-Georges
  • Église de Saint-Augustin
  • Église Saint Spiridione
  • Église Saint Dominique
  • Église Saint Zenone
  • Église Saint Nicolò (Nicolas)
  • Église Saint Charles et Sainte Agathe
  • Église Sainte Thérèse
  • Église Saint Jérôme
  • Église Saint-François
  • Synagogue

Palais[modifier | modifier le code]

  • Palais Ducal
  • Palais del Monte
  • Palais Bussetti
  • Palais Guicciardi (Trivelli)
  • Palais Corbelli
  • Palais Masdoni
  • Palais Ancini
  • Palais Ruini
  • Palais Cassoli
  • Palais Fossa
  • Palais Magnani
  • Palais San Giovannino
  • Palais des Canonici
  • Palais de l'évêché
  • Hôtel de ville

Théâtres[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musées Civiques (Musei Civici)
  • Galleria Parmeggiani (Pinacoteca)
  • Musée du Tricolore (Musée du Drapeau National Italien)
  • Collezione Maramotti (Art moderne)[3]

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1987 1991 Giulio Fantuzzi PCI  
1991 2004 Antonella Spaggiari PDS  
14 juin 2004 4 juin 2013 Graziano Delrio DL, PD Ministre pour les Autonomies locales à partir d'avril 2013
4 juin 2013 en cours Ugo Ferrari PD Maire par intérim
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est subdivisé en 4 circonscriptions[4], qui recoupent les hameaux des alentours. Auparavant, les hameaux étaient appelés « villa » (en italien frazione) et le sont encore parfois aujourd'hui, et à chacun correspondait une paroisse. Certaines de ces villas ont rejoint les quartiers urbains à la suite de la croissance de l'après-guerre (Ospizio, Santa Croce, San Pellegrino, San Prospero Strinati). Ce sont désormais des quartiers périphériques.

La liste des « villas » comprend les localités suivantes :

  • Bagno
  • Cadè
  • Canali
  • Castellazzo
  • Cavazzoli
  • Cella
  • Codemondo
  • Coviolo
  • Fogliano
  • Gaida
  • Gavassa
  • Gavasseto
  • Mancasale
  • Marmirolo
  • Masone
  • Massenzatico
  • Ospizio
  • Pieve Modolena
  • Pratofontana
  • Rivalta
  • Roncadella
  • Roncocesi
  • Sabbione
  • San Bartolomeo
  • San Maurizio
  • San Pellegrino
  • San Prospero Strinati
  • Santa Croce
  • Sesso

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Albinea (9 km), Bagnolo in Piano (7 km), Bibbiano (12 km), Cadelbosco di Sopra (6 km), Campegine (11 km), Casalgrande (17 km), Cavriago (8 km), Correggio 15 km), Montecchio Emilia (14 km), Quattro Castella (14 km), Rubiera (14 km), San Martino in Rio (13 km), Sant'Ilario d'Enza (15 km), Scandiano (14 km)

Population[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Ethnies et minorités étrangères[modifier | modifier le code]

Selon les données de l’Institut national de statistique (ISTAT) au 1º janvier 2011 la population étrangère résidente était de 28.856 personnes soit 17 % de la population. Les nationalités majoritairement représentatives étaient :

Pos. Pays Population
1 Drapeau de l'Albanie Albanie 3579
2 Drapeau du Maroc Maroc 3240
3 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 2925
4 Drapeau de l'Ukraine Ukraine 2166
5 Roumanie Roumanie 2069
6 Drapeau du Ghana Ghana 2040
7 Drapeau de l'Égypte Égypte 1623
8 Drapeau de la Moldavie Moldavie 1445
9 Drapeau de la Tunisie Tunisie 1364
10 Drapeau du Nigeria Nigeria 1108

Jumelages[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Industries mécaniques et mécatroniques; industries alimentaires (fromage Parmigiano-Reggiano, vins Lambrusco et Malvasia, prosciutto, vinaigre balsamique); industries textiles; céramiques.

Éducation[modifier | modifier le code]

Reggio est au centre d'une importante expérience éducative pour les enfants de 0 à 6 ans, selon les études du pédagogue Loris Malaguzzi, né et ayant vécu à Reggio. Reggio Children est un modèle bien connu et appliqué dans les écoles d'enfance en plusieurs pays du monde entier[5].

Dans la ville, on trouve des écoles de tous les degrés de l'instruction supérieure et deux universités :

Sport[modifier | modifier le code]

La ville organise chaque année en juin un tournoi de tennis sur terre battue du circuit ATP Challenger Tour.

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]