Charles-Emmanuel III de Sardaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charles.
Charles-Emmanuel III de Savoie
Charles-Emmanuel III de Savoie
Charles-Emmanuel III de Savoie
Titre
Roi de Sardaigne
Prince de Piémont et Duc de Savoie
3 septembre 173020 février 1773
42 ans, 5 mois et 17 jours
Prédécesseur Victor-Amédée II
Successeur Victor-Amédée III
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance 27 avril 1701
Lieu de naissance Turin (Savoie)
Date de décès 20 février 1773 (à 71 ans)
Lieu de décès Turin (Sardaigne)
Père Victor Amédée II
Mère Anne-Marie d'Orléans
Conjoint Anne de Sulzbach
Polyxène de Hesse-Rheinfels-Rotenburg
Élisabeth de Lorraine
Enfant(s) Victor
Victor-Amédée III
Éléonore de Savoie
Louise
Félicité
Emmanuel
Charles
Charles
Victoire
Benoît

Charles-Emmanuel III de Sardaigne

Charles-Emmanuel III de Savoie, né à Turin le 27 avril 1701 et mort dans cette même ville le 20 février 1773, fut roi de Sardaigne, duc de Savoie et prince de Piémont de 1730 à 1773. Il était fils de Victor-Amédée II de Savoie et d'Anne-Marie d'Orléans.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille royale de Savoie; (G-D) Charles Emmanuel III, Victor Amédée II, Princesse Polyxène et Anne-Marie d'Orléans

Il monta sur le trône à 29 ans en 1730, après l'abdication de son père et gouverna en despote éclairé. Son père ayant tenté de reprendre le pouvoir, il l'assigna à résidence au château de Moncalieri. Il eut des démêlés avec l'Église, car il défendit que l'on ordonne des prêtres sans sa permission, et fit saisir les revenus du pape dans ses États.

Il s'unit en 1733 à la France et à l'Espagne, lors de la guerre de Succession de Pologne, qui avaient projeté d'affaiblir la maison d'Autriche : à la tête des troupes confédérées, il fit la conquête du Milanais, prit Pavie, vainquit les Impériaux à Guastalla, et obtint à la paix de Vienne (1738) les pays de Tortone et de Novare et quelques fiefs de l'Empire. Entre temps, il avait épousé Élisabeth-Thérèse de Lorraine, belle-sœur de la fille et héritière de l'empereur Charles VI du Saint-Empire, Marie-Thérèse.

Nonobstant, après la mort de l'empereur Charles VI (1740), il n'en prétendit pas moins au Milanais. Les promesses d'une augmentation de territoire de Marie-Thérèse d'Autriche le détachèrent de la France et de l'Espagne et le pays fut occupé par la soldatesque Espagnole de 1742 à 1749. Il enleva néanmoins Modène et La Mirandole aux Espagnols, et déploya de réels talents militaires en obtenant, en 1747, une victoire écrasante sur les Français à la Bataille d'Assietta.

Mais, après avoir perdu 5 000 hommes contre la France à Coni (1744), il signa en 1746, à Turin, une paix temporaire avec la France et fit épouser à son fils en 1750 une infante d'Espagne de la Maison de Bourbon, belle-sœur du Dauphin Louis-Ferdinand.

Dès lors, en « despote éclairé », il consacra tous ses soins à soulager ses peuples. Refusant de prendre part à la guerre de Sept Ans (1756-1763), il mit de l'ordre dans les finances, « fonctionnarisa » l'armée et l'enseignement, abrégea les longueurs de la Justice et organisa le cadastre (appelé Mappe Sarde) où fut employé Jean-Jacques Rousseau. Ses Lois et constitutions furent publiés en 1770.

Le 19 décembre 1771 il promulguait un édit pour "l'affranchissement des fonds sujets à devoirs féodaux", qui permettait aux paysans de racheter les droits féodaux à leurs seigneurs. Face aux résistances de la noblesse et du clergé, ce sera son fils, Victor-Amédée III qui fera aboutir cet affranchissement général par les lettres patentes du 2 janvier 1778.

Mariages et enfants[modifier | modifier le code]

Le futur Victor-Amédée III et ses trois sœurs, Éléonore-Thérèse, Marie-Félicité et Marie-Louise-Gabrielle par Maria Giovanni Clementi, 1730

Charles-Emmanuel, âgé de 21 ans, encore prince de Piémont, avait épousé en premières noces à Vercelli le 15 mars 1722 Anne-Christine de Palatinat-Soulzbach (1704 † 1723), fille de Théodore-Eustache, comte palatin de Soulzbach, et de Marie-Amélie de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg, qui mourut à 19 ans des suites de ses couches. Ils eurent :

  • Victor-Amédée-Théodore (1723 † 1725), prince de Savoie et duc d'Aoste.

Veuf, le prince de Piémont épousa à Thonon-les-Bains le 23 juillet 1724 Polyxène-Christine (1706 † 1735), fille d'Ernest-Léopold Ier, landgrave de Hesse-Rheinfels-Rotenbourg, et d'Éléonore de Löwenstein-Wertheim-Rochefort, une cousine germaine de sa première épouse qui mourut à 29 ans. Ils eurent :

  • Victor-Amédée III (1726 † 1796) épousa en 1750 Marie-Antoinette d'Espagne (1729-1785) d'où postérité.
  • Éléonore-Marie-Thérèse (1728 † 1781).
  • Marie-Louise-Gabrielle (1729 † 1767), religieuse à Saint-André-de-Chieri.
  • Marie-Félicité (1730 † 1801).
  • Emmanuel-Philibert (1731 † 1735), duc d'Aoste.
  • Charles-François-Romuald (1733 † 1733), duc de Chablais.

De nouveau veuf mais devenu roi, il épousa en troisièmes noces à Turin le 1er avril 1737 sa cousine utérine Élisabeth-Thérèse de Lorraine (1711†1741), fille de Léopold Ier, duc de Lorraine et de Bar et d'Élisabeth Charlotte d'Orléans, Princesse souveraine de Commercy, et donc sœur du futur empereur François Ier du Saint-Empire qui mourut à 29 ans des suites de ses troisièmes couches. Ils eurent :

  • Charles-François-Marie-Auguste (1738 † 1745), duc d'Aoste.
  • Victoire-Marguerite (1740 †1742).
  • Benoît-Marie-Maurice (1741 † 1808), duc de Chablais, puis marquis d'Ivrée à partir de 1796, qui épousa en 1775 sa nièce Marie-Anne de Savoie (1757 † 1824).

Trois fois veuf à seulement 40 ans, mais voyant sa succession assurée, le roi ne se remaria pas. Aucune de ses 3 femmes ne dépassa l'âge de 30 ans.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Charles-Emmanuel III de Sardaigne » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Max Bruchet, L'abolition des droits seigneuriaux en Savoie (1761-1793), Laffite reprints, 1979

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]