Province de Chubut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Chubut
(Es) Provincia del Chubut /
(Cy) Talaith Chubut
Blason de Province de Chubut
Héraldique
Drapeau de Province de Chubut
Drapeau
Localisation de la province de Chubut
Localisation de la province de Chubut
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Capitale Rawson
Gouverneur Martín Buzzi (PJ)
ISO 3166-2 AR-U
Démographie
Gentilé Chubutense
Population 506 668 hab. (2010)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Superficie 224 686 km2
Liens
Site web http://www.chubut.gov.ar

La province de Chubut se trouve au sud de l'Argentine, en Patagonie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'arrivée des Européens, le territoire était peuplé par des Amérindiens nomades, et spécialement les Tehuelches.

La région fut parcourue par des missionnaires — dont le célèbre jésuite Mascardi — aux XVIIe et XVIIIe siècles. Une première tentative de colonisation espagnole se concrétisa par la fondation du Fuerte de San José dans la région de la Péninsule Valdés, au milieu du XVIIIe siècle. Une grande partie des colons étaient des habitants du nord du Leon. Cette colonie fut détruite par les « Patagons » ou Tehuelches.

Georges Claraz naturaliste et explorateur suisse, découvre en 1865 le territoire du río Chubut.

Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'une colonisation réussie se déroula. Elle fut menée par des immigrants gallois, qui s'établirent dans la vallée inférieure du Río Chubut. Les Gallois arrivèrent sur le voilier Mimosa, échappant à la nouvelle religion que les souverains anglais cherchaient à imposer sur leurs terres natales. Depuis ce lieu, diverses autres implantations se déroulèrent et notamment l'une d'entre elles aboutit à la création de la colonie dite du 16 Octobre, dans la cordillère.

En marge de la Conquête du Désert, qui vit le général-président Julio Argentino Roca ravager la province et décimer les Indiens, le Territoire National du Chubut fut créé en 1884 et un certain Luis Fontana fut son premier gouverneur.

Après 1902, et la fin de la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud, plusieurs familles boers immigrèrent en Argentine et s'installèrent dans le Chubut, principalement dans la zone de Sarmiento.

Le 31 mai 1944, le territoire du Chubut fut amputé de toute une région au sud du 45e parallèle, soit une étendue de 42 330 km2, qui s'ajoutèrent aux 55 418 km2 pris sur le territoire de Santa Cruz, afin de créer la Zona Militar de Comodoro Rivadavia.

Par la loi Nº 14.408 du 15 juin 1955, signée par le président Juan Perón, on fit disparaitre la Zone Militaire de Comodoro Rivadavia et on restitua ces zones aux territoires du Chubut et de Santa Cruz. Le territoire du Chubut fut déclaré Province la même année.

Abritant la prison de Rawson, la province fut le lieu, en 1972, du massacre de Trelew.

Les Villes[modifier | modifier le code]

Capitale : Rawson.

Au Chubut il y a peu de villes notables:

Superbe paysage en province de Chubut. Photo du río Chubut prise à Los Altares.

Géographie[modifier | modifier le code]

Données de base:

  • Population 413 237 en 2001 - 506 668 en 2010
  • Superficie: 224 686 km2
  • Densité : 2,2 hab./km²

Le Chubut est la troisième province argentine du point de vue superficie, dépassée seulement par Buenos Aires et Santa Cruz.

Description[modifier | modifier le code]

On y distingue deux grandes régions, les Andes et les plateaux de Patagonie.

Sur la côte on doit signaler la péninsule Valdés et le golfe de San Jorge.

La steppe sèche couvre la région des plateaux patagoniques, tandis que sur la Cordillère s'étendent d'épaisses forêts de conifères.

Limites[modifier | modifier le code]

Subdivision en départements[modifier | modifier le code]

Le Chubut est divisé en 15 départements. La population de la province, estimée pour le recensement de 2010 se montait à 506.668 habitants

Département Superf.
(km2)
Popul.
2001
Popul.
2010
Chef-lieu Carte des départements
Biedma 12 940 58 667 81.025 Puerto Madryn Chubut political map.jpg
Cushamen 16 250 17 134 20.566 Cushamen
Escalante 14 015 143 669 182.631 Comodoro Rivadavia
Florentino
Ameghino
16 088 1 484 1.558 Camarones
Futaleufú 9 435 37 540 43.903 Esquel
Gaiman 11 076 9 612 12.947 Gaiman
Gastre 16 335 1 508 1.693 Gastre
Languiñeo 15 339 3 573 3.664 Tecka
Mártires 15 445 977 774 Las Plumas
Paso de Indios 22 300 1 905 2.079 Paso de Indios
Rawson 3 922 115 829 131.148 Rawson
Río Senguer 22 335 6 194 6.192 Alto Río Senguer
Sarmiento 14 563 8 724 11.422 Sarmiento
Tehuelches 14 750 5 159 5.361 José de San Martín
Telsen 19 893 1 788 1.705 Telsen

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001 2010
Province de
Chubut
3 748 23 065 92 456 142 412 189 920 263 116 357 189 425 375 506 668
Total Argentine 4 044 911 7 903 662 15 893 811 20 013 793 23 364 431 27 949 480 32 615 528 37 156 195 40 091 359

L'Institut argentin des statistiques et des recensements (INDEC) estimait la population de la province à 443 779 habitants en 2003[1]. Les projections de population effectuées par l'INDEC (Institut argentin des statistiques et des recensements) prévoyaient alors une population se montant à 470.733 habitants en 2010 et 494.904 en 2015, soit un accroissement de quelque 4 800 personnes annuellement[2],[3] .
Cependant, les résultats provisoires du recensement de 2010 affichaient une hausse plus importante que ne laissaient entrevoir ces prévisions. En 9 ans, la population s'est en effet accrue de quelque 19 % par rapport au recensement précédent effectué en 2001, soit un accroissement de plus ou moins 9 000 personnes par an en moyenne[4].

La croissance démographique a été très élevée tout au long du XXe siècle. En 1895, quelque 3 750 habitants à peine peuplaient ce vaste territoire, presque aussi étendu que le Royaume-Uni. Les aborigènes non soumis (Indios Bravos) n'étaient cependant pas inclus dans ce chiffre, mais ceux-ci avaient été décimés par la récente conquête du Désert, et n'étaient plus que quelques centaines — ils étaient estimés à seulement 30 000 pour toute l'Argentine —, Tehuelches essentiellement.

On remarque que la population de la province a presque doublé depuis le début des années 1980, et affiche ainsi un rythme d'accroissement nettement supérieur à la moyenne du pays. Enfin la forte natalité observée dans la province (8 680 naissances en 2000, et 8 492 en 2004, soit un taux de 19,3 pour mille) laisse entrevoir une poursuite de la hausse démographique dans les prochaines décennies.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.
Argentina - Político (regiones).png

La nouvelle Région Patagonique[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, la province de Chubut fait partie d'un des quatre groupes de province de l'Argentine : la Région de Patagonie ou Région Patagonique (Región Patagónica )

Celle-ci fut créée par le traité signé à Santa Rosa le 26 juin 1996. Ses buts sont exprimés dans l'article 2 du traité. Il y est dit que la région aura comme objectif général la promotion du développement humain et le progrès économique et social, en renforçant les autonomies provinciales dans la disponibilité de leurs ressources et l'accroissement de leur potentiel productif.

Les provinces qui ont intégré la Région de Patagonie sont :

« La Pampa, Neuquén, Río Negro, Chubut, Santa Cruz et Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud, y compris le sous-sol, la Mer Argentine adjacente et l'espace aérien correspondant ».

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les eaux de la cordillère des Andes franchissent en grande partie la frontière chilienne pour se jeter dans le Pacifique[5].

Bassin pacifique[modifier | modifier le code]

Le Chubut possède une belle série de lacs glaciaires, dont les principaux sont le Puelo, le Cholila, le Rivadavia, le Futalaufquen, le Menéndez, l' Amutuy Quimei, le General Vintter, le La Plata et le Fontana. Sauf les deux derniers cités, tous possèdent un émissaire dont le cours traverse la frontière chilienne pour se déverser dans l'Océan Pacifique. En l'occurrence, il s'agit des cours d'eau suivants :

  • Río Puelo, émissaire du lac Puelo et du lac Epuyén.
  • Río Futaleufú, émissaire notamment des lacs Cholila, Rivadavia, Lezama, Verde, Futalaufquen, Menéndez et Amutuy Quimei.
  • Río Carrenleufú, émissaire du lac General Vintter, ainsi que des lacs Guacho et Guacho supérieur.
  • Río Engaño, émissaire des lacs Berta supérieur, Berta inférieur, Engaño et Cóndor.
  • Río Pico, émissaire des lacs Pico Numero Uno, Numero Dos, Numero Tres, Numero Cuatro et Numero Cinco.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Étant donnée l'abondance des précipitations dans la région andine, ces lacs sont tous puissamment alimentés par de multiples rivières et ruisseaux autochtones qui ont souvent leurs sources dans les sommets enneigés de la cordillère. En conséquence les débits des émissaires franchissant la frontière sont eux aussi importants. Au total, d'après Aquastat, organisme international dépendant de la FAO, ce ne sont pas moins de 38 kilomètres cubes d'eau douce que l'Argentine apporte ainsi annuellement au Chili voisin[6] (38 milliards de mètres cubes), soit quelque 1200 m3 par seconde, ou encore plus du tiers du volume d'eau superficielle produit dans toute la Patagonie argentine. Le seul bassin du río Futaleufú apporte ainsi au Chili plus de 350 m3 par seconde, soit sept fois plus que le débit du río Chubut.

Bassin atlantique[modifier | modifier le code]

Le fleuve principal de la province est le Río Chubut, issu des Andes, mais qui déverse ses eaux dans l'Atlantique.

Bassin endoréique[modifier | modifier le code]

Une partie des eaux de la province, celles du Río Senguerr, venu lui aussi des Andes, se déverse dans un bassin endoréique comportant deux lacs qu'il forme successivement: les lacs Musters puis Colhue Huapi. L'émissaire des deux lacs, s'appelait Río Chico. Parti du Colhue Huapi, il rejoignait le Río Chubut. Mais, depuis le milieu du XXe siècle, le Senguerr a subi une utilisation intensive voire abusive de sa masse d'eau, ce qui a conduit à un désèchement progressif, qui fait que le Río Chico n'atteint plus le Río Chubut et semble avoir disparu. Depuis 1939, les eaux moins abondantes que le Río Senguerr apporte aux deux lacs, s'y évaporent totalement. Si bien que le cours du Chico qui jadis partait du lac Colhue Huapi vers le Río Chubut est désormais un lit sec.

Flore de la province[modifier | modifier le code]

Flore du plateau de Patagonie[modifier | modifier le code]

Dans cette région semi-désertique, les précipitations annuelles ne dépassent guère 200 millimètres. La flore native comporte essentiellement des espèces résistantes à la sècheresse, telles le Chuquiraga (Chuquiraga avellanedae), différentes espèces de Molle (Schinus spp.), le Charcao (Senecio filaginoides), le Calafate ou Berbéris à feuilles de buis (Berberis buxifolia ou Berberis heterophylla), le Yaoyín ou Coralillo (Lycium chilense), le Botón de Oro (Grindelia chiloensis), le Neneo (Mulinum spinosum), le Chupasangre (Maihuenia patagonica), le Colapiche (Nassauvia axillaris) et le Mamuel Choique (Adesmia volckmanni) [7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique principale du Chubut est l'extraction d'hydrocarbures, pétrole, et gaz naturel. Le Chubut produit 13 % du pétrole argentin et 2 % du gaz. Il existe aussi une industrie minière de poids, gisements de plomb, d'or et d'argent.
L'élevage de bétail ovin, activité traditionnelle de la région non andine de Patagonie argentine est en diminution. Ces derniers étaient élevés surtout pour leur laine, mais ce produit a perdu de son importance depuis l'apparition et le développement des fibres synthétiques à la place de la laine. Cela reste cependant une activité importante.
La province produit de plus, plus de 20 % de la pêche nationale. La mer argentine est très poissonneuse, et à la pêche en mer s'ajoute localement la pêche de poissons d'eau douce (lacs Musters et Colhue Huapi par exemple).
L'agriculture s'est bien développée depuis les années 1960 dans des zones d'oasis: La région de Sarmiento près des lacs précités, la basse vallée du Río Chubut et surtout la région fertile de "Chulilaw" ou du parallèle 42. De sorte qu'au Chubut on produit toutes sortes de fruits : fraises, framboises, salsepareilles, cerises, myrtilles, pommes, raisins. Enfin, depuis le début des années 2000, on y produit des vins blancs fins, ce qui fait du Chubut la région possédant les vignobles les plus méridionaux du monde.
Depuis les années 1960 le tourisme -assez fréquemment d'aventure- s'est de plus en plus développé, et en ce début de siècle les attraits naturels de la province sont connus un peu partout sur terre. L'économie de la province en profite de plus en plus.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Femelle d'éléphant de mer du sud
Dauphin de Commerson

Dans la province, l'attraction touristique principale, qui attire des centaines de milliers de touristes, étrangers ou non, est la Péninsule Valdés avec les golfes de San José et de San Matias, où il est possible d'observer la baleine franche australe et son comportement en période de reproduction, ceci durant les mois de printemps. Mais il existe encore d'autres endroits ou refuges de la faune marine de grand intérêt pour les touristes: par exemple de grands rassemblement d'éléphants de mer (ou elefanterías), de lions de mer (ou loberías) et de manchots (ou pigüineras). Ceux-ci se rencontrent tout au long du littoral atlantique du Chubut.

Rawson, capitale de la province, bénéficie également de l'écotourisme. Depuis le port de la ville on peut observer les dauphins de Commerson, un des plus petits cétacés au monde.

L'autre grand pôle d'attraction touristique est la région andine avec ses sommets enneigés toute l'année, ses lacs vraiment superbes, ses rivières abondantes et poissonneuses, ses forêts denses de conifères et de nothofagacées. Dans cette partie du territoire on a construit d'importants centres de sports d'hiver (principalement de ski).

Enfin une troisième région digne d'intérêt touristique, mais encore peu connue, est la région steppique et désertique centrale, avec d'abondantes géoformes et des montagnes aux couleurs surprenantes et singulières.

Principaux sites touristiques 
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Plages du Chubut 
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]