Caracara huppé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Caracara plancus

Description de cette image, également commentée ci-après

Caracara huppé

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Falconiformes
Famille Falconidae
Genre Caracara

Nom binominal

Caracara plancus
(J.F.Miller, 1777)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01/07/75

Le Caracara huppé ou Caracara à crête (Caracara plancus) est une espèce de rapaces de grande taille (entre 55 et 60 cm de long) appartenant à la famille des falconidés.

Description[modifier | modifier le code]

Il a une longueur totale de 50 à 65 cm et une envergure de 120 cm. Les individus vivant dans les régions les plus froides de la partie sud de son aire de répartition sont plus grands que ceux des régions tropicales. Le capuchon, le ventre, les cuisses, la plus grande partie des ailes et l'extrémité de la queue sont de couleur marron foncé, les oreilles, la gorge et la nuque sont blanchâtres, la poitrine, le cou, le dos, le dessus de la queue, le crissum et la partie basse de la la queue sont blanchâtres, rayés de brun foncé. En vol, les plumes les plus externes des ailes forment une grandetache blanche remarquable comme chez les autres espèces de caracaras. Les jambes sont de couleur jaune et la peau de la face est nue et la cire du bec est jaune à rouge-orange. Les jeunes ressemblent aux adultes, mais sont plus pâles, avec des stries sur la poitrine, le cou et le dos, les jambes sont grises et la peau de la face est blanchâtre devenant plus tard, rose-violet, de même que les cires.

Comportement[modifier | modifier le code]

Rapace audacieux et opportuniste, on le voit souvent se promener sur le sol où il se déplace très bien pour chercher sa nourriture. Il se nourrit principalement de charognes et n'hésite pas à attaquer des animaux jeunes, blessés ou en difficulté, à voler de la nourriture à d'autres rapaces, à piller les nids d'oiseaux et à prendre des proies vivantes si la possibilité se présente (surtout des insectes et autres petites proies: crabes, serpents, lézards mais va aussi jusqu'à la taille d'une Aigrette neigeuse), ou encore à se nourrir de la coprah des noix de coco[1]. Ses attaques initiales essayent souvent d'atteindre les yeux, les lèvres et la zone anale de manière à ce que la proie soit progressivement sans défense et qu'elle en meure finalement de manière à pouvoir la consommer[réf. nécessaire].

Il est dominant par rapport à l'Urubu noir et à l'Urubu à tête rouge pour les carcasses[réf. nécessaire]. Il est généralement solitaire, mais plusieurs individus peuvent se regrouper sur une grande source de produits alimentaires (par exemple, les décharges).

Reproduction[modifier | modifier le code]

La période de reproduction se situe au printemps et à l'été dans la partie sud de son aire de répartition, mais le calendrier est moins strict dans les régions plus chaudes. Le nid est une grande structure, de branchages, d'herbes et de duvet, généralement placée au sommet d'un arbre ou d'un palmier mais parfois on le trouve à même le sol. La ponte est en moyenne de deux œufs à trois œufs[2] et l'incubation de 28 à 32 jours[3].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

En Amérique du Sud, il vit depuis la Terre de Feu, dans le parc national Tierra del Fuego et la réserve naturelle de l'Île des États, jusque dans la région du fleuve Amazone et le sud du Pérou. Une population de 500 couples vit sur les Îles Malouines[4].

En Amérique du Nord, on le trouve dans certains États des États-Unis; assez commun au Texas, rare et localisé en Arizona et très localisé en Floride[5].

Il évite les hauts plateaux des Andes et la forêt dense humide comme la forêt amazonienne, où son territoire est limité aux sections dégagées le long des principales rivières. Sinon, il se produit dans pratiquement tous les espaces semi-ouverts ou ouverts et son habitat se trouve souvent à proximité de celui des hommes. Le Caracara huppé vit ainsi en lisière des bois ou sur des prairies ouvertes et se nourrit fréquemment d'animaux blessés ou tués par le trafic routier.

Dans la majeure partie de son territoire, il est commun à très commun. Il est susceptible de bénéficier de la généralisation de la déforestation en Amérique du Sud tropicale. Il est donc considéré comme peu menacé par la BirdLife International.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Caracara plancus a été décrite par le naturaliste britannique John Frederick Miller en 1777, sous le nom initial de Falco plancus. Plusieurs sous-espèces ont été décrites, mais plus aucune n'est reconnue valide par la communauté ornithologique. L'espèce était auparavant placée dans le genre Polyborus.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Falco plancus J.F.Miller, 1777 protonyme
  • Polyborus plancus

Photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de Oiseaux cd proie.tcedi.com
  2. Site de Colliergov.net
  3. Site de Peregrinefund.org
  4. Site de Falklands.net
  5. Birds of America / Smithsonian handbooks et observations personnelles en Floride du Sud dans le County de Hendry, entre Labelle et Immokalee (County de Collier) le long de la Route d'Etat 29 où il prédominait sur des carcasses d'animaux, effrayant les vautours noirs et les vautours "Turkey" (dinde)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :