Province de Jujuy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Jujuy
Provincia de Jujuy
Blason de Province de Jujuy
Héraldique
Drapeau de Province de Jujuy
Drapeau
Localisation de la province de Jujuy
Localisation de la province de Jujuy
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Capitale San Salvador de Jujuy
Gouverneur Eduardo Fellner (FPV-PJ)
ISO 3166-2 AR-Y
Démographie
Gentilé Jujeño/a
Population 672 260 hab. (2011)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Superficie 53 219 km2
Liens
Site web http://www.jujuy.gov.ar

La province de Jujuy est une province argentine, située au nord-ouest du pays, limitée à l'est et au sud par la province de Salta, à l'ouest par le Chili et au nord par la Bolivie. Sa capitale est San Salvador de Jujuy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au début de la conquête espagnole, le territoire actuel de Jujuy était peuplé de différents peuples indigènes. Les Omaguacas prédominaient, et se divisaient en partialités ou tribus. Parmi ces dernières les principales étaient les Ocloyas, les Purmamarcas, les Yavis, les Yalas, les Churumatas et les Jujuys, qui ont donné leur nom à la province. Cependant, dans la région de la Puna, les Atacamas étaient prédominants, et particulièrement la tribu des Lípes.

Les Omaguacas étaient une synthèse ethnique de Diaguitas et d' Atacamas avec une forte composante génétique arawak.
La résistance tenace de ces populations rendit difficile l'avance des envahisseurs, d'abord quechuas, puis espagnols. En 1536, Diego de Almagro parcourut la Puna de Jujuy, et la conquête de la province commença. La résistance des Omahuaca ou Omaguacas fit partie de celle des Diaguitas, de telle sorte que dans les Guerres Calchaquies les peuples aborigènes du Jujuy participèrent pleinement et produisirent des chefs renommés comme les chefs Juan Calchaquí, Kipildor (Quipildor) et Viltipoco. Ce fut aussi précisément dans la province que les Espagnols bouclèrent l'encerclement des vallées Calchaquies en révolte, lorsque fut fondée la ville et le fort de la ville de San Salvador de Jujuy par Francisco de Algañaraz, au confluent des rivières río Grande de Jujuy et río Xibi-Xibi, en 1593.

En 1810, lors du déclenchement de la révolution de mai, Jujuy comme Tarija dans l'actuelle Bolivie formaient la partie septentrionale du gouvernorat du Salta del Tucumán. Lors des guerres de libération, les royalistes entreprirent onze invasions depuis le Pérou et le Haut-Pérou, si bien que la situation des patriotes devint critique dans la zone de Lípez, Tarija et Jujuy. C'est pourquoi en 1812, Manuel Belgrano, commandant de l'armée du Nord (Ejército del Norte), dirigea l' Éxodo Jujeño (exode de Jujuy).
Un des principaux chefs royalistes (dernier vice-roi du Río de la Plata et autoproclamé vice-roi du Pérou fut l'ultra-conservateur Pedro Olañeta qui précisément était un propriétaire terrien établi dans le Jujuy.

Jujuy fut une des quatorze provinces fondatrices de l'Argentine.

En 1836, la plus grande partie de la province fut envahie par les troupes de la Confédération péruano-bolivienne.

En 1876, une rébellion indigène liée à la demande de terres dans les départements de Rinconada, de Cochinoca et de Yavi fut brutalement réprimée par le gouvernement provincial après que les rebelles eurent été vaincus à la bataille de Quera.

En 1943, le Gouvernement du territoire de Los Andes fut dissous, et Jujuy reçut le département de Susques.

Villes principales[modifier | modifier le code]

Les 16 départements de Jujuy[modifier | modifier le code]

Géographie et Climat[modifier | modifier le code]

Quebrada de Humahuaca
Route nationale 9 (Jujuy-Salta)

La province située dans le nord-ouest argentin, développe un relief éminemment montagneux. L'altitude augmente progressivement de l'est vers l'ouest. La zone sud-est est la moins élevée, et correspond à la vallée du río San Francisco, affluent abondant du río Bermejo.

On distingue trois grandes zones géographiques:

On distingue trois biomes au Jujuy; d'abord celui de l'Altiplano, un plateau de 3 500 m d'altitude qui couvre la majeure partie du territoire avec des pics (volcaniques) de plus de 5 000 m, dont le Tuzgle. Ensuite la région où coule le Río Grande de Jujuy au travers du cañon de la Quebrada de Humahuaca, et qui va d'une hauteur de 1 000 jusqu'à 3 500 m. Enfin dans le sud-est les sierras s'abaissant vers la plaine du Gran Chaco déterminent une région chaude de moins de 1 000 m.

Les grandes différences d'altitude et de pluviométrie ont produit des zones désertiques comme les Salars ou Salinas Grandes avec leurs mines de sel, mais aussi des zones très arrosées de jungles subtropicales, les yungas comme dans la Bolivie voisine.

Au total cependant le climat est majoritairement aride à semi-désertique, avec la très notable exception de la large vallée El Ramal du Río San Francisco.

Les différences de température diurne et nocturne sont importantes dans les régions élevées, et les précipitations sont réduites en dehors de la région du Río San Francisco.

Les ríos Grande de Jujuy, avec son affluent le Río Perico, et San Francisco alimentent le Río Bermejo, cours d'eau majeur du Chaco et d'Argentine. Les ríos San Juan, La Quiaca, Yavi et Sansana se jettent dans le Río Pilcomayo.

Le Jujuy et l'Axe du Capricorne[modifier | modifier le code]

Depuis août 2000, date de création de l'IIRSA, les pays d'Amérique du Sud ont de grands projets de travaux d'infrastructure routière et de communication à réaliser ou déjà réalisés, devant permettre de se relier entre eux, et de stimuler ainsi leurs économies, mais aussi de relier les deux grandes rives atlantique et pacifique pour stimuler et faciliter le commerce international (vers l'Asie surtout).

Parmi ces projets, celui dénommé "Axe du Capricorne" (Eje de Capricornio) patronné par l'IIRSA, doit permettre de relier le sud industrialisé du Brésil avec les ports du nord chilien d'Antofagasta et de Mejillones, en traversant les Andes au niveau des provinces argentines de Salta et de Jujuy. De gros investissements sont prévus [Quand ?] en Argentine dans ces deux provinces, et également dans celles du Chaco et de Formosa vers le Paraguay et le Brésil.

En ce qui concerne le Jujuy, une première étape a été inaugurée par les présidents Kirschner d'Argentine et Lagos du Chili en 2005. C'est la construction de la route nationale 52, route ultramoderne entre San Salvador de Jujuy et Antofagasta sur l'Océan Pacifique, franchissant les Andes au Paso de Jama à plus 4 200 m d'altitude et empruntable toute l'année (pas d'enneigement). Cette route doit servir à bien des camions pour le transport depuis et vers l'Asie et surtout la République populaire de Chine dont le commerce avec les pays du Mercosur a littéralement explosé au début du XXIe siècle.

D'autres travaux vont suivre.[Quand ?] Il s'agit notamment de la modernisation de la voie ferrée "General Manuel Belgrano" qui relie la Bolivie à la capitale de la province de Jujuy, et de la portion provinciale de la voie Jujuy-Formosa (vers le Paraguay).

Source : Site de l'IIRSA [1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001
Province de
Jujuy
49 713 77 511 166 700 241 462 302 436 410 008 512 329 611 888
Total Argentine 4 044 911 7 903 662 15 893 811 20 013 793 23 364 431 27 949 480 32 615 528 36 260 130

D'après l'INDEC (Institut argentin des statistiques et des recensements), en 2003, la population était estimée à 662 477 habitants[2].

En 1895, il n'y avait que 49 713 habitants qui peuplaient le territoire, d'une superficie un peu plus vaste que celle de la Suisse. La croissance démographique a été fort semblable à celle de l'ensemble de l'Argentine jusqu'aux années 1950.
Plus récemment, on remarque que la population de la province a plus que doublé entre 1970 et 2001, et affiche ainsi un rythme d'accroissement supérieur à la moyenne du pays. Ce fait est lié à la fécondité assez élevée de ses habitants. La natalité observée ces dernières années dans la province (13 651 naissances en 2000, et 13 709 en 2004, soit un taux de 21,3 pour mille) laisse entrevoir la poursuite d'une croissance démographique appréciable dans les prochaines décennies.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vue du Cerro de los siete colores à Purmamarca
Yavi : Chapelle de San Francisco. (XVIIe siècle)

Écotourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les attractions touristiques nombreuses de la province se trouve la Quebrada de Humahuaca, qui se distingue par la somptuosité de ses paysages et son riche patrimoine culturel. Il est aussi recommandé de parcourir la zone des Yungas et de la Puna, avec des paysages qui vont de la forêt exubérante à des territoires désertiques. Soulignons entre autres :

Tourisme culturel[modifier | modifier le code]

  • Une visite de la ville de San Salvador de Jujuy, ainsi que de sa cathédrale sont suggérées.
  • Parmi les villes moins importantes, citons le petit joyau que constitue Purmamarca et son église dédiée à Santa Rosa de Lima, classée Monument historique national.
  • Le Pucará de Tilcara
  • L'antique petite ville de Yavi, dans la Puna, à plus de 3 500 mètres d'altitude. La ville est un ancien relais sur le trajet du Camino Real ou Route Royale espagnole, qui reliait le grand centre minier de Potosi actuellement en Bolivie, et le port colonial de Buenos Aires.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'IIRSA : El Eje del Capricornio (L'axe du Capricorne) (es)
  2. Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC)

Liens externes[modifier | modifier le code]