Province de Neuquén

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Province de Neuquén
Provincia del Neuquén
Blason de Province de Neuquén
Héraldique
Drapeau de Province de Neuquén
Drapeau
Localisation de la province de Neuquén
Localisation de la province de Neuquén
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Capitale Neuquén
Gouverneur Jorge Sapag
ISO 3166-2 AR-Q
Démographie
Gentilé Neuquino/a
Population 550 344 hab. (2010)
Densité 5,8 hab./km2
Géographie
Superficie 94 078 km2
Liens
Site web http://www.neuquen.gov.ar

La province de Neuquén est une province d'Argentine, qui se trouve à l'extrémité nord-ouest de la Patagonie argentine. Avec une superficie de 94 378 km2, elle est la plus petite province des régions australes du pays. Sa géographie s'abîme sur l'imposante Cordillère des Andes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les habitants primitifs étaient groupés en trois ethnies, les Pehuenches, de la famille des Huarpes, les Tehuelches et les Mapuches. Ce fut un territoire de Patagonie inexploré pendant longtemps, car les Européens ne s'intéressaient qu'aux côtes de ces régions. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, le père Diego Rosales parcourut les rives du lac Nahuel Huapi et atteignit le volcan Lanín. En 1670, le père jésuite Mascardi fonda la réduction de Nuestra Señora de Nahuel Huapi. Quelques fruits introduits par les missionnaires prospérèrent de sorte qu'à la fin de XVIIIe siècle et durant la majeure partie du XIXe siècle, le bassin du Río Limay était connu comme le « pays des Pommes ».

Le toponyme Neuquén vient du mapudungun. Dans cette langue le mot Nehuenken se réfère à la rivière Río Neuquén et signifie « torrentueux ».

En 1879, se déroula la triste Conquête du Désert dirigée par Julio Argentino Roca. Les indigènes qui peuplaient la province étaient au nombre de 60 000 environs[1]. Roca brisa leur résistance. Ils furent en grande partie exterminés, si bien qu'au recensement de 1895, on ne comptait plus sur le territoire de l'actuelle province que 14 517 habitants, Indios bravos exclus il est vrai [2].

En 1884, la loi 1.532 restructurait l'espace de la Patagonie et donna au territoire de Neuquén ses limites actuelles. La première capitale, provisoire fut Ñorquín. Ensuite, entre 1885 et 1888 ce fut Campana Mahuida (l'actuelle Loncopué). Fin 1888 le siège émigra à Chos Malal, pour enfin se trouver transféré à Confluencia, nom originel de l'actuelle ville de Neuquén en 1904.

Le 15 juin 1955, le Congrès national adopta la loi no 14.408 promulguée par le Pouvoir exécutif national le 28 du même mois, par lequel la province de Neuquén était créée, ainsi que quatre autres provinces. La Constitution provinciale fut adoptée le 29 novembre 1957, amendée le 20 mars 1994 et réformée par la Convention constituante le 17 février 2006.

Villes principales[modifier | modifier le code]

Population au recensement de 2001 entre parenthèses :

  • Neuquén (201 868) : ville-champignon, comme la plupart des grandes villes de Patagonie argentine, son agglomération (y compris Plottier et Cipolletti, cette dernière située en province de Río Negro), se montait à 243 803 habitants en 2001, ceci lui conférant la première place en Patagonie. Cette place est cependant menacée par Comodoro Rivadavia, métropole du Chubut, fort bien située en bordure de l'océan.
  • Cutral-Có (33 995) : Ancienne capitale du pétrole argentin, la ville a beaucoup souffert de la politique de Carlos Menem de dérégulation-dénationalisation à tout crin des années 1990. Sa population n'a pas augmenté entre 1991 et 2001. Avec sa jumelle Plaza Huincul, elle reste cependant la deuxième agglomération de la province.
  • Zapala (31 534) : terminus de la route nationale 22, cette ancienne ville minière (cimenteries) est devenue grâce au bon réseau routier un port sec. On y emploie la méthode multimodale : les marchandises arrivées par chemin de fer y sont déchargées puis embarquées dans des camions à destination du Chili, via le col Paso de Pino Hachado, distant de 140 kilomètres.
  • Centenario (28 956) : est une cité-dortoir située à une quinzaine de kilomètres de Neuquén la capitale.
  • Plottier (25 186) est une commune faisant partie du grand Neuquén.
  • San Martín de los Andes (22 432) : édifiée sur la rive est du lac Lácar, dans un site presque enchanteur, l'un des plus beaux de Patagonie, San Martín de los Andes est le centre touristique principal de la province et l'un des principaux de toute la Patagonie argentine. On y accède par des routes bien revêtues et par un aéroport. Sa population croît rapidement.
  • Plaza Huincul (12 273) : la ville est économiquement aussi mal lotie que sa grande sœur Cutral-Có dont elle partage l'agglomération. Son musée paléontologique est remarquable et contient des fossiles d'immense valeur scientifique, comme les restes de l'Anabisetia et surtout ceux de l'Argentinosaurus, considéré comme le dinosaure le plus grand du monde.
  • Chos Malal (11 361) : ancienne capitale du Territorio del Neuquén jusqu'en 1904, la ville située sur les rives du río Neuquén est construite dans la zone de contact entre la végétation xérophile du plateau de Patagonie et les bois de conifères des Andes du nord de la province.
  • Junín de los Andes (10 302) : la petite ville en croissance rapide est la capitale nationale de la truite. Dans ses environs se trouvent les meilleurs sites de pêche de la province, comme la Boca del Chimehuin, exutoire du grand lac Huechulafquen.
  • Rincón de Los Sauces (10 121) : La ville connaît un développement très rapide. Fondée en 1970, à la suite de la découverte d'importants gisements de pétrole, elle a été déclarée capitale nationale de l'énergie, nonobstant le fait que Comodoro Rivadavia reste la capitale nationale du pétrole. En 10 ans, sa population s'est accrue de plus de 150 %.
  • Villa La Angostura (7 325) : située au sein du parc national Nahuel Huapi, sur la rive nord du grand lac, la petite ville a vu l'effectif de sa population plus que doubler en 10 ans à la suite du grand boom touristique de la région et grâce à une immigration intense, venue aussi du Chili voisin.
  • Senillosa (5 770)
  • San Patricio del Chañar (5 063) : renommée pour ses vins, la ville est l'un des maillons de la Ruta del vino, manzanas y dinosaurios (Route du vin, des pommes et des dinosaures).
  • Loncopué (4 266)
  • Las Lajas (4 078)
  • Aluminé (3 720) : la ville est un centre mapuche et amérindien important. Leurs produits artisanaux se trouvent dans la Casa de la Cultura (maison de la culture).
  • Buta Ranquil (1 621) : Ancien chef-lieu du département de Pehuenches, aujourd'hui remplacée par Rincón de Los Sauces, la petite ville de Buta Ranquil, sise sur la mythique route nationale 40, vit au pied des 4 000 m de l'imposant volcan Tromen.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1895, la population de la province a évolué comme suit :

1895 1914 1947 1960 1970 1980 1991 2001 2010
Province de
Neuquén
14 517 28 866 86 936 109 890 154 470 243 850 388 833 486 779 551 266[3]
Total Argentine 4 044 911 7 903 662 15 893 811 20 013 793 23 364 431 27 949 480 32 615 528 37 156 195 40 117 096

D'après l'INDEC (Institut argentin des statistiques et des recensements) en 2003 la population de la province était estimée à 525 355 habitants [4].

La croissance démographique a été très élevée tout au long du XXe siècle. En 1895, il n'y avait que 14 517 habitants recensés qui peuplaient ce territoire, grand comme trois fois la Belgique. Les aborigènes non soumis (Indios Bravos) n'étaient cependant pas inclus dans ce chiffre, mais ceux-ci avaient été presque exterminés ou déportés lors de la récente conquête du Désert, et n'étaient plus très nombreux (ils étaient estimés à seulement 30 000 pour toute l'Argentine), Mapuches essentiellement.

Plus récemment, on remarque que la population de la province a plus que triplé depuis le début des années 1970, résultat notamment d'une importante immigration. La province affiche ainsi un rythme d'accroissement très supérieur à la moyenne du pays.

Enfin la natalité relativement forte observée dans la province (10 057 naissances en 2000, et 10 138 en 2004, soit un taux de 19,8 pour mille) laisse entrevoir une poursuite de la forte hausse démographique dans les prochaines décennies.

Article détaillé : Démographie de l'Argentine.

Les projections de population effectuées par l'INDEC (Institut argentin des statistiques et des recensements) prévoient une population se montant à 608 090 en 2015, soit un accroissement de plus ou moins 10 000 personnes annuellement. La province continuerait donc ainsi sa progression à un rythme de l'ordre de 1,8 % annuellement [5],[6].

Subdivisions[modifier | modifier le code]

En 1915, le territoire a été divisé en 16 départements, en répondant à des préoccupations purement administratives et territoriales. À leur tour les départements sont divisés en municipes.

Les 16 départements de la province (entre parenthèses leur chef-lieu) sont les suivants :

Département Superficie
( km2 )
Pop.
( 2001 )
Pop.
( 2010 )
Chef-lieu Carte des départements
Departamento Aluminé (Neuquén - Argentina).png Aluminé 11.655 6.308 8.156 Aluminé Neuquén province (Argentina), departments and capital.png
Departamento Añelo (Neuquén - Argentina).png Añelo 11.655 7.554 10.621 Añelo
Departamento Catán Lil (Neuquén - Argentina).png Catán Lil 5.490 2.469 2.084 Las Coloradas
Departamento Chos Malal (Neuquén - Argentina).png Chos Malal 4.330 14.185 15.138 Chos Malal
Departamento Collón Curá (Neuquén - Argentina).png Collón Curá 4.330 4.395 4.530 Piedra del Águila
Departamento Confluencia (Neuquén - Argentina).png Confluencia 7.352 314.793 361.840 Neuquén
Departamento Huiliches (Neuquén - Argentina).png Huilliches 4.012 12.700 14.891 Junín de los Andes
Departamento Lácar (Neuquén - Argentina).png Lácar 4.930 24.670 29.102 San Martín de los Andes
Departamento Loncopué (Neuquén - Argentina).png Loncopué 5.506 6.457 6.878 Loncopué
Departamento Los Lagos (Neuquén - Argentina).png Los Lagos 4.230 8.654 11.830 Villa La Angostura
Departamento Minas (Neuquén - Argentina).png Minas 6.225 7.072 7.589 Andacollo
Departamento Ñorquín (Neuquén - Argentina).png Ñorquín 5.545 4.628 4.667 El Huecú
Departamento Pehuenches (Neuquén - Argentina).png Pehuenches 8.720 13.765 24.696 Rincón de Los Sauces
Departamento Picún Leufú (Neuquén - Argentina).png Picún Leufú 4.580 4.272 4.530 Picún Leufú
Departamento Picunches (Neuquén - Argentina).png Picunches 5.913 6.427 7.001 Las Lajas
Departamento Zapala (Neuquén - Argentina).png Zapala 5.200 35.806 36.791 Zapala

D'après les données provisoires du recensement de 2010, la population totale de la province se montait ainsi à 550.344 habitants [7].

Argentina - Político (regiones).png

La nouvelle Région Patagonique[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, la province de Neuquén fait partie d'un des quatre groupes de province de l'Argentine : la Région de Patagonie ou Région Patagonique (Región Patagónica )

Celle-ci fut créée par le traité signé à Santa Rosa le 26 juin 1996. Ses buts sont exprimés dans l'article 2 du traité. Il y est dit que la région aura comme objectif général la promotion du développement humain et le progrès économique et social, en renforçant les autonomies provinciales dans la disponibilité de leurs ressources et l'accroissement de leur potentiel productif.

Les provinces qui ont intégré la Région de Patagonie sont :

"La Pampa, Neuquén, Río Negro, Chubut, Santa Cruz et Terre de Feu, Antarctique et Îles de l'Atlantique Sud, y compris le sous-sol, la Mer Argentine adjacente et l'espace aérien correspondant".

Géographie[modifier | modifier le code]

La province de Neuquén, comme l'ensemble de la Patagonie argentine présente globalement deux zones géographiques bien différenciées. L'ouest est le domaine des montagnes et coïncide avec une partie de la Cordillère des Andes. Dans la moitié sud de cette zone, les précipitations sont abondantes et les versants sont en grande partie recouverts de forêts. Le sud de cette région est aussi riche en lacs et une grande partie de son territoire est protégée par des parcs nationaux. L'est de la province en revanche est le domaine des plateaux peu élevés ou mesatas. Cette région extra-andine est sèche et semi-désertique, elle a un climat froid en hiver, mais très chaud en été et un biome de steppe. Son relief de meseta tabulaire est tailladé par des vallées fluviales et entrecoupé de dépressions.

La région andine du Neuquén[modifier | modifier le code]

San Martín de los Andes en hiver

Dans la province, la Cordillère des Andes présente deux grands secteurs. Au nord, ce sont les Andes arides ; c'est là que se trouvent les plus hauts sommets, avec des cols d'altitude élevée. Le sud par contre, depuis le col Paso de Pino Hachado, est constitué par les Andes dites de transition. Elles sont nettement plus basses et les cols frontières sont de moindre altitude. La communication se fait plus facile avec le Chili voisin. Durant l'hiver cependant, les imposantes masses de neige provoquent de fréquentes fermetures de ces cols, ce qui rend le franchissement difficile. Cette zone sud héberge aussi de nombreux lacs transversaux d'origine glaciaire. Les plus connus sont les lacs Nahuel Huapi, Huechulafquen et Lácar. L'émissaire de ce dernier, le río Huahum, franchit aisément la Cordillère et traverse le Chili pour déverser ses eaux dans le Pacifique.

Les versants des montagnes andines sont couverts de forêts, surtout dans la moitié sud de la zone (au sud du col Paso de Pino Hachado). Ces forêts montent jusqu'au niveau des neiges permanentes. Elles présentent deux étages : l'étage arboré qui peut dépasser 20-30 mètres et le sous-bois, formé d'arbustes ou de cannes (bambous) comme le colihue.

Les rivières qui naissent dans la Cordillère sont souvent très abondantes et ont un potentiel hydroélectrique élevé, aujourd'hui largement exploité. On a ainsi construit de grands barrages qui ont créé de nouveaux grands lacs : tels les barrages d'Alicurá, d'El Chocón, de Cerros Colorados ou de Piedra del Águila. Le régime des cours d'eau du Neuquén est à double crue, en hiver et au printemps : la crue d'hiver causée par les pluies est suivie de celle printanière due au dégel. Les vents prédominants viennent de l'ouest ; ils sont très humides et causent de fortes précipitations sur les Andes, maximales en été. Plus loin à l'est, ils ont perdu leur charge hydrique, deviennent secs et contribuent ainsi au climat semi-désertique de la partie orientale de la province.

Pour préserver les beautés naturelles et les riches écosystèmes de la région andine de la province, on a créé de vastes parcs nationaux comme le parc national Lanín et le parc national Nahuel Huapi, qui ont été déclarés Patrimoine naturel mondial par l'UNESCO en 1981.

Les autres parcs nationaux de la province sont Los Arrayanes et le parc national Laguna Blanca. Il existe en outre des parcs régionaux et autres zones protégées.

Parallèlement à la Cordillère des Andes, à l'intérieur de la province, depuis le volcan Domuyo au nord, jusqu'aux environs du lac Aluminé au sud, la Précordillère neuquine (Precordillera Neuquina) court du nord au sud. Son point le plus élevé est le Cerro Butalón (2 986 mètres) qui fait partie de son secteur central appelé Cordillera del Viento.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les principaux sommets montagneux :

Ressources hydriques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Les bassins hydrographiques de la province de Neuquén

Dans la zone sud des Andes, au sud-ouest de la province, à proximité de la frontière chilienne, se trouvent des lacs transversaux, occupant le lit d'anciens glaciers.

Le bassin hydrographique principal de la province est celui du río Negro, avec ses affluents le río Limay et le río Neuquén. Son débit moyen est de l'ordre de 1 000 mètres cubes par seconde.

L'autre bassin important est celui du río Colorado, dont le débit moyen est de l'ordre de 150 mètres cubes par seconde.

Tous les cours d'eau du Neuquén ont un régime à double crue, en hiver (austral) et au printemps ; les crues sont causées par les pluies, plus abondantes en hiver, puis par la fonte des neiges au printemps.

Dans le secteur nord de la province se trouvent d'abondantes sources thermales et des geysers, spécialement dans les zones du Domuyo (où l'on trouve aussi de nombreuses solfatares) et de Caviahue-Copahue.

Au sud-ouest de la province, une petite portion du territoire, centrée sur le lac Lácar, fait partie du bassin de l'Océan Pacifique, par l'intermédiaire du río Hua-hum.

Climat[modifier | modifier le code]

En général, le climat du Neuquén est de type continental, frais, avec une saison tempérée, l'été. Le biome de la majeure partie de l'est de la province est le semi-désert, bien que les vallées des principaux cours d'eau offrent des zones irriguées très fertiles (dédiées le plus souvent à la culture des fruits : pommes, poires, vignes, etc).

Le secteur occidental andin de la province contraste fort avec le secteur oriental: une frange longitudinale, limitrophe des sommets de la cordillère des Andes est recouverte d'une forêt froide très humide antiboréale ; c'est la forêt froide dite « Valdivienne », du nom de la région de Valdivia, au Chili.

Relevé météorologique de Villa La Angostura
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 5,9 4,6 3,6 2,4 1,3 −0,8 −1,2 −1,1 −0,4 1,1 2,5 5 1,9
Température maximale moyenne (°C) 22,3 21,4 19 13,9 8,9 5,9 6,4 8,2 11,1 15 18,2 22,2 14,4
Précipitations (mm) 81,7 82,3 80 168 434 297 263 213 172 121 91,1 81,1 2 084,2
Source : Temperatura y precipitaciones (1980-1986) [8]


Climogramme de la ville de Neuquén
Carte des types de climat de la province
Le colihue ou Chusquea culeou est un bambou formant des sous-bois dans la dense forêt valdivienne

On peut distinguer, dans la province, quatre régions climatiques principales qui déterminent des paysages différents :

Subhumide andin
Perhumide andin
Semi-aride de cordillère
Aride de steppe

À quoi certains ajoutent un cinquième climat : semi-aride de sierra de Patagonie

Flore[modifier | modifier le code]

La forêt valdivienne[modifier | modifier le code]

Nalca, typique du bois valdivien.

Dans les zones les plus arrosées du sud-ouest de la province, le long de la frontière chilienne, se développe la dense forêt valdivienne, laquelle prolonge celle du Chili. Elle est presque entièrement protégée grâces aux parcs nationaux Nahuel Huapi et Lanín. Les précipitations y atteignent jusqu'à 4 000 mm annuellement[9]. La végétation y est exubérante et d'un vert intense[10].

La flore qui s'y développe est composées de diverses espèces : comme le cyprès de las Guaitecas, le nogal sylvestre ou fuinque, le mañío mâle, et le mañío femelle. On trouve également d'autres conifères comme le lahuán ou alerce, ou Fitzroya ou « cyprès de Patagonie ». On y voit des alerces géants, l'espèce pouvant vivre jusqu'à 4 000 années. Nombreux sont aussi les cannes de colihue et les lianes, ce qui peut rendre impénétrable le sous-bois de certaines zones. Dans les clairières se développe le nalca, dont les feuilles d'un vert profond peuvent atteindre 1,5 mètre de diamètre. On trouve aussi des fleurs de fortes couleurs dont le fuchsia de Magellan [11].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Forêt d'arrayáns.
Botellita ou Ourisia ruelloides.

La forêt andino-patagonique[modifier | modifier le code]

À l'est de la forêt valdivienne s'étend la zone dite de la forêt andino-patagonique ou forêt de transition entre la forêt valdivienne et la steppe patagonique. Elle forme une écharpe de plus ou moins 15 km de large d'est en ouest. Le régime des précipitations y oscille entre 600 et 1 200 mm par an, principalement entre avril et août. Ce type forêt comporte une grande variété d'arbres, surtout des conifères et des nothofagaceae.

Fleurs et fruits du chilco ou fuchsia de Magellan.

On y trouve le lipain ou « cyprès de la cordillère » (Austrocedrus chilensis), le radal (Lomatia hirsuta), le ñire (Nothofagus antarctica) et le maitén (Maytenus boaria). L'espèce emblématique est le cyprès : le pehuén (ou Araucaria araucana, emblème de la province). On y trouve aussi le raulí (Nothofagus alpina), le lahuán ou « alerce patagónico » (Fitzroya cupressoides), le laurel (Laurelia sempervirens), le roble pellín (Nothofagus obliqua) et le nogal sylvestre ou fuinque (Lomatia hirsuta) [12].

Au-delà de 1 000 mètres d'altitude, on trouve des bosquets de lengas (Nothofagus pumilio) et de ñires (Nothofagus antarctica). Le sous-bois est composé d'arbustes comme le taique (Desfontainia) et la chaura (Pernettya). On peut aussi voir la Mutisia aux fleurs orangées, le notro (Embothrium coccineum) aux fleurs d'un rouge intense, la rosa mosqueta (espèce étrangère bien acclimatée ici), l'espino negro (Rhamnus lycioides), le pañil (Buddleja globosa), ainsi que le michay (Berberis darwinii), le berbéris à feuilles de buis ou calafate, plante emblématique de la Patagonie également, et le chacay (Discaria trinervis).

Citons encore l'amancay ou lys des incas avec ses belles fleurs orangées.

Dans les zones les mieux arrosées les cyprès cèdent le pas aux majestueux coihues (Nothofagus dombeyi). Dans les clairières poussent le topa topa (Calceolaria uniflora), la botellita (Ourisia ruelloides) et le chilco (Fuchsia magellanica).

À proximité des lacs, on peut rencontrer des arrayáns. Ceux-ci sont particulièrement nombreux et bien protégés au sein du parc national Los Arrayanes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans cette forêt, il existe de nombreuses variétés de fougères, de mousses, de lichens comme la barbe de Jupiter et de champignons (comme les morilles et le « llao llao »). Ce dernier est en fait une tumeur qui se développe sur certaines nothofagacées, comme le coihué (Nothofagus antarctica) et le lenga (Nothofagus dombeyi), maladie produite par le champignon Cyttaria hariotii. De longue date, les Amérindiens ont cueilli ces excroissances et tiré du llao llao une boisson alcoolisée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La steppe de Patagonie[modifier | modifier le code]

Bosquets de neneo (mulinum spinosum) dans la steppe de Patagonie, avec leur forme caractéristique de coussin.

La steppe de Patagonie se retrouve là où l'altitude tombe sous les 900 mètres, à l'est de la région andine. Le relief est alors tabulaire (plateaux ou mesetas), interrompu par des serranias ou petites chaînes montagneuses peu élevées. La flore de cette zone est adaptée à un niveau de précipitations médiocre ou franchement faible (moins de 600 mm annuellement, tombant sous les 200 mm à l'est et au sud-est de la province [13] ), au vent fort et continuel qui souffle depuis la Cordillère des Andes, et - en règle générale - à des sols pauvres, rocailleux, à faible teneur en matières organiques. Dans ce vaste semi-désert, il existe un certain réseau hydrographique comportant des rivières et des ruisseaux, certains tributaires de l'Atlantique, d'autres apportant leurs eaux à des petits bassins endoréiques centrés sur des lagunes et des cuvettes fermées.

Dans les zones montagneuses comportant des vallées, on observe des petits bosquets de cyprès de la cordillère (lipain), ainsi que des petits écosystèmes humides ou des terrains marécageux où l'on peut voir le michay, le calafate, et le maitén.

Las zones les plus découvertes se caractérisent par des pâturages durs, des coiróns (festuca gracillima) et des arbustes épineux à feuilles très petites comme le neneo (mulinum spinosum), le chuquiraga, l'adesmia et l'ephedra, tous capables de survivre dans des conditions semi-désertiques, à basse température et sous des vents importants constants[14].

Faune[modifier | modifier le code]

Animaux autochtones[modifier | modifier le code]

Historiquement, le jaguar vivait sur le territoire de la province. Le nom du parc national Nahuel Huapi en témoigne : il reçut en effet son nom à partir de celui de ce grand félin, appelé nawel en mapudungun. Dans les années 1930, le jaguar fut exterminé.

Renard gris d'Argentine ou Pseudalopex griseus.

Parmi les mammifères, on trouve dans la région andine couverte de forêts le huemul, qui est un cervidé robuste et bon nageur. Un autre cervidé qui partage les mêmes régions est le pudu puda (ou poudou), cerf le plus petit du monde. Un adulte ne pèse que péniblement 10 kg avec une taille de 40 cm.

Autre espèce rare en ces régions humides : le chat de Geoffroy.

Le colocolo (monito del monte) est un mammifère marsupial très rare, véritable fossile vivant. L'opossum de Patagonie (comadrejita patagónica) est aussi un marsupial ; il apprécie les endroits froids et secs.

Le renard de Magellan habite dans les bois caducifoliés et dans la steppe. Il ressemble beaucoup au renard roux. Autre canidé de la province, le renard gris d'Argentine ne pèse guère plus de 4 kg et se retrouve partout en Patagonie [15].

Le tucu tucu de Patagonie est un petit rongeur qui vit dans des petits terriers. Dans les endroits isolés de la région des lacs de la province, dans des zones de végétation épaisse, vit le huillín, rare espèce de loutre, nageur habile pourvu de membranes interdigitales au niveau des pattes.

Dans la région des steppes, on peut voir des groupes de guanacos, camélidé très agile ; il est le mammifère autochtone le plus grand de la province, arrivant jusqu'à 1,10 m de hauteur. Le puma est devenu le félin dominant de la région. Son habitat principal est la steppe où il est le prédateur du guanaco. Toujours dans la steppe, on rencontre des colonies de chinchillas (ardilla patagónica), un rongeur qui habite des zones rocheuses à végétation rare. On trouve aussi des nandous et des maras ou lièvres de Patagonie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'animal le plus clairement associé avec la zone andine est le superbe condor des Andes, dont l'envergure peut atteindre 3,3 mètres. Il niche dans les rochers inaccessibles des sommets des massifs montagneux (3 à 5 000 m). On affirme l'avoir également aperçu dans des zones rocheuses isolées de la steppe[16].

Le condor des Andes.

L'avifaune de la province est très variée. On y trouve l'ibis mandore, le vanneau téro et des ouettes (de Magellan et des Andes) qui peuplent les zones humides basses et inondables - appelées mallines en Patagonie - et les endroits humides et découverts, cependant que dans les forêts du sud-ouest de la province, on peut voir des pics de Magellan, oiseaux charpentiers au corps noir et à la tête rouge, des merles austraux et des colibris. Le tourco rougegorge ou chucao quant à lui, vit dans les sous-bois, et se déplace par petits sauts.

Dans les escarpements inaccessibles des Andes humides vivent des cormorans, ce qui peut paraître étrange, cet oiseau fréquentant habituellement des milieux marins. Les lacs sont aussi fréquentés par les goélands dominicains (gaviota cocinera), qui ont l'habitude de suivre les embarcations touristiques qui parcourent les lacs.

Dans les endroits retirés on peut observer parfois un martin-pêcheur attendant patiemment son repas. Dans les endroits dégagés et plus élevés des Andes vivent notamment l'urubu noir, le busard bariolé et le busard de Buffon.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les lagunes de la steppe de Patagonie hébergent elles aussi une avifaune variée et intéressante : canard de Chiloé, cygne à cou noir, grèbe aux belles joues, érismature ornée, ouette de Magellan, canard spatule, foulque à jarretières et d'autres espèces encore.

Animaux allochtones[modifier | modifier le code]

Dans un but cynégétique, depuis le début du XXe siècle, on a introduit dans la zone des forêts des exemplaires de la grande faune holarctique. Ceux-ci se sont parfaitement adaptés. Il s'agit avant tout du sanglier, du cerf élaphe, du cerf axis et du daim.

Ichtyofaune[modifier | modifier le code]

La faune ichtycole native est surtout formée par le puyén, la truite créole, des petits poissons-chat de ruisseau et le pejerrey de Patagonie.

Économie[modifier | modifier le code]

La province joue un rôle central dans l'approvisionnement du pays en énergie - Ici la centrale hydroélectrique d'El Chocón sur le río Limay.

L'activité productive principale est l'exploitation des hydrocarbures. Le bassin du Neuquén, qui se partage avec les provinces de Río Negro, La Pampa et Mendoza, est la zone la plus importante, tant pétrolière que gazéifère d'Argentine. La province produit en outre 52 % de la production hydroélectrique du pays avec les centrales d'Alicurá, de Piedra del Águila, Pichi Picún Leufú, El Chocón et Arroyito, sur le río Limay, à quoi il faut encore ajouter le complexe de Cerros Colorados sur le río Neuquén.

Sur le río Limay, au niveau de la localité d'Arroyito, on a aussi construit une usine productrice d'eau lourde, d'une capacité de 200 tonnes par an, gérée par l'entreprise d'état ENSI.

L'agriculture est un autre secteur florissant et surtout la fruticulture, avec d'importantes productions de pommes, poires, pêches, reine-claudes et cerises, spécialement dans la zone de la haute vallée du Río Negro.

Mais l'activité en croissance maximale ces dernières années est le tourisme, spécialement dans la région de la Cordillère des Andes et cela autant en période estivale qu'hivernale. On a édifié des centres de tourisme internationaux, comme San Martín de los Andes et Villa La Angostura, de grands centres de ski (Chapelco, Cerro Bayo et Caviahue), ainsi que deux parcs de neige (Cerro Wayle et Cerro Batéa Mahuida - ce dernier, à Villa Pehuenia dans le département d'Aluminé, étant administré par une communauté amérindienne proche des Mapuches, les Puels -).

Le Neuquén et l'Axe du Sud[modifier | modifier le code]

Route nationale 242 - maillon fondamental de l'« Axe du Sud » aux environs du col Paso de Pino Hachado, en direction de Las Lajas.

Ces dernières années les pays d'Amérique du Sud ont de grands projets de travaux d'infrastructure et de communication routière, ferroviaire et autres, à réaliser ou déjà réalisés, devant permettre de se relier entre eux, et de stimuler ainsi leurs économies, mais aussi de relier les deux grandes rives atlantique et pacifique pour stimuler et faciliter le commerce international (vers l'Asie notamment).

Parmi ces projets, celui dénommé « Axe du Sud » (Eje del Sur) patronné par l'IIRSA, doit permettre de relier l'est et le centre argentin avec les ports du centre-sud chilien de Talcahuano et de Puerto Montt, en traversant les Andes au niveau des provinces argentines de Río Negro et surtout de Neuquén. De gros investissements sont prévus en Argentine dans ces deux provinces, et également dans celle de La Pampa et dans le sud de celle de Buenos Aires.

En ce qui concerne le Neuquén, les principaux travaux prévus ou déjà en cours sont notamment :

D'autres travaux améliorant l'accès à la province de Neuquén sont prévus dans les provinces argentines de Río Negro, de La Pampa et de Buenos Aires.

Source : Site de l'IIRSA [17].
Cartes [18]: et [19]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Pêche à la truite dans le río Chimehuin au niveau de la sortie de la rivière du lac Huechulafquen (lieu-dit Boca del Chimehuin).
Volcan Lanín dans le parc national Lanín en province de Neuquén

Comme les autres provinces de Patagonie argentine, le potentiel touristique est énorme et se développe rapidement. Il se base surtout sur la présence de la Cordillère des Andes, pourvue de nombreux lacs, de multiples cours d'eau, de volcans et de forêts somptueuses.

Il faut souligner que les nombreux lacs et cours d'eau de la province en font un véritable paradis pour pêcheurs, comprenant plusieurs centres de pêche sportive de renommée internationale. On peut y pêcher des truites fario de plus de cinq kilos. La ville de Junín de los Andes située au sein du parc national Lanín, sur le río Chimehuin, est considérée comme la capitale argentine de la truite.

Les principales attractions touristiques de la province sont:

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

À quoi s'ajoutent les principaux lacs naturels :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Reseña sobre la historia de Neuquén" Gouvernement de la province de Neuquén (es)
  2. Par Indios bravos on entendait les indiens non soumis et donc non recensables. En 1895, leur nombre était estimé à 30 000 pour l'ensemble de l'Argentine.
  3. (es) [xls] INDEC - Cuadro P1. Total del país. Población total y variación intercensal absoluta y relativa por provincia. Años 2001-2010
  4. Instituto Nacional de Estadística y Censos (INDEC)
  5. (es) [PDF] INDEC - Projections de population par province (2001-2015) (page 16)
  6. (es) [PDF] Estimation de population par province pour les années 2001-2010 (INDEC - Institut national argentin de la statistique) (page 19)
  7. Site de l'INDEC - Option Población - Censo 2010 y 2001
  8. SEGUREL, Eduardo Augusto: "Un microclima: Villa La Angostura" (1980-1986).
  9. À titre de comparaison : 636 mm à Paris et 820 mm à Bruxelles
  10. M. J. Dimitri, « Pequeña flora ilustrada de los parques nacionales andinopatagónicos », Anales de Parques Nacionales, 1974, t. XIII, APN, Buenos Aires.
  11. Cecilia Brion, Flora de Puerto Blest y sus alrededores, Neuquén, Universidad Nacional del Comahue, 1998, 206 p. (ISBN 9509859346)
  12. J. Armesto, R. Rozzi, P. León Lobos, « Ecología de los bosques chilenos: síntesis y proyecciones », in J. Armesto, C. Villagrán, M. Kalin Arroyo, Ecología de los bosques nativos de Chile, Santiago du Chili, Editorial Universitaria, Universidad de Chile, pp. 405-421.
  13. Sistema Nacional de Información Hídrica - Precipitación Media Anual (mm) - Período (1965-1982) - Système national d'Information hydrologique - Carte des précipitations moyennes en Argentine en mm (période 1965-1982)
  14. R. Lores, A. Ferreira, J. Anchorena, J. Lipinsky et A. Marcolín, « Las unidades ecológicas del campo experimental Pilcaniyeu: su importancia regional », Gaceta Agronómica, 1984, vol. IV.
  15. R. González del Solar, et J. Rau, « Pseudalopex griseus », in C. Sillero-Zubiri, M. Hoffman et D. Macdonald (éd.), Canids: Foxes, Wolves, Jackals and Dogs, Gland, Suisse, IUCN/SSC Canid Specialist Group, pp. 56-63. Disponible sur http://www.canids.org/species/Chilla.pdf
  16. J.A. Monjeau, E.C. Birney, L. Ghermandi, R.S. Sikes, L. Margutti et C.J. Phillips, « Plants, small mammals, and the hierarchical landscape classifications of Patagonia », Landscape Ecology, 1998, vol. 13, no 5, pp. 285-306.
  17. Site de l'IIRSA : El Eje del Sur (L'axe du Sud) (es)
  18. Carte de la région nord de l'Axe du Sud (es)
  19. Carte de la région sud de l'Axe du Sud (es)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]