Prédictions pour décembre 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détail de la stèle de La Mojarra comportant une date en compte Long.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne les prédictions pour décembre 2012. Pour l'année, voir 2012. Pour le film, voir 2012 (film).

Les prédictions pour décembre 2012 ont été un phénomène sociologique fondé sur plusieurs annonces de grands changements ou d'événements cataclysmiques pour le 21 décembre 2012[1],[2],[3],[4]. Cette date, qui marque à l'origine la fin des 5 125 années d'un cycle du compte long du calendrier maya, a été interprétée par certains comme la fin définitive de ce calendrier.

L'interprétation New Age de cette transition postule que cette date était censée marquer le début d'une nouvelle ère au cours de laquelle la Terre et ses habitants devaient connaître une transformation spirituelle ou physique radicale[5]. Selon d'autres, le 21 décembre 2012 marquait la fin du monde ou une catastrophe similaire. Parmi les différents scénarios évoqués, on peut citer un maximum du cycle solaire ou une collision de la Terre avec un trou noir, un objet géocroiseur ou l'hypothétique planète Nibiru.

Au fur et à mesure que ces prédictions ont été médiatisées, de plus en plus de spécialistes de diverses disciplines ont expliqué en quoi ces annonces de changements reposaient sur des informations erronées ou des hypothèses irrationnelles. Les mayanistes ont avancé que des prédictions concernant une catastrophe n'ont été trouvées dans aucun codex maya existant et que l'idée de la « fin » du compte long du calendrier maya en 2012 était une mauvaise interprétation de l'histoire et de la culture maya[3],[6],[7],[8]. Les astronomes ont qualifié ces prédictions de pseudo-science et ont fait remarquer qu'elles étaient contredites par de simples observations astronomiques[9].

Compte long du calendrier mésoaméricain[modifier | modifier le code]

Article principal : Compte long.

Décembre 2012 marquerait la fin d'un baktun, une unité de temps employée dans le compte long du calendrier mésoaméricain qui était utilisé en Amérique centrale avant l'arrivée des Européens. S'il est probable que le compte long ait été inventé par les Olmèques[10], il est devenu indissociable de la civilisation maya dont la période classique s'étendit du IIIe au IXe siècle ap. J.-C.[11]. L'écriture maya a été largement déchiffrée[12] et un corpus de leurs écrits datant d'avant la conquête espagnole nous est parvenu.

À la différence de la roue calendaire de 52 ans toujours utilisée de nos jours par les Mayas, le compte long était linéaire plutôt que cyclique et mesurait le temps à l'aide d'un système basé sur des unités de 20 : 20 jours font un uinal, 18 uinals (360 jours) font un tun, 20 tuns font un katun et 20 katuns (144 000 jours ou environ 394 ans) font un baktun. Ainsi la date maya du 8.3.2.10.15 représente 8 baktuns, 3 katuns, 2 tuns, 10 uinals et 15 jours[13],[14].

Apocalypse[modifier | modifier le code]

Le plus ancien manuscrit du Popol Vuh datant de 1701.

Il existe une forte tradition d'« âges du monde » dans la littérature maya, mais les documents ont été déformés, ouvrant la voie à de nombreuses interprétations[15]. Selon le Popol Vuh, une compilation des mythes de la cosmogonie du peuple Quiché, nous sommes actuellement dans le quatrième monde[16]. Le Popol Vuh décrit les créations divines de trois mondes ayant échoué, suivies par celle d'un quatrième monde créé avec succès. C'est dans ce monde que l'humanité fut placée. Dans le compte long maya, l'ancien monde se termina après 13 baktuns, soit environ 5 125 années[17][a]. La « date zéro »[b] du compte long marquant la fin du troisième monde et le début du quatrième monde a été située à une date correspondant au 11 août 3114 av. J.-C. dans le calendrier grégorien proleptique[18][c]. Cela signifie que le quatrième monde atteindra la fin de son 13e baktun ou la date maya du 13.0.0.0.0 le 21 décembre 2012[1][c]. En 1957, la mayaniste et astronome Maud Worcester Makemson écrivit que l'« achèvement de la Grande Période de 13 baktuns aurait été d'une importance extrême pour les Mayas »[19]. En 1966, Michael D. Coe écrivit dans The Maya qu'il « y a une suggestion ... que l'Armageddon frapperait les peuples dégénérés du monde et toute la création le dernier jour du 13e [baktun]. Par conséquent ... notre univers actuel [serait] annihilé [en décembre 2012][d] lorsque le Grand Cycle du Compte Long atteindra son terme[20]. »

Associations antérieures[modifier | modifier le code]

Les premières associations des croyances Mayas avec les dates eschatologiques par les Européens remontent à l'époque de Christophe Colomb qui rédigeait un ouvrage intitulé Libro de las profecias durant son voyage en 1502 lorsqu'il entendit parler pour la première fois des « Maia » à Guanaja, une île au nord de la côte du Honduras[21]. Influencé par les écrits de l'évêque Pierre d'Ailly, Colomb croyait que sa découverte des terres « les plus éloignées » (et par extension des Mayas) était prophétisée et aboutirait à l'Apocalypse. Les peurs de la fin du monde étaient répandues durant les premières années de la conquête espagnole en références aux prédictions astrologiques concernant un second Déluge pour l'année 1524[21].

Au début des années 1900, le spécialiste allemand Ernst Förstemann interpréta la dernière page du codex de Dresde comme une représentation de la fin du monde lors d'un déluge cataclysmique. Il fit référence à la « destruction du monde », à l'« apocalypse » et à la « fin du monde » mais il n'évoque pas le 13e baktun ou 2012 et il n'est pas certain qu'il faisait référence à un événement futur[22]. Ses idées furent reprises par l'archéologue Sylvanus Morley[23], qui paraphrasa directement Förstemann et ajouta ses propres embellissements en écrivant : « Finalement, sur la dernière page du manuscrit est représentée la Fin du Monde ... Ici, en effet, est représenté en images l'engloutissement final » sous la forme d'un Déluge. Ces commentaires furent ensuite repris dans le livre de Morley The Ancient Maya dont la première édition fut publiée en 1946[21].

Objections[modifier | modifier le code]

L'interprétation de Michael D. Coe sur un éventuel Armageddon fut reprise par d'autres spécialistes jusqu'au début des années 1990[24]. En revanche, des recherches ultérieures avancent que si la fin du 13e baktun serait peut-être un moment de célébrations[3], elle ne marque pas la fin du calendrier[25]. Le mayaniste Mark Van Stone déclare qu'« il n'y a rien dans les prophéties mayas, aztèques ou mésoaméricaines qui suggère qu'ils prophétisaient un changement soudain ou massif quelconque en 2012 » ; et que « la notion d'un « Grand Cycle » arrivant à son terme est une invention purement moderne »[26]. En 1990, les mayanistes Linda Schele et David Freidel pensent que les Mayas « ne considéraient pas cela comme la fin de la création comme beaucoup l'ont suggéré »[27]. Susan Milbrath, conservatrice du département de l'art et de l'archéologie latino-américaine au Florida Museum of Natural History déclara : « nous n'avons aucun document ou connaissance qui suggère que les Mayas pensaient que le monde arriverait à un terme » en 2012[3]. Pour Sandra Noble, directrice de la Fondation pour la Promotion des Études Mésoaméricaines, les prédictions pour 2012 sont « une invention complète et une opportunité pour de nombreuses personnes d'en tirer profit »[3]. « Il y aura un autre cycle » déclara E. Wyllys Andrews V, directeur de l'institut de recherche sur l'Amérique centrale de l'université Tulane. « Nous savons que les Mayas pensaient qu'il y en avait eu un avant celui-ci et cela implique qu'ils étaient à l'aise avec l'idée d'un autre après celui-ci[28]. ».

Découverte sur le site de Xultún[modifier | modifier le code]

Une découverte en mars 2010 de peintures murales, de hiéroglyphes et du plus ancien calendrier lunaire maya (1200 ans) sur le site de Xultún, révélés en mai 2012 par Science, est venu par ailleurs contredire la date de décembre 2012 comme fin du monde, voire d'un cycle[29], les murs étant couverts de calculs allant au-delà de cette date, certains jusqu'à 7000 ans[30].

Références mayas à un 13e baktun[modifier | modifier le code]

On ne connait finalement pas bien l'importance que les Mayas attribuaient au 13e baktun[31]. La plupart des inscriptions mayas de la période classique sont purement historiques et ne présentent aucune prédiction[31]. Deux éléments du corpus classique maya font cependant référence à un 13e baktun : le monument 6 du site de Tortuguero et l'escalier hiéroglyphique 12 de La Corona.

Tortuguero[modifier | modifier le code]

Le site de Tortuguero situé à l'extrême-sud de Tabasco au Mexique date du VIIe siècle et comprend une série d'inscriptions principalement en l'honneur du dirigeant de l'époque Bahlam Ajaw. Une inscription sur le monument 6 du site de Tortuguero est la seule mention connue du 13e baktun. Elle a été partiellement déchiffrée ; Sven Gronemeyer et Barbara MacLeod ont donné cette traduction :

tzuhtzjo:m uy-u:xlaju:n pik
chan ajaw u:x uni:w
uhto:m il[?]
ye'ni/ye:n bolon yokte'
ta chak joyaj

Il sera achevé le 13e b'ak'tun.
C'est le 4 Ajaw 3 K'ank'in
et il se produira une 'vue'[?].
C'est la représentation de B'olon-Yokte'
dans une grande « cérémonie d'investiture »[32].

On sait très peu de choses sur le dieu Bolon Yokte'. Selon un article des mayanistes Markus Eberl et Christian Prager publié dans le British Anthropological Reports, son nom est composé des éléments « neuf », 'OK-te' (dont la signification est inconnue), et de « dieu ». Les confusions dans les inscriptions de la période classique suggèrent que le nom était déjà ancien et étranger aux scribes contemporains[33]. Il apparaît également dans des inscriptions à Palenque, Usumacinta et La Mar comme un dieu de la guerre et des enfers. Sur une stèle maya, il est représenté avec une corde autour du cou et sur une autre avec un sac d'encens signifiant tous deux un sacrifice pour achever un cycle d'années[34].

En se basant sur l'observation des rituels mayas modernes, Gronemeyer et MacLeod avancent que la stèle fait référence à une célébration dans laquelle une personne représentant Bolon Yokte' K'uh était habillée des costumes traditionnels et paradait autour du site[35],[36]. Ils remarquent que l'association de Bolon Yokte' K'uh avec le 13e baktun semble être si importante sur cette inscription qu'elle supplante des fêtes plus typiques comme l'« érection de stèles, l'utilisation de l'encens » et ainsi de suite. Ils avancent encore que cet événement était effectivement prévu pour 2012 et non pour le VIIe siècle[37]. Cependant, le mayaniste Stephen Houston conteste cette idée en avançant que les dates futures des inscriptions mayas étaient simplement utilisées pour créer des parallèles avec des événements contemporains et que les mots de la stèle décrivent une scène contemporaine plutôt que future[38].

La Corona[modifier | modifier le code]

En avril-mai 2012, une équipe d'archéologues a découvert des inscriptions jusque-là inconnues sur un escalier du site de La Corona au Guatemala. L’inscription, située sur ce qui est appelé l'escalier hiéroglyphique 12, décrit l'installation d'une cour royale à Calakmul en 635 et compare l’achèvement alors récent de 13 k'atuns avec l’achèvement futur du 13e b'ak'tun. Elle ne comporte cependant aucune spéculation ou prophétie sur cet événement[39].

Dates situées après le 13e baktun[modifier | modifier le code]

Pyramide des inscriptions de Palenque

Les inscriptions mayas mentionnent occasionnellement des événements futurs ou des commémorations qui auront lieu bien après la fin du 13e baktun. La plupart sont données sous la forme de « dates de distances » : des dates du compte long données avec des nombres additionnels appelés nombres de distance, qui associées forment une date future. Sur le panneau occidental de la pyramide des inscriptions à Palenque, une section se projette jusqu'à la 80e roue calendaire de 52 ans à partir du couronnement du souverain K'inich Janaab' Pakal Ier. L'accession au trône de Pakal eut lieu le 9.9.2.4.8 équivalent au 27 juillet 615 dans le calendrier grégorien proleptique. L'inscription commence avec la date de naissance de Pakal le 9.8.9.13.0 (24 mars 603) et lui ajoute le nombre de distance 10.11.10.5.8[40] ce qui aboutit au 21 octobre 4772, plus de 4 000 ans après le règne de Pakal[26],[40],[41].

De même, la stèle 1 de Cobá donne la date 13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.13.0.0.0.0 ou 20 unités au-dessus du baktun, ce qui la situe soit 4,134105 × 1028 (41 octillion) d'années dans le futur[27] ou à une distance égale dans le passé[42]. Cette date est 3 quintillion de fois plus grande que l'âge de l'univers estimé par les cosmologistes.

Croyances New Age[modifier | modifier le code]

Diverses affirmations au sujet de l'année 2012 sont issues d'interprétations par le New Age de la spiritualité des anciens Mayas[4],[43]. L'archéoastronome Anthony Aveni (en) avance que si l'idée d'« équilibrer le cosmos » était importante dans la littérature maya, les prédictions pour 2012 ne sont pas issues de ces traditions mais liées à des concepts américains tels que ceux du mouvement New Age, du millénarisme et des croyances en un savoir secret[44]. Les thèmes courants rencontrés dans la littérature sur 2012 incluent la « méfiance envers la culture occidentale dominante », l'idée d'une évolution spirituelle et la possibilité de mener le monde dans un Nouvel Âge par l'exemplarité individuelle ou une conscience collective plus élevée. L'objectif général de cette littérature n'est pas d'avertir d'une catastrophe imminente mais d'« encourager des sympathies contre-culturelles et finalement un activisme 'spirituel' et socio-politique[2] ». Aveni, qui a étudié les communautés New Age ainsi que celles du SETI, décrit les scénarios pour 2012 comme le produit d'une société « déconnectée » : « Incapables de trouver les réponses spirituelles aux grandes questions de la vie en nous-mêmes, nous nous tournons vers des entités très éloignées dans l'espace ou le temps qui seraient en possession d'une connaissance supérieure[45] ».

Origines[modifier | modifier le code]

En 1975, la fin du 13e baktun commença à devenir le sujet de spéculations de nombreux auteurs New Age qui avancèrent qu'elle correspondrait à une « transformation globale de la conscience ». Dans Mexico Mystique: The Coming Sixth Age of Consciousness, Frank Waters lia la date originale de Coe du 24 décembre 2011[d] à l'astronomie et les prophéties des Hopis[46] tandis que José Argüelles (dans The Transformative Vision)[47] et Terence McKenna (dans The Invisible Landscape)[48],[49] discutèrent de la signification de l'année 2012 sans donner un jour précis. C'est seulement en 1983, avec la publication par Robert Sharer de la table révisée de la corrélation des dates dans la 4e édition de The Ancient Maya[d] de Morley que la date du 21 décembre 2012 a commencé à faire consensus dans ce milieu. En 1987, l'année où il organisa la cérémonie de la convergence harmonique, Argüelles utilisa la date du 21 décembre 2012 dans The Mayan Factor: Path Beyond Technology[50],[51]. Il avança que le 13 août -3113, la Terre commença un passage à travers un « rayon de synchronisation galactique » émanant du centre galactique qui durerait 5 200 tuns (cycles mayas de 360 jours chacun) et que ce rayon permettrait une « synchronisation totale » et un « entraînement galactique » des individus « connectés à la batterie électromagnétique de la Terre » le 13.0.0.0.0 (21 décembre 2012). Il croyait que les Mayas avaient calé leur calendrier pour qu'il corresponde à ce phénomène[52]. Aveni a rejeté l'ensemble de ces hypothèses[53].

Alignement galactique[modifier | modifier le code]

Il n'existe aucun événement astronomique significatif lié à la date de départ du compte long[54]. Cependant, la date supposée de sa fin a été associée à des phénomènes astronomiques par la littérature ésotérique, fringe et New Age en s'appuyant sur l'astrologie. Le plus proéminent de ces évènements est le concept d'« alignement galactique ».

Précession[modifier | modifier le code]

Depuis la Terre, le Soleil semble traverser le ciel à travers les douze constellations du zodiaque.

Dans le système solaire, les planètes et le Soleil se situent approximativement au sein du même plan appelé plan de l'écliptique. Depuis notre perspective terrestre, l'écliptique est la course prise par le Soleil dans le ciel au cours d'une année. Les treize constellations situées sur ce chemin font partie du zodiaque et le Soleil les traverse annuellement l'une après l'autre. De plus, au cours du temps, le cycle annuel du Soleil semble changer très lentement d'un degré vers l'arrière tous les 72 ans ou d'une constellation tous les 2 160 ans. Ce mouvement rétrograde appelé précession des équinoxes est provoqué par l'oscillation de l'axe de la Terre qui peut être comparée à la façon dont l'axe d'une toupie oscille lorsqu'elle ralentit[55]. Sur une période de 25 800 années, appelée Grande Année, le Point vernal (équinoxe de printemps) réalise un circuit complet de 360° vers l'arrière à travers le zodiaque[55]. Dans les traditions astrologiques occidentales, la précession est mesurée à partir de l'équinoxe de printemps de l'hémisphère nord, le point où le Soleil est exactement entre son point le plus haut et le plus bas dans le ciel à midi. Actuellement[Quand ?], le Soleil, dans sa position à l'équinoxe du printemps, se trouve dans la constellation des Poissons et se déplace vers la constellation du Verseau. Cela marque la fin de l'une des ères astrologiques (l'ère des Poissons) et le début d'une autre (l'ère du Verseau)[56]. Ce passage d'une constellation à une autre revêt une signification particulière dans le New Age depuis le livre de 1981 de Marylin Ferguson, Les Enfants Du Verseau qui fut une des bibles de ce courant spiritualiste.

De manière similaire, la position du Soleil au solstice d'hiver, son point le plus bas, est actuellement dans la constellation du Sagittaire, l'une des deux constellations dans laquelle le zodiaque intersecte la Voie lactée[57]. Chaque année, au solstice d'hiver, le Soleil et la Voie lactée semblent, depuis la Terre, être alignés et chaque année la précession entraine un léger changement de la position du Soleil dans la Voie lactée. Étant donné que la Voie lactée mesure entre 10° et 20° de large, il faut entre 700 et 1 400 ans au Soleil pour précessionner au travers[58]. Ce dernier se trouve actuellement au milieu de la Voie lactée et coupe l'équateur galactique[59].

Un alignement annonciateur d'une transition spirituelle[modifier | modifier le code]

La Voie lactée près de la constellation du Cygne montrant la zone du grand rift (à droite) que les Mayas appelaient Xibalba be ou « route noire ».

Les spéculations mystiques concernant la précession des équinoxes et la proximité du Soleil avec le centre de la Voie lactée apparurent dans Hamlet's Mill (1969) de Giorgio de Santillana et Hertha von Deschend. Elles furent reprises et élargies par Terence McKenna dans The Invisible Landscape (1975). La signification d'un futur « alignement galactique » fut notée en 1991 par l'astrologue Raymond Mardyks qui avança que le Soleil du solstice d'hiver s'alignerait avec le plan galactique en 1998/1999 et il écrivit qu'un événement n'ayant lieu que « tous les 26 000 ans aurait été d'une importance capitale pour les anciens astrologues[60] ». L'astrologue Bruce Scofield note « l'intersection avec la Voie lactée lors du solstice d'hiver est quelque chose qui a été négligé par les astronomes occidentaux. »[61].

Les partisans de l'idée, suivant une théorie proposée pour la première fois par Munro Edmonson[62], avancent que les Mayas ont calé leur calendrier sur les observations du grand rift, une bande de poussières sombres dans la Voie lactée qui, selon certains spécialistes, était appelée Xibalba be ou « route noire » par les Mayas[63]. John Jenkins avance que les Mayas savaient où l'écliptique intersectait la route noire et donnaient à cette position du ciel une signification particulière dans leur cosmologie[64]. Selon Jenkins, la précession alignera précisément le Soleil avec l'équateur galactique lors du solstice d'hiver 2012[64]. Jenkins avança que les Mayas avaient anticipé cette conjonction et la considérait comme un signe annonciateur d'une profonde transition spirituelle pour l'humanité[65]. Les partisans New Age de l'alignement galactique affirment que, comme l'astrologie utilise les positions des planètes et des étoiles pour prophétiser des événements futurs, les Mayas créèrent leur calendrier avec l'objectif de se préparer à d'importants événements mondiaux[66]. Jenkins attribue le savoir des anciens chamans mayas concernant le centre galactique à leur utilisation de champignons hallucinogènes, des bufotoxines et d'autres psychédéliques[67]. Jenkins associe également la Xibalba be avec un « arbre monde » en se basant sur les études de la cosmologie maya actuelle (et non ancienne)[68].

Critiques[modifier | modifier le code]

Des astronomes, dont David Morrison, répondent que l'équateur galactique est une ligne complètement arbitraire car il est impossible de déterminer les limites exactes de la Voie lactée qui varient selon les conditions d'observation. Jenkins avance qu'il tire ses conclusions sur l'emplacement de l'équateur galactique de ses observations réalisées au-dessus de 3 400 m, une altitude qui donne une meilleure image de la Voie lactée que ce que pouvaient voir les Mayas[52]. De plus, le Soleil ayant une largeur d'un demi-degré, il lui faut 36 ans pour réaliser cette précession à travers un simple point. Jenkins lui-même note que même avec sa position précise de l'équateur galactique, sa convergence la plus précise avec le centre du Soleil a déjà eu lieu en 1998 et que l'alignement galactique est concentré sur une période autour de 1998[69],[70],[71].

On ne sait pas précisément si les Mayas classiques connaissaient l'existence de la précession. Certains mayanistes, comme Barbara MacLeod[36], Michael Grofe[72], Eva Hunt, Gordon Brotherston et Anthony Aveni[73] ont suggéré que certaines dates sacrées des Mayas étaient associées aux cycles de la précession mais les chercheurs sont divisés sur la question[26]. Il existe également peu de preuves historiques ou archéologiques que les Mayas accordaient une quelconque importance aux solstices et aux équinoxes[26],[74]. Il est possible que seuls les premiers Mésoaméricains observaient les solstices[75] mais cela est disputé parmi les mayanistes[26],[74]. De même, il n'existe aucune preuve d'une importance particulière donnée à la Voie lactée par les Mayas ; il n'y a pas de glyphes dans leur système d'écriture pour la représenter et aucune table astronomique ou chronologique ne lui est attachée[76].

Timewave zero et le Yi Jing[modifier | modifier le code]

Image du logiciel Timewave zero

Timewave zero est une formule numérologique qui prétend calculer le flux et le reflux de la « nouveauté », définie comme l'accroissement au cours du temps de l'interconnectivité de l'univers ou la complexité organisée[77]. Selon Terence McKenna l'univers a un attracteur téléologique à la fin des temps qui accroit l'interconnectivité qui atteindra une singularité d'une complexité infinie en 2012 lors de laquelle toutes les choses imaginables auront lieu simultanément. Il conçut cette idée dans le milieu des années 1970 alors qu'il consommait des champignons hallucinogènes et du DMT[77].

McKenna exprima la « nouveauté » dans un programme informatique prétendant produire une forme de vague appelée timewave zero. Basé sur l'interprétation de McKenna de la séquence du roi Wen tirée du Yi Jing[48], le graphique montrerait de grandes périodes de nouveautés correspondant aux importants moments de l'évolution biologique et socioculturelle. Il considérait que les événements de tout temps étaient récursivement liés à d'autres événements et il choisit le bombardement atomique de Hiroshima comme base pour calculer sa date de fin en novembre 2012. Lorsqu'il remarqua par la suite la proximité de cette date avec la fin du 13e baktun du calendrier maya, il révisa son hypothèse pour que les deux dates correspondent[78].

La première édition de The Invisible Landscape fait référence à 2012 (mais sans spécifier un jour particulier) seulement deux fois. Dans la seconde édition de 1993, McKenna emploie la date de Sharer[d] du 21 décembre 2012 tout au long de l'ouvrage[2].

Autres concepts[modifier | modifier le code]

Le pic de Bugarach près de Camps-sur-l'Agly en France ; un point de rassemblement de ceux qui croient à une grande transition en 2012.

En Inde, le gourou Kalki Bhagavan (en) a présenté 2012 comme une « date limite » pour l'illumination humaine depuis au moins 1998[79]. Plus de 15 millions de personnes considèrent Bhagavan comme étant l'incarnation du dieu Vishnou (dans l'hindouisme, Kalkî est le nom de la toute dernière incarnation de Vishnou, celle qui vient clôturer une ère) et considèrent que 2012 marque la fin du Kali Yuga, ère de dégénérescence de l'humanité dans laquelle nous nous trouvons[80].

En 2006, l'auteur Daniel Pinchbeck popularisa les concepts New Age autour de cette date dans son livre 2012: The Return of Quetzalcoatl liant le 13e baktun aux cercles de culture, aux enlèvements par les extraterrestres et aux révélations personnelles basées sur l'usage d'enthéogènes et de la médiumnité[81],[82]. Pinchbeck avance qu'il discerne la « réalisation grandissante que le matérialisme et la vision empirique et rationnelle du monde arrivent à leur terme[...] nous sommes sur le point de basculer vers une conscience plus intuitive, mystique et chamanique »[5].

À partir de 2000, le petit village français de Bugarach (d'une population de 193 habitants en 2008) commença à recevoir la visite de mystiques croyant que la montagne voisine du pic de Bugarach aurait des propriétés particulières qui en font l'endroit idéal pour observer les évènements transformateurs de 2012 ou s'y réfugier pour y trouver une protection en cas de cataclysme. En 2011, le maire Jean-Pierre Delord s'inquiéta d'un possible afflux massif de plusieurs milliers de personnes en 2012 et menaça de faire appel à l'armée[83],[84].

Une autre croyance, indique que le village de Lemud pourrait, comme Bugarach, être un lieu de refuge suite à la supposée fin du monde de 2012. Cette affirmation s'appuierait sur un ancien texte datant du passage d'Attila, surnommé « le fléau de Dieu », à Lemud, le 4 mai 451, date à laquelle les Huns auraient enterré le « trésor de l'Apocalypse » sur les bords de la Nied, après avoir brûlé Metz (7 avril). Ce mystérieux trésor protègerait les survivants de la fin du monde[85]. Ainsi, quiconque se trouverait à proximité du « trésor de l'Apocaypse » serait épargné par la fin du monde.

Théories cataclysmiques[modifier | modifier le code]

Image de Sagittarius A* prise par le télescope Chandra.

Moins positif que les visions New Age (même si les différentes thèses s'y retrouvent), il existe aussi un courant plus pessimiste pour l'année 2012 qui s'est répandu dans divers médias et décrivant la fin du monde ou de la civilisation humaine pour cette année. Cette vision a été popularisée par de nombreuses annonces publicitaires sous forme de marketing viral pour des groupes prétendument scientifiques et généralement inexistants, particulièrement sur YouTube[86]. History Channel a diffusé quelques séries spéciales consacrées à la fin du monde qui incluent une analyse des théories de 2012[87]. Dans son ouvrage 2012: It's Not the End of the World Peter Lemesurier a listé les nombreuses erreurs de ces films[88]. Discovery Channel a également diffusé 2012 Apocalypse en 2009 suggérant que des orages magnétiques, une inversion du champ magnétique terrestre, des tremblements de terre, des éruptions de supervolcans et d'autres phénomènes catastrophiques pourraient survenir en 2012[89]. Dans son livre Fingerprints of the Gods, l'auteur Graham Hancock interpréta la remarque de Coe dans Breaking the Maya Code[90] comme la preuve d'une prophétie pour un cataclysme global[91].

Autres alignements[modifier | modifier le code]

Certaines personnes ont interprété l'alignement galactique de manière apocalyptique et avancent que lorsqu'il se produira cela provoquera un effet gravitationnel combiné entre le Soleil et le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée (appelé Sagittarius A*) qui dévastera la Terre[92]. En plus du fait, déjà évoqué, que l'« alignement galactique » avait déjà eu lieu en 1998, la course apparente du Soleil dans le zodiaque vue depuis la Terre ne le fait pas passer près du centre galactique mais plusieurs degrés au-dessus[59]. Même si cela n'était pas le cas, Sagittarius A* se trouve à 30 000 années-lumière de la Terre et devrait être 6 millions de fois plus près pour causer une perturbation gravitationnelle du système solaire[93],[94]. Cette lecture des théories de Jenkins fut incluse dans le documentaire d'History Channel Decoding the Past. Cependant, Jenkins s'est plaint de la participation d'un auteur de science-fiction à la réalisation du documentaire qu'il définit comme « 45 minutes d'un matraquage apocalyptique décomplexé du pire exemple de sensationnalisme idiot[95] ».

Certains partisans d'une apocalypse en 2012 ont employé le terme d'« alignement galactique » pour décrire un phénomène très différent proposé par certains scientifiques pour expliquer le schéma d'extinctions massives supposément observés dans les traces fossiles[96]. Selon cette hypothèse, les extinctions de masse n'ont pas lieu aléatoirement mais de manière récurrente tous les 26 millions d'années. Pour expliquer cela, il est suggéré que les oscillations verticales du Soleil alors qu'il orbite autour du centre galactique font régulièrement passer le système solaire à travers le plan galactique. Lorsque l'orbite du Soleil l'emmène en dehors du plan situé dans le disque galactique, l'influence de la marée galactique est plus faible. Cependant lors de sa rentrée dans le disque, qui a lieu tous les 20 ou 25 millions d'années, l'influence des marées est plus importante et selon les modèles mathématiques celles-ci perturbent le nuage d'Oort ce qui accroît le nombre de comètes dans le système solaire interne d'un facteur 4 d'où une plus grande probabilité pour une collision avec la Terre[97]. Cependant, cet alignement s'étend sur des millions d'années et ne peut donc pas être situé à une date exacte[98]. Les preuves montrent que le Soleil a croisé le plan galactique il y a environ trois millions d'années et qu'il s'en éloigne[99].

Une troisième hypothèse suggère une conjonction pour le 21 décembre 2012. Cependant, il n'y aura aucun alignement planétaire à cette date[100]. Des alignements ont eu lieu en 2000 et en 2010 sans influence notable sur la Terre[101]. Jupiter est la plus grande planète du système solaire et a une masse supérieure à celle de toutes les autres planètes combinées. Lorsque Jupiter est en opposition, son influence gravitationnelle sur la Terre est 100 fois plus faible que celle de la Lune[102].

Inversion du champ magnétique terrestre[modifier | modifier le code]

Une autre idée liée à 2012 invoque une inversion du champ magnétique terrestre (incorrectement appelé « basculement des pôles » par ses partisans) éventuellement déclenchée par une éruption solaire massive qui libèrerait autant d'énergie que cent milliards de bombes nucléaires[103]. Cette croyance serait soutenue par les observations selon lesquelles le champ magnétique terrestre s'affaiblit[104] ce qui pourrait précéder une inversion des pôles magnétiques de la Terre.

Les critiques avancent cependant que les inversions peuvent durer près de 7 000 ans et ne commencent pas à une date particulière[105]. De plus, la National Oceanic and Atmospheric Administration prédit maintenant que le maximum de l'activité solaire aura lieu en mai 2013 et non en 2012 et qu'il sera assez faible compte tenu du nombre de taches solaires inférieur à la moyenne[106]. Dans tous les cas, il n'y a aucune preuve scientifique pour soutenir un lien entre un maximum de l'activité solaire et une inversion du champ magnétique qui est généré par des forces entièrement situées à l'intérieur de la Terre[107]. En revanche, un maximum de l'activité solaire aura des effets notables sur les satellites et les communications téléphoniques[108]. David Morrison attribue l'augmentation de la polarité, ou idée de tempête solaire, au physicien et vulgarisateur Michio Kaku qui déclara dans une interview à Fox News qu'un pic solaire en 2012 serait désastreux pour les satellites en orbite[86].

Planète X/Nibiru[modifier | modifier le code]

Articles principaux : Planète X et Nibiru.

Certains partisans d'une apocalypse en 2012 avancent qu'une planète appelée planète X ou Nibiru entrera en collision avec la Terre ou passera à proximité. Cette idée, apparue sous diverses formes depuis 1995, prévoyait initialement l'apocalypse pour mai 2003 mais ses partisans abandonnèrent cette date après qu'elle fut passée sans incident[109]. L'idée initialement issue de prétendus contacts avec des extraterrestres a été largement ridiculisée[109],[110]. Les astronomes ont calculé qu'un tel objet aussi près de la Terre serait visible par toute personne regardant le ciel nocturne[109]. L'existence de Nibiru a été prouvée pour certains par la découverte en 2003 de la planète naine Éris, même si l'orbite de cet objet transneptunien ne se rapproche pas du tout de la Terre[111].

Autres catastrophes[modifier | modifier le code]

Les Pléiades, un amas stellaire dont l'influence supposée est parfois liée aux prédictions de 2012.

D'autres spéculations concernant 2012 incluent les prédictions du projet Web Bot, un programme informatique pouvant prétendument prédire le futur en utilisant les discussions sur internet. Cependant les observateurs ont rejeté les revendications des programmeurs concernant la prévision des catastrophes naturelles[112]. La date de 2012 a également été rattachée au concept de ceinture photonique prédisant une forme d'interaction entre la Terre et Alcyone, la plus brillante étoile des Pléiades[113]. Les critiques rétorquent que les photons ne peuvent pas former de ceinture, que les Pléiades situées à plus de 400 années-lumière ne peuvent avoir aucun effet sur la Terre et que le système solaire ne se rapproche pas des Pléiades mais s'en éloigne[114].

Certains médias ont associé la possibilité que la supergéante rouge Bételgeuse devienne une supernova dans le futur aux prédictions pour 2012. Cependant, si Bételgeuse est bien dans les dernières étapes de sa vie et deviendra une supernova il est impossible de prédire le moment de cet événement qui pourrait se produire dans 100 000 ans[115]. Pour menacer la Terre, une supernova devrait être au maximum à 25 années-lumière du système solaire. Bételgeuse se trouve à environ 600 années-lumière et sa supernova n'affectera pas la Terre[116].

En décembre 2010, un article publié dans examiner.com et par la suite rapporté dans l'édition en langue anglaise de la Pravda[117] avança, citant une photographie du Digitized Sky Survey, que le SETI avait détecté trois grands vaisseaux spatiaux devant arriver sur Terre en 2012[118]. L'astronome et sceptique Philip Plait nota à l'aide de calculs trigonométriques que si l'objet sur la photographie était aussi grand que ce qui était rapporté alors il serait plus près de la Terre que la Lune et serait donc déjà arrivé[118].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les prédictions pour 2012 ont été le sujet de centaines de livres et de centaines de milliers de sites internet[86]. Ask an Astrobiologist, un site d'information de la NASA a reçu plus de 5 000 questions sur le sujet depuis 2007[113]. De nombreux ouvrages de fiction sur l'année 2012 font référence au 21 décembre 2012 comme le jour d'un événement catastrophique dont le livre le plus vendu de 2009[119], Le Symbole perdu de Dan Brown.

En 2011, l'office du tourisme mexicain a déclaré son intention d'utiliser l'année 2012, sans sa connotation apocalyptique, pour relancer l'industrie touristique du pays gravement touchée par la lutte contre les narcotrafiquants. L'initiative espère jouer sur l'attrait mystique des ruines mayas[120].

Films[modifier | modifier le code]

Le scénario du film de Roland Emmerich 2012 est fondé sur cette prédiction de la fin du monde. Le lancement de ce film a été accompagné d'un marketing viral fondé sur l'édition du site internet d'un institut scientifique fictif (The Institute for Human Continuity) appelant les personnes à se préparer à la fin du monde. Comme cette promotion ne mentionnait pas le film, certains spectateurs furent apeurés et contactèrent des astronomes[121],[122]. Malgré les nombreuses critiques concernant la campagne de promotion[86], le film devint l'un des plus gros succès de 2009 avec environ 770 millions de dollars de recettes dans le monde[123].

Le film Mélancholia de Lars von Trier sorti en 2011 évoque une planète émergeant de derrière le Soleil et menaçant d'entrer en collision avec la Terre[124]. En annonçant l'achat du film par sa société, le directeur de Magnolia pictures déclara dans une conférence de presse, « comme l'apocalypse de 2012 est sur nous, il est temps de se préparer à une cène cinématographique »[125].

Chansons[modifier | modifier le code]

Les prédictions de 2012 ont également inspiré les chansons 2012 (It Ain't the End) de Jay Sean, Till The World Ends de Britney Spears ou encore On va tous crever de Didier Super.

Réactions des pouvoirs publics[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le 15 juin 2011[126], la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MiViLuDeS), dans son rapport annuel au Premier ministre, a consacré une fraction importante de ses travaux (116 pages) à un dossier intitulé « La résurgence de discours apocalyptiques à l'approche de 2012 : du mythe de la fin du monde à la réalité d'un risque accru de dérives sectaires »[127]. Georges Fenech, ancien président de la Miviludes, en fonction lors de l'établissement et de la remise de ce rapport, revient sur le sujet en novembre 2012[128] et annonce l'existence d'une surveillance des pouvoirs publics français sur la Toile, « effectuée par une équipe spécialisée dans la cyber-criminalité », ainsi que celle d'une « surveillance sur le terrain suivant les endroits les plus sensibles », notamment aux alentours du pic de Bugarach, qui est « censé échapper à la fin du monde », afin de « mettre en place des mesures de précaution sur ces sites afin d'éviter des affluences de population qui pourraient causer des troubles à l'ordre public », en raison de la recrudescence de l'audience du survivalisme, qui se traduirait depuis 2010 par l'afflux de populations inquiètes et la construction de bunkers. Selon ce responsable, qui constate cet essor aux États-Unis, au Japon, en Russie, dans toute l'Europe, il n'y aurait « pas un endroit de la planète qui échappe à ce phénomène complètement irrationnel et qui prend une ampleur inégalée »[128].

Guatemala[modifier | modifier le code]

Le Consorcio de Organizaciones Indigenas de Peten Na’Leb’[129] consortium d'organisations indigènes Mayas Q'eqchi' du département Petén qui travaillent à protéger la culture, ainsi qu'à promouvoir l'agroécologie et la souveraineté alimentaire des communautés rurales du département de Petén[130], par la voix ce son représentant, José Antonio Cac, a qualifié les célébrations entourant le Oxlaju B’aqtun de célébration raciste et discriminatoire. Cette information émanant de l'AFP a été relayée par différents médias occidentaux[131]:

« Le peuple maya ne participe pas à cet événement. C’est une célébration raciste et discriminatoire, la même histoire que ce que nous, les Mayas, vivons depuis toujours[132] »

Au Mexique[modifier | modifier le code]

Au Mexique, la secrétaire au tourisme, Gloria Guevara, a déclaré que de nombreuses activités seraient organisées en 2012 pour attirer les touristes intéressés par ces prédictions souvent attribuées aux Mayas[133].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  • a  Le nombre 13 joue un rôle important dans les calendriers mésoaméricains ; le calendrier Tzolk'in ou calendrier sacré était divisé en 13 mois de 20 jours chacun. Le cycle maya may comprenait 13 katuns. La raison de son importance est incertaine même si des corrélations avec les phases de la lune et la période de gestation humaine ont été suggérées[134],[135].
  • b  Le calendrier maya, à la différence du calendrier occidental, utilisait le zéro[12].
  • c  La plupart des mayanistes dont Mark Van Stone et Anthony Aveni soutiennent la « corrélation GMT (Goodman-Martinez-Thompson) » avec le compte long qui place sa date de commencement au 11 août -3114 et la fin du 13e baktun au 21 décembre 2012[136]. Cette date est également largement majoritaire dans l'eschatologie de 2012 probablement car, comme Van Stone le suggère, elle coïncide avec un solstice et est donc astronomiquement significative[Quoi ?]. Certains mayanistes comme Michael D. Coe, Linda Schele et Marc Zender soutiennent la « corrélation Lounsbury/GMT+2 » qui place le début au 13 août et la fin au 23 décembre[137]. De plus, le mayaniste suédois Carl Johan Calleman avance que la date exacte est le 28 octobre 2011[138],[139].
  • d  La date initiale de Coe était le 24 décembre 2011. Celle-ci passa au 11 janvier 2013 dans la seconde édition de 1980 de son livre[140] avant de s'établir au 23 décembre 2012 dans la troisième édition de 1984[141]. La corrélation du 13e baktun avec le 21 décembre 2012 apparut pour la première fois dans la table B.2 de la révision de 1983 de Robert Sharer de la quatrième édition du livre The Ancient Maya de Sylvanus Morley[142].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert K. Sitler, « The 2012 Phenomenon: New Age Appropriation of an Ancient Mayan Calendar », Novo Religio: the Journal of Alternative and Emergent Religions, Berkeley, University of California Press, vol. 9, no 3,‎ février 2006, p. 24–38 (ISSN 1092-6690, liens OCLC? et DOI?)
  2. a, b et c (en) Sacha Defesche, « 'The 2012 Phenomenon': A historical and typological approach to a modern apocalyptic mythology. », skepsis,‎ 2007 (consulté le 29 avril 2011)
  3. a, b, c, d et e (en) G. Jeffrey MacDonald, « Does Maya calendar predict 2012 apocalypse? », USA Today,‎ 27 mars 2007 (consulté le 14 octobre 2009)
  4. a et b Hoopes 2011
  5. a et b Benjamin Anastas, « The Final Days », The New York Times Magazine, New York, The New York Times Company,‎ July 1, 2007, Section 6, p.48 (lire en ligne [reproduced online, at KSU])
  6. Stuart 2011
  7. (en) David Webster, « The Uses and Abuses of the Ancient Maya » [PDF], The Emergence of the Modern World Conference, Otzenhausen, Germany, Penn State University,‎ 25 septembre 2007 (consulté le 14 octobre 2009)
  8. Présentation de la conférence La supuesta « profecía » maya para el año 2012: lo que sí dicen y lo que no dicen las inscripciones sobre el fin de la cuenta larga du Dr Erik Velásquez García, épigraphiste chercheur de l'IIE.
  9. (en) « 2012: Beginning of the End or Why the World Won't End? », NASA,‎ 2009 (consulté le 26 février 2011)
  10. de Lara and Justeson 2006
  11. Andrew K. Scherer, « Population structure of the classic period Maya », American Journal of Physical Anthropology, vol. 132, no 3,‎ 2007, p. 367–380 (liens PubMed? et DOI?)
  12. a et b (en) Joyce Marcus, « The Origins of Mesoamerican Writing », Annual Review of Anthropology, vol. 5,‎ 1976, p. 25–67 (lien JSTOR?)
  13. Schele and Freidel 1990 246
  14. (en) Vincent H. Malmström, « The Astronomical Insignificance of Maya Date 13.0.0.0.0 » [PDF], Dartmouth College,‎ March 19, 2003 (consulté le 26 mai 2009), p. 2
  15. Severin 1981 75
  16. Schele and Freidel 1990 429–430
  17. Freidel, Schele and Parker 1993 63
  18. Aveni, 2009 46
  19. Makemson 1957 4
  20. Coe 1966 149
  21. a, b et c Hoopes 2011
  22. Förstemann 1906:264
  23. Morley 1915:32
  24. Carrasco 1990 39; Gossen and Leventhal 1993 191.
  25. Milbrath 1999 4
  26. a, b, c, d et e (en) Mark Van Stone, « 2012 FAQ (Frequently Asked Questions) », FAMSI (consulté le 2 mars 2010)
  27. a et b Schele and Freidel 1990 81–82, 430–431
  28. (en) Ryan Rivet, « The Sky Is Not Falling », Tulane University,‎ 2008 (consulté le 26 février 2011)
  29. Un nouveau calendrier Maya découvert Sur National Geographic, mai 2012
  30. (en) Unprecedented Maya Mural Found, Contradicts 2012 "Doomsday" Myth sur nationalgeographic.com
  31. a et b Stephen Houston, « Of gods, glyphs and kings: divinity and rulership among the Classic Maya », Antiquity, Cambridge (RU), Antiquity Publications, vol. 70, no 268,‎ 1996, p. 289–312 (ISSN 0003-598X, lien OCLC?)
  32. Gronemeyer and MacLeod 2010 8
  33. Eberl and Prager 2005 28
  34. Eberl and Prager 2005 29–30, citing Hieroglyphic Stairway E7-H12 at Palenque, plate 104 in Karl Herbert Mayer, Maya Monuments: Sculptures of Unknown Provenance, Supplement 4 [in which the Sajal Niil is depicted in his costume], and Stele 1 from La Mar.
  35. Gronemeyer and MacLeod 2010 11, 36–37
  36. a et b MacLeod 2011
  37. Gronemeyer and MacLeod 2010 24, 35
  38. (en) Stephen Houston, « What Will Not Happen in 2012 », Maya Decipherment,‎ 2008 (consulté le 29 mai 2011)
  39. (en) David Stuart, « Notes on a New Text from La Corona »,‎ 2012 (consulté le 6 juillet 2012)
  40. a et b Schele 1992 93–95
  41. Schele and Freidel 1990 430
  42. Aveni 2009 49
  43. Carlson & Van Stone 2011
  44. Aveni 2009 32–33, 156–157
  45. Aveni 2009 161
  46. See in particular, chapter 6 (« The Great Cycle: Its Projected Beginning »), chapter 7 (« The Great Cycle – Its Projected End ») and the Appendix, in Waters 1975 256–264, 265–271, 285.
  47. Argüelles 1975
  48. a et b McKenna and McKenna 1975
  49. (the more specific date of December 21 appeared in the 1993 revision of The Invisible Landscape)(McKenna&McKenna 1993)
  50. (en) Philip J. Hilts, Mary Battiata, « Planets Won't Attend Astronomical Celebration », New York Post,‎ 1987 (lire en ligne)
  51. Argüelles 1987
  52. a et b (en) « The Great 2012 Doomsday Scare », NASA,‎ 2009 (consulté le 27 janvier 2010)
  53. Aveni 2009 17–27
  54. Aveni 2009 83
  55. a et b (en) « Precession », NASA (consulté le 3 novembre 2009)
  56. Spencer, 2000, pp. 115–27
  57. (en) Bruce McClure, « Teapot of Sagittarius points to galactic center », EarthSky (consulté le 3 novembre 2009)
  58. (en) « What's going to happen on December 21st 2012? », Cornell University,‎ 2006 (consulté le 9 mai 2011)
  59. a et b (en) Geoff Gaherty, « Starry Night looks at doomsday », Starry Night Times,‎ 2008 (consulté le 23 octobre 2009)
  60. Mardyks 1991
  61. Plumb 2010:59
  62. Edmonson 1988: 119
  63. (en) Brian Stross, « Xibalba or Xibalbe », University of Texas (consulté le 18 mai 2009)
  64. a et b (en) John Major Jenkins, « What is the Galactic Alignment? », alignment2012.com (consulté le 11 mai 2009)
  65. (en) John Major Jenkins, « The Mayan Calendar and the Transformation of Consciousness », alignement2012.com,‎ 2005 (consulté le 26 janvier 2010)
  66. For an in-depth look at this subject, see Coe 1992, Miller 1993, Pinchbeck 2006
  67. Jenkins 1998 191–206
  68. Aveni 2009 62
  69. (en) John Major Jenkins, « Introduction to Maya Cosmogenesis » (consulté le 14 octobre 2009)
  70. (en) John Major Jenkins, « The True Alignment Zone »,‎ juin 1999 (consulté le 14 octobre 2009)
  71. Meeus 1997 301–303
  72. Grofe 2011
  73. Jenkins 2009 215
  74. a et b J. J. Aimers and P. M. Rice, « Astronomy, ritual and the interpretation of Maya E-Group architectural assemblages », Ancient Mesoamerica, vol. 17, no 1,‎ 2006, p. 79–96 (lien DOI?)
  75. Aveni 2009 54–55, citing Aveni and Hartung 2000
  76. Aveni, 2009 57
  77. a et b (en) Art Bell, « Terence McKenna with Art Bell », archive.org,‎ May 22, 1997 (consulté le 22 septembre 2009)
  78. (en) Ralph Abraham and Terence McKenna, « Dynamics of Hyperspace », Santa Cruz, California, Ralph Abraham,‎ 1983 (consulté le 14 octobre 2009)
  79. (en) Vasudha Narayanan, « A « White Paper » on Kalki Bhagavan », American Academy of Religion,‎ 1998 (consulté le 26 février 2011)
  80. (en) Jagmeeta Thind Joy, « The Power of One » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Express India, 2006. Consulté le 26 février 2011
  81. Pinchbeck 2006
  82. (en) Kurt Andersen, « The End of the World As They Know It », New York Magazine,‎ 2006 (consulté le 26 février 2011)
  83. (en) Maïa de la Baume, « For End of the World, a French Peak Holds Allure », The New York Times,‎ 2011 (lire en ligne)
  84. (en) « No end in sight for villagers », The Financial Post,‎ 2010 (consulté le 8 mars 2011)
  85. d'après : La Vie d'Attila de Marcel Brion, 1928 et légendes populaires locales.
  86. a, b, c et d (en) « David Morrison: Surviving 2012 and Other Cosmic Disasters », FORA.tv (consulté le 17 juillet 2010)
  87. (en) « Armageddon series », The History Channel,‎ 2008 (consulté le 1 mai 2009)
  88. Lemesurier, Derwen Publishing, 2011
  89. (en) « 2012 Apocalypse », The Discovery Channel,‎ 2009 (consulté le 8 novembre 2009)
  90. Coe 1992 275–276.
  91. Hancock 1995 499, ff. 27.
  92. (en) E. C. Krupp, « The Great 2012 Scare », Sky and Telescope (consulté le 11 novembre 2009)
  93. (en) Sherry Seethaler, « Questions answered », San Diego Union Tribune,‎ 2007 (consulté le 16 octobre 2009)
  94. (en) Christopher Springob, « What would happen if a supermassive black hole came close to the Earth? », Cornell University,‎ March 28, 2003 (consulté le 14 octobre 2009)
  95. (en) John Major Jenkins, « How Not to Make a 2012 Documentary »,‎ 28 juillet 2006 (consulté le 14 octobre 2009)
  96. (en) « Questions Show: Alignment with the Galactic Plane, Destruction from Venus, and the Death of the Solar System », Universe Today,‎ 10 octobre 2008 (consulté le 14 octobre 2009)
  97. (en) Michael Szpir, « Perturbing the Oort Cloud », American Scientist, The Scientific Research Society (consulté le 25 mars 2008)
  98. (en) Fraser Cain, « Galactic Plane », Universe Today,‎ May 11, 2009 (consulté le 29 octobre 2009)
  99. John N. Bahcall and Safi Bahcall, « The Sun's motion perpendicular to the galactic plane », Nature, vol. 316, no 6030,‎ 22 août 1985, p. 706–708 (lien DOI?)
  100. (en) David Morrison, « Nibiru and Doomsday 2012: Questions and Answers », NASA: Ask an Astrobiologist,‎ 2010 (consulté le 6 septembre 2010)
  101. (en) Abby Cessna, « Planetary Alignment », Universe Today,‎ 2009 (consulté le 19 avril 2011)
  102. (en) Phil Plait, « Good astronomy: Planetary alignments have relatively little to do with earthquakes », Bad Astronomy,‎ March 5, 2011 (consulté le 28 avril 2011)
  103. (en) Ian O'Neill, 2012: No Killer Solar Flare « 2012: No Killer Solar Flare », Universe Today,‎ 21 juin 2008 (consulté le 14 octobre 2009)
  104. Nils Olsen and Mioara Mandea, « Rapidly changing flows in the Earth's core », Nature Geoscience, vol. 1, no 6,‎ May 18, 2008, p. 390–394 (lien DOI?, lire en ligne)
  105. (en) Abby Cessna, « Geomagnetic Reversal », Universe Today (consulté le 6 avril 2011)
  106. (en) « New Solar Cycle Prediction », NASA (consulté le 2 novembre 2009)
  107. (en) Ian O'Neill, « 2012: No Geomagnetic Reversal », Universe Today,‎ 3 octobre 2008 (consulté le 27 mai 2009)
  108. (en) Tony Phillips, « Solar Storm Warning », NASA,‎ 10 mars 2006 (consulté le 14 octobre 2009)
  109. a, b et c (en) David Morrison, « The Myth of Nibiru and the End of the World in 2012 », Skeptical Inquirer,‎ October 2008 (consulté le 2 avril 2009)
  110. Schilling 2008 111
  111. (en) David Morrison, « The Myth of Nibiru and the End of the World in 2012 », CSI (consulté le 15 octobre 2012)
  112. (en) Tom Chivers, « 'Web-bot project' makes prophecy of 2012 apocalypse », The Daily Telegraph, Londres,‎ 24 septembre 2009 (lire en ligne)
  113. a et b (en) David Morrison, « NASA Ask An Astrobiologist », NASA (consulté le 11 avril 2011)
  114. (en) « Is the earth about to enter the Photon Belt, causing the end of life as we know it? », The Straight Dope,‎ 1996 (consulté le 19 avril 2011)
  115. (en) Phil Plait, « Betelgeuse and 2012 », Bad Astronomy,‎ 2011 (consulté le 1 mai 2011)
  116. (en) Phil Plait, « Is Betelgeuse about to blow? », Bad Astronomy,‎ 2011 (consulté le 1 mai 2011)
  117. (en) Seth Shostak, « NO Spaceships Headed for Earth », SETI,‎ 2011 (consulté le 7 janvier 2011)
  118. a et b (en) Phil Plait, « Giant spaceships to attack December 2012? », Discover Magazine,‎ 2011 (consulté le 7 janvier 2011)
  119. (en) « Best-Selling Books of 2009 », marketingcharts.com,‎ 2010 (consulté le 10 mai 2011)
  120. (en) Hugo Martín, « Mexico aims to make end of Maya calendar a starter for tourism », The Los Angeles Times,‎ 2011 (consulté le 15 octobre 2011)
  121. (en) Mike Brown, « Sony Pictures and the End of the World », Mike Brown's Planets,‎ 2009 (consulté le 7 juin 2009)
  122. (en) Steve Connor, « Relax, the end isn't nigh », The Independent, Londres,‎ October 17, 2009 (lire en ligne)
  123. (en) « 2009 Worldwide Grosses », Box Office Mojo (consulté le 25 février 2010)
  124. (en) Andrea Magrath, « Sunny Kirsten Dunst is picture perfect at the Cannes photocall for her provocative new film Melancholia »,‎ 2011 (consulté le 27 mai 2011)
  125. (en) Borys Kit, « Magnolia Picks Up North American Rights to Lars von Trier's 'Melancholia' », Hollywood Reporter,‎ 2011 (consulté le 27 mai 2011)
  126. Article « La Miviludes met en garde contre le retour des messages apocalyptiques en 2012 », 20 juin 2011, sur le site du gouvernement français, consulté le 25 novembre 2012.
  127. Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, Rapport au Premier ministre : 2010, Paris, La Documentation française,‎ 2011, 292 p. (ISBN 978-2-11-008495-8, lire en ligne), p. 11-126
  128. a et b Ann-Laure Bourgeois (journaliste) et Georges Fenech (personne interviewée), « Comment les prophéties de fin du monde permettent encore aux sectes d’avoir de nouvelles recrues », Atlantico,‎ 24 novembre 2012 (lire en ligne)
  129. Le site de l'organisation Consorcio de Organizaciones Indigenas de Peten Na’Leb’
  130. Le Consorcio de Organizaciones Indigenas de Peten Na’Leb’ est un groupe d'organisations indigènes Mayas Q'eqchi ' département Petén qui travaillent à promouvoir l'agroécologie et la souveraineté alimentaire des communautés rurales, à travers la formation de jeunes responsables en matière de développement rural intégré et en communication sociale. Sa mission est de réunir les communautés locales pour protéger la vie, la culture, le territoire et promouvoir le développement intégral de la personne humaine dans les communautés rurales dans le département de Petén. Sur le site Aj ralch'och', site faisant la promotion de la langue Q'eqchi'.
  131. http://www.liberation.fr/depeches/2012/12/21/la-fin-du-monde-un-peu-d-angoisse-mais-surtout-du-flegme-et-de-l-humour_869256 sur le site liberation.fr
  132. « Excluyente, el pueblo maya no está en este acontecimiento. Allí adentro solo está gente exclusiva, es una celebración racista, excluyente y discriminatoria, siempre la misma historia que vivimos los mayas » sur le site sur un site d'information argentin, Noticia
  133. El Universal, Profecías mayas atraerán turismo a México, 16 mars 2011.
  134. Rice, 2007 44, 59
  135. (en) Duncan McLean Earl and Dean R Snow, « The Origin of the 260-day calendar: the gestation hypothesis reconsidered in light of its use among the Quiche Maya », State University of New York at Albany (consulté le 20 mars 2011)
  136. (en) Peter Matthews, « Who's Who in the Maya World », famsi.org (consulté le 13 avril 2011)
  137. (en) Mark Van Stone, « Questions and comments », FAMSI (consulté le 6 septembre 2010)
  138. Johan Calleman - Energy Cycles and 2012 Ric Thompson, Healthy, Wealthy and Wise.com, Interview, juin 2009. Consulté en août 2011.
  139. 9th wave of the Mayan Calendar ending on 28th October 2011 - Dr Calleman Lilou Mace interview, 7 juin 2011
  140. Coe 1980 151
  141. Coe 1984. This correlation, which differs two days from Sharer's, is repeated in subsequent editions of Coe's book
  142. Morley 1983 603, Table B2

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « 2012 phenomenon » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) José Argüelles, The Transformative Vision: Reflections on the Nature and History of Human Expression, Flagstaff, AZ, Light Technology Publications,‎ 1992 (ISBN 978-0-9631750-0-7, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) José Argüelles, The Mayan Factor: Path Beyond Technology, Rochester, VT, Inner Traditions/Bear and Company,‎ 1987, poche (ISBN 978-0-939680-38-2, lien LCCN?)
  • (en) Aveni, Anthony, H. Hartung, Precious Greenstone Precious Feather, Lancaster, CA, Labyrinthos,‎ 2000, « Water, Mountain, Sky: The Evolution of Site Orientations in Southeastern Mesoamerica »
  • Varak, Florent, A. Rouméas, J.-R. Moret, U. Tuikalepa, T. Blanchard, V. Rébeillé-Borgella, S. Path, 2012 : La fin?, Lyon, FR, Éditions Clé,‎ 2011 (ISBN 978-2-35843-015-9)
  • (en) Aveni, Anthony, The End of Time: The Maya Mystery of 2012, Boulder, Colorado, University Press of Colorado,‎ 2009, poche (ISBN 978-0-87081-961-2, lien LCCN?)
  • (en) Barkun, Michael, A Culture of Conspiracy: Apocalyptic Visions in Contemporary America, Berkeley, University of California Press,‎ 2006 (ISBN 978-0-520-24812-0, lien OCLC?)
  • (en) Boone, Elizabeth H. and Zelia Nuttall, eds., The Book of the Life of the Ancient Mexicans, Containing an Account of Their Rites and Superstitions: An Anonymous Hispano-Mexican Manuscript Preserved at the Biblioteca Nazionale Centrale, Florence, Italy (Reprint of 1903 edition with additional commentary), Berkeley., University of California Press,‎ 1982
  • (en) Callaway, Carl, « Cosmogony and Prophecy: Maya Era Day Cosmology in the Context of the 2012 Prophecy », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 192–202 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Campion, Nicholas, « The 2012 Mayan Calendar Prophecies in the Context of the Western Millenarian Tradition », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 249–254 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Carrasco, David, Religions of Mesoamerica: Cosmovision and Ceremonial Centers, San Francisco, California, Harper & Row,‎ 1990 (ISBN 978-0-06-061325-9, lien OCLC?)
  • (en) Carlson, John B., « Lord of the Maya Creations on His Jaguar Throne: The Eternal Return of Elder Brother God L to Preside Over the 21 December 2012 Transformation », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 203–213 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Carlson, John S. et Mark Van Stone, « The 2012 Phenomenon: Maya Calendar, Astronomy, and Apocalypticism in the Worlds of Scholarship and Global Popular Culture », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 178–185 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Coe, Michael D., The Maya, Londres, Thames and Hudson,‎ 1966 (ISBN 978-0-500-05061-3, lien OCLC?)
  • (en) Coe, Michael D., The Maya, Londres, Thames and Hudson,‎ 1980, 2e éd. (ISBN 978-0-500-05061-3)
  • (en) Coe, Michael D., The Maya, Londres, Thames and Hudson,‎ 1984, 3e éd. (ISBN 978-0-500-05061-3)
  • (en) Coe, Michael D., Breaking the Maya Code, Londres, Thames and Hudson,‎ 1992 (ISBN 978-0-500-05061-3, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Coe, Michael D., The Maya, Londres et New York, Thames and Hudson,‎ 1999, 6e éd. (ISBN 978-0-500-28066-9, lien OCLC?)
  • (en) Jorge Pérez de Lara and John Justeson, « Photographic Documentation of Monuments with Epi-Olmec Script/Imagery », Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies,‎ 2006 (consulté le 3 novembre 2009)
  • (en) Eberl, Markus, and Christian Prager, Wars and Conflicts in Prehispanic Mesoamerica and the Andes: Selected Proceedings of the Conference Organized by the Société des américanistes de Belgique with the Collaboration of Wayeb (European Association of Mayanists), Brussels, 16–17 November 2002, Oxford, UK, John and Erika Hedges Ltd,‎ 2005 (ISBN 978-1-84171-706-7, lien OCLC?), « B’olon Yokte’ K’uh: Maya conceptions of war, conflict, and the underworld », p. 28–36
  • (en) Edmonson, Munro S., ed. and trans., The Ancient Future of the Itza: The Book of Chilam Balam of Tizimin, Austin, University of Texas Press,‎ 1982, Text of Chilam Balam de Tizimín MS. translated and annotated by Munro S. Edmonson; 1st English trans. éd. (ISBN 978-0-292-70353-7, lien OCLC?)
  • (en) Edmonson, Munro S., The Book of the Year: Middle American Calendrical Systems, Salt Lake City, University of Utah Press,‎ 1988 (ISBN 978-0-87480-288-7, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) David Freidel, Linda Schele and Joy Parker, Maya Cosmos: Three thousand years on the shaman's path, New York, William Morrow,‎ 1993 (ISBN 978-0688140694, lien OCLC?)
  • (en) Gossen, Gary, and Richard M. Leventhal, Lowland Maya Civilization in the Eighth Century A.D.: A Symposium at Dumbarton Oaks, 7th and 8 October 1989, Washington, Dumbarton Oaks Research Library and Collection,‎ 1993 (ISBN 978-0-88402-206-0, lien OCLC?), « The topography of ancient Maya religious pluralism: a dialogue with the present », p. 185–217
  • (en) Grofe, Michael, « Measuring Deep Time: The Sidereal Year and the Tropical Year in Maya Inscriptions », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 214–230 (lien DOI?, lire en ligne)
  • Gronemeyer, Sven, « What Could Happen in 2012: A Re-Analysis of the 13-Bak'tun Prophecy on Tortuguero Monument 6 », Wayeb Notes, université de Copenhague, European Association of Mayanists, vol. 34,‎ 2010, p. 1–68 (ISSN 1379-8286, lien OCLC?, lire en ligne)
  • (en) Hancock, Graham, Fingerprints of the Gods, New York, Crown Publishers, Inc.,‎ 1995 (ISBN 978-0517887295)
  • (en) Hanegraaff, Wouter, New Age Religion and Western Culture: Esotericism in the Mirror of Secular Thought, Leyde (Pays-Bas), Brill,‎ 1996 (ISBN 978-90-04-10695-6, lien OCLC?)
  • (en) Hoopes, John W., « A Critical History of 2012 Mythology », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 240–248 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Jenkins, John Major, Maya Cosmogenesis 2012: The True Meaning of the Maya Calendar End-Date, Rochester, VT, Bear and Company,‎ 1998 (ISBN 978-1-879181-48-9)
  • (en) Jenkins, John Major, The 2012 Story: The Myths, Fallacies, and Truth Behind the Most Intriguing Date in History, Los Angeles, CA, Tarcher,‎ 2009, relié (ISBN 978-1-58542-766-6, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Joseph, Frank, Atlantis and 2012: The Science of the Lost Civilization and the Prophecies of the Maya, New York, Bear & Co.,‎ 2010, poche (ISBN 978-1-59143-112-1, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Luxton, Richard N., The Book of Chumayel: The Counsel Book of the Yucatec Maya, 1539–1638, Walnut Creek, CA, Agaean Park Press,‎ 1996 (ISBN 978-0-89412-244-6, lien OCLC?)
  • (en) MacLeod, Barbara, « The God's Grand Costume Ball: A Classic Maya Prophecy for the Close of the Thirteenth Bak'tun », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 231–239 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Makemson, Maude Worcester, ed. and trans., The Book of the Jaguar Priest: a translation of the Book of Chilam Balam of Tizimin, with commentary, New York, H. Schuman,‎ 1951 (lien OCLC?)
  • Maud Worcester Makemson, « The miscellaneous dates of the Dresden Codex », Publications of the Vassar College Observatory, vol. 6,‎ juin 1957, p. 1 (lien Bibcode?)
  • (en) Mardyks, Raymond, « When Stars Touch the Earth: An Astrologer Looks at the New Age Through the Year 2012 », The Mountain Astrologer,‎ 1991, p. 1–4, 47–48
  • (en) Terence and Dennis McKenna, The Invisible Landscape: Mind, Hallucinogens, and the I Ching, New York, Seabury,‎ 1975 (ISBN 978-0-8164-9249-7, lien LCCN?)
  • (en) Terence and Dennis McKenna, The Invisible Landscape: Mind, Hallucinogens, and the I Ching, HarperCollins,‎ 1993 (ISBN 978-0-06-250635-1, lien LCCN?)
  • (en) Meeus, Jean, Ecliptic and galactic equator, Richmond, VA, Willmann-Bell,‎ 1997 (ISBN 978-0-943396-51-4, lien OCLC?)
  • (en) Milbrath, Susan, Star Gods of the Maya: Astronomy in Art, Folklore, and Calendars, Austin, University of Texas Press,‎ 1999 (ISBN 978-0-292-75225-2, lien OCLC?)
  • (en) Miller, Mary, and Karl Taube, The Gods and Symbols of Ancient Mexico and the Maya: An Illustrated Dictionary of Mesoamerican Religion, Londres, Thames & Hudson,‎ 1993 (ISBN 978-0-500-05068-2, lien OCLC?)
  • (en) Sylvanus Morley, The Ancient Maya, Palo Alto, CA, Stanford University Press,‎ 1983, 4e éd. (ISBN 978-0-8047-1288-0)
  • (en) Nuttall, Zelia, ed., The Book of the Life of the Ancient Mexicans, Containing an Account of Their Rites and Superstitions: An Anonymous Hispano-Mexican Manuscript Preserved at the Biblioteca Nazionale Centrale, Florence, Italie., Berkeley, CA, université de Californie,‎ 1903
  • (en) Pinchbeck, Daniel, 2012: The Return of Quetzalcoatl, New York, Tarcher,‎ 2006 (ISBN 978-1-58542-483-2, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Plumb, Mary, « Biology, Cosmology, and 2012: A Conversation with Bruce Scofield », The Mountain Astrologer, no October/November,‎ 2010
  • (en) Ralph Roys, The Book of Chilam Balam of Chuyamel, Charleston, South Carolina, Forgotten Books,‎ 1967 (ISBN 978-1-60506-858-9)
  • (en) Prudence M. Rice, Maya calendar origins: monuments, mythistory, and the materialization of time, Austin, University of Texas Press,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 978-0-292-71692-6, lien LCCN?, lire en ligne)
  • (en) Schele, Linda, Supplement to the Handbook of Middle American Indians, Vol. 5: Epigraphy, Austin, University of Texas Press,‎ 1992 (ISBN 0-292-77650-0), « A New Look at the Dynastic History of Palenque », p. 82–109
  • (en) Schele, Linda, and David Freidel, A Forest of Kings: The Untold Story of the Ancient Maya, New York, Harper Perennial,‎ 1990, poche (ISBN 978-0-688-11204-2, lien OCLC?)
  • (en) Severin, Gregory M., « The Paris Codex: Decoding an Astronomical Ephemeris », Transactions of the American Philosophical Society, vol. 71, no 5,‎ 1981, p. 1–101 (liens DOI? et JSTOR?)
  • (en) Schilling, Govert, The Hunt For Planet X: New Worlds and the Fate of Pluto, New York, Springer,‎ 2008 (ISBN 978-0-387-77804-4, lien LCCN?)
  • (en) South, Stephanie, 2012: Biography of a Time Traveler, The Journey of José Argüelles, Franklin Lakes, New Jersey, New Page Books,‎ 2009 (ISBN 978-1-60163-065-0, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Spencer, Neil, True as the Stars Above, Londres, Gollancz,‎ 2000 (ISBN 978-0-575-06769-1, lien OCLC?), « Love Shall Steer the Stars – The Long Dawning of the Age of Aquarius »
  • (en) Van Stone, Mark, « It's Not the End of the World: What the Ancient Maya Tell Us About 2012 », FAMSI,‎ 2008
  • (en) Van Stone, Mark, « It's Not the End of the World: Emic Evidnce for Local Diversity in the Maya Long Count », Proceedings of the International Astronomical Union, vol. 7,‎ 2011, p. 186–191 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) Voss, Alexander, Maya: Divine Kings of the Rain Forest, Cologne, Könemann,‎ 2006 (ISBN 978-3-8331-1957-6, lien OCLC?), « Astronomy and Mathematics », p. 130–143
  • (en) Wagner, Elizabeth, Maya: Divine Kings of the Rain Forest, Cologne, Könemann,‎ 2006 (ISBN 978-3-8331-1957-6, lien OCLC?), « Maya Creation Myths and Cosmography », p. 280–293
  • (en) Waters, Frank, Mexico Mystique: The Coming Sixth World of Consciousness, Chicago (Illinois), Sage Books/Swallow Press,‎ 1975, 1e éd. (ISBN 978-0-8040-0663-7, liens OCLC? et LCCN?)
  • (en) Wright, Ronald, Stolen Continents: 500 Years of Conquest and Resistance in the Americas, Mariner,‎ 2005 (ISBN 978-0-618-49240-4), p. 165–166
  • (en) York, Michael, The Emerging Network: A Sociology of the New Age and Neo-Pagan Movements, Lanham, MD, Rowman & Littlefield,‎ 1995 (ISBN 978-0-8476-8000-9, liens OCLC? et LCCN?)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :