2012 (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'année, voir 2012.

2012

alt=Description de l'image 2012-film-logo.svg.
Réalisation Roland Emmerich
Scénario Roland Emmerich
Harald Kloser
Acteurs principaux
Sociétés de production Centropolis Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre catastrophe
Sortie 2009
Durée 158 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

2012 est un film catastrophe américain écrit et réalisé par Roland Emmerich, sorti en 2009.

Le film fait référence au mayanisme d'Amérique centrale avec son calendrier à long terme et son scénario décrit les conséquences de la survenance d'événements cataclysmiques du type de ceux qui étaient supposés se produire en 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En raison de bombardements de neutrinos dus à une éruption solaire, le noyau de la Terre commence à chauffer à un rythme inconnu jusqu'alors, causant en fin de compte des déplacements de la croûte terrestre avant décembre 2012, tel que cela avait été prévu. Il s'ensuivra un scénario de fin du monde qui plongera l'humanité dans le chaos. Le film suit un groupe de personnages alors qu'ils échappent de justesse à d'innombrables catastrophes. En même temps, des savants et des dirigeants du monde tentent de sauver le plus de vies possible avant l'arrivée des désastres.

Los Angeles est engloutie dans l'océan Pacifique après sa destruction causée par son tremblement de terre, la caldeira du Parc national de Yellowstone entre en éruption, Hawaï devient un torrent de lave et des tremblements de terre ravagent le monde entier dont Las Vegas et le Vatican, détruisant toute civilisation et causant des tsunamis gigantesques dont un submerge Washington, la Maison-Blanche est percutée par le porte-avions USS John F. Kennedy. Suite à cela, le pôle Sud (magnétique) se retrouve dans le Wisconsin, et le massif du Drakensberg en Afrique du Sud devient le sommet le plus élevé du nouveau monde. Après de multiples péripéties en avion, le groupe de personnages arrive finalement aux « arches » construites et ancrées dans l'Himalaya et dont le nombre de places est limité.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur Voxofilm[4]

Production[modifier | modifier le code]

Le tournage a débuté en août 2008 à Vancouver au Canada[réf. nécessaire].

Réception[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Le marketing du film a été dû à la campagne d'une organisation fictive, un « Institut pour la Continuité Humaine » (Institute for Human continuity), avec un livre fictif écrit par Jackson Curtis et intitulé Adieu Atlantis (Farewell Atlantis), et une grande organisation dans les médias, des nouvelles au jour le jour par blogs et des émissions radio du fanatique de l'apocalypse Charlie Frost sur son site Internet This Is The End. Cette campagne a fait l'objet de nombreuses critiques, et on l'a considérée comme une forme de marketing viral.

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film a reçu des appréciations mitigées de la part des critiques de cinéma, et a tenu la tête du box-office international lors de son premier week-end avec 225 millions de dollars[5]. Au total les recettes ont dépassé 769 millions de dollars américains dans le monde, faisant de ce film le second pour les recettes brutes derrière Independence Day.

Polémique[modifier | modifier le code]

Durant le film, les chrétiens priant au Vatican se font écraser par le dôme de la basilique Saint-Pierre. Par contre, une scène montrant la Mecque ravagée par les flots a été volontairement retirée du script, Emmerich ne voulant pas « provoquer une fatwa » et « vivre avec des gardes du corps jusqu'à la fin de [ses] jours »[6]. Ce retrait provoque une polémique.

Une plainte a été déposée par l'Église catholique du Brésil contre Columbia Pictures pour avoir utilisé sans leur permission la statue du Christ de Rio dans leur film ainsi que sa destruction. En effet, l'archevêché de Rio de Janeiro possède les droits à l'image de cette célèbre statue, la Columbia Pictures avait demandé officiellement la permission qui fut refusée par l'archevêché. Columbia Pictures utilisa quand même les images de la statue du Christ de Rio de Janeiro[7].

Interdiction en Corée du Nord[modifier | modifier le code]

La Corée du Nord aurait interdit la possession ou le visionnage du film car l'année 2012 est le 100e anniversaire du fondateur de la nation et a été désignée « année pour ouvrir les portes du Grand pour devenir une superpuissance ». Ainsi, un film qui dépeint l'année sous un jour négatif est jugé offensant par le gouvernement nord-coréen. Plusieurs personnes en Corée du Nord auraient été arrêtées pour la possession ou la consultation de copies pirates du film et inculpées de « provocation grave contre le développement de l'État. »[8],[9]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs symboles apparaissent dans certaines séquences du film :
    • Lors du séisme détruisant le Vatican, une fissure dans le plafond de la chapelle Sixtine vient séparer la main de Dieu de celle de l'Homme de La Création d'Adam ;
    • Lors du tsunami sur Washington DC, c'est le porte-avions USS John F. Kennedy qui rase la Maison-Blanche, John Fitzgerald Kennedy étant le dernier président américain décédé au cours de son mandat.
    • L'Afrique est le seul continent épargné (il se soulève cependant de 2 000 mètres), or c'est là que seraient apparus les premiers hommes ; c'est aussi là que se regroupent les survivants.
    • On peut supposer que les évènements présentés dans le film se déroulent en août 2012. Dans une scène ou un reportage est diffusé à la télévision, il est stipulé que les Jeux olympiques de Londres ont dû être interrompus suite à un violent séisme.

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Alt=Image de la Terre Mondial[10] 769 653 595 $ US 21 février 2010 14
Drapeau des États-Unis États-Unis[10] 166 112 167 $ US 21 février 2010 14
Drapeau de la France France[11] 4 631 838 entrées 12 janvier 2010 9
Drapeau : Québec Québec[12] 4 278 990 $ CAN 20 décembre 2009 6
  • Ce film connaît un succès mondial. Sorti dans 108 pays, il a engrangé 770 millions de dollars américains entre sa sortie et février 2010.
  • Pendant son premier weekend aux États-Unis, il a engrangé 65 millions de dollars américains[13]. Depuis, il y comptabilise 165 millions.
  • 2012 a connu le meilleur démarrage en France parmi les films réalisés par Roland Emmerich, lors de sa toute première semaine en France, 2,2 millions de spectateurs ont vu le film (2 212 370)[14]. Plus de 4,6 millions d'entrées (44 000 000 $ US) ont été réalisées en France.
  • Plus d'un million de Français ont vu The Patriot (1 160 975 entrées en 7 semaines), Le Jour d'après a su conquérir 2,7 millions de spectateurs (2 691 632 entrées en 10 semaines), alors que 10 000 n'a pas atteint la barre symbolique du million (833 476 entrées en 4 semaines). 2012 est donc numéro 1 au box-office français parmi les films de Emmerich sortis entre 2000 et 2009. C'est l'un des plus gros succès de la Sony Columbia Pictures.

DVD / Blu-Ray[modifier | modifier le code]

Ventes durée DVD Blu-Ray Total
Drapeau de la France France[15] 25 sem 425 702 138 379 564 081
  • Le 11 mars 2010, 2012 est disponible en DVD, d'une durée de 2 h 31 et en Blu-Ray, d'une durée de 2 h 38. Il y a le DVD en édition simple, en édition collector et le Blu-Ray.
  • L'édition collector 2 DVD, est une édition très limitée, 40 000 exemplaires sont disponibles en France.
  • Bonus :
  • Édition simple et Édition Collector - DVD 1
    • Un commentaire audio de Roland Emmerich et Harald Kloser
    • Les scènes coupées
    • Une fin alternative
    • « Roland Emmerich : le maître de l’épopée moderne »
  • Édition collector - DVD 2
    • « Concevoir la fin du monde »
    • « La science derrière la destruction »
    • « La fin du monde : point de vue d’un acteur »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]