Pollution génétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression « pollution génétique » (ou pollution taxinomique[1]), désigne le phénomène d'introduction (volontaire ou accidentelle) de gènes modifiés ou étrangers à une espèce ou à une variété dans une autre variété ou dans une population sauvage par transmission verticale, ou un transfert horizontal[1]. Elle peut concerner toute les espèces (faune, flore, fonge, microbes...).

On parle aussi dans ce contexte de "présence fortuite" et de "flux de gènes" des cultivars vers l'environnement[2] ou d'autres espèces cultivées[3].

Les nouveaux outils de la biologie moléculaire permettent de mieux détecter et mesurer la pollution génétique, par le suivi de marqueurs génétiques[4],[5]. Des modélisations devraient permettre de mieux appréhender les risques[6].

Répercussions[modifier | modifier le code]

La pollution génétique peut affecter une espèce au niveau de sa métapopulation ou de sous-populations, éventuellement au point de la faire disparaître ou de réduire ses capacités d'adaptation.

Elle peut aussi rendre « ultérieurement difficile ou impossible l’étude de l’histoire (phylogéographie), des adaptations et de l’évolution des populations réceptrices. Pour les biologistes de l’évolution, elles équivalent à une destruction de leur objet d’étude » notait A. Dubois en 2008[1].

De plus, de telles opérations envoient au public un message optimiste mais irréaliste, selon lequel les destructions de l’environnement causées par les activités humaines seraient réversibles à peu de frais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette notion est relativement récente.

Dans la seconde partie du XIXe siècle, les Lois de Mendel décrivent les grandes règles de l'hérédité. Elles font comprendre aux naturalistes, mais aussi aux éleveurs et sélectionneurs que des croisements et hybridations dirigées permettent de sélectionner certaines caractéristiques des individus au sein d'une espèce. Les sélectionneurs créent alors des milliers de nouvelles lignées et variétés, sans se préoccuper d'éventuels effets adverses de la diffusion des caractères qu'ils ont sélectionnés.
Environ un siècle plus tard (début des années 1950), la découverte de l'ADN puis de l'ADn mitochondrial précise les mécanismes biomoléculaires en jeu.
Puis les généticiens, médecins et écologues confirment l'importance de la diversité génétique, notamment pour l'adaptation des individus et des espèces aux modifications de leur environnement, et pour la résilience écologique. Les généticiens et les écologues confirment peu à peu la vulnérabilité de certains patrimoines génétiques d'une lignée, d'une espèce, d'espèces symbiotes et de communautés vivantes et du Vivant dans son ensemble.

Dans un même temps, les formes dominantes d'agriculture, de sylviculture et d'élevage devenaient de plus en plus intensives, causant d'importantes pertes de diversité génétique sauvage. Les hybridations artificielles et les introductions par l'Homme d'espèces et de gènes d'une région à l'autre, d'un pays à l'autre (voire d'une espèce à l'autre avec l'invention de la transgenèse) se faisaient toujours plus nombreuses et plus rapides.

Les questions d' homogénéisation génétique et de pollution génétique deviennent alors des sujets d'étude voire une préoccupation dans des domaines tels que la biologie des populations et la génétique des populations, et pour ceux qui étudient les enjeux de l'autochtonie[7] ou de la naturalité. La pollution génétique est l'un des facteurs de perte de naturalité et de dérive des systèmes agricoles, sylvicoles, d'élevage, cynégétiques et halieutiques (par rapport aux objectifs de bon état écologique de restauration, protection et gestion de la biodiversité promus par des directives européennes et des sommets internationaux).
Alors que les antibiotiques et pesticides perdent de leur efficacité et que des maladies émergentes ou ré-émergentes se manifestent, la pollution génétique intéresse aussi les épidémiologistes et écoépidémiologistes.
Dans un autre domaine, elle intéresse les acteurs du génie écologique et/ou ceux qui travaillent sur les programmes de protection ou réintroduction d'espèces menacées[7] ;

La pollution génétique est principalement induite par des « croisements » (introgressions, hybridations...) de populations sauvages avec des lignées exotiques ou domestiquées[8]. Ils peuvent être provoqués par l'homme ou être involontairement facilités par lui. Bien que les codes de bonnes pratiques d'introduction d'organismes marins[9],[10] ou d'espèces terrestres avec contrôles aux frontières soient devenus plus sévères (là où il est assez facile, c'est-à-dire sur des îles, et souvent pour des raisons sanitaires plus que de patrimoine génétique, au Royaume-Uni ou en Australie par exemple), les espèces cultivées (arbres y compris) sont l'objet de sélections et de manipulations toujours plus poussées. Le contexte de mondialisation économique et des échanges contribue a accélérer les processus de pollution génétique.

Typologies de pollutions génétiques[modifier | modifier le code]

Pour les besoins de la chasse, des millions de perdrix rouges issues d'élevages ont contribué au repeuplement cynégétique des régions où la perdrix sauvage disparaissait.
Une récente étude génétique[11] a montré que ces introductions ont largement « génétiquement pollué » le génome de la perdrix rouge sur l'ensemble de son aire de répartition, par « introgression » généralisée de gènes de « Choukar ». Ceci est dû aux éleveurs qui ont en utilisé des lignées volontairement hybridées avec la perdrix choukar, cousine plus asiatique que la perdrix rouge, la perdrix choukar[11].

La nature et l'ampleur des phénomènes de pollution génétique varient selon les espèces concernées et les conditions environnementales, avec par exemple :

  • Dans le secteur halieutique, des problèmes d'homogénéisation génétique et d'introduction de génomes ou d'éléments de génomes plus ou moins exotiques et/ou inadaptés à la vie sauvage se posent. Les deux principales sources de diffusion de ces gènes dans l'environnement sont les Réempoissonnements, ainsi que par les échappés de piscicultures et notamment avec les salmonicultures en cage d'où des poissons d'élevages échappés dans la nature peuvent se croiser avec des souches sauvages.
  • Dans le secteur apicole, le même problème se pose avec l'introduction chronique (et peut-être déjà parfois très ancienne) de souches d'abeilles non-locales voire franchement exotiques et des transferts fréquents d'un pays à l'autre de reines issues d'élevages, pour améliorer la productivité des ruches en miel, au détriment de la diversité génétique naturelle et de l'adaptation par la sélection naturelle de l'abeille à son environnement.
  • Les éleveurs de mollusques bivalves sont concernés par la sélection[12],[13] et les introductions[14]. De graves problèmes sont identifiés pour les huitres sauvages (huître plate[15] dont les populations relictuelles continuent à évoluer et se différentier le long du littoral européen, mais avec des introgressions liées aux nombreux transferts faits durant tout le XXe siècle et face à la concurrence pour l'espace colonisés par les ostréiculteurs qui font que la population sauvage diminue, avec un nombre de géniteurs efficaces disponibles si faible qu'il contribue probablement à aggraver la consanguinité et/ou la possibilité de nouvelles introgressions de gènes exotiques dans les populations sauvages, au détriment des besoins probables de gènes sauvage et diversifiés qui sera induit par les changements globaux qui semblent devoir s'accélérer (montée des mers, acidification des océans, réchauffement, maladies émergentes, etc.) qui toucheront tant les peuplements sauvages d' O. edulis que cultivés. De nombreux éleveurs ont mis en culture et diffusé des lignées exotiques en introduisant involontairement de nouveaux microbes et parasites[16] qui se diffusent d'autant mieux qu'ils trouvent moins de résistances en raison d'une perte de variabilité et diversité génétique tant dans les populations sauvages que cultivées[17].
    Chez les moules, on a observé certaines introgressions d’allèles edulis dans les populations M. galloprovincialis de Méditerranée ne concordant pas avec les zones actuelles de populations, ce qui laisse penser qu'il y a eu des déplacements anciens de peuplements (migrations via des coques de navires ? ou liés à des évènements glaciaires antérieurs ?). Dans ce type de cas l'introgression est a priori adaptative, expliquée par un gène jouant un rôle important dans l'immunité (codant pour un peptide antimicrobien, la Mytiline B[18].
  • Dans le domaine cynégétique, en France et en Europe des problèmes similaires découlent de l'introduction (chaque année depuis plusieurs décennies) de millions d'oiseaux (canards, faisans, perdrix issus d'élevages[11] principalement) dans la nature pour la chasse de loisir. Il est démontré que cette population de « repeuplement » ou visant à « conforter » des population affaiblies de gibier est « une importante voie d'homogénéisation génétique ». Or la perte de diversité génétique contribue à l'érosion de la biodiversité et à une diminution de la capacité d'adaptation des espèces aux maladies et aux changements de leur environnement[11]. Le « gibier de repeuplement » est souvent issus d’œufs éclos en couveuses[11]. Ces œufs proviennent de lignées elles-mêmes issues d'un faible nombre de géniteurs[11]. De plus l'animal introduit dans le milieu naturel a bénéficié durant sa croissance d'une alimentation artificielle et a été élevé avec des traitements vétérinaires. Tenu à l'abri de ses prédateurs, il n'a donc pas subi la sélection naturelle et est donc introduit dans la nature avec d'éventuelles tares génétiques.
    - Ainsi la perdrix rouge Alectoris rufa(Phasianidae) originaire d'Europe du sud-ouest est chassable et classée gibier sédentaire en France[19]. Elle est très « demandée » par les chasseurs français (et d'autres pays)[11]. Malgré des des quotas et saisons de chasse plus courte et, depuis 1986 des « plans de gestion cynégétiques » approuvés à l’initiative des GIC [20] cet oiseau reste en régression (ou a localement déjà disparu) d'une grande partie de son aire naturelle de répartition ; En France l'ONCFS« depuis les années 1900 (...) observe un recul géographique de l’espèce en même temps qu’une diminution constante des effectifs dans les départements où elle était la plus abondante. La perdrix rouge est en voie de disparition (moins de 1 couple/100hectares) dans 99 régions agricoles sur le tiers de son aire ; partout ailleurs, les populations sont en baisse. Le prélèvement moyen était de 11,5 perdrix/km² en 1974-1980, soit à peine 1/3 des prélèvements de la décennie 1960-1970. Aujourd’hui, la population de perdrix rouges en France est estimée à 300.000 couples nicheurs au printemps » [20] contre plusieurs millions autrefois. Bien que considérée comme "espèce vulnérable" par l'ONCFS, cette perdrix continue à être abondamment chassée (1.166.000 perdrix tuées en France lors de la saison de chasse 1983-84)[20] et 1.732.000 quatre ans plus tard (saison 1998-1999). Pour satisfaire la demande des chasseurs, ses populations naturelles sont donc depuis plusieurs décennies constamment « complétées » à partir de « stocks commerciaux de spécimens élevés en captivité ». En France et dans de nombreux pays son élevage et les relâchés dans la nature sont autorisés (élevage soumis à autorisation administrative[21]). Les lâchers sont toujours plus fréquents et touchent un territoire de plus en plus vaste, « jusque dans les zones où elle n’existe pas naturellement »[20]. Ainsi en 1984 des perdrix était relâchés dans 37 départements (tous dans l'aire naturelle de répartition de l’espèce), mais 12 ans plus tard (en 1998) ces introductions étaient pratiqués dans 73 départements (deux fois plus)[20]. 400.000 perdrix rouge ont été relachées en 1975, contre le double (800.000/an) une décennie plus tard[20] et 2.5 millions en 1996[20].
    De plus, depuis plusieurs décennies, des hybridations sont faites par des éleveurs (volontairement) avec la perdrix chukar (Alectoris chukar originaire de Grèce, de Chypre, du Moyen-Orient et de l'Asie de l'Est. Une partie de ces opérations est bien documentée et datée par la littérature cynégétique, scientifique ou administrative dont l'étude laissait penser que ces hybrides avaient été largement diffusés en Europe.
    Selon l'ONCFS, « il semble évident que les prélèvements reflètent plus l’abondance des lâchers que l’état des populations sauvages », ce qui rend difficile l'étude de sa véritable dynamique de population. Pour détecter une éventuelle pollution génétique à l'échelle de l'Europe, des biologistes et gestionnaires cynégétiques ont fait appel à la biologie moléculaire pour isoler et décrire plusieurs haplotypes du génome actuel de la « perdrix rouge »[11] chez des perdrix de Bretagne à la Crète en passant par l'Espagne et l'Italie[11]. Ces haplotypes contemporains ont été comparés aux haplotypes de perdrix rouges tuées de 1856 à 1934 et conservées (empaillées) dans les musées (un haplotype est un groupe de gènes liés entre eux et situés sur un même chromosome ; chaque haplotype est normalement transmis aux descendants sans modification lors de la reproduction sexuée). La comparaison a montré qu'en quelques décennies, le patrimoine génétique de la perdrix rouge sauvage a été significativement "pollué" (dans l'espace et dans le temps)[11]. L'ADN mitochondrial haplotype de cette espèce a subi une introgression généralisée de gènes provenant de la perdrix chukar (uniquement pour la période moderne correspondant aux opérations de « repeuplements », mais dans toute l'aire de répartition de l'espèce là où elle est encore présente[11]. Il n'y a qu'en Corse que l'ADN mitochondrial de la perdrix rouge semblait peu introgressé par celui de la perdrix cousine, mais une « amplification aléatoire d'ADN polymorphe » (par opposition aux marqueurs microsatellites) a montré que l'ADN de l'espèce hébergeait déjà et aussi des gènes provenant d'hybrides de chukar[11].
    Les auteurs de cette étude suggèrent que les éleveurs devraient tous utiliser le « barcoding moléculaire » (rapide et peu couteux) pour caractériser génétiquement leurs oiseaux géniteurs afin de diminuer leur contribution à la pollution génétique de l'espèce[11]. Ils recommandent aussi une interdiction (qui doit être effective) de toute importation d'espèces "gibier" exotiques et/ou hybrides[11].
    - Le même phénomène a été constaté en 2007 pour une autre espèce de perdrix (Alectoris graeca), également victime d'une pollution génétique issue de l'hybridation avec la perdrix chukar[8].
  • Dans le domaine des agrobiotechnologies, la modification de génotypes d'espèces domestiques (animales ou végétales) par croisement est ancienne ainsi que l'introduction de gènes modifiés ou provenant de sous-espèces exotiques dans la population sauvage d'une région. La transgenèse introduit la possibilité de faire passer un gène d'une espèce à une autre[25], voire d'un règne à un autre, ouvrant la porte à de nouvelles formes de pollution génétique.

Enjeux[modifier | modifier le code]

Ils sont de natures différentes :

  • Biosécurité  : plus les espèces domestiqués sont clonées, sélectionnées, génétiquement manipulées et élevées dans des conditions intensives, plus certains des impacts (sanitaires et en termes de dynamique des populations) des individus accidentellement échappés d’élevage ou délibérément relâchés peuvent être graves pour la biodiversité d'une part, et éventuellement pour la sécurité alimentaire quand les conséquences sont par exemple la pullulation de parasites devenus résistants à la plupart des pesticides utilisés contre eux à la fois sur les espèces domestiquées et sauvages. C'est le cas par exemple depuis la fin des années 1990 avec le poux du saumon pour les salmonidés amphihalins (saumons, truites de mer).
  • Le risque existe d'une aggravation encore accélérée de l'érosion générale de la biodiversité[26],[7], à une moindre adaptation de l'espèce à son environnement et d'une moindre résilience écologique induites par l'apport d'allèles étrangers, par exemple chez les abeilles[27],[28] ou dans la sylviculture d'arbres plantés à grande échelle et sous forme de clones et d'hytbrides tels que le peuplier ou l'eucalyptus par exemple[29]. En Europe, on observe fréquemment chez les espèces sauvages du canard colvert, du sanglier, du pigeon biset et de la caille (Coturnix coturnix), des hybridations avec les congénères domestiques de ces espèces, qui sont respectivement le canard domestique, le porc, le pigeon domestique et la caille du Japon. Ces animaux de souches domestiques qui s'introduisent dans les population sauvages sont issus de marronnage ou bien de lâcher dits « de repeuplement »[20], « de tir »[20] et « de printemps »[20] pour les besoins de la chasse. Chez les poissons, la carpe commune et plus récemment le saumon atlantique[30] sont également susceptibles d'être influencées par croisement avec des lignées modifiées issues d'élevage.
    En Asie, le coq sauvage (Gallus gallus) peut se reproduire avec les poules domestiques et voir ainsi ses caractères modifiés.
  • Inversement, un autre risque est craint ; c'est la possibilité pour les espèces parentes ou proches d'espèces transgéniques cultivées ou élevés en plein champs ou en contact possible avec des espèces sauvages, de produire par croisement ou transferts de gènes, des organismes nouveaux et suradaptés, par exemple « super-mauvaise herbe » résistante à un désherbant total et productrice d'insecticide Bt dont on a plus de mal à se débarrasser et qui pourrait éventuellement devenir invasive[6], ou simplement que des espèces ayant intégré un transgène colonisent des milieux naturels avec des impacts anormaux en termes de pression sélective[31] (en raison de la production de Bt par exemple)[32], et/ou éventuellement en s'hybridant avec des espèces sauvages[33],[34],[35].
  • Les espèces introduites par l'homme présentent plus de risques de devenir invasives et donc de largement diffuser leur gènes, tout en n'apportant qu'une faible diversité génétique. Elles peuvent contribuer à la pollution génétique en se croisant avec des cousines sauvages (ou cultivées) s'il en existe dans les territoires qu'elles colonisent ;
  • Enjeux juridiques : les gènes brevetés posent des problèmes de sécurité juridique en cas de « présence fortuite » dans la production d'un agriculteur ou éleveur qui n'a pas payé le droit d'en disposer. Un agriculteur bio peut ainsi perdre son label et être poursuivi par le détenteur des droits. Inversement des producteurs de gènes transgéniques pourraient être attaqués pour n'avoir pas pu contenir leurs transgènes[36]. Le problème se pose aussi de la persistance[37] de graines viables dans les champs après une culture transgénique (ex : Colza[38]) ;
  • Enjeux d'organisation des cultures et élevages. Certaines procédures d'isolation destinés à limiter la dispersion de pollens ou propagules peuvent être nécessaires ou souhaitables, qui posent encore des questions complexes d'évaluation et de précaution
  • La pollution génétique interfère aussi avec la conservation de la nature, l'écologie de la restauration[7] en rendant notamment le travail des conservatoires génétiques plus difficile[39]. En modifiant le transcriptome (le résultat de l'expression des gènes) des espèces introgressées, elle est le plus souvent une cause de perte des capacités d’évolution adaptative pour les espèces qui en sont victime. Et dans les rares cas où les gènes introduits seraient sélectivement favorables aux individus qui en sont porteurs, existe le risque que quelques lignées dotées de ces gènes deviennent rapidement dominante dans une population en en diminuant une fois encore la diversité et la variabilité génétique.

OGM[modifier | modifier le code]

L'industrialisation récente du procédé, sa généralisation et le caractère plus « commercial » et « breveté » des gènes mis en œuvre (résistance à des herbicides par exemple) ont modifié la donne et les modalités d'appréciation du risque ; divers acteurs, dont les opposants à ces techniques parlent de « pollution génétique » pour évoquer la diffusion de caractères modifiés à partir de lignées de laboratoire vers des lignées sauvages ou domestiquées (cultivées sous le label agriculture biologique en particulier, label qui interdit les organismes transgéniques)[réf. nécessaire].

La diffusion non contrôlée des gènes modifiés n'est cependant pas l'objectif des producteurs d'OGM, certains organismes végétaux étant au contraire conçus pour ne pas produire de graines fertiles, afin de s'assurer un marché captif de semences.

Cette diffusion est donc par nature accidentelle. La crainte des opposants aux OGM est qu'elle ne mette en danger des espèces sauvages, supprime la variabilité génétique, ou bien représente un risque pour la santé.

Moyens de lutte contre la pollution génétique[modifier | modifier le code]

Ils passent d'abord par des outils de connaissance et de mesure de la pollution génétique. Ils sont généralement issus de la biologie moléculaire.

Il a ainsi été proposé en Espagne en 2001 d'éradiquer les perdrix hybrides des repeuplement artificiels au moyen d'analyses génétiques[40], ce qui permettrait au moins de ne pas aggraver la pollution génétique du pool de perdrix supposées ou dites "sauvage".

Le patrimoine génétique perdu ne peut être reconstitué, mais si le flux de gènes artificiellement introduit cesse, le jeu de la sélection naturelle semble ensuite dans certains cas pouvoir permettre l'élimination des gènes rendant leurs porteurs inadaptés à leur environnement. Il faut pour cela que les systèmes prédateurs proie soient eux-mêmes encore existants. (nombre de grands prédateurs ont disparu des zones les plus concernées par la pollution génétique)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dubois, A. (2008) La notion de pollution biotique: pollutions faunistique, floristique, génétique et culturelle. Bulletin de la Société zoologique de France, 133(4), 357-382.
  2. Luby JJ, McNicol RJ (1995) Gene flow from cultivated to wild raspberries in Scotland: developing a basis for risk assessment for testing and deployment of transgenic cultivars. Theor Appl Genet 90:1133–1137
  3. Chevre AM, Eber F, Baranger A, Renard M (1997) Gene flow from transgenic crops. Nature 389:924
  4. Jourdren C, Barret P, Horvais R, Foisset N, Delourme R, RenardM (1996) Identification of RAPD markers linked to the locicontrolling erucic acid level in rapeseed. Mol Breed 2:61–71
  5. Paul EM, Capiau K, Jacobs M, Dunwell JM (1995) A study of gene dispersal via pollen in Nicotiana tabacum using introduced genetic markers. J Appl Ecol 32:875–882
  6. a et b Kareiva P, Parker IM, Pascual M (1996) Can we use experiments and models in predicting the invasiveness of genetically engineered organisms. Ecology 77:1670–1675
  7. a, b, c et d McKay, J. K., Christian, C. E., Harrison, S. and Rice, K. J. (2005), How Local Is Local?” A Review of Practical and Conceptual Issues in the Genetics of Restoration; Restoration Ecology, 13: 432–440. doi: 10.1111/j.1526-100X.2005.00058.x
  8. a et b Marina Barilani, Ariane Bernard-Laurent, Nadia Mucci, Cristiano Tabarroni, Salit Kark, Josè Antonio Perez Garrido, Ettore Randi, (2007) Hybridisation with introduced chukars (Alectoris chukar) threatens the gene pool integrity of native rock (A. graeca) and red-legged (A. rufa) partridge populations ; Biological Conservation Vol 137, n°1, Juin 2007, Pages 57–69 (résumé)
  9. Exemple pour les organismes marins ICES. (1995) ICES Code of practice on the introductions and transfers of marine organisms. ICES Copenhagen, Denmark. 5 pp.
  10. Turner G.E. (ed.) (1988) Codes of practice and manual of procedures for consideration of introductions and transfers of marine and freshwater organisms. EIFAC Occasional Paper No. 23.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Filippo Barbanera, Oliver R.W. Pergams, Monica Guerrini, Giovanni Forcina, Panicos Panayides, Fernando Dini (2010) ; Genetic consequences of intensive management in game birds ; Biological Conservation  ; Vol143, n°5, Mai 2010, Pages 1259–1268 (résumé)
  12. Goulletquer, P. & Héral, M. (1997) Marine molluscan production trends in France: from fisheries to aquaculture. In C.L. MacKenzie, Jr. V.G. Burnell, Jr., A. Rosenfield, & W.L. Hobart (eds.), the history, present condition, and future of molluscan fisheries of North and Central America and Europe. US Department of Commerce, NOAA Technical Report. NMFS, 3:137-164.
  13. MacKenzie, C.L. Jr., Burnell, V.G. Jr., Rosenfield, A. & Hobart, W.L. (eds.) (1997) The history, present condition, and future of molluscan fisheries of North and Central America and Europe. US Dept of Commerce, NOAA Technical Reports 127(1):234 pp; 128(2):217 pp; 129(3):240 pp. NMFS, Washington DC, USA.
  14. [http://archimer.ifremer.fr/doc/1994/acte-6525.pdf Sélection des mollusques : bilan et nouvelles perspectives concernant la croissance, la qualité et les résistances aux maladies (Molluscs selection : review and new perspectives on growth, quality and disease resistance), Acte de la Conférence international "Bordeaux Aquaculture '94," Bordeaux, France, 23-25 Mars 1994. Eur. Aquacult. Soc. Spec. Publ. ; No. 44. p. 54-621994-03-23 ([http://archimer.ifremer.fr/doc/00000/6525/ résumé) (document PDF de 0.32 Mo). Voir notamment p 9 à 11
  15. Launey, S., Ledu, C., Boudry, P., Bonhomme, F. & Naciri-Craven, Y. (2002). Geographic structure in the European flat oyster (Ostrea edulis L.) as revealed by microsatellite polymorphism. The Journal of Heredity, 93(5):40-46.
  16. ICES. (2004), Trends in important diseases affecting the culture of fish and molluscs in the ICES area, 1998-2002. Cooperative Research Report, No 265. ICES, Copenhagen, Denmark. 33 pp.
  17. Quillet, E., Boudry, P., & Lapegue, S. (2007). Variabilité génétique de la réponse aux organismes pathogènes: un outil pour améliorer la santé des mollusques et poissons d'élevage. INRA Productions Animales, 20(3), 239-252 (PDF, 14 pages) et résumé
  18. Mitta, G., F. Hubert, E. A. Dyrynda, P. Boudry and P. Roch (2000) Mytilin B and MGD2, two antimicrobial peptides of marine mussels: gene structure and expression analysis. Developmental & Comparative Immunology 24: 381-393.
  19. Arrêté ministériel du 26-06-1987
  20. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j [1]
  21. ONCFS (2013), Mesures réglementaires prises en faveur de l’espèce , consulté 2013-11-08
  22. Jeremy Rifkin (1998), The biotech century ("Le siècle biotech") , SCE First, B Last
  23. Daniels RE, Sheail J (1999), Genetic pollution : Concepts, concerns and transgenic crops ; Monographie du British Crop Protection Council ; acte du symposium Gene flow and agriculture : relevance for transgenic crops qui s'est tenu à Keele les 12, 13 et 14 avril 1999 ISSN:0306-3941 ; (12/04/1999) 1999 no 72, p. 65-72 ISBN 1-901396-72-X ([résumé Inist CNRS])
  24. Hails (2000) Genetically modified plants – the debate continues. Trends Ecol Evol 15:14–18
  25. Brown J, Brown AP (1996) Gene transfer between canola (Brasica napus L. and B. campestris L) and related weed species. Ann Appl Biol 129:513–522
  26. N Maxted, L Guarino (2006), Genetic erosion and genetic pollution of crop wild relatives ; Genetic Erosion and Pollution, (voir google books)
  27. K Goka (1998), Influence of invasive species on native species—will the European bumble bee, Bombus terrestris, bring genetic pollution into the Japanese native ; Bull. Biograph. Soc. Jpn
  28. JM Cornuet, A Daoudi, C Chevalet (1986), Genetic pollution and number of matings in a black honey bee (Apis mellifera mellifera) population ; Theoretical and Applied Genetics ; Ed : Springer
  29. Potts, BM and Barbour, RC and Hingston, AB, Genetic pollution from farm forestry using eucalypt species and hybrids, Rural Industries Research and Development Corporation, 01/114 (2001) (ref. cit.)
  30. Normandeau, E., Hutchings, J., Fraser, D., Bernatchez, L. (2009) Population-specific gene expression responses to hybridization between farm and wild Atlantic salmon. Evolutionary Applications 2: 489-503.
  31. Donald A. Levin (1975)Pest Pressure and Recombination Systems in Plants ; The American Naturalist, Vol. 109, No. 968. (Jul. - Aug., 1975), p. 437-451. Stable URL: http://links.jstor.org/sici?sici=0003-0147%28197507%2F08%29109%3A968%3C437%3APPARSI%3E2.0.CO%3B2-U
  32. Crawley MJ, Hails RS, Rees M, Kohn D, Buxton J (1993), Ecology of transgenic oilseed rape in natural habitats. Nature 363: 620–623
  33. Darmency H, Lefol E, Fleury A (1998) Spontaneous hybridizations between oilseed rape and wild radish. Mol Ecol 7:1467–1473
  34. Gliddon C (1994) The impact of hybrids between genetically modified crop plants and their related species: biological models and theoretical perspectives. Mol Ecol 3:41–44
  35. Eber F, Chevre AM, Baranger A, Vallee P, Tanguy, X, Renard M (1994) Spontaneous hybridization between a male-sterile oilseed rape and two weeds. Theor Appl Genet 88:362–368
  36. B Hoyle (1999), Canadian farmers seek compensation for" genetic pollution". - Nature biotechnology, ncbi.nlm.nih.gov
  37. Chadoeuf R, Darmency H, Maillet, J, Renard, M (1998) Survival of buried seeds of interspecific hybrids between oilseed rape, hoary mustard and wild radish. Field Crop Res 58:197–204
  38. D Pessel, J Lecomte, V Emeriau, M Krouti, A. Messean P.H. Gouyon (2001), Persistence of oilseed rape (Brassica napus L.) outside of cultivated fields ; heor Appl Genet (2001) 102:841–846
  39. NC Ellstrand (1992), Gene flow by pollen: implications for plant conservation genetics ; Oikos, JSTOR
  40. J.J. Negro, M.J. Torres, J.A. Godoy (2001) RAPD analysis for detection and eradication of hybrid partridges (Alectoris rufa × A. graeca) in Spain ; Biological ConservationVolume 98, Issue 1, March 2001, Pages 19–24 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]