Nibiru

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nibiru (homonymie).

Nibiru est un nom de l’astrologie babylonienne parfois associé au dieu Marduk. Nibiru apparaît comme un personnage mineur dans le poème de la création babylonien Enuma Elish de la bibliothèque d’Assurbanipal, roi d’Assyrie (668-627 avant J.-C.).

De fait, il s'est répandu la croyance que dans la mythologie babylonienne, Nibiru, Neberu ou Neburu était le nom par lequel on désignait :

De nos jours, une théorie veut en faire une planète inconnue dans le système solaire.

Textes anciens[modifier | modifier le code]

Plusieurs théories ont été avancées quant à l'objet céleste en question. D'après les études archéologiques, il s'agit du nom akkadien de la planète Jupiter. Cependant, la Tablette 5 de l'Enûma Elish suscite des controverses : cette dernière se démarque en effet d'autres textes du fait qu'elle présente une Nibiru qui pourrait avoir été l'étoile marquant le pôle nord céleste — à l'époque α Draconis (Thuban) ou peut-être Kochab.

L'hypothèse de Zecharia Sitchin[modifier | modifier le code]

Certains auteurs comme Zecharia Sitchin et Burak Eldem[1] soutiennent une toute autre théorie, jugée pseudo-scientifique par les astronomes[2], qui inclut l'idée que Nibiru serait un objet céleste encore non identifié par l'astronomie moderne. Cet astre supposé inconnu, la planète X, passerait à proximité de la Terre tous les 3 600 ans, et serait actuellement situé au-delà de Pluton. On l'assimile parfois à l'hypothétique planète Perséphone (astre supposé par certains astronomes sur base d'anomalies dans l'orbite de Neptune).

Sitchin[3] suppose qu'une ancienne légende, L’Épopée de la Création, découverte dans les ruines de la bibliothèque d'Assourbanipal à Ninive, ne décrit pas des combats célestes symboliques opposant les divinités, mais des faits astronomiques réels, chaque divinité représentant une planète. Ce faisant, il remarqua qu'une planète inconnue était mentionnée en tant que Tiamat. Il affirme qu'une collision de Tiamat et de Nibiru, aussi nommée Mardouk, engendra la Terre et la ceinture d'astéroïdes ; Tiamat aurait été complètement détruite durant la collision.

Suivant son orbite, Nibiru ne passerait au voisinage de la Terre que tous les 3 600 ans, causant à chaque fois d'importantes perturbations et destructions[4], une combinaison de facteurs aux effets dramatiques : séismes, tsunami, éruptions volcaniques, basculement de l'axe des pôles, terres englouties, changements climatiques, disparitions de certaines espèces animales, végétales et communautés humaines[5].

Autres théories[modifier | modifier le code]

La théorie de Sitchin a été reprise par plusieurs mouvements New Age, qui associent la succession des différentes « ères » au passage de la planète Nibiru près de la Terre, et pour lesquels l'avènement du « Nouvel âge » correspondra donc à un nouveau rapprochement entre notre planète et l'astre mythique. La date de décembre 2012, présentée comme correspondant à un changement de baktun dans le compte long du calendrier maya, a été souvent avancée.

Marshall Masters, dans un de ses livres, appuie la théorie de l'existence de la planète X, Nibiru, dans le système solaire[6]. Il pense que le South Pole Telescope américain en Antarctique a été construit pour observer cette hypothétique planète.

À noter que l'écrivain et chercheur Anton Parks démonte cette théorie dans ses différents ouvrages.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • la pièce no 04 de l'album « Noirs et Professionnels » du Roi Heenok Nibiru en duo avec James Lescro.
  • L'unique album du groupe de Heavy Metal français Sigis s'intitule Le grand retour de Nibiru.
  • Un groupe de Death Metal français du Nord (59) se nomme Nibirus[7] dont la musique et les paroles évoquent le sujet de cette planète fantôme.
  • Le sound-system anglais King Alpha enregistre, en 2011, le morceau Nibiru avec le chanteur Tena Stelin. Il est distribué en vinyl 10", accompagné d'une version dub, nommée Planet X, sur la face B.
  • Il existe un rappeur américain ayant pour pseudonyme Planet X Ce dernier ayant travaillé avec les beatmakers/producteurs Da Beatminerz.
  • Le rappeur Ab-Soul a lui aussi un titre qui s'intitule Nibiru
  • Nibiru est également le nom d'un groupe de psychédélique - Doom métal originaire de San Francisco

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « The Fifth Tablet of Enuma Elish », de B. Landsberger et J. V. Kinnier Wilson ; dans le Journal of Near Eastern Studies — Vol. 20, No.3. (Juillet 1961), pp. 174-176.
  • Marshall Masters, Godschild Covenant: Return of Nibiru (Planet X - 2012), Your Own World Books, 2003, ISBN 978-0-9725895-0-5

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Burak Eldem, 2012: Rendez-vous with Marduk
  2. NASA, « Nibiru and Doomsday 2012: Questions and Answers », As an astrobiologist
  3. (fr) La douzième planète
  4. Les Grands Mystères de l'Histoire, No 40, février 2009, Neb-Heru (Nibiru), À la recherche de la Xe planète, p. 70.
  5. Ibid, p. 71.
  6. Marshall Masters, Godschild Covenant : Return of Nibiru (Planet X - 2012), Your Own World Books, 2003, ISBN 978-0-9725895-0-5.
  7. http://myspace.com/nibirusband