Bételgeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bételgeuse (homonymie).

Coordonnées : Sky map 05h 55m 10.29s, +7° 24′ 25.3″

Bételgeuse
α Orionis

Époque J2000.0

Données d'observation
Ascension droite 05h 55m 10,29s
Déclinaison +07° 24′ 25,3″
Constellation Orion
Magnitude apparente +0,0 à +1,3
Caractéristiques
Type spectral M1-2 Ia-Iab
Indice U-B 2,06
Indice B-V 1,86
Indice J-K ?
Variabilité SR c (semi-régulière)
Astrométrie
Vitesse radiale +21,0 km/s
Mouvement propre μα = 27,33 mas/a
μδ = 10,86 mas/a
Parallaxe 7,63 ± 1,64 mas
Distance 197±45 pc (∼643 a.l.)[1]
Magnitude absolue -5,3 à -5,0
Caractéristiques physiques
Masse ~ 15 M
Rayon ~ 950-1 200[2] R
Gravité de surface (log g) ?
Luminosité 63 000 L
Température 3 600 K
Métallicité ?
Rotation  km/s
Âge 107 a

Autres désignations

α Ori (Bayer), 58 Ori (Flamsteed), HR 2061, BD+7 1055, HD 39801, SAO 113271, FK5 224, HIP 27989.

Bételgeuse (α Orionis) est une étoile variable semi-régulière de type supergéante rouge, dans la constellation d’Orion, située à une distance très difficile à établir. En 2008 un article propose la distance de 197±45 pc (∼643 a.l.)[1],[note 1], mais elle fut définie à 427 années lumières pendant les décennies précédentes. En 2013 le télescope spatiale Herschel estime que Bétélgeuse pourrait approcher le distance de 500 années lumières[3].

C’est la 9e étoile la plus brillante du ciel. Bien qu'ayant la désignation de « alpha » dans la Désignation de Bayer, elle n'est souvent que la deuxième de la constellation d'Orion, derrière Rigel[note 2]. Elle forme l'un des angles du triangle d'hiver avec Sirius et Procyon.

Bételgeuse est une supergéante rouge, l'une des plus grandes étoiles connues. Si elle était au centre du système solaire, son rayon s'étendrait entre l'orbite de Mars et celle de Jupiter voire au-delà. Lorsqu'elle explosera en supernova, elle sera visible de la Terre en plein jour, pendant plusieurs jours, et nous verrons l’événement 641,8 années plus tard[4].

Le diamètre angulaire de Bételgeuse est le fruit de la première mesure d'un diamètre d'étoile, réalisée en 1920-1921 par les astronomes Michelson et Pease avec le télescope Hooker de l'observatoire du Mont Wilson et par interférométrie[5].

Nom[modifier | modifier le code]

Bon nombre d'étoiles portent des appellations d'origine arabe, à la suite de la traduction en latin des ouvrages de l'astronomie arabe. Les étoiles les plus brillantes délimitant les contours de la constellation d'Orion portent ainsi encore toutes un nom d'origine arabe, exceptée Bellatrix dont le nom vient du latin : Bételgeuse, Mintaka, Alnilam, Alnitak, Rigel et Saïph.

Le nom « Bételgeuse » vient de يد الجوزا, yad al-jawzāʾ, un terme d'origine arabe pré-islamique qui signifie « la main d'al-jawzāʾ». L'origine de al-jawzāʾ est ancienne, qui précède la traduction par les arabes des ouvrages grecs, et sa signification est obscure. Le terme fait référence à un personnage féminin, et dérive probablement d'une racine qui signifie « au milieu ». Il aurait pu désigner dans l'Arabie ancienne une constellation qui recouvrait les étoiles de l'actuelle Orion, et faire référence à la position centrale de celle-ci sur la voûte céleste. Après la traduction de l'Almageste, le terme est utilisé par les astronomes musulmans, en concurrence avec d'autres appellations, tant pour désigner la constellation d'Orion que celle des Gémeaux[6].

Le terme est d'abord transcrit au Moyen Âge en Bedalgeuze, avec une erreur de lecture de diacritique : les lettres bāʾ et sont identiques en arabe à ceci près que la première possède un point diacritique et la seconde deux. À la Renaissance, pour justifier cette transcription, l'érudit Joseph Scaliger forge un terme de son cru, bāt al-jawzāʾ, à partir du pluriel de ibt (aisselle), d'où l'apparition du « t » à la place du « d » et d'une étymologie erronée souvent reprise depuis, bien que l'étymologie correcte ait été donnée dès le XVIIe siècle par Thomas Hyde[7].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Localisation de Bételgeuse dans la constellation d’Orion.

L'étoile se situe sur l’épaule gauche d’Orion. C’est une supergéante de couleur rouge orangé, froide et bien apparente à l’œil nu. Il s’agit de la plus brillante étoile de notre galaxie et fort probablement de la plus grande étoile de cette région de la Voie lactée. Elle est en outre le seul astre connu de magnitude 1 dont l’éclat varie d’environ 1 magnitude sur une période de 5,7 années. Selon certains calculs, elle pourrait remplir, lorsqu’elle présente sa taille normale, la zone orbitale de Mars et, lorsqu’elle croît, celle de Jupiter. Entre 1993 et 2009, son diamètre a diminué de 15 %[8], sans qu'on en connaisse encore les raisons.

Alpha Orionis est la première étoile en-dehors du Soleil qui a pu être résolue spatialement, avant l'avènement des techniques d'interférométrie.

Cette supergéante rouge est environ 1 000 fois plus grosse que le Soleil[2] et rayonne plus que 100 000 Soleils réunis. Or, sa masse n'est que dix à quinze fois celle du Soleil et, selon des observations publiées en 2009[8], elle aurait arrêté de grandir. Ces caractéristiques montrent que l'on assiste à la fin de vie d'une étoile. Avec un âge de seulement quelques millions d'années, Bételgeuse est vouée à exploser en une supernova qui sera facilement visible depuis la Terre même en plein jour, d'ici à quelques milliers d'années. Suite à son explosion, elle sera réduite à un diamètre d'une vingtaine de kilomètres et deviendra une étoile à neutrons[9].

Ses panaches atteignent une taille impressionnante équivalente à la taille du Système solaire entier. L'ESO et l'observatoire de Paris ont, en juillet 2009, obtenu des images d'une précision inégalée de la géante rouge en utilisant le Very Large Telescope basé au Chili[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

De plus, les recherches de Keiichi Ohnaka ont aussi montré une gigantesque bulle bouillonnante de matière sur la surface de Bételgeuse. De telles bulles seraient dues à d'énormes mouvements de convection de gaz ayant lieu à l'intérieur de l'étoile, comme de l'eau bouillant dans une casserole[11].

Une série d'observations spectropolarimétriques de Bételgeuse, réalisées avec le Télescope Bernard Lyot de l'Observatoire du Pic du Midi, a révélé la présence d'un faible champ magnétique à sa surface, suggérant que les mouvements convectifs eux-mêmes peuvent être à l'origine de ce champ magnétique, à travers des mécanismes de dynamo à petite échelle[12].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Douglas Adams, l'auteur de la série des best-sellers Le Guide du Voyageur Galactique, a créé un personnage du nom de Ford Prefect, journaliste pour ledit Guide et natif d'une petite planète dans les environs de Bételgeuse.

C'est également autour de Bételgeuse que gravite La Planète des singes de Pierre Boulle.

Bételgeuse est le siège d'un étrange gouvernement galactique dans le roman Le Gambit des étoiles de Gérard Klein (1958).

Bételgeuse est une planète en orbite autour de l'étoile du même nom dans Les Mondes d'Aldébaran, bande dessinée de Léo.

Bételgeuse est la version francisée du nom Beetlejuice pour la sortie québécoise du film éponyme. C'est également ainsi qu'est orthographié dans le film le nom du bio-exorciste.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Avant les mesures établies en 2008, la distance de Bételgeuse était estimée à 131±30 pc (∼427 a.l.).
  2. Rigel, légèrement plus brillante que Bételgeuse, est pourtant l'étoile β d'Orion, Bételgeuse en étant l'étoile α. En effet, la magnitude de Bételgeuse varie et il se peut qu'elle soit bel et bien plus brillante que Rigel, d'où la hiérarchie du classement de Johann Bayer.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Harper, Graham M.; Brown, Alexander; Guinan, Edward F., « A New VLA-Hipparcos Distance to Betelgeuse and its Implications », The Astronomical Journal, vol. 135, no 4,‎ avril 2008, p. 1430–40 (DOI 10.1088/0004-6256/135/4/1430, Bibcode 2008AJ....135.1430H, lire en ligne [PDF])
  2. a et b Mohamed, S.; Mackey, J.; Langer, N., « 3D Simulations of Betelgeuse's Bow Shock », Astronomy & Astrophysics, vol. 541, id.A1,‎ 2012, A1 (DOI 10.1051/0004-6361/201118002, Bibcode 2012A&A...541A...1M, arXiv 1109.1555v2.pdf)
  3. http://www.science-et-vie.com/2013/01/betelgeuse-revelee-par-le-telescope-spatial-herschel/
  4. (en) « Betelgeuse », Wolfram Alpha,‎ 18 mai 2009
  5. (en) A. A. Michelson et F. G. Pease, « Measurement of the Diameter of Alpha-Orionis by the Interferometer », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 7, no 5,‎ mai 1921, p. 143-146 (DOI 10.1086/142603, Bibcode 2008AJ....135.1430H, lire en ligne [PDF])
  6. (en) Paul Kunitzsch et Tim Smart, A Dictionary of Modern Star names: A Short Guide to 254 Star Names and Their Derivations, Cambridge, Massachusetts, Sky Publishing Corp.,‎ 2006 (ISBN 978-1-931559-44-7) p. 45 et p. 42.
  7. (en) Gwyneth Heuter, « Star names — origins and misconceptions », Vistas in Astronomy, vol. 29,‎ 1986, p. 237–251 (DOI 10.1016/0083-6656(86)90015-2), p. 242.
  8. a et b (en) C. H. Townes, E. H. Wishnow, D. D. S. Hale et B. Walp, « A systematic change with time in the size of betelgeuse », The Astrophysical Journal Letters, vol. 697, no 2,‎ mai 2009, p. L127-L128 (DOI 10.1088/0004-637X/697/2/L127, lire en ligne [PDF])
  9. Kaler, James B. (2002). The Hundred Greatest Stars. New York: Copernicus Books. p. 33. ISBN 0-387-95436-8.
  10. Des images de Bételgeuse d’une précision sans précédent révèlent comment les supergéantes perdent leur masse, 1er juillet 2009, sur Observatoire de Paris. Consulté le 20 septembre 2013
  11. [PDF] K. Ohnaka, K.-H. Hofmann, M. Benisty, A. Chelli, T. Driebe, F. Millour, R. Petrov, D. Schertl, Ph. Stee, F. Vakili et G. Weigelt, « Spatially resolving the inhomogeneous structure of the dynamical atmosphere of Betelgeuse with VLTI/AMBER », Astronomy & Astrophysics,‎ 2009 (consulté le 31 juillet 2009).
  12. [PDF] M. Aurière, J.-F. Donati, R. Konstantinova Antova, G. Perrin, P. Petit, T. Roudier, « The magnetic field of Betelgeuse : a local dynamo from giant convection cells ? », Astronomy & Astrophysics,‎ 2010 (consulté le 4 juillet 2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]