Orage magnétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Interaction des particules solaires avec la magnétosphère terrestre
(Vue d'artiste)

Un orage magnétique (syn. : tempête magnétique) provoque des fluctuations brusques et intenses du magnétisme terrestre liées aux variations de l'activité solaire. Les couches électriques dans l’ionosphère feraient varier l’intensité du champ magnétique terrestre entraînant de nombreux orages magnétiques.

Histoire scientifique[modifier | modifier le code]

En 1931, Sydney Chapman et Vincenzo C. A. Ferraro publient un article, A New Theory of Magnetic Storms, qui tente d'expliquer le phénomène des orages magnétiques[1]. Ils y argumentent que lorsque le Soleil entre en éruption, il émet également un nuage de plasma. Ce plasma voyage à une vitesse d'environ 800 km/s et atteint la Terre en un peu plus de 2 jours. Le nuage compresse alors le champ magnétique terrestre et par conséquent augmente le champ magnétique à la surface de la Terre[2].

Héliophysique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : héliophysique.

Les principaux effets[modifier | modifier le code]

  • Variation de la direction de l'aiguille d'une boussole ;
  • Fluctuations de l'intensité de l'induction magnétique terrestre, principalement la composante horizontale ;
  • Bruit électrique induit dans les câbles téléphoniques ;
  • Perturbations importantes de la propagation ionosphèrique des ondes radioélectriques ;
  • Apparitions des aurores polaires.

Les différents types[modifier | modifier le code]

  • L'orage à début brusque (SSC : Storm Sudden Commencement) qui touche toutes les latitudes, plus intense pendant les maxima du cycle solaire et suivant les éruptions solaires (chromosphériques) de quelques dizaines d'heures, il est accompagné d'une intense émission de rayons ultraviolets affectant les couches ionosphériques D et E, s'ajoutant à des averses de protons rapides ;
  • l'orage à début progressif : d'intensité moyenne, aux conséquences plus localisées et se produisant souvent avec une certaine régularité correspondant à la période de rotation du soleil sur lui-même.

La surveillance de l'activité solaire peut aider à prédire certaines perturbations dans la propagation des ondes dont les conséquences peuvent être graves pour les télécommunications, ainsi que l'incidence de ces orages sur la distribution de l'énergie électrique. En 1965, une énorme panne de courant avait plongé les habitants du continent Nord-Américain dans l’obscurité, soit 30 millions de personnes sur 200 000 km2. Lors de l'éruption solaire de 1989, c’est une panne de même origine qui a touché 6 millions de personnes au Québec[3] ; de plus les aurores polaires produites par cet orage furent visibles jusqu'au Texas[4].

Orages magnétiques historiques notoires[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) S. Chapman, V. C. A. Ferraro, « A New Theory of Magnetic Storms », Nature, vol. 129, no 3169,‎ 1930, p. 129–130 (DOI 10.1038/126129a0, Bibcode 1930Natur.126..129C)
  2. (en) V. C. A. Ferraro, « A New Theory of Magnetic Storms: A Critical Survey », The Observatory, vol. 56,‎ 1933, p. 253–259 (Bibcode 1933Obs....56..253F)
  3. Scientists probe northern lights from all angles, CBC (Radio-Canada anglophone), 22 octobre 2005 (en).
  4. Earth dodges magnetic storm, New Scientist, 24 juin 1989 (en).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • STEREO (Solar TErrestrial RElations Observatory) : une mission spatiale de la NASA réalisée dans le cadre de son programme d'étude des relations Soleil-Terre.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :