Ordre des Minimes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Minimes.

L'Ordre des Minimes [OM] (en latin Ordo Minimorum), c’est-à-dire « les tout petits », est un institut religieux d'ermites mendiants et pénitents fondé en 1436 par saint François de Paule (1416-1507), et approuvé en 1474 par les autorités ecclésiastiques.

A l'exemple du fondateur, les prêtres et frères Minimes cherchent à vivre une vie de pénitence perpétuelle dans un grand dépouillement évangélique. Ils en font leur forme d'apostolat, par la prédication et le ministère de la réconciliation. Anciennement appelés Les Bons Hommes en francophonie, ils sont encore 180 dont 112 prêtres, surtout en Italie.

Histoire[modifier | modifier le code]

S’étant retiré pour une vie d'ermite, saint François de Paule (né vers 1416 à Paola, en Calabre) attire des disciples qu’il regroupe en leur donnant le nom le plus modeste possible. Bien que ermites de vocation, leur spiritualité est franciscaine. Ils se considèrent comme les 'plus petits dans la maison de Dieu', c'est-à-dire les tout petits frères ('Minimes'), dont la règle est d’une extrême austérité.

Les religieux Minimes portaient une tunique de drap noir à larges manches, un court scapulaire avec un capuchon rond. La tunique et le scapulaire sont serrés par un cordon de laine noire à cinq nœuds.

Ils essaimèrent dans la Calabre et dans la Sicile. Ils s’imposaient une vie rigoureuse en ajoutant aux trois vœux de charité, obéissance et pauvreté celui du jeûne et abstinence perpétuels en s'interdisant de manger tout produit animalier, y compris lait et œufs.

L'Ordre a été approuvé par le pape Sixte IV en 1474, avec tous les « privilèges » des ordres mendiants. Ils se propagèrent en France et en Espagne.

Au XVIIe siècle, l'Ordre comptait 457 couvents, dont 156 en France[1]. Dans les années 1990, ils étaient environ 200. En 2010, un recensement exhaustif donne le chiffre de 180[2].

Personnalités de l'Ordre[modifier | modifier le code]

Un Frère Minime en habit religieux traditionnel

Implantations[modifier | modifier le code]

en France[modifier | modifier le code]

Ils se sont implantés en France :

En Belgique[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Miguet, Les Minimes : un quartier de Toulouse, Toulouse,‎ 2003, p. 45
  2. Annuario pontificio 2010, Città del Vaticano, p.1437.
  3. Camille Bernardin, Notice historique sur le couvent des minimes de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) avec une légende sur les reliques de saint Irénée et de saint Rufin, conservées autrefois dans l'église de ce couvent, Impr. de Lebrun, 1876

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :