Surveyor 6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Surveyor 6

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maquette terrestre d'une sonde Surveyor

Caractéristiques
Organisation NASA
Constructeur Hughes Aircraft
Domaine Étude in situ de la Lune
Type de mission Atterrisseur
Masse 299,6 kg après atterrissage
Lancement 7 novembre 1967 à 07:39:00 UTC
Lanceur Atlas-Centaur
Propulsion Solide/Liquide
Delta-V 2,7 km/s (rétrofusée)
Source énergie Panneau solaire
Puissance électrique 90 W
Atterrissage 10 novembre 1967, 01:01:06 UTC à 0.49°N 1.40°W
Programme Surveyor
Index NSSDC 1967-112A

Surveyor 6 est la sixième sonde lunaire du programme Surveyor américain pour explorer la surface de la Lune.

Elle a été lancée le 7 novembre 1967 et a atterri sur la Lune le 10 novembre 1967. Sa masse après atterrissage était de 299,6 kg.

Surveyor 6 s'est posée sur le Sinus Medii. Au total, 30 027 images ont été transmises à la Terre.

Cet engin spatial est le quatrième du programme Surveyor à se poser avec succès sur la surface de la Lune, à renvoyer des images satellites post-atterrissage, à déterminer l'abondance d'éléments chimiques sur le sol lunaire, à obtenir des données dynamiques de l’atterrissage, à obtenir des données thermiques et radar sur la réflectivité et à conduire une expérience sur l' érosion des moteurs Vernier. Pratiquement identique à Surveyor 5, cet engin spatial transportait une caméra, une petite barre magnétique attachée à l'un des pieds, un diffuseur de particules alpha, ainsi que l'équipement d'ingénierie nécessaire. L' engin s'est posé le 10 novembre 1967, sur Sinus Medii ; latitude 0.49 et longitude 1.40 (coordonnées sélénographiques) ; le centre de l'hémisphère visible de la Lune. Cet engin spatial a accompli tous les objectifs programmés. La réussite de cette mission a satisfait les obligations du programme Surveyor pour le projet Apollo. Le 24 novembre 1967, l' engin spatial a été arrêté pour les deux semaines de nuit lunaire. Un contact a été établi le 14 décembre 1967 mais aucune donnée utile n'a pu être obtenue.

Les enquêtes sur le sol lunaire ont été complétés en utilisant des photographies et les méthodes de rétrodiffusion de rayons alpha. Un outil similaire, l'APXS, a été utilisé lors de nombreuses missions sur Mars.

Lors d'un test supplémentaire sur les technologies spatiales, les moteurs de Surveyor 6 ont été redémarrés et ont brûlé pendant deux secondes et demie lors du premier décollage sur la Lune, le 17 novembre à 10h32 UTC. Cela a créé une poussée de 700 N et souleva le véhicule de 4 mètres par rapport à la surface lunaire. Après avoir bougé de 2,5 mètres vers l'Ouest, l'engin spatial a une fois de plus atterri avec succès. L'engin a continué de fonctionner comme prévu.

Expériences scientifiques[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

La caméra embarquée est composée d'un tube vidicon, de lentilles de 25 et 100 mm de focal, des obturateurs, des filtres polarisants (contrairement aux filtres colorés de la caméra du précédent Surveyor), et de l'iris monté sur un axe quasi-vertical. La caméra était montée sous un miroir qui pouvait être déplacé en azimut et élévation par un moteur pas-à-pas. Les filtres polarisants servaient d'analyseurs pour la détection de composants polarisés linéairement provenant de la lumière diffusée depuis la surface de la Lune. Un miroir auxiliaire a été utilisé pour visualiser la surface de la Lune par dessous le véhicule spatial. Une couverture image par image de de la surface de la Lune a été obtenue sur 360 ° en azimut et de 90 ° au-dessus du plan perpendiculaire à l'axe z de la caméra et à 60 ° en dessous de ce plan. Les deux modes de fonctionnement 600-lignes et 200-lignes ont été utilisés. Le mode de fonctionnement 200-lignes a été transmis par une antenne omnidirectionnelle à raison d'une image numérisée toutes les 61.8 secondes. La transmission complète d'une image 200 lignes prenait 20 secondes en utilisant une bande passante de 1,2 kHz. La plupart des transmissions se composaient de photos en mode 600-lignes qui ont été transmises par une antenne directionnelle. Ces images ont été numérisées toutes les 3,6 secondes. Chaque image 600-lignes requiert nominalement 1 seconde pour être lue à partir du vidicon et utilise 220 kHz de bande passante pour la transmission. Les optiques utilisées étaient les plus nettes de toutes les missions en raison d'une nouvelle conception du capot miroir. Les images ont été affichées sur une télévision à balayage lent équipée de phosphore à rémanence de longue durée. La rémanence a été choisie pour mieux correspondre à la valeur nominale maximale de la vitesse de balayage. Une trame TV d'identification était reçue pour chaque nouvelle image et était affichée en temps réel à un rythme compatible avec la vitesse d'arrivée de la nouvelle image.

Ces données ont été enregistrées sur un enregistreur vidéo magnétique et des films 70 mm. Les performances de la caméra étaient excellentes tant en quantité qu'en qualité des images. Entre l'atterrissage sur la Lune, le second atterrissage et la première nuit lunaire le 24 novembre 1967, 29 914 images ont été prises et transmises.

Analyseur de surface à diffusion alpha[modifier | modifier le code]

L'analyseur de surface à diffusion alpha a été conçu pour mesurer les taux des principaux éléments présents sur la surface lunaire. L'instrument se composait d'une source alpha (curium 242) collimatée pouvant irradier une ouverture de 100 mm de diamètre dans le fond de l'instrument, où l'échantillon est localisé et deux systèmes parallèles, mais indépendants, de détection de particules chargées. Un système, qui contient deux capteurs, détecte les spectres d'énergie des particules alpha dispersées à partir de la surface lunaire, et l'autre, contenant quatre capteurs, détecte les spectres d'énergie des protons produits par des réactions (alpha et proton) dans le matériau de surface. Chaque détecteur est relié à un analyseur de hauteur d'impulsions (pulse height analyzer). Un appareil électronique numérique, situé dans un compartiment de la sonde, transmet de façon continue les signaux à la Terre durant l'expérience. Les spectres obtenus fournissent des informations quantitatives sur les principaux éléments contenus dans les échantillons, sauf pour l'hydrogène, l'hélium et le lithium.

Un détecteur de proton fut éteint durant le deuxième jour d'opération en raison de bruit. Au total, 43 heures de données furent obtenues entre le 11 novembre et le 24 novembre 1967. Les dernières données ont été enregistrées 4 heures après le début de la nuit lunaire. Cependant, après la manœuvre de saut du 17 novembre 1967, la tête du capteur se trouve renversée. Les mesures ont continué afin d'obtenir des informations sur les rayons cosmiques ainsi que les protons solaires. En conséquence, les données correspondant à l'analyse chimique de la surface lunaire, but premier de ce capteur, ne furent obtenues que les 30 premières heures de la mission. Durant cette période, 27 heures et 44 minutes de données ne contenaient pas de bruit et purent être exploitées.

Accomplissements[modifier | modifier le code]

Surveyor 6 était le premier engin à décoller depuis la surface de la Lune ayant été supervisé par le Jet Propulsion Laboratory à Pasadena. Il a utilisé ses moteurs vernier à combustible liquide afin de s'élever lui-même depuis son site d’atterrissage d'origine jusqu'à une position située 2,5 mètres plus loin[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]