L'Alsace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis L'Alsace-Le Pays)
Aller à : navigation, rechercher
L’Alsace
Image illustrative de l'article L'Alsace

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Format Berlinois
Genre Généraliste
Diffusion 96 858[1] ex. (2012)
Date de fondation 24 novembre 1944
Ville d’édition Mulhouse

Propriétaire Groupe EBRA
Rédacteur en chef Christian Battesti[2]
Site web www.lalsace.fr

L'Alsace est un quotidien régional français d'information qui couvre la région Alsace. Le propriétaire du journal, aussi principal actionnaire depuis novembre 2010 de son concurrent direct, Dernières Nouvelles d'Alsace, est le Crédit mutuel. L'Alsace est le deuxième quotidien de cette région et le premier dans le département du Haut-Rhin.

Historique[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Libération, de nombreux titres de presse voient le jour, souvent très politisés au début. Mais la plupart sont éphémères et des regroupements s'opèrent au profit de deux d'entre eux, Les Dernières Nouvelles d'Alsace et L'Alsace, qui, dès 1949, représentent en moyenne 58% du tirage global des quotidiens alsaciens, si l'on prend en compte les éditions en deux langues et les diverses éditions locales[3]. A ses débuts, le journal fut financé par un boucher jusqu'en 1972 puis il sera racheté par le Crédit Mutuel.

En 1984 L'Alsace lance le premier hebdomadaire d'information d'actualité pour les 8-12 ans[4], Le Journal des enfants, surtout diffusé dans les écoles primaires. Son succès est durable et d'autres titres pour la jeunesse lui emboîtent bientôt le pas[5].

En juin 1993 L'Alsace propose, en partenariat avec IBM, la Chambre de commerce et d'industrie, des banques et des entreprises, une version vocale de son journal destinée aux non-voyants[6].

Les différentes rédactions sont informatisées au printemps 1994, la photo est numérisée en 1996 et un site internet est lancé en 1998[7].

D'abord domicilié au 25, avenue du Président-Kennedy à Mulhouse, le siège social est transféré en février 1999 au 18, rue de Thann à Mulhouse – son adresse actuelle[7].

À la suite d'une restructuration au sein du groupe EBRA[8], le quotidien franc-comtois Le Pays, créé en 1980, est cédé le 1er octobre 2013 à son ancien concurrent L'Est Républicain et cesse de paraître. Une édition L'Est Républicain-Le Pays lui succède, les deux titres faisant partie du même groupe de presse régional[9].

L'Alsace / DNA[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Plusieurs rumeurs circulent sur le fait qu’il y aurait une possible fusion entre l’Alsace et les DNA.. En effet une région qui possède deux journaux est un vrai luxe, un partage des coûts entre les deux journaux permettrait de faire des économies, de plus tout serait aménagé pour qu’aucun des journalistes ne perdent leur travail. Malgré tous ces avantages le fait d’avoir un seul rédacteur en chef dérangent les journalistes . Cette fusion permettrait à l'unique propriétaire, à savoir le crédit mutuel d'augmenter son chiffre d’affaires. Actuellement le déficit de l'Alsace s'élève à 61 millions d’euros , tandis que les DNA enregistre un excédent. Cette fusion va cependant faire perdre leur emploie à 6 ouvriers, 11 employés, 4 cadres et 19 journalistes même si cette fusion pourrait avoir des avantages et fait cependant perdre le travail a beaucoup de personnes, de plus à cause de la crise du journal avec l’apogée d’internet rien ne garantie un succès pour l’alliance des deux journaux.

Source : France bleu et la gazette de Networkvisio

Organisation[modifier | modifier le code]

Agence de L'Alsace à Strasbourg (2010)

En dehors du siège, dix agences locales sont établies dans le Haut-Rhin (Altkirch, Colmar, Guebwiller, Mulhouse, Saint-Louis et Thann), deux dans le Bas-Rhin (Sélestat et Strasbourg), une dans le Territoire de Belfort (Belfort), une dans le Doubs (Montbéliard).L'Alsace emploie plus de 1 7000 salariés. Hôtesse d'accueil, technicien(ne), commercial(e), chargé(e) de clientèle, porteur(se), rotativiste et surtout journaliste sont actifs au bon déroulement et à l'organisation de l'entreprise. Pour l'organisation matériel, des tonnes de matériaux sont stockés dans un local lié directement au lieu d'impression à Mulhouse.

24h Chrono[modifier | modifier le code]

A 23h30, il y le démarrage des rotatives pour l'impression du journal à la vitesse de 35 000 exemplaires par heure; les premières éditions imprimées sont celles de Saint-Louis. Après l'impression, les journaux sont convoyés vers la salle d’expédition pour l'encartage des suppléments et publicités dans le quotidien. Le journal complet rejoint ensuite le secteur de la fabrication des paquets. A 1h25, le premier véhicule quitte le quai de chargement. A 4h30, les rotatives ont terminé leurs impressions et "déchargent" en papier et en encre. A 5h, les inspecteurs veillent à la distribution des journaux par les porteurs. A 7h, le journal est dans la boîte au lettres des abonnés en Alsace. Le centre de la relation client reçoit les premiers appels des lecteurs. A 8h30, les différents services administratifs démarrent leur journée et la rédaction prend connaissance des dernières informations locales, nationales et internationales. A 9h30, première réunion de rédaction quotidienne. Rédaction en chef, journalistes et photographes analysent le journal du jour et tracent les grandes lignes du journal du lendemain. Journalistes et photographes travaillent conjointement en couvrant l'actualité locale. A 10h,le service "multimédia", en étroite collaboration avec les journalistes du siège et des agences détachées, actualisent constamment l'information sur les sites Internet. Le fil info permet d'être au courant des dernières informations. A 10h30, le service publicité enregistre les commandes des enseignes locales. Le service graphique crée les encarts publicitaires. A 11h, l'équipe "desk central" prépare le squelette (chemin de fer) de toutes les éditions du journal du lendemain en tenant compte de l'actualité rédactionnelle et des emplacements publicitaires. A 13h, les rotatives impriment les suppléments et d'autres publications: le Paysan du Haut-Rhin, L'Est Agricole... A 17h30, deuxième réunion de rédaction: la Une prend alors sa forme définitive bien qu'une actualité tardive puisse la faire évoluer. Les journalistes commencent à valider leurs pages pour transmission au CTP (Computer To Plate). La Une peut être "éditionnée" ce qui entraine des modifications dans certains secteurs. A 18h30, les rotatives démarrent l'impression de l'édition bilingue (édition bleue de 8 pages). A 19h, le chemin de fer de différentes éditions est quasi bouclé. Le CTP continue la fabrication des plaques du journal. A 23h15, le CTP fournit la dernière plaque. D'autres plaques pourront être sorties par la suite, pour d'autres éditions ou pour remplacer des plaques existantes, en cas d'actualité de dernière minute.

Afin de financer une grande partie de leurs coûts de production des journaux, L’Alsace utilise les annonces publicitaires. Ainsi, de nombreuses annonces figurent dans chaque tirage du journal. Pour être publié dans les espaces publicitaires, il n’existe pas de critères de sélection, mis à part des critères juridiques; les entreprises considérées comme étant dans l’injure ne peuvent obtenir une publication dans le journal. Les prix de ces espaces publicitaires varient selon la taille des espaces en question, ainsi que leur emplacement, et non selon l’entreprise souhaitant publier. Cependant, la fidélité des clients peut leur permettre d’obtenir des forfaits et des remises. Certains annonceurs demandent donc d’être publiés plusieurs fois, alors que d’autres ne réclament qu’une publication.

Cette relation avec les annonceurs est très importante car elle finance plus de la moitié du coût de production. Cependant, moins d’annonceurs désirent paraître dans les journaux à cause de la crise ; avant, ces derniers rapportaient 20% de plus. Il reste tout de même 300 000 personnes environ voyant l’annonce, ce qui permet aux entreprises demandant une publication dans le journal l’Alsace de se faire connaître.   

Éditions[modifier | modifier le code]

En plus des huit éditions quotidiennes locales, il existe aussi une édition bilingue français-allemand qui représentait 4,72 % des ventes globales en 2003[réf. nécessaire].

Lectorat[modifier | modifier le code]

L'Alsace publie environ 90 000 à 100 000 exemplaires chaque jour. En 2013 environ 86% de ces journaux[10] ont été distribués aux abonnés par portage à domicile. Les principaux abonnés sont des personnes de 25 ans et plus. Les articles les plus lus sur la page web du quotidien peuvent être facilement consultables grâce à la rubrique "article les plus lus, les plus commentés ou les plus notés..." que l'on trouve sur la page d'accueil du site.

L'Alsace en ligne[modifier | modifier le code]

Le site L'alsace fut créé en 1997. Il y a deux journalistes qui s’occupent de ce site, ils mettent le journal en format Internet et le rendent accessible aux abonnés Internet qui peuvent ainsi visionner leur journal depuis leur ordinateur ou leur tablette.

Statut des journalistes[modifier | modifier le code]

Le journalisme est une profession intellectuelle salariée. Dans le journal sont embauchés une centaine de journalistes tous répartis dans différentes rubriques comme le sport, la rubrique allemande, les informations régionales et le site web du journal crée en 1997. Ils sont notamment tous embauchés en CDI au sein de l’entreprise. L’opinion d’un journaliste dans un article doit être neutre, le journaliste doit éviter de donner son point de vue mais il peut choisir son sujet et le présenter de la forme qu’il veut. Le statut de journaliste permet une information plus juste et fiable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diffusion totale en 2012, selon procès-verbal de l'OJD [1]
  2. « L'Alsace a un rédac’chef… adjoint des DNA », Rue89 Strasbourg, 30 avril 2013 [2]
  3. Richard Kleinschmager, Géopolitique de l'Alsace, BF, Strasbourg, 1987, p. 189 ; Bernard Vogler, Histoire culturelle de l'Alsace, du Moyen Âge à nos jours : les très riches heures d'une région frontière, La Nuée Bleue, Strasbourg, 1994 (4e éd.), p. 455 (ISBN 2-7165-0273-0)
  4. Francis Balle, Médias et sociétés : Internet, presse, édition, cinéma, radio, télévision, LGDJ, 2013 (nouvelle éd.), p. 112 (ISBN 9782275043371)
  5. Raymond Perrin, Fictions et journaux pour la jeunesse au XXe siècle, L'Harmattan, 2009, p. 364 (ISBN 9782296230491)
  6. « Une première en France : des journaux pour aveugles, L'Alsace par radio et par téléphone », in Le Monde, 30 juin 1993
  7. a et b L'Alsace, 24 novembre 2004 (numéro commémorant les 60 ans du journal)
  8. « Un titre disparaît en Franche-Comté », Syndicat national des journalistes, 11 juillet 2013 [3]
  9. « L'Est Républicain récupère le journal franc-comtois Le Pays », BFM TV, 27 septembre 2013 [4]
  10. OJD [5]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 60 ans l'Alsace (1944-2004) : 60 ans au cœur de l'actualité, L'Alsace, Société alsacienne de publications, Mulhouse, 2004, n. p.
  • Article « Presse », dans Agnès Acker (dir.), Encyclopédie de l'Alsace, vol. 10, Éditions Publitotal, 1985, p. 6142-6153
  • Michel Mathien, Systémique de l'entreprise de communication de masse, application au journal régional, contribution à une théorie générale de l'entreprise médiatique, Université Strasbourg 1, 1987, 826 p. (thèse de Psychologie sociale sous la direction d'Abraham Moles)
  • Michel Mathien, Médias en région : l'exemple de l'Alsace, Presses universitaires de Nancy, Nancy, 1987, 226 p. (ISBN 2-86480-282-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :