Jean-Christophe Lagleize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Christophe Lagleize
Biographie
Nom de naissance Jean-Christophe André Robert Lagleize
Naissance (59 ans)
à Soisy-sous-Montmorency (France)
Ordination sacerdotale
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
par Mgr Hubert Barbier
Évêque de Metz
Depuis le
Précédent Pierre Raffin
Évêque de Valence
Précédent Didier-Léon Marchand Pierre-Yves Michel Suivant

Blason
« Vers Jésus Christ dans la paix et la joie »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jean-Christophe Lagleize, né le à Soisy-sous-Montmorency dans le Val-d’Oise, est un évêque catholique français. Evêque de Valence de 2001 à 2013, il a été nommé évêque de Metz en novembre 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un électricien et d'une mère au foyer, Jean-Christophe Lagleize, après des études de comptabilité et deux années comme comptable dans une entreprise, est entré pour le diocèse de Bourges au grand séminaire de Clermont-Ferrand. Après son service militaire, effectué en Allemagne, il a poursuivi sa formation au grand séminaire d’Orléans, puis à l'Institut supérieur de pastorale catéchétique (ISPC) de l'Institut catholique de Paris où il a obtenu une maîtrise de théologie pastorale catéchétique.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Il a été ordonné prêtre le 28 juin 1981 en la cathédrale Saint-Étienne de Bourges.

Pendant les 11 premières années qui suivent son ordination, il cumule un ministère de vicaire en paroisse avec l'aumônerie de collège et lycée au Blanc dans l'Indre, ainsi que l'aumônerie de plusieurs établissements militaires (Le Blanc, Rosnay, Châteauroux), aumônier des établissements catholique d'enseignement à Châteauroux, adjoint pour la pastorale à la Direction diocésaine de l'enseignement catholique de Bourges.

En 1992, il devient directeur du service diocésain de la catéchèse, fonction qu'il gardera jusqu'en 2001 secrétaire adjoint de la Commission épiscopale de la catéchèse et du catéchuménat et directeur adjoint du Centre national de l’enseignement religieux (CNER) de 1996 à 2001.

Nommé évêque de Valence le 11 décembre 2001, il a été consacré le 23 février 2002 à Valence.

Le 27 septembre 2013, le Journal Officiel publie le décret le nommant évêque du diocèse concordataire de Metz[1]. L'acceptation de la démission de Mgr Pierre Raffin, son prédécesseur à Metz, et sa nomination sont également annoncées le même jour par le Saint-Siège[2].

Il est installé comme nouvel évêque le 3 novembre 2013 en la cathédrale Saint-Étienne de Metz.

Au sein de la Conférence des évêques de France, il a été membre de la Commission pour la catéchèse et le catéchuménat. Il a présidé le groupe de travail sur les rassemblements dominicaux. Il est membre du Conseil pour la pastorale des jeunes et des enfants.

Prise de positions[modifier | modifier le code]

Sur la catéchèse[modifier | modifier le code]

Le 8 novembre 2006, il commente le nouveau texte d'orientation de l'épiscopat français sur la catéchèse en expliquant que cette préoccupation de formation des chrétiens doit concerner "tous les âges de la vie" et pas seulement les enfants[3].

Polémique[modifier | modifier le code]

En septembre 2013, les presses française et italienne relaient une information affirmant que la nomination en tant qu'évêque de Metz de Mgr Jean-Pierre Batut, après avoir été votée par la Congrégation des évêques et acceptée par le pape François, fut bloquée par le ministre de l'Intérieur et du culte Manuel Valls. Ce fut donc Mgr Lagleize, connu plus progressiste, qui devint évêque de Metz à sa place[4].

Selon Le Républicain lorrain, le nom de Mgr Batut aurait circulé très tôt pour succéder à Mgr Pierre Raffin ; sa nomination aurait été présentée au pape François, qui l’aurait acceptée. Mais pas Manuel Valls, qui reprocherait à l’intéressé sa proximité avec les milieux traditionalistes, et son opposition vive au mariage homosexuel[5].

Le , Patrick Hetzel, député UMP du Bas-Rhin, pose la question au gouvernement : « Plusieurs sources romaines et françaises laissent supposer que l'élu de la Congrégation des évêques n'était pas celui nommé », souhaitant « savoir si le ministre de l'Intérieur a fait valoir les droits que le Concordat de 1801 reconnaît au gouvernement pour bloquer une nomination épiscopale » et interrogeant le cas échéant « les motivations qui ont conduit à ce blocage qui semble n'avoir aucun précédent depuis 40 ans ». Le gouvernement a choisi de ne pas lui répondre[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décrets du 17 juin 2013 et du 25 septembre 2013 relatifs à la démission d'un évêque et à la nomination de son successeur , JORF no 0225 du 27 septembre 2013 page 16106, texte no 65
  2. Mgr Lagleize nommé évêque de Metz, sur le site des évêques de France
  3. Commentaire d'évêques sur le texte d'orientation de la catéchèse sur le site de l"assemblée plénière de l'épiscopat français
  4. http://www.lasemaine.fr/2013/10/21/eveque-de-metz-monseigneur-lagleize--jaime-les-gens
  5. http://www.vosgesmatin.fr/actualite/2013/11/08/eveque-de-metz-valls-suspecte-d-etre-intervenu
  6. http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2013/11/07/eveque-de-metz-valls-suspecte-d-etre-intervenu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par 106è évêque de Metz Suivi par
Pierre Raffin
Jean-Christophe Lagleize
2013-
-