Michel Santier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Michel Santier
Image illustrative de l'article Michel Santier
Monseigneur Michel Santier à Créteil
le 4 septembre 2007
Biographie
Naissance 20 mai 1947 (67 ans)
Granville (France)
Ordination sacerdotale 7 juillet 1973
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 23 septembre 2001 par
Mgr Jacques Fihey
Dernier titre ou fonction Évêque de Créteil
Évêque de Créteil
Depuis le 4 septembre 2007
Précédent Daniel Labille
Évêque de Luçon
23 septembre 20014 septembre 2007
Précédent François Garnier Alain Castet Suivant

« Que ma joie soit en vous »
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Michel Léon Émile Santier, né à Granville le 20 mai 1947, est un évêque catholique français, évêque de Créteil (Val-de-Marne) depuis le 4 septembre 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Michel Santier se prépare à la prêtrise dans les séminaires normands de Coutances, de Bayeux puis de Caen. Il complète sa formation à l'Institut biblique de Rome où il obtient une licence en Écriture sainte.

Principaux ministères[modifier | modifier le code]

Il est ordonné prêtre le 7 juillet 1973 pour le diocèse de Coutances. Après avoir exercé son ministère à la paroisse de Coutances de 1976 à 1978, il est professeur d'Écriture sainte au Grand séminaire de Caen, dont il devient supérieur du 3è cycle en 1990.

En 1977, il fonde la Communauté Réjouis-toi dont il est le berger général.

En 1989, il est le directeur de l'école de la foi de Coutances destinée aux jeunes de l'Ouest où il enseigne l'Écriture sainte. En 1996, il prend des responsabilités au niveau diocésain comme vicaire épiscopal chargé de la formation des prêtres et des laïcs et délégué diocésain pour l'œcuménisme.

Nommé évêque de Luçon en Vendée par Jean-Paul II le 19 juin 2001, il est consacré le 23 septembre 2001. Le 4 septembre 2007, le pape Benoît XVI lui confie la charge du diocèse de Créteil. Il succède à Mgr Daniel Labille qui avait atteint la limite d'âge de sa charge pastorale. Son installation a lieu au Palais des Sports de Créteil le 18 novembre 2007.

Au sein de la Conférence des évêques de France, il a présidé le Conseil pour les relations interreligieuses. Il est membre du Comité pour le renouveau charismatique depuis 2001 et a été membre du Conseil pour les relations inter-religieuses et les nouveaux courants religieux. Le 8 novembre 2008, il est devenu président de ce conseil pour un mandat de trois ans[1], après quoi il laisse sa place à Mgr Michel Dubost. Il est membre depuis 2011 de la Commission doctrinale[2].

Il est également l'évêque accompagnateur pour le renouveau et les communautés nouvelles.

Le samedi 20 septembre 2014 il annonce l'ouverture du procès en canonisation du bienheureux Jerzy Popieluszko suite à une étonnante guérison d'un malade qui avait demandé l'intercession du bienheureux[3].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Réjouis-toi : servir la communion en Église, Michel Santier, Desclée De Brouwer, 1998.
  • Le Renouveau au cœur de l'Église, Michel Santier, éditions des Béatitudes, 2002.
  • Soyez dans la joie, Michel Santier, Desclée De Brouwer, 2007.

Prises de position[modifier | modifier le code]

Guerre en Irak[modifier | modifier le code]

Avant l'offensive américaine de 2003, Mgr Michel Santier avait pris position contre toute action violente, estimant qu'elle n'était pas légitime tant qu'il existait d'autres voies pour contrer les menaces contre la paix, s'opposant clairement à la notion de « guerre préventive »[4].

Dialogue avec les musulmans[modifier | modifier le code]

En 2006, à l'occasion de l'entrée en Ramadan et au nom de l'épiscopat français, il publie un communiqué bienveillant envers les musulmans, invitant à un dialogue plus approfondi entre les communautés catholiques et musulmanes[5]. Cette prise de position lui valut de vives réactions de milieux conservateurs[6].

En 2008, il explique que dans le dialogue avec les musulmans, il ne faut pas uniquement se pencher sur les questions doctrinales, mais aussi, comme Dieu, porter un regard d'estime sur eux[7].

Demande de pardon aux blessés de l'Église[modifier | modifier le code]

En 2006, en lançant la dernière ligne droite du synode diocésain de Vendée, Mgr Santier émet une démarche formelle de repentance. « Dans le passé, en Vendée, l’Église était très présente, occupait l’espace social et laissait peu de place à des manières de penser et de vivre la vie humaine et la foi d’une façon différente. Des hommes et des femmes ont souffert de cette emprise de l’Église sur leur vie personnelle et sociale. Je pense aussi aux personnes séparées, divorcées, divorcées-remariées, à d’autres qui vivent une orientation sexuelle qu’ils n’ont pas choisie ; des paroles de jugement prononcées de notre part, alors que nous ignorons la souffrance cachée qui est à l’origine de ces situations, ont pu faire beaucoup de mal. Au début de cette cérémonie j’ai vécu avec vous une démarche de repentance, et au nom de l’Église, comme évêque, je vous demande pardon et leur demande pardon. »[8]

Logement[modifier | modifier le code]

Un an après l'adoption de la loi DALO (Droit au logement opposable), Mgr Michel Santier invite tous les catholiques de son diocèse à faire du logement une cause prioritaire, car pour lui, se préoccuper du logement de ses frères est une cause éminemment spirituelle et fait partie de la crédibilité de l’Église dans le témoignage rendu à l’Evangile[9].

Politique d'immigration[modifier | modifier le code]

En juin 2008, suite à l'incendie du centre de rétention de Vincennes, il appelle à la définition d'une politique d'immigration qui respecte les droits de l'homme et la dignité de la personne humaine. Il demande en particulier que soit pris en compte les critères « du travail, de la volonté d'intégration, avec le désir de vivre des relations fraternelles avec les habitants des quartiers, le lien avec des communautés humaines ou religieuses, ... »[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]