Sukkur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sukkur
Administration
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Province Sind
District district de Sukkur
Démographie
Population 476 776 hab. (est. 2009)
Géographie
Coordonnées 28° 05′ 02″ N 68° 43′ 47″ E / 28.08389, 68.72972 ()28° 05′ 02″ Nord 68° 43′ 47″ Est / 28.08389, 68.72972 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pakistan

Voir sur la carte Pakistan administrative
City locator 14.svg
Sukkur
Rive ouest de l'Indus

Sukkur (en ourdou : سکھر  en hazaragi : سکر , en sindhi : سکر), anciennement Alor ou Aror (Sanskrit: अरोड, Ourdou: اروڑ), est la troisième plus grande ville de la province pakistanaise du Sind. Avec une population estimée à environ 480 000 habitants en 2009, elle est la troisième plus importante ville de la province et quatorzième au niveau national.

La ville se trouve sur la rive ouest de l'Indus, dans le district de Sukkur. Le climat assez extrême est à l'origine du nom Saqar (intense), donne par les Arabes, lors de leur invasion de la province au Moyen Âge. Sukkur est surnommée Darya Dino (درياءَ ڏنو ,cadeau de la rivière), car le site serait désertique en l'absence du fleuve.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'antique Alor a été dès sa fondation un important centre stratégique et commercial pour la région, elle fut même l'ancienne capitale du Sind, notamment alors qu'Alexandre envahissait l'Inde en -326. En 711, Alor fut capturée par l'armée du général omeyyade Muhammad bin Qasim et elle dut être reconquise en 962 par les Abbassides.

La cité fut ensuite gouvernée alternativement par les Moghols et plusieurs tribus semi-autonomes. Mirs de Khairpur s'empara de la ville entre 1809 et 1824. En 1833, Shoja Shah vainquit la tribu baloutche des Talpurs près de Sukkur, avant de renoncer par la suite, dans un traité solennel avec les Talpurs à ses prétentions sur la province du Sind. En 1843, le général britannique Charles James Napier défit les Talpurs lors des batailles de Miani et Dubbo près d'Hyderabad, plaçant Sukkur comme le reste du Sind, sous le gouvernement britannique, pour y demeurer jusqu'à l'indépendance du Pakistan en 1947.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la ville a été multipliée par plus de deux entre 1972 et 1998, passant de 158 781 habitants à 329 176 en 1998[1]. En 2009, la population était estimée à 476 776 habitants. Elle est la troisième plus importante ville de la province du Sind, après Karachi et Hyderabad et quatorzième au niveau national.

Au moment de la partition, la vieille ville contenait environ 10 000 habitants et la nouvelle ville 80 000[2].

Démographie de Gujranwala
1972 (rec.) 1981 (rec.) 1998 (rec.)
Population 158 781 190 551 329 176

Économie[modifier | modifier le code]

La ville vit principalement de l'agriculture, et dans une moindre mesure de l'industrie. Les terres autour de district de Sukkur sont fertiles, notamment grâce à un réseau d'irrigation construit durant l'époque britannique, et un barrage sur l'Indus construit en 1932. Les fermiers y cultivent du tabac, du sucre et du riz notamment. Mal entretenu, le barrage est dans un mauvais état et un projet réhabilitation d'environ 200 millions d'euros est prévu, financé principalement par le Banque mondiale[3].

La ville est située sur la route no 5 du réseau national, reliant le nord et le sud du pays, ainsi que notamment les proches villes de Larkana, Jacobabad et Khairpur. La ville est aussi reliée au réseau de chemin de fer, située à quelques kilomètres seulement de Rohri, important nœud reliant le nord et le sud du pays, avec une autre ligne allant vers Quetta.

Politique[modifier | modifier le code]

La ville est représentée par plusieurs circonscriptions à l'Assemblée nationale et à l'Assemblée provinciale du Sind. Elle est un important fief du Parti du peuple pakistanais, mais d'autres partis ont une certaine influence locale, comme le Muttahida Qaumi Movement et la Ligue musulmane du Pakistan (F)[4],[5],[6],[7].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]