Essuiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Essuiles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Arrondissement de Clermont
Canton Canton de Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes du Plateau Picard
Maire
Mandat
Régis Vandewalle
2014-2020
Code postal 60510
Code commune 60222
Démographie
Population
municipale
551 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 28′ 46″ N 2° 17′ 40″ E / 49.4794, 2.2944 ()49° 28′ 46″ Nord 2° 17′ 40″ Est / 49.4794, 2.2944 ()  
Altitude Min. 80 m – Max. 146 m
Superficie 13,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Essuiles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Essuiles

Essuiles est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Régis Flamand DIV  
mars 2008   Régis Vandewalle DIV  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 551 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
790 544 606 574 613 587 577 555 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519 510 475 442 437 444 438 396 398
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365 383 373 309 326 278 283 304 323
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
321 279 251 313 391 452 521 533 551
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,6 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 20,5 %, 30 à 44 ans = 24,6 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 13,4 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 24,9 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 22,3 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Essuiles en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
4,1 
75 à 89 ans
4,9 
9,3 
60 à 74 ans
10,6 
21,6 
45 à 59 ans
22,3 
24,6 
30 à 44 ans
23,4 
20,5 
15 à 29 ans
13,6 
19,8 
0 à 14 ans
24,9 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin : édifice des XIIe et XVe. À l'intérieur se trouve une statue équestre de Saint-Martin, un tableau « Songes de Saint-Martin » et un retable en bois doré de la Vierge du XVe siècle[5].
  • Château : Composé de restes d'un ancien édifice du XVe siècle et d'un manoir moderne. Dans le parc du château se trouve l'ancienne chapelle Saint-Jacques.
  • Monument aux morts
  • Moulins à eau :
    • Moulin de Coiseaux : Il appartenait à Félix-Olivier Bachimont et servait à la fabrication de l'huile. Acheté en 1884 par un boulanger qui fabriquait farine et pain, il a été transformé en ferme en 1904. En 1914, il est acheté par Thibault Diémold et en 1920 par Monsieur Jean Buron, cultivateur.
    • Moulin Becquerel ou Becqueret : à un seul tournant, moulin à blé, il fut construit en 1794. De 1886 à 1901, il eut une double utilisation, la nuit il servait au meunier et le jour à actionner la roue d'une scierie d'os pour le compte d'un fabricant de brosses du Fay-Saint-Quentin. En 1938, on y fabriquait encore des aliments pour bétail.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]