Bonneuil-les-Eaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bonneuil-les-Eaux
L'église Saint-Nicolas.
L'église Saint-Nicolas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Breteuil
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Brèche et de la Noye
Maire
Mandat
Nicole Cordier
2014-2020
Code postal 60120
Code commune 60082
Démographie
Gentilé Bonneuillois
Population
municipale
818 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 43″ N 2° 14′ 10″ E / 49.6786111111, 2.2361111111149° 40′ 43″ Nord 2° 14′ 10″ Est / 49.6786111111, 2.23611111111  
Altitude Min. 72 m – Max. 172 m
Superficie 18,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonneuil-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonneuil-les-Eaux

Bonneuil-les-Eaux est une commune française située dans le département de l'Oise en région Picardie.

Ses habitants sont appelés les Bonneuillois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural du Plateau picard, situé entre les vallées de la Selle et de la Noye.

La commune est située entre Beauvais et Amiens, aux confins de l'Oise et de la Somme, et est accessible par la sortie sortie 16 de l'autoroute A16 ou la Route nationale 1.

Hameaux[modifier | modifier le code]

  • La Folie
  • La ferme de Montplaisir

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était désigné par les dénominations de Bonoglium, Nonioilum, Bonglium, Bonnoit, Bonnuel, Bonneuil-le-Plessis [1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un vicus gallo-romain occupait le site, traversé par une voie romaine reliant Beauvais à Amiens.

La seigneurie appartenait au IXe siècle au Comte d'Amiens et passa par mariage au comte de Clermont au XIIe siècle.

Bonneuil possède un riche passé historique. Cette petite commune rurale abrite une magnifique église à la géométrie assez particulière. À côté de celle-ci, se trouvent les vestiges d'un prieuré. Au cœur du village se dresse également une motte féodale du XIe siècle, très bien conservée et qui fait l'objet de nombreuses études.

Le Pape Léon III confirme la fondation de l'abbaye Notre-Dame, proche de la motte féodale.

Le village a souffert de la peste en 1668 et fut en partie dévasté par plusieurs incendies. De nombreuses muches issues de l'activité d'extraction de calcaire minent le village.

L'ancienne usine de velours est aujourd'hui reconvertie.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville est le siège du fabricant d'accessoires de tennis de table, Cornilleau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jean Lefèvre DVD Commercial[2]
mars 2008 en cours
(au 2 avril 2014)
Nicole Cordier   retraitée de l'éducation nationale
Réélue pour le mandat 2014-2020[3]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 818 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 145 1 229 1 146 1 238 1 273 1 198 1 165 1 164 1 173
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 166 1 137 1 099 1 026 952 804 830 819 853
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
848 846 857 716 719 697 613 639 636
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
658 672 686 694 745 751 797 810 818
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,1 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, plus de 60 ans = 20,7 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 21,5 %).
Pyramide des âges à Bonneuil-les-Eaux en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,5 
6,4 
75 à 89 ans
7,7 
14,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,5 
45 à 59 ans
19,3 
22,7 
30 à 44 ans
20,0 
14,8 
15 à 29 ans
16,3 
21,2 
0 à 14 ans
23,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas : Initialement consacrée à Saint-Pierre, elle dotée de trois chœurs et d'une nef du XVIe siècle. Le faux transept, de style renaissance, et la rose datent de 1570. Le clocher à tour carrée date du XIIIe siècle. L'église fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1997[8].
  • Vestiges du prieuré Saint-Nicolas : Il est parfois qualifié d'abbaye. Une porte du XVIe siècle accole le mur du cimetière entourant l'église Saint-Nicolas. Ce porche fait l'objet d'une inscription au titre monuments historiques depuis 1998[9].
  • Motte féodale : Mesurant de 30 m de haut, elle est aujourd'hui le seul élément subsistant de l'ancien château. Le site, dont la mise en valeur a commencé depuis peu d'années (élagage et fauchage), a commencé à être fouillé en 2007.
  • Chapelle Saint-Roch : Construite en 1733 en mémoire de l'épidémie de peste qui affecta le village de 1668 à 1669, elle se trouve dans le cimetière communal. Les pestiférés étaient isolés dans une rue fermée par une barrière et qui porte aujourd'hui le nom de « rue de la Barre ». La chapelle est le lieu d'un pèlerinage annuel célébré en souvenir de ce fléau et au dévouement de Nicolas Choart de Buzenval, évêque de Beauvais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Hebdomadaire Le Bonhomme Picard du 1er août 2007.
  2. S. G., « Bonneuil-les-Eaux : Disparition - Jean Lefèvre, ancien maire », Le Bonhomme picard, no 3136,‎ 8 juin 2011, p. 19
  3. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3283,‎ 2 avril 2014, p. 19
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Évolution et structure de la population à Bonneuil-les-Eaux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  7. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2010)
  8. « église Saint-Nicolas », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Prieuré Saint-Nicolas », base Mérimée, ministère français de la Culture