Massif des Corbières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbières.
Corbières
Localisation sur la carte des Pyrénées
Géographie
Altitude 1 231 m, Pech de Bugarach
Massif Pyrénées
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Départements Aude, Pyrénées-Orientales
Géologie
Âge 65 millions d'années
Roches roche sédimentaire, roche métamorphique

Les Corbières (las Corbièras en occitan, les Corberes en catalan) sont une région naturelle française du Languedoc-Roussillon.

Région de moyenne montagne, aux terrains calcaires et schisteux, elle subit les influences du climat méditerranéen, ce qui en fait une région connue pour son vin (voir vin des Corbières) et son miel à base de romarin commercialisé sous le nom de Miel de Narbonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le terme de Corbière dérive du catalan et de l'occitan Corbera qui donne Corberes au pluriel. L'étymologie de corbera la plus probable dérive du latin corvaria : « nid de corbeaux ». Une seconde explication le fait dériver de roca curvada (« roche courbe »)[1].

Ce toponyme est utilisé en pays catalans pour désigner un grand nombre de massifs de basses altitudes (Corbera de Camprodon, Corbera del Llobregat, Puig Corbera, etc.) ainsi que pour nommer des localités (Corbera d’Ebre, Corbera, Rotglà i Corbera, Corbières). Cependant, le terme en français « massif des Corbières », utilisé sans autre précision, désigne le massif reliant la mer Méditerranée et les Pyrénées, s'étendant sur les départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Paysage de Corbières près de Villerouge-Termenès

Les Corbières sont principalement situées dans le département de l'Aude mais aussi dans le département des Pyrénées-Orientales pour les Corbières catalanes. Le massif des Corbières est délimité par le fleuve Aude au nord et à l'ouest, par la mer Méditerranée à l'est et par le Fenouillèdes au sud. Au nord-est des Corbières se trouve la ville de Narbonne, au nord-ouest Carcassonne, au sud-ouest Axat et au sud-est Rivesaltes.

Les Corbières s'étalent sur quatre arrondissements, Narbonne, Carcassonne et Limoux pour l'Aude ainsi que celui de Perpignan pour les Pyrénées-Orientales. Les reliefs des Corbières sont présents sur 17 cantons.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le point culminant des Corbières est le pic de Bugarach avec 1 231 m d'altitude. Les autres sommets importants sont le Serre de Bec (1 037 m), mont Tauch (917 m) et la montagne d'Alaric (600 m).

Au sud et à l'ouest, le relief s'élève de façon abrupte au-dessus de la haute vallée de l'Aude et du Fenouillèdes, ceci est du à la présence des Pyrénées dont les Corbières ne sont qu'un massif secondaire. À l'inverse, au nord et à l'est, le relief s'élève de façon plus régulière et douce parce que ces avants-monts sont les premiers contreforts des Pyrénées. C’est la raison pour laquelle le points culminant du massif, le pic de Bugarach, est situé au sud-ouest des Corbières.

Au-dessus de la basse vallée de l'Aude, au nord du massif, les ruisseaux ont creusé des vallées larges qui se confondent avec les plaines de l'Aude. En allant vers le sud les vallées sont de plus en plus étroites et sinueuses ce qui explique que ces régions soient moins peuplées et moins cultivées. L'Orbieu, principal cours d'eau des Corbières, passe dans les gorges de l'Orbieu puis la vallée s'élargie après Lagrasse.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les Corbières forment un massif de montagnes apparu il y a 65 millions d'années durant le tertiaire[2] lors du rapprochement de la plaque ibérique sur le continent européen. La région est géologiquement constituée d'un morceau de socle primaire constitué de calcaire et de schistes, du plateau de Mouthoumet et d'un pli pyrénéen, qui est le pic de Bugarach.

Les Corbières sont surtout constituées de collines calcaires de 400 m à 500 m d'altitude environ à la végétation rare voire inexistante. Dans les parties les plus riches seulement, on cultive la vigne. Durant l'ère primaire, les Corbières étaient une pénéplaine calcaire et schisteuse. Plus tard, des sédiments se sont déposés et durant l'ère tertiaire, l'émergence des Pyrénées a provoqué un bousculement de la région.

Les Corbières, que la dépression de la basse Aude sépare de la montagne Noire, forment la transition entre le Massif central et les Pyrénées. Leur originalité est surtout due à une grande variété de constitution géologique qui commande des contrastes de relief et de couleurs.

Les mouvements du sol et l'érosion sont à l'origine d'un enchevêtrement de reliefs des plus curieux, d'où la région, malgré sa faible altitude d'ensemble, tire son aspect mouvementé, particulièrement net au voisinage du Fenouillèdes et dans les gorges de Galamus.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'Orbieu à Lagrasse en été

Les Corbières sont délimitées à l'ouest et au nord par l'Aude et au sud par l'Agly qui passe dans les gorges de Galamus.

L'Orbieu, rivière de 84,1 km[3], prend sa source sur la commune de Fourtou et s'écoule vers le nord jusqu'à l'Aude au niveau de Saint-Nazaire-d'Aude. Il est notamment rejoint en rive droite par le Sou de Laroque et l'Aussou. Il forme des gorges sur la partie supérieure de son cours au niveau de Montjoi. L'Orbieu traverse notamment Lagrasse, Fabrezan et Ferrals-les-Corbières[4].

Le Verdouble, rivière de 46,7 km[5], prend sa source sur la commune de Cubières-sur-Cinoble et s'écoule vers l'est puis le sud jusqu'à l'Agly sur la commune d'Estagel. Le Verdouble passe à Tautavel.

Le Lauquet, rivière de 36,6 km[6], prend sa source sur la commune de Bouisse et s'écoule vers le nord-ouest à Couffoulens. Il traverse la commune de Caunette-sur-Lauquet, la moins peuplée du département ainsi que Saint-Hilaire, Leuc et Couffoulens.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type méditerranéen, contrasté par de fortes chaleurs en été, généralement de 30 à 40 °C sur de courtes périodes en même temps qu'un minimum pluviométrique, et d'abondantes précipitations en automne connues pour être dévastatrices comme celles de 1999. L'hiver est doux en raison de la proximité de la mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens restes d'Homo erectus trouvés en France proviennent de la grotte de la Caune de l'Arago avec notamment un crâne appartenant à l'homme de Tautavel daté de -450 000 ans.

Plusieurs sites mégalithiques sont présents dans les Corbières ; exemple : la Table des Morts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Lors des invasions arabes, la zone est déjà fortifiée par les Wisigoths. C'est notamment le cas du site de Peyrepertuse. Si la Septimanie avait pour frontière provinciale les Pyrénées, l'ancienne province romaine puis wisigothe est divisée par Charles le Chauve, roi de France, en 865. Le Roussillon est rattaché à Barcelone, le nord de l'ancienne province garde Narbonne comme capitale. La délimitation est alors marquée par le massif des Corbières, et prolongée par les étangs de Salses.

L'autonomie croissante et rapide des comtés de Roussillon, leur rattachement en 1180 à la couronne d'Aragon puis à celle d'Espagne jusqu'au XVIIe siècle fait des Corbières une frontière lourdement défendue.

Catharisme[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Châteaux cathares et Languedoc.

Le moindre point de passage du nord au sud est contrôlé par un ensemble de châteaux : Peyrepertuse, Quéribus, Puilaurens, Aguilar, Termes, etc. Les premiers maîtres connus sont les comtes du Roussillon suivis de la maison Trencavel. Le Languedoc, sous suzeraineté du royaume d'Aragon, passe sous le contrôle des rois de France lors de la croisade des Albigeois. Ceux-ci cherchent alors à se défendre de leur ennemi et développent encore les fortifications des Corbières.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Avec la généralisation des armes à feu et du canon, le seul passage effectif pour une armée est la partie extrême orientale. À cet endroit, l'altitude chute de 400 m au niveau de la mer sous forme d'étangs de grandes dimensions (54 km2). Ces étangs longtemps infestés de moustiques forment une défense naturelle en eux-mêmes. La zone de passage entre les étangs et les Corbières est défendue par le château de Salses au sud, construit par les rois d'Espagne au XVIe siècle, et le château de Leucate au nord.

Le traité des Pyrénées (1659) met un terme à l'histoire militaire des Corbières.

Économie[modifier | modifier le code]

Le vignoble local est prospère. « Corbières » est aujourd'hui une appellation connue et appréciée, s'appliquant à des vins riches en alcool (jusqu'à 14°), fruités et colorés, dont le bouquet rappelle la flore parfumée de la garrigue.

Principales villes[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Le film Le Quepa sur la vilni ! (2014) de Yann Le Quellec a été tourné dans le massif des Corbières[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ca) « Topònims catalans: etimologia i pronúncia per Josep Moran, Mar Batlle, Joan Anton Rabella i Ribas ; p.  63 »
  2. Corbières au cœur de Claude Marti et Raymond Roig, éditions Loubatière, page 27, (ISBN 2-86266-262-3)
  3. SANDRE, « Fiche rivière l'Orbieu (Y15-0400) » (consulté le 18 novembre 2012)
  4. Géoportail, « Géoportail » (consulté le 18 novembre 2012)
  5. SANDRE, « Fiche rivière le Verdouble (Y0650500) » (consulté le 18 novembre 2012)
  6. SANDRE, « Fiche rivière le Lauquet (Y1220500) » (consulté le 18 novembre 2012)
  7. Glen Recourt, « Yann Le Quellec. À conte d'auteur », Le Télégramme,‎ 12 février 2014 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]