Saint-Mars-de-Coutais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Mars.
Saint-Mars-de-Coutais
Le Tenu à Saint-Mars-de-Coutais
Le Tenu à Saint-Mars-de-Coutais
Blason de Saint-Mars-de-Coutais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Machecoul
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Machecoul
Maire
Mandat
Jean Charrier
2014-2020
Code postal 44680
Code commune 44178
Démographie
Gentilé Saint-Marins
Population
municipale
2 528 hab. (2011)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 48″ N 1° 44′ 04″ O / 47.1133333333, -1.7344444444447° 06′ 48″ Nord 1° 44′ 04″ Ouest / 47.1133333333, -1.73444444444  
Altitude Min. 0 m – Max. 38 m
Superficie 34,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Mars-de-Coutais

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Mars-de-Coutais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-de-Coutais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mars-de-Coutais
Liens
Site web http://www.ccmachecoul.com/

Saint-Mars-de-Coutais est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Ses habitants s'appellent les Saint-Marins et les Saint-Marines.

Saint-Mars-de-Coutais comptait 2 528 habitants au recensement de 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Mars-de-Coutais dans le département de la Loire-Atlantique

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

La commune de Saint-Mars-de-Coutais est située à l'ouest du lac de Grand-Lieu, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Nantes.

Les communes limitrophes sont Saint-Léger-les-Vignes, Bouaye, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, Saint-Lumine-de-Coutais, Machecoul, Saint-Même-le-Tenu, Sainte-Pazanne et Port-Saint-Père.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Saint-Mars-de-Coutais est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Mars-de-Coutais est attesté sous la forme latinisée Sanctus Medardus [Quand ?] « Saint Médard », patron de la paroisse ; Coutais viendrait du latin costa : « coteau », « côte » (ou de cestris : « camp », « château », ou du breton couët : « bois »)[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le manoir de Saint-Mars est un édifice du XVe siècle qui s'élève le long de la rivière du Tenu et qui permettait de surveiller le trafic fluvial.

Lors des Guerres de Vendée, Saint-Mars-de-Coutais, comme tout le reste du pays de Retz, prit parti pour l'insurrection vendéenne. Un hobereau local, Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, propriétaire du manoir des Couetis fut un compagnon du chef Charette et un mémorialiste de l'insurrection vendéenne[1]. Après s'être un temps réfugiés dans la ferme de la Basse-Cour, en Saint-Mars-de-Coutais, son père, sa mère et ses deux sœurs rejoignirent la Grande armée catholique et royale en Anjou ; tous quatre succombèrent au cours de la Virée de Galerne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la croix de sable chargée de cinq coquilles d'or.
Commentaires : Armes de la famille de Croisil. Blason conçu par M. de Maupeou d'Albiège, dessiné par Georges Brisson (délibération municipale du 6 avril 1972), enregistré le 12 novembre 1970.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ???? 1806 Hanri Nau    
1815  ???? M. Boullonnois de Saint-Simon    
1830 1832 M. Duvau    
1832 1840 M. Tanchereau    
 ????  ???? Pierre Séjourné    
 ????  ???? René Touchais    
1848  ???? M. Tanchereau    
Second Empire  ???? M. Paré    
1871  ???? M. Perthuy    
1876 1890 Pierre Bretagne    
1904  ???? M. de Froment de La Jutière    
1916  ???? Pierre Guilbaud    
1935 1959 Jean-Marie Guilbaud    
1959 1977 Fernand Relandeau    
1977 1995 Frédéric Guitteny    
1995 2001 Gilbert Grandjouan    
2001 en cours Jean Charrier[Note 1] Sans étiquette enseignant, conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues.

En 2011, la commune comptait 2 528 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
949 1 266 1 500 1 564 1 425 1 413 1 488 1 493 1 497
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 529 1 514 1 534 1 625 1 575 1 648 1 665 1 655 1 677
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 591 1 568 1 389 1 320 1 204 1 212 1 145 1 216 1 235
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
1 231 1 266 1 518 1 744 1 859 2 267 2 404 2 489 2 528
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[4], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Saint-Mars-de-Coutais en 2009 en pourcentage[5]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
1,6 
4,0 
75 à 89 ans
7,2 
10,5 
60 à 74 ans
10,3 
20,7 
45 à 59 ans
17,9 
24,5 
30 à 44 ans
23,9 
15,5 
15 à 29 ans
14,7 
24,5 
0 à 14 ans
24,4 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Port Faissant, lieu de passage sur la rivière du Tenu, entre Sainte-Pazanne et Saint-Mars-de-Coutais :

Dès le Moyen Âge, les moines y établissent un bac. Devient un lieu stratégique au XIXe siècle, avec la construction d'un pont (sous le Second Empire exactement) par les deux communes. Le port est ensuite réaménagé par la famille Écomard qui y construit des entrepôts pour leurs activités agricoles et commerciales, sur leur propriété, côté Saint-Mars-de-Coutais.

  • La Vanerie, ferme de 50 hectares dépendant du château de la Durracerie de Sainte-Pazanne : elle fut achetée par la famille Écomard de Sainte-Pazanne au XIXe siècle. Elle appartient toujours aux descendants des Ecomard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Suzanne Lucas de La Championnière, Mémoires sur la guerre de Vendée, Librairie Plon, Paris 1904.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. « Saint-Mars-de-Coutais 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  5. « Résultats du recensement de la population - Saint-Mars-de-Coutais - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  6. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :