Auguste III de Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Frédéric-Auguste de Saxe et Auguste III.
Auguste III
Portrait d'Auguste III
Portrait d'Auguste III
Titre
Roi de Pologne et grand-duc de Lituanie
1er février 17335 octobre 1763
30 ans, 8 mois et 4 jours
Couronnement 17 janvier 1734 en la cathédrale Saint-Jean de Varsovie
Prédécesseur Auguste II
Successeur Stanislas II
Électeur de Saxe
1er février 17335 octobre 1763
30 ans, 8 mois et 4 jours
Monarque Frédéric-Auguste II
Prédécesseur Frédéric-Auguste Ier
Successeur Frédéric IV
Biographie
Dynastie Maison de Wettin
Nom de naissance Frédéric-Auguste II de Saxe
Date de naissance 17 octobre 1696
Lieu de naissance Dresde (Saxe)
Date de décès 5 octobre 1763 (à 66 ans)
Lieu de décès Dresde (Saxe)
Père Auguste II de Pologne
Mère Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth
Conjoint Marie-Josèphe d'Autriche
Enfant(s) Frédéric de Saxe
Joseph de Saxe
Frédéric IV de Saxe
Marie-Amélie de Saxe
Marguerite de Saxe
Marie-Anne de Saxe
François-Xavier de Saxe
Marie-Josèphe de Saxe
Charles-Christian de Saxe
Christine de Saxe
Élisabeth de Saxe
Albert de Saxe
Clément de Saxe
Cunégonde de Saxe
Christelle de Saxe
Résidence Palais royal de Varsovie

Auguste III de Pologne
Rois de Pologne

Auguste III de Pologne (Dresde, 17 octobre 1696 - Dresde, 5 octobre 1763) est roi de Pologne et grand-duc de Lituanie (1733-1763), ainsi que électeur de Saxe (1733-1763), comte palatin et margrave de Misnie sous le nom de Frédéric-Auguste II de Saxe.

Membre de la dynastie de Wettin, il est le grand-père des rois de France Louis XVI, Louis XVIII et Charles X par sa fille Marie-Josèphe. Le maréchal de France Maurice de Saxe est son demi-frère adultérin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liens de parenté[modifier | modifier le code]

Friedrich August est le fils d'Auguste II le Fort, électeur de Saxe et roi de Pologne, et d'Eberhardine de Brandebourg-Bayreuth.

Il se marie en 1719 avec Marie-Josèphe d'Autriche, fille de l'empereur Joseph Ier.

De cette union naîtront 15 enfants :

Règne[modifier | modifier le code]

À la mort de son père en 1733, il hérite de la Saxe et est élu roi de Pologne, en compétition avec Stanislas Ier Leszczynski, père de la reine de France, ce qui déclenche la guerre de Succession de Pologne, dont il sort vainqueur.

Pendant la guerre de Succession d'Autriche puis la guerre de Sept Ans, la Saxe et la Bohême voisine furent les champs de bataille où s'affrontèrent les armées prussiennes et autrichiennes. D'abord opposé à l'Autriche, la Saxe se retira de la guerre dès 1742, n'ayant rien gagné mais devant admettre la suprématie prussienne. Alliée à l'Autriche et à la France pendant la guerre de Sept Ans, la Saxe fut ravagée par les armées prussiennes qui prirent la famille royale en otage malgré les protestations des cours européennes les filles du roi étant la reine consort de Naples et la dauphine de France; la reine de Pologne Marie-Amélie en mourra en 1757.

Selon certaines rumeurs, Frédéric-Auguste passait tout son temps libre à jouer et à boire de la bière.

Il est le dernier roi de Pologne de la Maison de Saxe (Wettin). Son fils Frédéric-Christian lui succéde en Saxe.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Portrait par Hyacinthe Rigaud en 1715 « en grand manteau royal frappé aux insignes de l’ordre de l’Éléphant de Danemark, flanqué d’un maure habillé à la houssarde » pour 4 000 livres et conservé à Dresde, à la Staatlische Kunstsammlungen Dresden, Gemälde Galerie Alte Meister. Inv. no 760[1]. La toile sera gravée par Jean-Joseph Balechou en 1747, « chef-d’œuvre de science et de force, destiné à figurer en tête de la Galerie de Dresde ». Portalis poursuit son commentaire en estimant que l’estampe « place Balechou au rang des meilleurs burinistes du XVIIIe siècle, et même de toute l’École française »[2].
  • Portrait par Nicolas de Largillière en 1715 (voir image ci-dessus).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Roman, Le Livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 175, 179, 184.
  • Hans Posse, Die Gemäldegalerie zu Dresden. Die alten Meister, Dresden O.J., 1937, p. 84.
  • Ariane James-Sarazin, « Hyacinthe Rigaud (1659-1743), portraitiste et conseiller artistique des princes-électeurs de Saxe et rois de Pologne, Auguste II et Auguste III », dans catalogue de l’exposition Dresde ou le Rêve des princes : La Galerie de peintures au XVIIIe siècle, musée des Beaux-Arts de Dijon, Paris, RMN, 2001, p. 136-142.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le futur Auguste III n'a pas été peint dès 1700 par Rigaud, contrairement à ce qui est spécifié en note 3, p. 136 du catalogue de l'exposition de Dijon. Le portrait du prince de Saxe, produit alors pour 150 livres cette année-là, est un buste bien connu de Johann-Wilhelm von Sachsen Gotha Altenburg (1677-1707). Voir Stéphan Perreau, « Dix nouveaux Rigaud inédits », PERTER, septembre 2008, n°1, p. 25.
  2. Montaiglon, 1875-1892, t. 6 (1885), p. 159