Mieszko Ier de Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mieszko.
Mieszko Ier
Mieszko Ier par Jan Matejko (1838-1893)
Mieszko Ier par Jan Matejko (1838-1893)
Titre
Duc de Pologne
960992
Prédécesseur Siemomysł
Successeur Boleslas Ier
Biographie
Dynastie Dynastie Piast
Date de naissance v. 935
Date de décès 25 mai 992
Lieu de décès Poznań
Père Siemomysł
Mère Gorka
Conjoint
Enfant(s)

Mieszko Ier (polonais, v. 935[1]25 mai 992) est le premier souverain connu de la dynastie des Piasts et premier duc historique de Pologne.

Mieszko Ier a hérité de ses prédécesseurs d’un vaste territoire qui englobait la Grande-Pologne, la Cujavie, la Mazovie, mais a conquis aussi la Silésie, la Petite-Pologne, la Poméranie et a placé la Pologne sous la protection de l'Église afin d'écarter la suzeraineté allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 962, Mieszko Ier, fils de Siemomysł et descendant du légendaire Piast, succède à son père et devient duc des Polanes, qui donneront le nom de Pologne au pays. Mieszko n’est pas son vrai nom, c’est un nom qui lui a été donné plus tard. Il règne sur les territoires que lui a légué son père (Grande Pologne, Cujavie, Mazovie) et qui sont convoités par le Saint-Empire romain germanique. En 963, Wichman (en), comte de Saxe au service du margrave Gero, envahit la Pologne et écrase les Polonais (un frère de Mieszko est tué dans la bataille). Mieszko est obligé de reconnaître la suzeraineté du Saint-Empire.

En 965, pour conjurer le danger tchèque au sud, Mieszko Ier fait une alliance avec la Bohême qu’il scelle en épousant la princesse Dubravka (Dobrawa, appelée ensuite Dąbrówka), chrétienne et fille du prince Boleslav Ier de Bohême. Il fait entrer des clercs lettrés et des prêtres dans sa cour. Au début de l’année 966, Mieszko Ier fait un voyage mémorable en Tchéquie, chez Boleslas Ier. De là, avec son beau-père, il part pour Ratisbonne où il se fait baptiser le 4 avril 966 selon les rites latins de l'Église romaine, afin d’éviter une conversion forcée par les Allemands et l'incorporation de la Pologne dans le Saint-Empire. Ce baptême place la Pologne dans la sphère de la culture chrétienne occidentale et latine. En 967, Mieszko Ier, avec l’appui des Tchèques, s’empare de la Poméranie occidentale (il occupe l’embouchure de l’Oder, annexe Szczecin) et écrase l’armée de Wichman, sur la rive gauche de la Warta. Celui-ci périt dans la bataille, le 22 septembre 967. En 968, à la faveur de la conversion de Mieszko Ier, la papauté instaure chez les Polanes, à Poznań, un premier évêché confié à l’évêque missionnaire Jordan. Cet évêché dépend directement de Rome et non du Saint-Empire.

La Pologne entre 960 et 992

Le 24 juin 972, à la suite d'une offensive des Saxons, Mieszko Ier écrase l’armée brandebourgeoise d'Odo Ier (le successeur de Gero), le margrave de Lusace (la Marche de l'Est saxonne), qui avait franchi l’Oder (bataille de Cedynia). Czcibor, le frère de Mieszko, est peut-être tué pendant la bataille[2]. La Poméranie occidentale se soumet à la Pologne. En 973, l’empereur Otton Ier, de retour d’Italie, arbitre le conflit entre la Lusace et la Pologne, tranchant en faveur d'Odo. Après le décès d'Othon Ier (7 mai 973), Otton II oblige Mieszko Ier et Odo à faire la paix (paix de Quedlinburg). Mieszko doit payer un tribut pour les territoires étendus à l’ouest de la Warta. Il doit aussi envoyer son fils Boleslas en otage à la cour de l’empereur mais il place son fils sous la protection pontificale et dénonce le traité de vassalité, arrêtant de payer un tribut à l’empereur. En 974, il soutient Henri II de Bavière qui essaye sans succès de supplanter Otton II.

La mort de Dubravka en 977 annonce une érosion de l’alliance entre les Tchèques et les Polonais. En 979, Mieszko Ier repousse l'expédition militaire du Saint-Empire et de la Lusace contre la Pologne. Un traité de paix met fin à la guerre et Mieszko épouse Oda, la fille de Dietrich d’Haldensleben, le margrave de la Marche du Nord.

En 980, Mieszko Ier prend la Petite-Pologne aux Tchèques. L’embouchure de la Vistule est incorporée à la Pologne. Mieszko Ier fonde la place forte de Gdańsk pour y consolider son pouvoir. En 981, il doit concéder du terrain à Vladimir le Grand de la Rus' de Kiev qui attaque sur la frontière orientale, le long du Bug et du San. En 984, Mieszko Ier échange son soutien à l’empereur contre une protection contre les Polanes qui menacent la Poméranie occidentale. En 985, il se joint à la guerre du Saint-Empire contre les Lusiciens. En 986, Mieszko Ier rend un hommage de vassalité à Otton III et l’aide à reconquérir la Misnie (986-987).

En 988, Mieszko construit une alliance contre les Danois, mariant sa fille Świętosława à Éric VI de Suède. Les Polonais s’emparent de Wolin et de Szczecin.

En 990, après plusieurs campagnes militaires, Mieszko Ier, aidé par le Saint-Empire, a définitivement arraché la Silésie et la région de Cracovie (Petite-Pologne) à l’influence du duc de Bohême. En 991, Mieszko Ier soutient activement Otton III contre le Brandebourg. Le Dagome Iudex, un document qui énumère les possessions du duc Mieszko Ier, est rédigé la même année. Il est confié au pape Jean XV qui place les territoires de Mieszko sous la protection pontificale.

Mieszko Ier décède le 25 mai 992, laissant à son fils aîné, le duc Boleslas Ier le Vaillant, un pays d’environ un million d’habitants.


Baptême de la Pologne:

Baptism of Poland.Mural in Gniezno.JPG

La christianisation de la Pologne débuta sous le règne de Mieszko 1er. La cérémonie eu lieu le Samedi Saint, 14 avril 966, bien que l'emplacement exact soit encore contesté par les historiens, les villes de Gniezno et Poznan étant les sites les plus probables. La femme de Mieszko, Dobrawa de Boheme est souvent considérée comme une influence majeure sur la décision de Mieszko à accepter le christianisme.

La propagation du christianisme en Pologne prit des siècles pour s'achever. Cette évangélisation porta ses fruits et fut couronnée de succès, en effet la Pologne rejoignit les Etats européens reconnus par la papauté et le Saint Empire Romain germanique. Selon certains historiens, le baptême de la pologne marque le début de l'Etat polonais.


Références[modifier | modifier le code]

  1. v. 922 (O. Balzer), entre 930 et 932 (A.F. Grabski), v. 935 (K. Jasiński), entre 940 et 945 (S. Kętrzyński)
  2. Il n'est plus cité par la suite par les sources.

Voir aussi[modifier | modifier le code]