Wanda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wanda (homonymie).
La mort de Wanda (Maksymilian Piotrowski)

Selon la légende, la princesse Wanda régnait sur Cracovie. Fille du roi Krak, fondateur de la ville, elle se sacrifia en se jetant dans la Vistule pour échapper au mariage avec le prince allemand Rytygier et éviter ainsi la soumission de son peuple.

Le nom de cette princesse légendaire est évoqué pour la première fois par le maître Vincent Kadlubek, chroniqueur polonais du XIIIe siècle. L'étymologie de son nom reste confuse. Ce prénom populaire en Pologne est païen, et les filles qui le portent sont en général appelées « Janina », autrement dit « Jeanne », car Wanda était fêtée la nuit du 23 juin, veille de la St Jean.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Tumulus de Wanda à Nowa Huta

Dans la tradition polonaise, Wanda était considérée un peu comme la Jeanne d'Arc française en raison de son courage et de sa résistance nationale à l'envahisseur.

Autour de Cracovie s'élèvent plusieurs tumulus, dont un à Nowa Huta portant le nom de Tumulus de Wanda. Elle est d'ailleurs un symbole semi-officiel de la ville ; un centre commercial, une rue, un pont et un stade portent son nom.

Le poète allemand Zacharias Werner a écrit une pièce de théâtre qui s'appelle Wanda.

Après s’être rendu au tumulus de Wanda en 1940, le poète polonais Cyprian Kamil Norwid a écrit Wanda en hommage à la princesse.

Le dramaturge croate Matija Ban a fait de Wanda le symbole de la Pologne dans sa pièce de 1868 Wanda, la reine polonaise

Antonín Dvořák a composé un opéra intitulé Vanda. Ecrivant en 1875, il contextualise l'action dans une lutte entre les Slaves païens et les Allemands chrétiens[1].

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wanda, Alkor.

Sur les autres projets Wikimedia :