Sigismond Ier Kęstutaitis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sigismond Ier Kęstutaitis (lituanien: Žygimantas Kęstutaitis) (né après 1350 tué le 20 mars 1440) Grand duc de Lituanie de 1432 à 1440.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sceau royal de Sigismond Ier

Sigismond était le fils du Grand-duc Kęstutis et de sa seconde épouse Biruta tués tous deux en 1382. Il était également le frère cadet de Vytautas le Grand. Il fut d’abord prince de Trakai, de Mozhaisk en 1383 et de Starodoub en 1403. Sigismond est porté au trône de Lituanie début septembre 1432 par la noblesse révoltée qui vient de chasser son cousin Švitrigaila dont les troupes sont battues à Adema le 9 décembre 1432.

Il doit reconnaître par les accords de Grodno la suprématie du roi de Pologne Ladislas II Jagellon sur la Lituanie. Il doit également accorder aux nobles lituaniens des privilèges semblables à ceux de la noblesse polonaise. Notamment un Habeas Corpus qui prévoit que les nobles poursuivis en justice ne pourront pas être arrêtés sans une décision judiciaire[1].

Le 6 mai 1434 Sigismond accorde l’égalité des droits aux nobles orthodoxes et catholiques de Lituanie. L’année suivante son cousin évincé tente de reprendre son trône en s’appuyant sur les Chevaliers Porte-Glaive ces derniers son écrasés le 1er septembre 1435 avec leur allié par les Polonais et les Lituaniens réunis à la bataille de Pabaiskas près de la rivière Sviataïa. Le Maitre de Livonie de l'Ordre des Chevaliers Porte-Glaive, Franco Kerskorff est tué et Švitrigaila doit se réfugier en Russie.

Estimant son pouvoir consolidé Sigismond tente alors de reprendre à la noblesse les concessions accordées. Il soulève un profond mécontentement et il est assassiné par des comploteurs le 20 mars 1440 à Trakai.

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Sigismond Kęstutaitis avait épousé une fille du prince André Odynczewicz dont :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. neminem captivabimus nisi jure convictum

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Francis Dvornik, Les Slaves : Histoire et civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque Contemporaine Le Seuil Paris (1970) p. 562,566.
  • Suzanne Champonnois & François de Labriolle, La Lituanie, un millénaire d'histoire. L'Harmattan Paris (2007) (ISBN 9782296033122) p. 62-63.