Étienne Báthory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étienne Báthory
Image illustrative de l'article Étienne Báthory
Titre
Prince de Transylvanie
Prédécesseur Jean II
Successeur Christophe Ier
Roi de Pologne
Grand-duc de Lituanie
Co-monarque de la République des Deux Nations avec Anna Jagellon

&&&&&&&&&&&0387710 ans, 7 mois et 11 jours
Couronnement
en la Cathédrale Saint-Jean de Varsovie
Prédécesseur Henri Ier
Successeur Sigismond III de Pologne
Biographie
Dynastie Báthory
Nom de naissance Ștefan Bathory
Date de naissance
Lieu de naissance Szilágysomlyó
Coat of arms of Transylvania.svg Transylvanie
Date de décès (à 33 ans)
Lieu de décès Grodno
Chorągiew królewska króla Zygmunta III Wazy.svg République des Deux Nations
Père István Báthory
Mère Catherine Telegdi (en)
Conjoint Anna Jagellon

Signature

Étienne Báthory

Étienne Báthory (hongrois Báthory István, roumain Ștefan Bathory, polonais Stefan Batory, lituanien Steponas Batoras, né à Szilágysomlyó (aujourd'hui Șimleu Silvaniei en Roumanie) en 1533 et décédé le à Grodno (aujourd'hui Hrodna en Biélorussie), fut voïvode (c'est-à-dire Prince de Transylvanie), puis roi de Pologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est né à Șimleu Silvaniei, aujourd'hui en Roumanie, (Szilágysomlyó en hongrois) le , d'une des familles les plus nobles et les plus anciennes de la Hongrie. Il est le fils cadet d'István Báthory, voïvode de Transylvanie de 1530 à 1534.

Il est élu prince de Transylvanie le , à la mort du précédent prince Jean II de Hongrie, et contrairement aux vœux de ce dernier qui avait désigné un autre noble, Gáspár Bekes. Bekes, soutenu par l'empereur Habsbourg Maximilien et les Sicules, est définitivement battu par Báthory, allié aux ottomans et aux valaques, lors de la bataille de Kerelőszentpál.

Sous son règne, à partir de 1575, la Transylvanie paye un tribut annuel de 15 000 florins au Sultan ottoman.

Maximilien d’Autriche, élu roi de Pologne par les magnats le et proclamé roi par le primat, ne peut prendre possession du royaume (il meurt le ). Étienne Ier Báthory, prince de Transylvanie, est élu grâce à Jan Zamoyski et la szlachta le , avec le soutien du sultan turc Murad III. Il doit combattre Dantzig, réfractaire à son élection (1576-1577). Jan Zamoyski est nommé chancelier.

Pour légitimer son accession au trône, il épouse le Anna Jagellon (1523-1596), la sœur de Sigismond II Auguste le dernier roi de Pologne de cette dynastie. Le couple règne conjointement. Le gouvernement de la Transylvanie passe alors à son frère Christophe.

Étienne Báthory continue la politique Jagellonnienne de tolérance à l’égard du Judaisme. Il favorise la réforme catholique (particulièrement en encourageant l'éducation) et s'oppose aux idées protestantes. Désirant engager la lutte contre Moscou, Báthory réorganise l’armée, jusque-là réduite à trois mille hommes à peine. Il engage des cavaliers pour lutter contre les Tatars. Jan Zamoyski, nommé grand-hetman, organise l’infanterie en recrutant des paysans du domaine royal qu’il arme à la hongroise. La guerre dure de 1577 à 1586.

Il reprend Dantzig à l'Empereur. Vainqueur trois fois du tsar Ivan le Terrible, il force les Russes à lui céder la Courlande et une partie de la Livonie. Il apporte de sages réformes dans l'administration civile et promeut l'éducation. Ainsi, il fonde avec l'aide des jésuites l'Académie' qui devient l'université de Wilno en Lituanie (1578).

Il pense à faire de la Pologne un royaume héréditaire, lorsqu'il meurt le à Grodno d'un accès de colère (probablement victime d'une rupture d'anévrisme). Il est inhumé à Cracovie dans la crypte de la cathédrale du Wawel.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]