Wa (voilier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wa.
Photographie (antérieure à 1911) d'un wa.

Un Wa est un type de pirogue traditionnel à rames et voile des îles Carolines[1] et plus généralement de la région de Micronésie, en Océanie. C'est la forme que prend le prao dans cet archipel, proche du sakman des Mariannes du Nord.

Il se caractérise par une voile austronésienne triangulaire sur un mât amovible, un balancier[1],[2], une longueur de 6 à 9 m et une coque amphidrome.

Répartition géographique[modifier | modifier le code]

Dans le passé, les migrations et le commerce entre iles sur une longue distance sont courante[1], et un commerce important était pratiqué avec les îles Mariannes au nord et du sud, la Micronésie et Guam. Les échanges étant également culturel, elle concerne la typologie des bateaux : le wa se rencontre dans les îles Carolines[3] et plus généralement dans la région de Micronésie.

Ainsi les distance pouvait attendre plusieurs milliers de kilomètres : en 1821, Adelbert von Chamisso enregistra un voyage de 3700 km entre Yap et Aur dans la chaîne des Ratak des Îles Marshall[4]. Des voyages d'au moins 1600 km entre les Carolines, les Philippines et les Mariannes étaient fréquents[5]. Des parcours en étoile entre les îles, étaient connus sur Polowat, Tobi (au sud-ouest de Palaos), et Makin, dans les îles Gilbert[1].

Description[modifier | modifier le code]

Pirogues sur l'île Kosrae (Carolines) vers 1900.
Wa des Îles Mariannes décrit dans le voyage de George Anson en 1743.
Fabrication d'une rame sur les îles Carolines.

Coque et structures[modifier | modifier le code]

Le Wa est un type de prao amphidrome (il se déplace indépendamment dans les deux sens) conçu pour naviguer sur de longues distances. La pirogue à rames ou voile, est muni d'un balancier et d'une petite plate-forme au milieu du navire reposant sur les perches du stabilisateur[3]. La longueur varie de 6 à 9 m pour une largeur de coque très étroite de quelques décimètres et un tirant-d'eau d'une quarantaine de cm[3].

Il possède un mât amovible qui porte une voile austronésienne triangulaire sur un seul mât.

Spécificité des bout-dehors dans la navigation[modifier | modifier le code]

Les was traditionnels disposent d'une plateforme sur les bras des balanciers mais aussi d'une plate-forme sous le vent du côté opposé au balancier, suspendu sur le coté latéral de la coque, où des hommes se positionnent pour contrebalancer toute inclinaison excessive vers le côté sous le vent lorsque la force du vent augmente[2].

Le flotteur au vent stabilise le bateau par sa masse plus que par sa flottabilité. Lorsque le flotteur est submergé par une vague, sa traînée accrue fait légèrement pivoter le canoë dans le vent, soulageant ainsi une partie de la pression du vent sur la voile. Le canoë ralentit temporairement le temps que le flotteur du balancier émerge à nouveau[6]. Cette caractéristique de conception a également pour effet de réduire la dérive en tendant à placer le vent vers le côté du bateau[7].

Lithographie d'un wa des îles Carolines (Francois-Edmond Paris, 1829). On peut observer la coque étroite et la plate-forme opposé au balancier.

Performance[modifier | modifier le code]

Pour E. Dorian (1972), ces bateaux rudimentaires sont supérieurs sous voiles à un bateau moderne sur certains points[8]. Selon Anson, en 1776, ils pouvaient se déplacer à la vitesse du vent ou même au-delà[4]. Plusieurs explorateurs occidentaux ont déclaré qu'ils étaient "capables de supporter 22 noeuds (41 km/h) pendant des périodes prolongées". Une moyenne de 14 nœuds (26 km / h) a été enregistré pour un wa voyageant de Guam à Manille[9].

Construction[modifier | modifier le code]

La coque est taillé généralement dans un troncs d'arbre à pain. Avant la seconde guerre mondiale, les voiles était traditionnellement réalisés en pièces de pandanuscousues[10], puis en toile et après 1973 l'usage en dacronpour certaines d'entre elles.

Sur Poluwat, le savoir-faire de la construction de canoës est appelé héllap ("grand gréement"), et différentes écoles de menuiserie en canoë comprennent hálinruk ("corde de Truk") et hálinpátu ("corde des quatre îles occidentales")[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) Dorian, Wa, Vinta, and Trimaran, , p. 144-159
  2. a et b (en) Hornel, Was the double-outrigger known in Polynesia and Micronesia?, , p. 131-143
  3. a b et c (en) « Philateliemarine.fr (canoes) »
  4. a et b (en) Parsonson & Golson, The Settlement of Oceania, , p. 29
  5. (en) Parsonson & Golson, The Settlement of Oceania, , p. 38
  6. (en) Lauer, Sailing with the Amphlett Islanders, , p. 393
  7. (en) McCoy, A Renaissance in Carolinian-Marianas Voyaging, , p. 359
  8. (en) Dorian, Wa, Vinta, and Trimaran, , p. 144-159
  9. (en) « Reviews », Auckland University, vol. 92, no 2,‎ , p. 269–282 (lire en ligne) :

    « Doran cites, for example, a 14-knot average for a Caroline Island canoe on a trip from Guam to Manila (p.62). »

  10. (en) McCoy, A Renaissance in Carolinian-Marianas Voyaging, , p. 355-365
  11. (en) Riesenberg et Elbert, The Poi of the Meeting, , p. 220

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Edwin Jr. Doran, « Wa, Vinta, and Trimaran », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 81, no 2,‎ , p. 144–159 (lire en ligne)
  • (en) Richard Feinberg, « A Long-distance Voyage in Contemporary Polynesia », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 100,‎ , p. 25–44 (lire en ligne)
  • (en) James Hornell, « Was the double-outrigger known in Polynesia and Micronesia? », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 41, no 162,‎ , p. 131–143 (lire en ligne)
  • (en) Lauer Peter K. (Australian National University), « Sailing with the Amphlett Islanders », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 79, no 4,‎ , p. 381–398 (lire en ligne)
  • (en) Michael McCoy, « A Renaissance in Carolinian-Marianas Voyaging », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 82, no 4,‎ , p. 355–365 (lire en ligne)
  • (en) Benjamin Morrell, « The Maori Canoe: Canoes of Caroline Islands », Victoria University of Wellington, Auckland University,‎ , p. 340–341 (lire en ligne)
  • (en) G. S. Parsonson et Jack, Ed. Golson, « The Settlement of Oceania: An Examination of the Accidental Voyage Theory », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 71, no 34,‎ , p. 11–63 (lire en ligne)
  • (en) Saul H. Riesenberg (Smithsonian Institution), « The Organisation of Navigational Knowledge on Puluwat », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 81, no 1,‎ (lire en ligne)
  • (en) Saul H. Riesenberg et Samuel H. Elbert, « The Poi of the Meeting », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 80, no 2,‎ , p. 217–227 (lire en ligne)
  • (en) Andrew Sharp, « Polynesian Navigation: Some Comments », Journal of the Polynesian Society, Auckland University, vol. 72, no 4,‎ , p. 384–396 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]