Îles Pitcairn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Île Pitcairn.

Îles Pitcairn
Pitcairn Islands (en)
Blason de Îles Pitcairn
Armoiries
Drapeau de Îles Pitcairn
Drapeau
Image illustrative de l’article Îles Pitcairn
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Statut politique Territoire d'outre-mer
Capitale Adamstown
25° 04′ S, 130° 05′ O
Gouvernement
- Gouverneur
 - Maire

Victoria Treadell
Shawn Christian
Démographie
Population 50 hab. (2016)
Densité 1,1 hab./km2
Langue(s) Anglais[1]
Géographie
Coordonnées 25° sud, 130° ouest
Superficie 47 km2
Divers
Monnaie Dollar néo-zélandais (NZD)
Fuseau horaire UTC -8
Domaine internet .uk et .pn
Indicatif téléphonique 672
Code ISO 3166-1 PCN, PN

Les îles Pitcairn, seul territoire britannique d'outre-mer dans l'océan Pacifique, est un ensemble de quatre îles d'une superficie totale de 47 km2. En tant qu'entité administrative, son nom officiel en anglais est Pitcairn, Henderson, Ducie and Oeno Islands. Seule Pitcairn est habitée de manière permanente, avec une population d'une cinquantaine d'habitants appartenant à neuf familles, ce qui en fait l'entité politique la moins peuplée du monde. La grande majorité des habitants descendent des neufs mutins du HMS Bounty et de leurs femmes tahitiennes. Les îles Pitcairn hébergeaient encore 250 habitants dans les années 1950.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des îles Pitcairn.
Article détaillé : Géographie des îles Pitcairn.

L'île est située à 2 078 km à l'ouest de l'île de Pâques et à 2 182 kilomètres à l'est-sud-est de Tahiti. Elle bénéficie d'une zone économique exclusive qui s'étend sur près de 560 000 km2. L'île Pitcairn est la seule des quatre îles à être habitée, les autres îles étant Oeno, Henderson et Ducie. Un banc de sable, dénommé Sandy Island, situé à la pointe nord-ouest d'Oeno aurait disparu sous l'eau.

Pitcairn est une île volcanique dont le sommet culmine à 330 mètres ; Henderson, Oeno et Ducie sont des atolls coralliens (mais Henderson est surélevée et escarpée). Pitcairn a une superficie de 5 km2 et est seulement accessible en bateau – en général après une escale aux îles Gambier situées à 520 km à l'ouest – par Bounty Bay, où se trouve l'épave du HMS Bounty. Le chef-lieu de l'île, Adamstown, est peuplé en 2013 par 56 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des îles Pitcairn.

Les archéologues pensent que des Polynésiens vécurent à Pitcairn et sa voisine Henderson jusqu'à la fin du XVe siècle[2].

Pitcairn elle-même fut découverte par les Européens le lors du voyage d'exploration du navigateur britannique jersiais Philip Carteret, qui n'y aborde toutefois pas en raison d'une forte houle. Elle doit son nom à Robert Pitcairn, un marin de l'expédition qui vit le premier cette terre.

Article détaillé : Mutinerie de la Bounty.

Elle sera ensuite peuplée par les révoltés du Bounty à partir de janvier 1790. C'est en 1808, lorsqu'un baleinier américain y fait escale, que le destin des révoltés finit par être découvert. Les îles Pitcairn seront annexées par la Grande-Bretagne en 1838. À cette occasion, les femmes se verront reconnaître le droit de vote.

Article détaillé : Affaire des Îles Pitcairn.

Dans les années 2000, au cours de l'affaire des Îles Pitcairn, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande initient des poursuites à l'encontre de Pitcairnais en raison d'accusation de viols sur des enfants. À l'issue des procès, six hommes, dont le maire de l'île, sont reconnus coupables de ces accusations par la justice britannique[3], et six autres sont condamnés par la justice néo-zélandaise. Au cours des enquêtes, il est révélé que la promiscuité et l'isolement ont conduit au fil des années à une culture généralisée de pratiques sexuelles sur les enfants[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie des îles Pitcairn.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique des îles Pitcairn.

Les îles étant un territoire d'outre-mer britannique, le chef d'État des îles Pitcairn est la reine du Royaume-Uni. Elle est représentée par un gouverneur local, fonction exercée par le haut-commissaire britannique en Nouvelle-Zélande.

Le maire de Pitcairn, qui est également chef du « Conseil des îles », est élu tous les trois ans. Le Conseil local, qui s'occupe des affaires internes, comporte dix membres, dont un de droit, quatre élus et cinq désignés. Depuis le , le maire est Mike Warren, qui a remplacé Jay Warren ; ce dernier avait remplacé Steve Christian après sa condamnation pour viol. La mairie est située dans la capitale à Adamstown.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des îles Pitcairn.

L'utilisation du nom de domaine des îles, .pn, a remplacé la vente de timbres-poste comme source de revenus principale. Le miel de Pitcairn est considéré comme le plus rare et pur du monde[réf. nécessaire][5] car il n'y a pas de sources de pollution dans l'île[réf. nécessaire]. L'activité économique est néanmoins très précaire, reposant principalement sur la pêche et l'agriculture : les sols fertiles de la vallée permettent de cultiver une grande variété de fruits et de légumes (agrumes, canne à sucre, pastèques, bananes, haricots, ignames).

L'archipel tire également des revenus des dividendes et intérêts des investissements effectués et de la diaspora : 10 000 personnes sont répertoriées comme descendants des mutins, principalement sur l'île Norfolk. Les produits de l'artisanat local sont vendus aux bateaux et aux touristes de passage. L'archipel ne possède qu'un débarcadère pour petits baleiniers et le bateau de ravitaillement de Nouvelle-Zélande ne vient que trois fois par an.

La Marine nationale française effectue des missions régulières de ravitaillement en combustible (pour les baleinières, les générateurs électriques et les quads des habitants, principaux moyens de locomotion sur l'île) avec le remorqueur-ravitailleur Revi basé à Papeete à Tahiti. Un médecin prend part à la mission et consulte sur place pour ceux qui en font la demande.

Culture[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

La majorité des résidents des îles Pitcairn sont des descendants de Polynésiens et de mutins du Bounty. Le pitkern est un créole dérivé de l'anglais du XIXe siècle, contenant des éléments du tahitien. Le pitkern est la langue la plus parlée dans l'archipel et est étudiée en même temps que l'anglais par les élèves de l'unique école des Pitcairn. Le norfuk, créole parlé dans l'île Norfolk, est proche du pitkern, l'île Norfolk ayant été repeuplée par des Pitcairniens au milieu du XIXe siècle.

Mariage entre personnes de même sexe[modifier | modifier le code]

Depuis une ordonnance du gouverneur des îles en date du , publiée le , le mariage homosexuel est légal sur ces îles[6].

Passe-temps locaux[modifier | modifier le code]

La pêche et la nage sont deux hobbys populaires sur l'île. Des évènements comme les anniversaires ou les arrivées de bateaux et de yachts voient l'ensemble des habitants se réunir autour d'un repas commun pris sur la place d'Adamstown. À ces occasions, les tables se couvrent de poisson, viande, pilhi, riz, plun bouillies (bananes), légumes en tous genres, tartes, pain, baguettes, ananas, pastèques ainsi que d'un florilège de desserts.

Avenir[modifier | modifier le code]

En juillet 2014, la population totale des Îles Pitcairn s'élevait à 56 individus. Cependant, la population permanente des îles était de 49 personnes, réparties dans 23 foyers[7],[8]. Il est plutôt rare que l'ensemble de ces 49 résidents permanents soit présent au même moment sur l'île : il est courant que les insulaires quittent quelques jours Pitcairn pour aller rendre visite à des membres de leur famille, pour des raisons médicales, etc. En novembre 2013, par exemple, 7 habitants ne se trouvaient pas sur l'île[8].

Une enquête estime qu'en 2045, si aucune mesure n'est prise, l'île ne comptera plus que 3 individus en âge de travailler, le reste de la population atteignant alors un grand âge. L'enquête a également révélé que la perspective de revenir vivre à Pitcairn ne suscite que peu d'intérêt chez les résidents qui ont quitté l'île pour aller s'installer ailleurs. Sur les centaines d'anciens habitants contactés, seuls 33 ont participé à l'enquête, et 3 ont exprimé un désir de retourner sur l'île.

En 2014, le nombre de personnes qui travaillaient était de 31, dont 17 hommes et 14 femmes, âgés entre 18 et 64 ans. De ces 31 travailleurs, 7 avaient moins de 40 ans et 18 étaient âgés de plus de 50 ans[8]. La plupart des hommes remplit des tâches physiques, comme travailler sur les chaloupes, s'occuper de la manutention des cargaisons et entretenir le matériel. L'âge de la pension pour les membres des équipages des chaloupes est de 58 ans. Les hommes âgés de 18 à 58 ans étaient à l'époque au nombre de 12 sur Pitcairn. Il faut être au moins 3 pour composer l'équipage d'une chaloupe. Parmi les 4 barreurs de chaloupe que comptait l'île, 2 approchaient la soixantaine[8].

Les autorités de l'île ont tenté en vain d'attirer les étrangers. Depuis 2013, quelque 700 demandes de résidence sont introduites par an, mais jusqu'à aujourd'hui, aucun d'elles n'a abouti[8],[9]. Les étrangers n'ont pas le droit de prendre les emplois des autochtones. Les nouveaux résidents doivent disposer d'un capital d'au moins 30 000 dollars néo-zélandais par personne. Ils sont également tenus de faire bâtir leur maison personnelle pour un montant moyen de 140 000 NZ$[10],[11]. Il est possible de faire venir des ouvriers extérieurs à l'île pour une somme comprise entre 23 000 et 28 000 NZ$[10]. Vivre sur l'île coûte en moyenne 9464 NZ$[12] par an. Une fois les démarches effectuées, les étrangers nouvellement installés n'ont toujours pas la garantie de pouvoir rester sur l'île : après 2 ans de résidence, le Conseil doit réévaluer leur statut[11]. Les nouveaux habitants doivent réaliser diverses tâches publiques non rémunérées, comme entretenir les nombreuses routes et chemins et en construire de nouveaux, prendre part aux sorties en chaloupe, nettoyer les toilettes publiques, etc[13]. Certaines restrictions concernant les résidents étrangers de moins de 16 ans existent également[14].

En 2014, le Rapport économique des Îles Pitcairn (Pitcairn Island's Economic Report) indique que "[personne] ne s'installera dans les Îles Pitcairn pour des raisons économiques, car l'île présente peu d'emplois gouvernementaux, un manque d'emplois dans le secteur privé, et doit faire face à une concurrence touristique considérable". Lorsque des touristes visitent l'île, les habitants se relayent pour les loger dans leur propre maison[8].

Le Royaume Uni a un certain pouvoir sur l'avenir des Îles Pitcairn, car elles en constituent un territoire d'outre-mer[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le pitcairnais, créole d'anglais et de tahitien, est également parlé.
  2. Objet fabriqué par les Polynésiens des Pitcairn.
  3. (en) David Fickling, « Six found guilty in Pitcairn sex offences trial: Defendants claim British law does not apply » [« Six personnes jugées coupables au cours du procès des viols des îles Pitcairn : les accusés prétendaient que la loi britannique ne s'appliquait pas »], The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. (en) William Prochnau et Laura Parker, « Trouble in Paradise », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  5. « Miel de l'Ile de Pitcairn (250g) - Terradelices », sur www.terradelices.fr (consulté le 9 mai 2016)
  6. Pitcairn Island: Same Sex Marriage and Civil Partnership Ordinance 2015
  7. « Pitcairn Residents », sur library.puc.edu (consulté le 8 février 2018)
  8. a, b, c, d, e et f Rob Solomon and Kirsty Burnett (January 2014) Pitcairn Island Economic Review. government.pn
  9. "Pitcairn Island, an idyll haunted by its past". Toronto Star. 16 December 2013.
  10. a et b Kerry Young, Heather Menzies. "Pitcairn Island Immigration Questions and Answers". young.pn.
  11. a et b Ch. XII. "Immigration Control Ordinance" in Laws of Pitcairn, Henderson, Ducie and Oeno Islands. Revised Edition 2014
  12. Bill Haigh. "Pitcairn Island Immigration". immigration.pn.
  13. Pitcairn Islands Repopulation Plan 2014–2019. The Pitcairn Islands Council
  14. "Pitcairn Island travel advice". gov.uk. UK government. Retrieved 6 September 2015.
  15. "Pitcairn Islands Face Extinction". The Wall Street Journal. Retrieved 3 December 2014.
  16. "South Pacific Island of 'Mutiny on the Bounty' Fame Running Out of People". The Wall Street Journal. Retrieved 3 December 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Îles Pitcairn.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]