Îles Pitcairn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Île Pitcairn.
Îles Pitcairn
Pitcairn Islands (en)
Armoiries
Armoiries
Drapeau
Drapeau
Image illustrative de l'article Îles Pitcairn
Administration
Statut politique Territoire d'outre-mer du Royaume-Uni
Capitale Adamstown
25° 04′ S, 130° 05′ O
Gouvernement
- Gouverneur
 - Maire

Victoria Treadell
Mike Warren
Démographie
Population 67 hab. (2011)
Densité 1,4 hab./km2
Langue(s) Anglais[1]
Géographie
Coordonnées 25° 04′ 00″ Sud, 130° 06′ 00″ Ouest
Superficie 47 km2
Divers
Monnaie Dollar néo-zélandais (NZD)
Fuseau horaire UTC -8
Domaine internet .uk et .pn
Indicatif téléphonique 672
Code ISO 3166-1 PCN, PN

Les îles Pitcairn, seul territoire britannique d'outre-mer dans l'océan Pacifique, est un ensemble de quatre îles d'une superficie totale de 47 km2. En tant qu'entité administrative, son nom officiel en anglais est Pitcairn, Henderson, Ducie and Oeno Islands. Seule Pitcairn est habité de manière permanente, avec une population d'une cinquantaine d'habitants appartenant à neuf familles, ce qui en fait l'entité politique la moins peuplée du monde. La grande majorité des habitants descendent des mutins du HMS Bounty et de leurs femmes tahitiennes. Les îles Pitcairn hébergeaient encore 250 habitants dans les années 1950.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte des îles Pitcairn.
Article détaillé : Géographie des îles Pitcairn.

L'île est située à 2 200 kilomètres à l'est de Tahiti, sa zone économique exclusive s'étend sur près de 560 000 km2. L'île Pitcairn est la seule des quatre îles à être habitée, les autres îles étant Oeno, Henderson et Ducie. Un banc de sable, dénommé Sandy Island, situé à la pointe nord-ouest d'Oeno aurait disparu sous l'eau.

Pitcairn est une île volcanique dont le sommet culmine à 330 mètres ; Henderson, Oeno et Ducie sont des atolls coralliens (mais Henderson est surélevée et escarpée). Pitcairn a une superficie de 5 km2 et est seulement accessible en bateau – en général après une escale aux îles Gambier situées à 520 km à l'ouest – par Bounty Bay, où se trouve l'épave du HMS Bounty. Le chef-lieu de l'île, Adamstown, est peuplé en 2013 par 56 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des îles Pitcairn.

Les archéologues pensent que des Polynésiens vécurent à Pitcairn et sa voisine Henderson jusqu'à la fin du XVe siècle[2].

Pitcairn elle-même fut découverte par les Européens le lors du voyage d'exploration du navigateur britannique jersiais Philip Carteret, qui n'y aborde toutefois pas en raison d'une forte houle. Elle doit son nom à Robert Pitcairn, un marin de l'expédition qui vit le premier cette terre.

Article détaillé : Mutinerie de la Bounty.

Elle sera ensuite peuplée par les révoltés du Bounty à partir de janvier 1790. C'est en 1808, lorsqu'un baleinier américain y fait escale, que le destin des révoltés fini par être découvert. Les îles Pitcairn seront annexées par la Grande-Bretagne en 1838. À cette occasion, les femmes se verront reconnaître le droit de vote.

Article détaillé : Affaire des Îles Pitcairn.

Dans les années 2000, au cours de l'affaire des Îles Pitcairn, le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande initient des poursuites à l'encontre de Pitcairnais en raison d'accusation de viols sur des enfants. À l'issue des procès, six hommes, dont le maire de l'île, sont reconnus coupables de ces accusations par la justice britannique[3], et six autres sont condamnés par la justice néo-zélandaise. Au cours des enquêtes, il est révélé que la promiscuité et l'isolement, ainsi que l'influence des pratiques indigènes, ont conduit au fil des années à une culture généralisée de pratiques sexuelles sur les enfants[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie des îles Pitcairn.

Politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Politique des îles Pitcairn.

Les îles étant un territoire d'outre-mer britannique, le chef d'État des îles Pitcairn est la reine du Royaume-Uni. Elle est représentée par un gouverneur local, fonction exercée par le haut-commissaire britannique en Nouvelle-Zélande.

Le maire de Pitcairn, qui est également chef du « Conseil des îles », est élu tous les trois ans. Le Conseil local, qui s'occupe des affaires internes, comporte dix membres, dont un de droit, quatre élus et cinq désignés. Depuis le , le maire est Mike Warren, qui a remplacé Jay Warren ; ce dernier avait remplacé Steve Christian après sa condamnation pour viol. La mairie est située dans la capitale à Adamstown.

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des îles Pitcairn.

L'utilisation du nom de domaine des îles, .pn, a remplacé la vente de timbres-poste comme source de revenus principale. Le miel de Pitcairn est considéré comme le plus rare et pur du monde[réf. nécessaire][5] car il n'y a pas de sources de pollution dans l'île. L'activité économique est néanmoins très précaire, reposant principalement sur la pêche et l'agriculture : les sols fertiles de la vallée permettent de cultiver une grande variété de fruits et de légumes (agrumes, canne à sucre, pastèques, bananes, haricots, ignames).

L'archipel tire également des revenus des dividendes et intérêts des investissements effectués et de la diaspora : 10 000 personnes sont répertoriées comme descendants des mutins, principalement sur l'île Norfolk. Les produits de l'artisanat local sont vendus aux bateaux et aux touristes de passage. L'archipel ne possède qu'un débarcadère pour petits baleiniers et le bateau de ravitaillement de Nouvelle-Zélande ne vient que trois fois par an.

La Marine nationale française effectue des missions régulières de ravitaillement en combustible (pour les baleinières, les générateurs électriques et les quads des habitants, principaux moyens de locomotion sur l'île) avec le remorqueur-ravitailleur Revi basé à Papeete à Tahiti. Un médecin prend part à la mission et consulte sur place pour ceux qui en font la demande.

Culture[modifier | modifier le code]

Langue[modifier | modifier le code]

La majorité des résidents des îles Pitcairn sont des descendants de Polynésiens et de mutins du Bounty. Le pitkern est un créole dérivé de l'anglais du XIXe siècle, contenant des éléments du tahitien. Le pitkern est la langue la plus parlée dans l'archipel et est étudiée en même temps que l'anglais par les élèves de l'unique école des Pitcairn. Le norfuk, créole parlé dans l'île Norfolk, est proche du pitkern, l'île Norfolk ayant été repeuplée par des Pitcairniens au milieu du XIXe siècle.

Mariage entre personnes de même sexe[modifier | modifier le code]

Depuis une ordonnance du gouverneur des îles en date du , publiée le , le mariage homosexuel est légal sur ces îles[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le pitcairnais, créole d'anglais et de tahitien, est également parlé.
  2. Objet fabriqué par les Polynésiens des Pitcairn.
  3. (en) David Fickling, « Six found guilty in Pitcairn sex offences trial: Defendants claim British law does not apply » [« Six personnes jugées coupables au cours du procès des viols des îles Pitcairn : les accusés prétendaient que la loi britannique ne s'appliquait pas »], The Guardian,‎ (lire en ligne)
  4. (en) William Prochnau et Laura Parker, « Trouble in Paradise », Vanity Fair,‎ (lire en ligne)
  5. « Miel de l'Ile de Pitcairn (250g) - Terradelices », sur www.terradelices.fr (consulté le 9 mai 2016)
  6. Pitcairn Island: Same Sex Marriage and Civil Partnership Ordinance 2015

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Îles Pitcairn.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]