Barque catalane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catalan (homonymie).
La barque catalane Albada sur cale.

La barque catalane, ou simplement catalane, est un bateau de pêche traditionnel, à voiles ou rames, puis à moteur qui était utilisé le long de la côte occidentale de la Méditerranée principalement au début du XXe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

Grande barque latine pontée, d'une longueur ne dépassant généralement pas 10 mètres[1]. Le pont de l'embarcation est doté d'un bouge important pour évacuer rapidement les paquets de mer. L'arrière est pointu. Ces caractéristiques permettaient de faire face aux faibles brises de la Méditerranée mais aussi aux vents violents comme la tramontane, qui caractérisent la côte de la Catalogne. Elle possède également une quille centrale et deux petites quilles latérales[1].

Le Dictionnaire de marine de Pâris et Bonnefoux donnait en 1847 cette définition flatteuse : "Bateau de pêche très fin, de belles façons, ayant peu de creux, portant bien la toile et naviguant bien"[2].

Ces barques ont donné leur nom à un quartier de Marseille : La Catalane.

Gréement[modifier | modifier le code]

Ces bateaux sont équipés d'un mât unique court[3], incliné vers l'avant[3], grée d'une voile de mestre et de polacre[1]. La grande voile latine peut atteindre une surface importante jusqu'à 90 m².

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les barques catalanes étaient utilisées pour la pêche au filet de la sardine et des anchois autour des côtes catalanes, françaises et espagnoles[1]. A Collioure en 1900, il y avait 120 barques catalanes pour la pêche au "sardinal" (sardine) ou à l'"anxove" (anchois)[3]. 700 personnes travaillaient à cette époque sur l'activité pêche à Collioure, soit de la pêche, soit de son conditionnement à terre[3].

Baie de Collioure en 1950 (avec les barques catalanes tirées sur la plage)

Exemples de navires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Guide des voiliers - Reconnaitre les gréement anciens (Chasse Marée, 1988), page 22
  2. Dictionnaire de marine à voiles, capitaine de vaisseau Pâris et capitaine de vaisseau Bonnefoux, réédité par les Editions du Layeur, 1999, (ISBN 2-911468-25-2)
  3. a, b, c et d Guide des voiliers - Reconnaitre les gréement anciens (Chasse Marée, 1988), page 22

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parïs et De Bonnefoux, Dictionnaire de marine à voiles, Editions du Layeur, 1999 (réédition d'un ouvrage du 19eme siècle), 720 p.
  • Collectif, Guides des voiliers : Reconnaître les gréements anciens, Le Chasse Marée, , 72 p. (ISBN 2903708134)
  • Collectif, Guide des termes de marine : Petit dictionnaire thématique de marine, Le Chasse Marée - Armen, , 136 p. (ISBN 290370872X)
  • Collectif, Guide des gréements : Petite encyclopédie des voiliers anciens, Le Chasse Marée, , 127 p. (ISBN 2903708649)
  • Collectif, Guide de la manœuvre des petits voiliers traditionnels, Le Chasse Marée, (ISBN 2914208057)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]