Îles Carolines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Carolines)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Caroline.

Îles Carolines
Caroline Islands (en)
Carte de localisation des îles Carolines.
Carte de localisation des îles Carolines.
Géographie
Pays Drapeau des États fédérés de Micronésie Micronésie
Drapeau des Palaos Palaos
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 7° N, 153° E
Superficie 1 165 km2
Côtes 7 631 km
Nombre d'îles 963
Point culminant Dolohmwar (791 m sur Pohnpei)
Administration
Drapeau des États fédérés de Micronésie Micronésie
États Chuuk, Kosrae, Pohnpei, Yap

Drapeau des Palaos Palaos
États Aimeliik, Airai, Anguar, Hatohobei, Kayangel, Koror, Melekeok, Ngaraard, Ngarchelong, Ngardmau, Ngaremlengui, Ngatpang, Ngchesar, Ngiwal, Peleliu, Sonsorol
Démographie
Population 126 867 hab. (2014)
Densité 108,9 hab./km2
Plus grande ville Weno
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+9 (Palaos)
UTC+10 et +11 (Micronésie)

Géolocalisation sur la carte : Océanie

(Voir situation sur carte : Océanie)
Îles Carolines
Îles Carolines
Archipel des États fédérés de Micronésie - Archipel des Palaos

Les îles Carolines forment un vaste archipel d'îles petites et éparses dans l'ouest de l'océan Pacifique, au nord-est de la Nouvelle-Guinée. L'archipel s'étale d'est en ouest du sud-est des Philippines vers les îles Marshall. Elles comptaient 126 867 habitants en 2014 pour 963 îles, la plupart désertes.

Cet archipel est partagé entre deux pays : les États fédérés de Micronésie à l'est, et les Palaos à l'ouest.

Géographie[modifier | modifier le code]

Politiquement, l'archipel se subdivise entre les États fédérés de Micronésie à l'est et les Palaos à l'extrémité ouest de l'archipel.

La plupart des 963 îles[1] ont un relief très plat de type atoll.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au milieu de l'année 1525, une tempête emporte les navigateurs portugais Diogo da Rocha et Gomes de Sequeira à l'est des Moluques (via Célèbes) ; ils atteignent plusieurs îles des Carolines et y restent jusqu'au 20 janvier 1526[2]. Les îles Carolines sont redécouvertes le 22 août 1526 par les explorateurs espagnols Toribio Alonso de Salazar et Diego de Saavedra, apercevant l'île de San Bartolomé ou Taongui. Le 1er janvier 1528, le navigateur Álvaro de Saavedra prend possession au nom du roi d'Espagne des îles d'Uluti, visitant l'archipel en 1542 (Islas Matelotes), 1543, 1545 et Legazpi en 1565. Le Portugais Diego da Rocha les nomme Ilhas Sequeira en 1527. Les explorateurs espagnols les appellent à partir de 1543 les Nouvelles Philippines (Nuevas Filipinas), et finalement l'amiral Francisco Lazeano les nomme Islas Carolinas en l'honneur de Charles II d'Espagne en 1686.

À la suite de la revendication des îles par l'Espagne en 1875, l'Allemagne, qui a occupé les îles Yap dans l'archipel, s'oppose à l'Espagne. Le litige est tranché par un arbitrage du pape Léon XIII en 1885 en faveur de l'Espagne, qui commence à occuper l'archipel en 1886.

En 1899, à la suite de la guerre hispano-américaine, l'Espagne vend les îles pour 25 millions de pesetas à l'Allemagne, qui les intègre à la Nouvelle-Guinée allemande. Lors de la Première Guerre mondiale, le Japon occupe les îles en 1914 et reçoit un mandat de la Société des Nations (SDN) en 1920 mais ne les rend pas lorsqu'il quitte la SDN en 1935. Après la Seconde Guerre mondiale, les îles deviennent un territoire des États-Unis et obtiennent leur indépendance en 1986 pour les États fédérés de Micronésie, et en 1994 pour les Palaos.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) F. R. Fosberg & Royce L. Oliver, « C. L. Ledermann's collection of flowering plants from the Caroline Islands », in Willdenowia, 20, 1991, p. 257-314 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Encyclopédie Encarta - Consulté le
  2. (en) Antonio Galvano, The Discoveries of the World from Their First Original Unto the Year of Our Lord 1555, Kessinger Publishing, (ISBN 0-7661-9022-6, lire en ligne), p. 168.