Mer des Faluns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mer des Faluns
Carte de l'extension maximale supposée de la mer des faluns au cours du Miocène moyen.
Carte de l'extension maximale supposée de la mer des faluns au cours du Miocène moyen.
Géographie physique
Type Mer épicontinentale disparue
Localisation Ouest de la France
Profondeur
· Maximale 25 m

La mer des Faluns est une ancienne mer aujourd'hui disparue ayant recouvert l'Ouest de la France il y a environ 16 à 11 Ma (millions d'années). Elle s'étendait de la Normandie jusqu'en Vienne en formant un bras de mer passant par la Bretagne, l'Anjou, la Touraine et le Blésois.

Après son retrait elle laissera derrière elle une roche riche en débris coquilliers appelée le falun (géologie). Elle doit donc son nom à cette roche sédimentaire connue pour être extrêmement riche en fossiles.

Description[modifier | modifier le code]

Cette mer peu profonde dont la bathymétrie ne devait pas dépasser 25 mètres est située sur le plateau continental européen. Elle remplit un golfe de Loire à l'emplacement de l'Ille-et-Vilaine, de l'Anjou, de la Touraine, du Blésois, avec une extension vers le sud jusqu’à Amberre dans le département de la Vienne à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Poitiers.

Cette mer séparait autrefois du Bassin parisien l'île que constituait le Massif armoricain - surélevé - de Bretagne. C'est une mer tempérée à chaude dont la température a été estimée à 22°C.

Les gisements de faluns sont très riches en restes d'animaux fossiles. On y trouve de nombreux bryozoaires, des coquillages, des poissons dont des requins et raies, des reptiles, des mammifères terrestres et marins, de rares oiseaux et quelques restes de bois[1].

Il y a eu en réalité trois mers des faluns. A trois reprises, la mer est venue transgresser sur le continent pour y déposer une roche riche en débris coquilliers appelée le falun.

Histoire géologique[modifier | modifier le code]

Pendant la majeure partie du Paléogène, le Massif armoricain, émergé depuis le carbonifère, reste encore en dehors de l'influence maritime. À partir de l'Oligocène, les incursions marines (nommées aussi transgressions) provenant de l'Atlantique se font de plus en plus importantes avec des dépôts marins comme :

À la fin du Miocène moyen, au Serravallien, la transgression marine atteint son maximum. Les dépôts marins sont visibles dans :

  • le Golfe d'Anvers ;
  • le Golfe de la Manche occidentale ;
  • le Golfe de la Loire ;
  • le Golfe d'Aquitaine ;
  • les Fosses préalpines (molasse).

Ces dépôts serravalliens se présentent sous la forme de sables ou calcaire coquilliers appelés Faluns.

Gisements[modifier | modifier le code]

Faluns de Bretagne[modifier | modifier le code]

En Bretagne, ces faluns sont connus :

Faluns de Vendée[modifier | modifier le code]

Faluns de Normandie[modifier | modifier le code]

En Normandie, ces faluns sont connus :

Faluns d'Anjou-Touraine et du Blésois[modifier | modifier le code]

En Anjou, en Touraine et dans le Blésois, ces faluns sont connus par des gisements à :

Faluns du Poitou[modifier | modifier le code]

En Poitou, ces faluns sont connus par des gisements à :

Paléobiodiversité[modifier | modifier le code]

La mer des faluns a abrité une paléobiodiversité remarquable [2]. La plupart des espèces sont très proches de ce que l'on retrouve actuellement dans les mers de la zone subtropicale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Suzanne Durand, Le tertiaire de Bretagne : étude stratigraphique, sédimentologique et tectonique, Collection : Mémoires de la Société géologique et minéralogique de Bretagne ; 12 , 1960. [1]
  • Gantier Flavie, Pouit Daniel & Prôa Miguel. (2019). Les vertébrés des faluns miocènes d'Anjou-Touraine conservés au Muséum d'Angers : quantification, répartition spatiale et gradients de paléobiodiversité. 29. 59-87. [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]