Aubas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aubas
Aubas
Vu depuis le coteau de l'Escaleyrou, le château de Sauvebœuf à Aubas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée de l'Homme
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Patrick Gourdon
2014-2020
Code postal 24290
Code commune 24014
Démographie
Gentilé Aubasins
Population
municipale
633 hab. (2015 en augmentation de 2,76 % par rapport à 2010)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 59″ nord, 1° 11′ 29″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 255 m
Superficie 17,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Aubas

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Aubas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubas
Liens
Site web www.aubas.fr

Aubas est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Vézère entre Aubas (à gauche) et Condat-sur-Vézère.

À l'est du département de la Dordogne, en Périgord noir, la commune d'Aubas s'étend sur 17,53 km2. Elle est traversée du nord au sud-ouest par l'un des principaux affluents de la Dordogne, la Vézère qui, en deux endroits lui sert de limite naturelle. Sur les coteaux, le sol se compose principalement de calcaires jurassiques ou crétacés, alors que la vallée de la Vézère est recouverte d'alluvions quaternaires du Pléistocène et de l'Holocène[1].

Le bourg d'Aubas est situé, en distances orthodromiques, trois kilomètres au nord-est de Montignac, et dix kilomètres au sud-ouest de Terrasson-Lavilledieu.

La route départementale 704 (l'ancienne route nationale 704) est la principale voie de communication de la commune, également desservie au nord-ouest par la route départementale 46.

Au sud, le sentier de grande randonnée GR 461 traverse le territoire communal, sur un peu plus d'un kilomètre, entre Montignac et Saint-Amand-de-Coly.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Aubas est limitrophe de six autres communes.

Communes limitrophes d’Aubas
La Bachellerie,
Auriac-du-Périgord
Les Farges Condat-sur-Vézère
Aubas Saint-Amand-de-Coly
Montignac

Villages, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive)

Outre le bourg d'Aubas proprement dit, la commune se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[2] :

l'Arzemme · Baunac · Bois de la Plaine · la Borie · le Bourdal · le Bousquet · Brégedelle · la Cabane · Château de Sauvebœuf · le Chemin Royal · Claveillère · la Clavière · le Clos du Bousquet · Combe Albert · les Combeaux · Combecuite · le Combel · les Combes · le Communal · le Duc · l'Escaleyrou · les Escures · les Faux · Feletz · la Garenne · les Genèbres · les Granges · le Lac de Borgne · Laudigerie · Leyssartrou · Ligal · la Maison Neuve · Métairie Neuve · la Migeardie · le Montant · Murat · Péchany · le Peuch · le Pigeonnier · les Places · les Placettes · le Port · les Régates · Rochemalière · le Sablou · la Salle · le Single · les Sivadoux · le Sourbel · la Tournerie · la Treille · Vialard.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ambas au XIIIe siècle, Aubas en 1365[3], Albacium en 1479.

Le nom d'Aubas se référerait à un personnage d'origine gallo-romaine : Albatius ou Albasius[4],[5]. Selon Bénédicte Fénié, l'explication pourrait provenir d'aubars, correspondant aux saules blancs en occitan[6] ou du peuplier blancs, Populus alba en latin, Aubars en occitan que l'on retrouve aussi sous l'appellation Aube en français.

En occitan, la commune porte le nom d'Aubàs[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs gisements préhistoriques ont été découverts sur le territoire communal[4].

L'église a été bâtie au XIIe siècle[7].

La première mention écrite connue du lieu apparait au XIVe siècle sous sa forme actuelle : « Aubas »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Dès 1790, la commune d'Aubas a été rattachée au canton de Montignac qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. En 1801, ce canton dépend de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[8].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[9]. La commune est alors rattachée au canton de la Vallée de l'Homme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2001, Aubas intègre dès sa création la communauté de communes de la Vallée de la Vézère. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes de la Vallée de l'Homme.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La population de la commune étant comprise entre 500 et 1 499 habitants au recensement de 2011, quinze conseillers municipaux ont été élus en 2014[10],[11].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1953 mars 2001 Jean Burg PS Agriculteur
Conseiller général du canton de Montignac (1979-1998)
mars 2001 (réélu en mars 2014) en cours Patrick Gourdon PS Ambulancier

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans les domaines judiciaire et administratif, Aubas relève[12] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Aubas se nomment les Aubasins[13].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2015, la commune comptait 633 habitants[Note 1], en augmentation de 2,76 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600 605 565 629 663 677 649 654 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690 673 617 542 578 604 591 560 547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
519 525 515 482 503 456 506 385 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
363 348 348 395 458 488 587 601 627
2015 - - - - - - - -
633 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[17], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 290 personnes, soit 33,5 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (38) a augmenté par rapport à 2007 (29) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 13,1 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 54 établissements[18], dont 21 au niveau des commerces, transports ou services, quatorze dans la construction, douze dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, quatre relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et trois dans l'industrie[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  2. Aubas sur Géoportail (consulté le 15 mai 2015).
  3. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 641 - (ISBN 2600028838).
  4. a, b et c Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 33.
  5. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 2e édition, Librairie Guénégaud, 1989, 1re édition en 1963, (ISBN 2-85023-076-6), p. 33.
  6. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 31 janvier 2014.
  7. a et b « Église Saint-Cyr et Sainte-Julitte », notice no PA00082325, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 14 mai 2015.
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 23 janvier 2015).
  10. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 13 mai 2015.
  11. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 13 mai 2015.
  12. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 15 mai 2015).
  13. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 4 décembre 2016.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 27 août 2015.
  18. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 27 août 2015).
  19. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 27 août 2015.
  20. « Château de Sauvebœuf », notice no PA00082324, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 14 mai 2015.
  21. Site du château de Sauvebœuf, consulté le 14 mai 2015.
  22. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 52.
  23. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 110-111.