La Bachellerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Bachellerie
Le château de Rastignac à La Bachellerie.
Le château de Rastignac à La Bachellerie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Haut-Périgord noir
Intercommunalité Communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort
Maire
Mandat
Roland Moulinier
2014-2020
Code postal 24210
Code commune 24020
Démographie
Population
municipale
923 hab. (2013)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 48″ N 1° 09′ 15″ E / 45.14666667, 1.15416666745° 08′ 48″ Nord 1° 09′ 15″ Est / 45.14666667, 1.154166667
Altitude Min. 94 m – Max. 281 m
Superficie 17,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
La Bachellerie

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
La Bachellerie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Bachellerie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Bachellerie

La Bachellerie est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune arrosée par le Cern et son principal affluent, le Taravellou.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de La Bachellerie
Azerat Saint-Rabier Peyrignac
La Bachellerie Le Lardin-Saint-Lazare
Auriac-du-Périgord Aubas Les Farges

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient du nom d'un personnage, Bachelier, ou d'un « bachelier » (jeune homme noble), suivi du suffixe -ie[1],[2], correspondant au « domaine de Bachelier, ou du bachelier ».

En occitan, la commune porte le nom de La Bachalariá[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a été occupé au Paléolithique et au Néolithique[1].

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIIIe siècle, appelé alors Le Cern, du nom du ruisseau qui passe en contrebas[1]. La Bachalaria n'apparait qu'en 1466, appelé ensuite La Bachellerie du Cern[1].

Le déraillement de La Bachellerie[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire de La Bachellerie.

Le 15 mai 1921, jour de Pentecôte, à la suite d'un premier accident sur la ligne des Aubrais - Orléans à Montauban-Ville-Bourbon à Vigeois en Corrèze, un train express qui devait emprunter la ligne interrompue a été dirigé sur Brive via Périgueux. Le train no 71 arrive à toute vitesse vers cinq heures du matin dans une courbe assez prononcée quand un attelage se rompt. La machine continue sa route et dépasse la station. Douze wagons sur dix-huit entrent les uns dans les autres, démolissant les bâtiments de la gare.

Des secours arrivent assez rapidement par la ligne de Nexon et de Saint-Yrieix. Parmi les décombres, on dénombre huit morts et une quarantaine de blessés. La cause du drame apparaît immédiatement. Il s'agit d'un écartement des rails au passage de la machine, la voie Brive - Périgueux n'ayant pas été construite en vue d'y faire circuler des express, il aurait fallu agir avec infiniment plus de prudence.

Sources d'informations :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de La Bachellerie a, dès 1790, été rattachée au canton de la Bachellerie qui dépendait du district de Montignac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton de Terrasson (devenu canton de Terrasson-la-Villedieu en 1963, puis renommé en canton de Terrasson-Lavilledieu en 1997) dépendant de l'arrondissement de Sarlat (devenu l'arrondissement de Sarlat-la-Canéda en 1965)[3].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Fin 2002, La Bachellerie intègre dès sa création la communauté de communes Causses et Vézère. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes du Terrassonnais en Périgord noir Thenon Hautefort.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Jean-Raymond Lescure    
1995 (réélu en mars 2014[4]) en cours Roland Moulinier SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, La Bachellerie comptait 923 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2006, 2011, 2016, etc. pour La Bachellerie[5]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 177 1 000 1 214 1 400 1 446 1 505 1 503 1 585 1 554
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 648 1 658 1 656 1 586 1 608 1 637 1 535 1 488 1 294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 202 1 234 1 143 919 909 769 756 710 771
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
770 733 668 711 722 664 819 878 916
2013 - - - - - - - -
923 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Associations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs associations à La Bachellerie.

  • L'association nationale de défense et de protection des loups, « Le Klan du Loup », a son secrétariat à La Bachellerie[7].
  • Amicale laïque avec sections théâtre, chorale, randonnée
  • Comité d'animation
  • Club informatique
  • Club de foot, avec section gymnastique
  • Amicale de pêche
  • Amicale de chasse
  • Club du troisième âge ; belote ; voyages
  • Club de connaissance des serpents
  • Club de danse country
  • Amicale des anciens combattants
  • Boite à malice (aide aux enfants)
  • Confrérie du Miel et des Abeilles en Périgord

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[8], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 421 personnes, soit 45,8 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (soixante-cinq) a fortement augmenté par rapport à 2007 (trente) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,5 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte soixante-quinze établissements[9], dont quarante-deux au niveau des commerces, transports ou services, quinze relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, neuf dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, cinq dans la construction, et quatre dans l'industrie[10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chapt de Rastignac (1769-1833), né à La Bachellerie, est un militaire et homme politique des XVIIIe et XIXe siècles.
  • Arnaud Denoix (1848-1917) est un homme politique né La Bachellerie.
  • Cléo de Mérode (1875-1966), danseuse, a vécu quelques années au château de Rastignac.
  • Georges Fonbelle-Labrousse (1846-1927), homme politique né à La Bachellerie, maire de la commune de 1880 à 1889.
  • Victor Grand (1862-1896), directeur d'école à La Bachellerie, auteur de Les Annales du Terrassonnais ; le groupe scolaire porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 38-39
  2. a et b Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 3 février 2014.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Jacques Lafon, Un quatrième mandat pour Roland Moulinier, Sud Ouest édition Périgueux du 7 avril 2014, p. 23.
  5. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 31 janvier 2014)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  7. Le Klan du Loup
  8. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 14 octobre 2015.
  9. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 14 octobre 2015).
  10. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 14 octobre 2015.