Alkpote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alkpote
Surnom L'aigle royal de Carthage[1], Jonathan H, Serge Gainzbeur[2], l’Empereur de la Crasserie[2], La ténébreuse mitrailleuse[1]
Nom de naissance Atef Kahlaoui
Naissance (37 ans)
Paris, 10e arrondissement, Drapeau de la France France
Activité principale Rappeur, acteur
Genre musical Hip-hop, rap français, rap hardcore, dirty rap, horrorcore
Instruments Voix
Années actives Depuis 1995[3]
Labels Néochrome

Atef Kahlaoui, dit Alkpote (d'abord sous la graphie Al K-Pote), est un rappeur français, né le 3 février 1981 à Paris 10e.

Il trouve son nom de scène (un calembour sous forme de mot-valise mélangeant le nom d'Al Capone et le mot capote) à l'âge de 15 ans, et intègre le groupe Unité 2 Feu en 1998, avec lequel il publie un premier album intitulé Haine, Misère Et Crasse. Il se détache peu à peu de son groupe afin de poursuivre une carrière solo. En novembre 2007, Alkpote publie l'album Sucez-moi avant L'album.

Durant sa carrière, Alkpote est souvent critiqué pour ses nombreuses références à la pornographie dans ses textes. Il s'en explique ainsi : « On me dit souvent que je suis pornocrate c'est vrai. Mais je ne me sens pas plus pornocrate que Doc Gynéco, Alizée ou Mylène Farmer. On est artistes avant tout. Ce qui me nourrit c’est ma passion pour la rime, pas le porno. Tous les mots un peu durs que j'utilise dans mes textes, ça fait juste partie de mon personnage »[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Atef Kahlaoui est originaire d'Évry-Courcouronnes, dans l'Essonne[2]. Après une scolarité mouvementée, une conseillère d'orientation le dirige vers un cursus professionnel en plomberie, comme son père Salah Kahlaoui, au lycée Baudelaire d'Évry mais cette formation ne l'intéresse pas. La carrière musicale d'Atef Kahlaoui commence en 1995[3], après son emménagement dans le quartier des Pyramides à Évry. Il adopte le nom de scène Al K-Pote qu'il a « trouvé sans chercher » à l'âge de 15 ans[5]. Il précise qu'Alkpote est comme « un personnage, une sorte de double qui voulait juste sortir de ma tête. Une sorte de Gainsbarre[3]. »

En 1998, à 17 ans, il devient membre du collectif Unité 2 Feu avec lequel il publie un premier album intitulé Haine, misère et crasse, qui obtient un succès en Île-de-France puis dans le reste de la France[2]. Peu à peu, il finit par délaisser sa formation et à rapper[6][réf. insuffisante].

Carrière solo[modifier | modifier le code]

Il intègre en solo le label Néochrome en 2006. En avril 2007, il publie son projet Rap de banlieusard qui « met à l'honneur cet artiste hors normes. Avec des rimes travaillées, un flow fluctuant et un sens des paroles qui s’inspire des rues sales de la cité des Pyramides, et d’une jeunesse déphasée[2]. » En novembre 2007, Alkpote sort la mixtape Sucez-moi avant l'album[2].

En 2010, la chanson Bande de putains, sur l'album Alkpote et la crème d'Ile 2 France, donne lieu à un conflit entre les partisans d'Alkpote et des opposants considérant le titre comme une exaltation des pires clichés du rap[1]. En 2011, il fait une apparition dans le clip La Vengeance de Morsay, dans lequel il joue le coiffeur de la cité où ce dernier habite. Le 19 mars 2012, il publie son album L'Empereur contre-attaque[7]. L'album Neochrome Hall Stars Game, une collaboration avec Seth Gueko et Zekwé Ramos, est publié le 26 novembre de la même année. Le rappeur annonce également en 2012 qu'il envisage d'arrêter sa carrière, estimant ne pas avoir été suffisamment reconnu pour son talent[5],[8]. Le 3 juin 2013, il publie sa digitape intitulée Mazter Chef Muzik Volume 1[4]. En avril 2014, il publie sa mixtape Orgasmixtape, qui est suivi d'un deuxième volet l'année suivante, le 11 mai 2015[9],[10].

En 2015, il tourne un clip de la chanson Formule 1 dans un hôtel de Courcouronnes. Le clip est rapidement retiré de YouTube à la suite d'une plainte d'Accor pour « portait préjudice à la marque »[11]. En janvier 2016, il publie un album collaboratif intitulé Ténébreuse Musique avec Butter Bullets[12]. Le 24 juin paraît son album Sadisme et Perversion en compagnie de DJ Weedim. Le 7 juillet 2017, Alkpote sort un nouveau projet, Les Marches de l'empereur, toujours en compagnie de DJ Weedim, qui fait aussi participer Vald, Biffty, Iron Sy, la MZ, Black-D du XV Barbar, 13 Block, Leto du PSO Thug, Niska & La B, Brigistone, Jones Cruipy, Jarod, Tino, et Cinnamon pour le remix de Pyramides. En juin et juillet 2017, il assure les premières parties des concerts de Gucci Mane en France[13].

Le 27 avril 2018, sort son cinquième album intitulé Inferno[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Alkpote l'empereur

Mixtapes[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Sucez-moi avant l'album
  • 2009 : Alkpote et la crème du 91
  • 2010 : Alkpote et la crème d'Ile 2 France
  • 2014 : L'Orgasmixtape
  • 2015 : Orgasmixtape Volume 2

Albums collaboratifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « AlKpote : l’Avenir », sur AgoraVox, (consulté le 17 avril 2016).
  2. a, b, c, d, e et f « Biographie Al K-Pote », sur Rap-2-France (consulté le 17 avril 2016).
  3. a, b et c Quentin Dary, « La langue bien pendue d’Alkpote », sur ESSONNE INFO, (consulté le 17 avril 2016).
  4. a et b « Alkpote : "Je reçois pas mal d'insultes" », sur booska-p, (consulté le 17 avril 2016).
  5. a et b Antoine, « Alkpote, l’interview du légendaire géant vert », sur lebonson.org, (consulté le 17 avril 2016).
  6. Mon histoire, morceau autobiographique.
  7. Genono, « Alkpote : L'Empereur contre-attaque », sur captchamag, (consulté le 17 avril 2016).
  8. DVD La vérité sur le rap indé, volume 2, de Sinox. 2012.
  9. « Alkpote annonce sa nouvelle mixtape avec un titre dingue », sur Goute mes disques, (consulté le 17 avril 2016).
  10. Eric Vernay, « La dernière livraison d’Alkpote est salement drôle », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 17 avril 2016).
  11. « Le groupe Accor obtient la suppression du dernier clip d’Alkpote », sur EssonneInfo, (consulté le 17 avril 2016).
  12. « [Chronique] Alkpote & Butter Bullets : Ténébreuse Musique », sur Le Rap en France, (consulté le 17 avril 2016).
  13. « Mesdames et messieurs, voici la première interview d'Alkpote sans les mots « suce » ni « pute » », sur Noisey (consulté le 30 juillet 2017)
  14. « Alkpote balance un clip avec 13Block et annonce un nouvel album ! », sur booska-p, (consulté le 3 février 2018).

Lien externe[modifier | modifier le code]