Saint-Hernin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Hernin
Saint-Hernin
L'église paroissiale Saint-Hernin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Châteaulin
Intercommunalité Communauté de communes Poher communauté
Maire
Mandat
Marie-Christine Jaouen
2020-2026
Code postal 29270
Code commune 29250
Démographie
Gentilé Saint-Herninois
Population
municipale
757 hab. (2018 en augmentation de 0,8 % par rapport à 2013)
Densité 26 hab./km2
Population
agglomération
14 136 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 06″ nord, 3° 37′ 59″ ouest
Altitude 120 m
Min. 59 m
Max. 308 m
Superficie 29,29 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Carhaix-Plouguer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Carhaix-Plouguer
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Saint-Hernin
Géolocalisation sur la carte : Finistère
Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Saint-Hernin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hernin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hernin
Liens
Site web Site de la commune de Saint-Hernin

Saint-Hernin [sɛ̃tɛʁnɛ̃] (en breton : Sant-Hern) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Saint-Hernin est située sur le versant nord de la chaîne des Montagnes Noires à la limite des départements du Morbihan et des Côtes-d'Armor. Sa limite nord est constituée par le canal de Nantes à Brest qui utilise à cet endroit le lit de l’Hyères. Sa limite Est est constituée par le cours du Ster Goaranveg dont l’ancienne ligne de chemin de fer Carhaix - Rosporden empruntait la vallée. Sa limite sud est constituée par la crête nord des Montagnes Noires qui culmine à 308 m au lieu-dit « Ty Coz » (maison ancienne en breton). Sa limite Ouest est constituée par le cours du ruisseau de Coat Querevan. Les communes limitrophes de Saint-Hernin sont Gourin au sud, Motreff à l'est, Carhaix-Plouguer et Cleden-Poher au nord et Spezet à l'ouest. Les hauteurs de la commune sont boisées de sapins. Le bourg occupe une position excentrée au nord de la commune.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les carrières d'ardoises[modifier | modifier le code]

Plusieurs ardoisières ont été exploitées à Saint-Hernin (plusieurs maires de la commune ont d'ailleurs été des carriers), principalement entre 1850 et 1880, la plupart étant situées le long de la route allant de Carhaix à Gourin ; la plus connue fut celle de Kermanac'h (un accident y fit 6 morts le ), fermée en 1969[1], mais il en existait aussi à Moulin-Donan (3 carrières), Le Parc-Toul Pebr (2 carrières), Leïntudec (4 carrières), Goaranvec (2 carrières dont l'une a poursuivi son activité jusque dans la décennie 1980 pour la production d'ardoises rustiques), Kervais, La Haie-Du, certaines d'entre elles ayant fait l'objet d'une exploitation en partie souterraine[2].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Hernin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Carhaix-Plouguer, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 18 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint-Hernin vient de Hernin, nom d'un moine ayant immigré en Armorique au VIe siècle et mort à Duault en 540. La paroisse s'est appelée Sanctus Eherninus (vers 1330), Sanctus Herninus ou Sanctus Huerninus (en 1368) et Sainct Hernyn (en 1535)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le tumulus de Kerhor date de l'âge du bronze.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Saint-Hernin dépendait de la juridiction de Châteauneuf-du-Faou[9].

La seigneurie de Kergoat (Kergoët)[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Kergoët possédaient les premières prééminences de Saint-Hernin, avec les enfeus, écussons, bancs, lisières, et leur juridiction s'y exerce en haute justice, à quatre pots, les patibulaires se voyant élevés sur le grand chemin de Carhaix à Quimper[10].

La famille de Kergoët (Kergoat)[11] habite le château éponyme depuis au moins 1256, et même avant (selon A. Marteville et P. Varin, la terre de Kergaot était possédée en 1200 par Yves Le Moine). Elle fut maintenue dans la noblesse par un jugement en 1669. Elle portait pour armes : d'argent à cinq fusées rangées et accolées de gueules, accompagnées en chef de quatre roses du même[12]. En voici la généalogie simplifiée :

  • Messire X (?) de Kergoët, écuyer, seigneur de Kergoët en Saint-Hernin est cité en 1256
    • Jean I de Kergoët et son petit-file Raoul de Kergoët sont cités dans un acte de 1280.
      • N (?) de Kergoët, père de :
        • Raoul de Kergoët, chevalier, commandant des troupes de Bertrand Du Guesclin, battu en 1360 à Saint-Méen
          • Hervé de Kergoët, chevalier, seigneur du dit lieu, tué à la bataille d'Auray () alors qu'il combattait sous la bannière de Charles de Blois dans le cadre de la guerre de Succession de Bretagne.
            • Yves de Kergoët prête en 1369 serment de fidélité au comte de Montfort, Jean IV de Bretagne.
              • (fils probable du précédent) Jehan II de Kergoët, chevalier, ratifia à Lamballe le traité de Guérande le .
                • Yves Hingoit de Kergoat fut médecin ordinaire des ducs Jean IV et duc Jean V, devint évêque de Tréguier en 1402 et fit construire le château de Kergoat où il mourut en 1403.
                  • Guillaume Ier de Kergoët, chevalier, fut prisonnier des Anglais.
                    • Guillaume II de Kergoët, banneret de Bretagne en 1451.
                      • Guillaume III, baron de Kergoët, époux de Guillemette de Rosmadec, décédé le .
                        • Marie de Kergoët, épouse en premières noces de Louis, sire de Plœuc, marquis de Tymeur et en secondes noces Jehan, sire de Quelen.
                        • Catherine de Kergoët, épouse de Jean du Quellennec, seigneur de Kerjolis et Le Ferté.
                      • Pierre de Kergoët, fondateur de la branche des Kergoët du Guilly, seigneur de Troamboul.
            • Guyomarc'h de Kergoët, fondateur de la branche des seigneurs de Tronjoly en Gourin.

Par la suite, tombant à maintes reprises en quenouille en l'absence d'héritier mâle, la seigneurie de Kergoat passa successivement par alliance à la maison du Quélennec[13], puis aux familles de Lesmais[14], de Perrien[15], Le Moyne de Trévigny[16], de Saint-Simon de Courcy[17], de Kergus[18] et de Roquefeuil[19].

Le manoir de Keralio, situé au centre du bourg, dépendait de la seigneurie de Kergoët[20].

Le moulin de Goaranvec est un ancien moulin banal qui appartenait aux seigneurs de Kergoat. Il fut vendu comme bien national lors de la Révolution française, puis appartint à la même famille de meuniers aux XIXe siècle et XXe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Kergorlay[modifier | modifier le code]

Un aveu d'Anne de Laval concernant la seigneurie de Kergorlay[21] date de 1543[22].

En 1590, le château de Kergoat appartenait au seigneur de Kercolé [Kergorlay] « qui y avait de grandes richesses » ; la place fut assiégée pendant les Guerres de la Ligue par le capitaine de La Tremblaye, mais le château fut si bien défendu qu'il fut obligé d'aller chercher fortune ailleurs[23].

« La Tremblaye (...) voulut aller piller le Kergouet, maison à demi-lieue de Carhaix, où il y avait de grandes richesses, et y prendre prisonniers le seigneur de Kercolé, maître de la maison, mais il fut si bien reçu à coups d'arquebuses, qu'après avoir tenté pendant une heure de la forcer, il fut contraint de se retirer, avec perte de douze ou quinze des siens[24]. »

La révolte des Bonnets rouges (1675)[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolte des Bonnets Rouges, le et les jours qui suivent, les insurgés de vingt paroisses de Scaër au Huelgoat, dirigés par Sébastien Le Balp, assiègent et pillent le château du Kergoët en Saint-Hernin, une somptueuse demeure pourvue de murailles et de défenses, propriété du marquis Le Moyne de Trévigny[Bio 1], puis le brûlent. L'intendant et plusieurs serviteurs sont assassinés. La marquise parvient à s'échapper et se réfugie au couvent des Carmes de Carhaix. Le propriétaire est réputé être lié à ceux qui avaient amené en Bretagne les impôts du timbre et du tabac. Par ailleurs les révoltés craignent l'imposition de la gabelle. Enfin le seigneur du lieu a la réputation d'être dur avec ses vassaux. Il se racontait alentour que le château avait été entièrement reconstruit par corvées. Une transaction est passée entre les paroisses et Le Moyne de Trévigny pour réparation des dommages sur son château. Celle-ci est approuvée par les États de Bretagne en octobre 1679. Le montant réclamé par le marquis, initialement de 64 800 livres, s'élève à 49 800 livres à la suite de la restitution d'une partie du mobilier dérobé. Plonévez-du-Faou dont les paroissiens se sont particulièrement fait remarquer avec leurs tambours et leurs enseignes est la plus lourdement taxée. Voici la liste des paroisses dont des habitants ont participé à l'action et les montants en livres qu'elles doivent payer :

Paroisses Montants
Lannédern 600
Loqueffret 1 400
Huelgoat 800
Plouyé 2 500
Carhaix 1 500
Poullaouen 3 600
Saint-Hernin 4 000
Spézet 5 000
Plounévézel 1 600
Plonévez-du-Faou 9 000
Gourin et ses trèves 5 500
Guiscriff 3 000
Scaër 2 000
Leuhan 800
Tréogan 400
Motreff 1 450
Plévin 1 450
Cléden-Poher 1 400
Kergloff 1 800
Landeleau 2 000

François-Marie Luzel a longuement décrit le pillage du château de Kergoët dans un article du Bulletin de la Société archéologique du Finistère de 1887[25].

Saint-Hernin vers 1778[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Ogée a décrit Saint-Hernin vers 1778 :

« Saint-Hernin, à neuf lieues et demie de Quimper, son évêché (...) et à une lieue et demie de Carhaix, sa subdélégation. Cette paroisse relève du Roi, ressort à Châteauneuf et compte 1 200 communiants[26]. (...) Le territoire, bordé au Nord par la rivière d'Aulne, et au Sud par les Montagnes Noires, offre à la vue des terres bien cultivées, des prairies et beaucoup de landes ; le pays est riant, très agréable, coupé de vallons et couvert d'arbres et de buissons[27]. »

Vers la fin du XVIIIe siècle, à Kergus en Saint-Hernin, cinq ateliers de sabotiers confectionnaient chacun quinze douzaines de sabots qui étaient expédiés toutes les semaines[28].

En 1780, une cinquantaine de carriers originaires des Ardennes arrivèrent dans la région de Châteaulin et commencèrent à ouvrir des ardoisières, par exemple à Guily Glaz en Saint-Hernin[29].

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , à la tête de douze hommes, le chef chouan Jean François Edme Le Paige de Bar attaque et pend dos-à-dos Poulizac, commissaire du canton de Saint-Hernin et Quéméner, curé constitutionnel de Motreff[30].

La loi du précise que la paroisse de Saint-Hernin aura pour succursales les ci-devant paroisses de Spézet et de Motreff[31].

Jacques Cambry écrit que dans la région « le climat est tardif ; on y craint surtout les gelées. Les cultivateurs battent leurs grains avec le fléau ; les fumiers sont formés de landes, de genet, de paille, de bruyère, corrompus dans les marres des chemins de traverses »[32].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le château de Kergoat en 1829[modifier | modifier le code]

En 1828 des congédiements abusifs de domaniers mobilisa entre 1 000 et 1 200 personnes, armées d'instruments aratoires et de fusils à Saint-Hernin.[33]

Jean-François Brousmiche décrit ainsi le château de Kergoat en 1829 :

« Dans Saint-Hernin on peut voir les restes du beau château de Kergoat. Il est aujourd'hui presque complètement détruit ; des anciennes fortifications il ne subsiste plus qu'une tour. (...) [En 1675] Kergoat fut surpris par les paysans révoltés. Tout y fut brûlé, pillé, ravagé ; depuis cette époque, le Kergoat ne fut plus que l'ombre de ce qu'il était primitivement, mais sa belle position près de deux rivières en fait toujours une habitation confortable[34]. »

Le partage des terres vaines et vagues[modifier | modifier le code]

Des étendues considérables de terres vaines et vagues (des landes pour l'essentiel sur lesquelles se pratiquait la vaine pâture) étaient autrefois possédées féodalement dans la paroisse de Saint-Hernin par le seigneur du Boisgarin. En 1792, une partie de ces terres devint propriété des vassaux qui les occupaient, le reste devenant propriété communale. La commune de Saint-Hernin décida de mettre en vente le après avoir divisé en 45 lots les 250 ha de terres concernées, mais Hyacinthe Desjars, banquier à Guingamp, qui avait acquis des héritiers de la famille de Roquefeuil la totalité des biens que cette famille possédait à Saint-Hernin, revendiqua la propriété de ces landes et fit vainement opposition à cette vente qui eût quand même lieu. Le maire de Saint-Hernin poursuivit en justice Hyacinthe Desjars, alléguant que cette procédure avait dissuadé certains acquéreurs potentiels et entraîné un faible prix de vente pour ces terres, mais la commune de Saint-Hernin fut déboutée de son action en dommages et intérêts par un jugement de la Cour impériale de Rennes en date du [35].

Saint-Hernin vers le milieu du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Saint-Hernin en 1845 :

« (...) Principaux villages : Kerzéan, Kergus, Saint-Deval, Trambars, Hozmel, Gueznazou, Kerhorré, Cullac. Manoirs de Toulgoat, de Coatquévran, de Kergoat. Superficie totale : 2 930 hectares dont (...) terres labourables 1 783 ha, prés et pâtures 222 ha, vergers et jardins 36 ha, bois 112 ha, landes et incultes 613 ha (...).Moulins : 4, à eau (de Kergoat, de Goaranvec, Donan, de Coatquévran). Cette commune, riche en pâturages, est d'un aspect riant et forme un heureux contraste avec celles qui environnent Carhaix. (...) Géologie: grauwacke dans le nord ; ardoisières à Saint-Sauveur. On parle le breton[23]. »

Monseigneur Martial, évêque de saint Brieuc, procède le 18 novembre 1859 lors au partage de la relique du bras de Saint Hernin entre Locarn (où elle est présentée dans un bras-reliquaire) et Saint-Hernin[36].

En 1864, le conseil d'arrondissement demande la construction d'un débarcadère, sur le canal de Nantes à Brest, près du pont de Kergoët en Saint-Hernin, « lieu où les cultivateurs du canton de Gourin viennent embarquer les sables et les amendements calcaires qu'ils reçoivent de la rade de Brest »[37].

En 1870, Claude Gourdin[38], propriétaire-cultivateur, avocat, conseiller d'arrondissement[39], qui exploitait depuis 1847 une terre de 85 ha, dont 36 ha en terres labourables, 15 ha 75 ares en prairies, 7 ha 78 ares en landes et pâtures, etc. à Kergoat en Saint-Hernin reçut une prime d'honneur du ministère de l'agriculture pour « ses cultures bien faites et d'une tenue irréprochable (...) et ses étables (...) pouvant contenir 50 bœufs à l'engrais »[40] et avait déjà reçu précédemment plusieurs autres distinctions[41].

La polémique avec le Journal des débats politiques et littéraires en 1885[modifier | modifier le code]

En 1885, André Mori, journaliste au Journal des débats politiques et littéraires évoqur la misère, l'arriération et une campagne mal cultivée : « Voilà deux heures que je marche dans une campagne dénudée et mal cultivée. De distance en distance, au bord du chemin, on rencontre une figurine difforme encastrée dans une souche de bois mal équarrie et haute de quatre pieds. Ces monuments primitifs ont été dressés là par les paysans aux saints qui les ont secourus en quelque détresse. Les fermes deviennent très rares. On aperçoit quelques masures où les porcs et les hommes semblent vivre en bonne compagnie. Les paysans que l'on voit récolter du blé noir ne parlent pas un mot de français »[42].

Le maire de Saint-Hernin de l'époque obtient un droit de réponse : « Ce n'est pas avec la lande qu'on élève les beaux bœufs croisés durham-bretons[Note 3] qui font aujourd'hui la richesse de nos éleveurs et qui seraient dignes de figurer au premier rang au grand concours d'animaux gras tenu chaque année à Paris si des voies ferrées nous reliaient à la capitale. Il nous faut une bonne nourriture pour élever de semblables animaux, et les belles cultures de racines et de plantes sarclées, particulièrement par nos laboureurs sont un démenti suffisant au reproche immédiat de mal cultiver ». Le journaliste ayant évoqué « quelques masures où les porcs et les hommes semblent vivre d'assez bonne compagnie », le maire rétorque : « Les quelques huttes ou maisonnettes qu'il a aperçues au bord de l'ancienne route de Carhaix à Lorient sont habitées par des journaliers indigens (...) mais ils ont encore assez le sentiment d'eux-mêmes pour avoir construit à côté de leurs chaumières un appentis en argile couvert en genêts ou en bruyères où ils abritent leur porcs. Maintenant, que ces derniers aient une certaine liberté pendant le jour quand ils vont pâturer l'herbe de la route et qu'ils s'introduisent dans le domicile de leurs maîtres, cela est possible ! Mais ils en sont expulsés aussi vite qu'ils y sont entrés. »[43].

La même année, une vive opposition éclata entre le curé de Saint-Hernin, Pierre Péron, et la municipalité de l'époque à propos du cimetière[44].

Le premier instituteur laïc[modifier | modifier le code]

Guillaume Rivoalen (1844-1921), originaire de Plougonven fut en 1864 le premier instituteur laïc de Saint-Hernin[45]. Il endura des conditions de vie et de travail éprouvantes, dans une école insalubre et déshéritée, conditions contre lesquelles il s'indigna vivement, à tel point que le sous-préfet le qualifia d'« ingouvernable »[46].

Un rapport de l'inspecteur d'académie signale en 1880 que la commune de Saint-Hernin n'a pas encore d'école des filles[47].

L'école de hameau de Hellan[modifier | modifier le code]

Fin XIXe la construction de 67 écoles de hameaux a été autorisée dans le Finistère par deux décrets :

  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 18 écoles de hameaux sur l'arrondissement de Quimperlé ; toutes ont été bâties.
  • Le décret du qui a délégué une subvention pour 50 écoles de hameaux sur les quatre autres arrondissements du département (Brest, Châteaulin, Morlaix, Quimper) à choisir dans les communes « dont le territoire est le plus étendu et les ressources les plus restreintes » ; 49 ont été bâties dont une à Saint-Hernin (Hellan)[48].

La carrière d'ardoises de Kermanach[modifier | modifier le code]

La carrière d'ardoises de Kermanach a été exploitée depuis au moins 1877. Un de ses puits ferma après la Seconde Guerre mondiale, le second en 1971[29].

L'émigration à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Entre 1888 et 1890 près de 1 000 personnes originaires de la région d'Elliant, Scaër, Coray, Roudouallec et Le Faouët émigrèrent en Argentine (44 000 français en tout émigrèrent vers l'Argentine pendant ces années), dont trois des onze enfants de Trémeur Péron[Bio 2]et Élisabeth Le Mechen, métayers à Saint-Hernin. « À peine arrivés à Buenos-Aires, nos hommes déchantent un peu. De la terre à défricher certes, mais il va falloir retrousser ses manches et cracher dans les mains !.. Ils remontent le fleuve Parana et arrivent à Résistance, 1 000 km au nord de Buenos-Aires. Après quelques mois de « vaches maigres », les frères Péron décident de se séparer ; François-Marie[Bio 3] reste à Resistancia, Jean-Marie[Bio 4] part pour le Chili et Trémeur-Marie[Bio 5] pour la Patagonie »[49].

Aux alentours de 1900, Paul Joanne écrit : « L'ignorance et la misère des gens de Motreff, de Saint-Hernin, de Saint-Goazec, de Leuhan sont proverbiales en Bretagne : dans quelques fermes, les paysans mangeaient leur soupe, il n'y a pas si longtemps, dans des écuelles creusées dans la table »[50].

Dans la décennie 1930, des hommes de Gourin et Saint-Hernin émigrèrent vers le nord du Québec, notamment à Kapuskasing et Abitibi[51].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le sous-préfet de Châteaulin, dans une lettre datée du , écrit que « la presque totalité des habitants ne parle et ne comprend que le breton »[52].

L'épidémie de dysenterie[modifier | modifier le code]

En octobre 1900, une épidémie de dysenterie se produit dans de nombreuses communes de l'arrondissement de Châteaulin dont Saint-Hernin, y faisant environ 80 malades et provoquant 16 décès. « Cette épidémie est attribuée à la sécheresse des dernières années. Les puits et les fontaines étaient à sec, et la population a fait usage d'eaux malsaines. En outre, l'encombrement et la malpropreté des maisons sont devenus des facteurs importants de la maladie »[53]. Cette épidémie toucha d'abord Spézet, avant de concerner ensuite Motreff, Saint-Hernin et Plouguer[54].

« Le sanglier du manoir de Coadou »[modifier | modifier le code]

En février 1907, la commune fut le théâtre d'un fait divers sanglant survenu au manoir de Coadou, qui fut abondamment relaté y compris par la presse parisienne de l'époque. À la suite d'une procédure judiciaire intentée contre lui, un ingénieur dénommé Biollay fût accusé d'avoir tué d'un coup de fusil la femme de son voisin Mme Fonteneau[55]. Surnommé localement « le Sanglier » car il était mal vu des paysans du voisinage, le meurtrier fut jugé par les Assises de Quimper et l'affaire fit les choux gras de la presse de l'époque évoquant « le sanglier du manoir de Coadou »[56]. M. Biollay fut reconnu coupable et condamné aux travaux forcés. L'attitude douteuse du juge de la Cour d'Assises poussa certains jurés, ainsi que des associations de défense des Droits de l'Homme et un Député à faire campagne pour demander sa libération, avec le soutien notamment du journal L'Aurore[57]. M. Biollay fut finalement libéré le .

Le mauvais état des routes[modifier | modifier le code]

Une polémique éclate en 1914 à propos du mauvais état des routes, aggravé par les charrois nécessités par la construction du nouveau cimetière. « D'une manière générale, les routes sont très mal entretenues. Des fossés pour l'écoulement des eaux, il ne faut point les chercher. Aussi par ce temps pluvieux que nous subissons, les routes deviennent de véritables ruisseaux, voire de grandes rivières ! »[58].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Hernin porte les noms de 95 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux, Joseph le Moal[Bio 6] et Pierre Tréguier[Bio 7] ont reçu la Croix de guerre[59].

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Saint-Hernin porte les noms de 13 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles, François Le Moal[Bio 8] et Albert Goacolou[Bio 9], tous deux marins morts en raison du naufrage du cuirassé Bretagne lors de la bataille de Mers el-Kébir le [59].

Louis Marcadet, né le à Saint-Hernin, a été déporté depuis Compiègne[60] le vers le camp de concentration de Neuengamme, puis à celui de Schützenhof-Bremen où il est mort le [61]. Yves-Joseph Gestin, dit "Bob", né le à Saint-Hernin, membre du réseau de résistance Turma-Vengeance du Morbihan, domicilié à Gourin lors de son arrestation, déporté depuis Compiègne le vers le camp de concentration de Neuengamme, décédé au kommando de Watenstedt le [62]. Lucien Devedec, né le à Saint-Hernin, demeurant à Motreff, résistant FTPF, fut fusillé par les Allemands le à Croas-Ty-Nevez en Paule[63]. Daniel Trellu[Bio 10], un grand résistant, habitait Saint-Hernin[64],[65]. Basile Tallec, né le à Saint-Hernin, fut aussi un résistant FFI[66].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Deux soldats (Roger Collobert[Bio 11] et François Galloudec) originaires de Saint-Hernin sont morts lors de la guerre d'Indochine et deux (Maxime Le Mapihan et Ernest Rassin) pendant la guerre d'Algérie[59].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

« Un violent orage a provoqué d'impressionnantes coulées de boue dans le bourg de Saint-Hernin ce samedi soir []. (...) "La commune est une cuvette et l'eau et la boue ont dévalé les routes pentues qui descendent au village" raconte (...) un riverain. (...) "Les champs ont littéralement atterri sur les routes et dans les caves des habitations de certains lieux-dits", rapporte la maire Marie-Christine Jaouen, "Tout cela est lié au fait qu'il n'y a plus de talus" déplore-t-elle »[67].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[68]
Période Identité Étiquette Qualité
1789   Jean Rémond[Bio 12]   Cultivateur
1794 1795 Guillaume Le Cannec[Bio 13]    
1803 1804 Nicolas Parlier[Bio 14]   Ardoisier et cabaretier
1804 1809 Jean Paul    
1809 1815 Jean Pichaudou[Bio 15]   Cantonnier et revendeur
1815 1824 Yves Le Moal[Bio 16]   Cultivateur
1824 1826 Sébastien Goacolou[Bio 17]   Cultivateur
1826 1828 Yves Conan[Bio 18]   Cultivateur
1828 1832 Sébastien Goacolou   Déjà maire entre 1824 et 1826
1832 1836 Claude Gourdin[38]    
1844 1845 Kergaravat[Bio 19]    
1847 1853 Lambert Parlier[Bio 20]   Cultivateur. Fils de Nicolas Parlier, maire entre 1803 et 1804.
1854 1860 Lozach    
1860 1881 Jules Alfred Billioray[Bio 21]   Propriétaire. Président du comice agricole de Carhaix. Membre de l'Association bretonne.
1881 1881 Guillaume Simon    
1881 1888 Louis Lefranc    
1888 1900 Ernest Gourdin[Bio 22] Républicain opportuniste Petit-fils de Claude Gourdin, maire entre 1832 et 1836
1900 1902 Thomas Barguil[Bio 23] Libéral catholique Révoqué en septembre 1902 pour avoir manifesté contre les décrets Combes prononçant la fermeture d'établissements congréganistes[69]
1902 1914 Jean François Ropars[Bio 24]   Cultivateur
1914 1914 Jean Joseph Lohéac[Bio 25]   Carrier
1914 1919 Auguste Colléou[Bio 26]   Marin
1919 1943 Charles Com[Bio 27]   Carrier[Bio 27]
1943 1944 Jean Joseph Ropars[Bio 28]    
1945 1948 Pierre Com   Fils de Charles Com, maire entre 1919 et 1943
1948 1983 Léon Manach    
mars 1983 mars 2001 Yves « Ifig » Rémond UDB Enseignant
mars 2001 2014 Jean-Claude Le Guelaff    
mars 2014 En cours Marie-Christine Jaouen   Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[70]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[71].

En 2018, la commune comptait 757 habitants[Note 4], en augmentation de 0,8 % par rapport à 2013 (Finistère : +0,86 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2111 7971 1521 1501 2501 3471 3141 3561 374
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3501 3261 4561 3481 3511 3121 4331 5761 653
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7631 8301 8601 9081 9051 9021 7061 6031 308
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 134956826765776752759745753
2018 - - - - - - - -
757--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[72] puis Insee à partir de 2006[73].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le calvaire de Kerbreudeur, vue du sud.
  • Le calvaire de Kerbreudeur est un des plus anciens calvaires de Bretagne[74] (XVe siècle), édifié en granite de Scaër. Il aurait été édifié par la famille de Kergoët, dont le château était proche. Sa forme est unique, les croix s'élevant au-dessus d'une construction de dalles plates sans maçonnerie apparente et servant de support à une niche faite de trois blocs sculptés à l'intérieur comme à l'extérieur. Le groupe statuaire situé sous la niche représente Dieu le Père entouré d'anges ; d'autres scènes représentent le Christ assisté de Simon de Cyrène, la Flagellation du Christ, etc. Des statues représentent Adam et Ève, sainte Catherine, etc[75].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'enclos paroissial possède un ossuaire (qui est une ancienne chapelle consacrée à sainte Anne) qui se trouvait à l'origine à l'ouest de l'église, mais qui a été déplacé et restauré en 1965. Cet ossuaire porte l'inscription : « N[oble] : et : D[iscret] :/M[ess]ire]. Y. : ROVXEL :/ RECTEVR / CHRISTOLE (en fait Christophe) / LE : STAIRIC : FABRIQVE / 1697 »[77].

La fontaine située à proximité est contemporaine de l'église et alimente un lavoir. Saint Hernin ayant la réputation de faire passer les migraines, il suffisait de passer trois fois sa tête dans l'eau de la fontaine le jour du pardon pour en être guéri.

  • La chapelle Saint-Sauveur : cette chapelle est le dernier vestige d'un ancien couvent des Carmes déchaussés fondé à cet emplacement grâce à une donation en date du de Toussaint du Perrien, seigneur de Bréfeillac et de Kergoët (jusqu'à ce que ces derniers ne s'installent à Carhaix en 1658[78], à charge pour eux de dire une messe chaque dimanche dans la chapelle Saint-Sauveur)[79]. La chapelle a été profondément remaniée en 1817. Une inscription latine sur l'arc de la porte dit : Venez à moi, vous qui êtes accablé par les labeurs et qui supportez les fardeaux et je vous réconforterai.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Les ruines du château du Kergoat (Kergoët). Ce château datait du XVe siècle mais fut incendié en 1675, détruit à nouveau en 1835 ; ses parties agricoles portent la date de 1857[80].
  • Le moulin de Goaranvec[81] ; désaffecté de nos jours, il est toutefois toujours en état de marche.
  • La maison du canal, ancienne maison éclusière de Kergoat.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité(s) sportive(s)[modifier | modifier le code]

Club de football : USSH (Union Sportive Saint Hernin) :

  • Saison 2007-2008 : Équipe A ; D1 ; ??? | Équipe B ; D4 ; 1re ;
  • Saison 2006-2007 : Équipe A ; D2 ; 1re | Équipe B ; D4 ; ???.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Georges Le Rider (né le à Saint-Hernin, décédé le à Givors), historien spécialiste de l'Antiquité grecque.
  • Marcel Derrien (né le 21 décembre 1921 à Saint-Hernin, décédé le 18 août 1978 au Havre. Un des 177 membres des commandos marine qui débarque le 6 juin 1944 à Ouistreham. Blessé le même jour par une grenade au pont de Bénouville. Il est décoré de la croix de guerre avec étoile d'argent à l'ordre de la division pendant la campagne de Hollande : "A donné une haute mesure de son courage au cours de la progression à travers la ville de Flessingue le 01 11 1944. A tenu pendant 24 heures un poste avancé contribuant, par son attitude, à repousser les nombreuses contre-attaques d'un ennemi supérieur en nombre".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. If fait référence aux bœufs croisés durham-bretons, dits « race bovine de Carhaix ».
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Détails biographiques[modifier | modifier le code]

  1. Toussaint Le Moyne de Trévigny, marquis de Trévigny, baron de Kergoët, petit-fils de Vincent Le Moyne de Trévigny et d'Anne de Perrien.
  2. Trémeur Péron, né le à Coates en Plévin, décédé le à Saint-Hernin.
  3. François-Marie Péron, né en 1864 à Launay en Saint-Hernie, décédé en 1951 à Resistancia (Argentine)
  4. Jean-Marie Péron, né le à Kerbirio en Plévin, décédé à Perquenquo (Chili).
  5. Trémeur-Marie Péron, né le à Kerloet en Plévin, décédé en Patagonie.
  6. Joseph le Moal, né le à Saint-Hernin, caporal au 125e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Armancourt dans la Somme.
  7. Pierre Tréguier, né le à Saint-Hernin, soldat au 216e régiment d'infanterie, tué à l'ennemi le à Latilly dans l'Aisne.
  8. François Le Moal, né le à Saint-Hernin.
  9. Albert Goacolou, né le à Saint-Hernin.
  10. Daniel Trellu, né le à Quéménéven, élève instituteur à l'école normale de Quimper, participa en 1943 à la naissance du maquis de Saint-Nicolas-du-Pélem et devint, sous le pseudonyme de « lieutenant-colonel Chevallier », responsable du Front National de Lutte pour la Libération et l'Indépendance de la France dans le Finistère et de l'Organisation spéciale. Il devint après-guerre professeur de français à Quimper. Il quitta le Parti communiste français en 1984 et est mort le à Brest.
  11. Roger Collobert, né le à Paris, caporal au 8e Bataillon Parachutiste de Choc, fait prisonnier lors de la bataille de Diên Biên Phu, a été fusillé par le Viet-Minh en mai 1954. Il était médaillé militaire et titulaire de la croix de guerre des théâtres des opérations extérieures.
  12. Jean Rémond, né le au château de Kergoat en Saint-Hernin, décédé le à Kerguz en Saint-Hernin.
  13. Guillaume Le Cannec, né le à Saint-Hernin, décédé le à Saint-Hernin.
  14. Nicolas Parlier, né à Les Mazures (Ardennes), décédé le à Saint-Hernin.
  15. Jean Pichaudou, né le au Saint, décédé le à Irvillac.
  16. Yves Le Moal, né le àKerdaniel en Spézet, décédé le à Restregan en Saint-Hernin.
  17. Sébastien Goacolou, né le au Roz en Cléden-Poher, décédé le à Mogardy en Saint-Hernin.
  18. Yves Conan, né le au Buzit en Tréogan, marié le à Saint-Hernin avec Marie Catherine Le Poignonec, décédé le à Tréogan.
  19. Peut-être Michel Kergaravat, né le à Saint-Hernin, décédé le à Gourin.
  20. Lambeert Joseph Parlier, né le à Pleyben, décédé le à Saint-Hernin.
  21. Jules Alfred Billioray, né le à Cottenchy (Somme), décédé le à Quimper.
  22. Ernest Gourdin, né le à Saint-Hernin.
  23. Thomas Barguil, né le à Saint-Hernin.
  24. Jean François Ropars, né le à Poullaouen, décédé le .
  25. Jean Joseph Lohéac, né le à Saint-Hernin, décédé le à Saint-Hernin.
  26. Auguste Pierre Marie Colléou, né le à Saint-Hernin.
  27. a et b Charles Com, né le à Spézet, décédé le à la gare de Motreff en Saint-Hernin. Carrier, il exploite notamment les carrières de Kermanc'h et du Cosquer.
  28. Jean Joseph Ropars, né le à Saint-Hernin, décédé le à Carhaix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Exposition. Les ardoisières ont attiré la foule », sur Letelegramme.fr, Le Télégramme, (consulté le 29 juin 2020).
  2. P. Le Berre, « Les ardoisières de la bordure sud du bassin de Châteaulin » [PDF] (synthèse documentaire), Bureau de recherches géologiques et minières (consulté le 4 janvier 2021).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. « Saint-Hernin », sur infobretagne.com (consulté le 4 janvier 2021).
  9. Aurélien de Courson, La Bretagne du Ve au XIIe siècle, (lire en ligne).
  10. "Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou", volume 19, consultable https://archive.org/stream/revuedebretagne34nantgoog/revuedebretagne34nantgoog_djvu.txt
  11. Ne pas la confondre avec une autre famille noble, dénommée aussi de Kergoët, qui vivait dans le Léon.
  12. Gustave Chaix d'Est-Ange, "Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle", tome VIII, 1909, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k112001b/f276.image.r=Saint-Hernin?rk=21459;2
  13. Jean du Quellenec, originaire de Plouha, baptisé à Lanloup le , épousa Catherine de Kergoët, voir http://www.infobretagne.com/plouha-kerjolis.htm
  14. Jeanne de Lesmais épousa François de Perrien
  15. Toussaint de Perrien, seigneur de Kergoët, de Brefeillac, de Kerjoly, de Lesmais, de Coëtquévéran, de la Boëxière-Elern, de Minguionet, de Chefdubois, décédé le à Rennes. Son épouse était Louise de Quengo dont la sépulture a été retrouvée à Rennes en 2014 lors de fouilles archéologiques (voir http://poudouvre.over-blog.com/2016/09/voici-ce-que-l-on-pouvait-lire-dans-le-quotidien-le-figaro-en-date-du-2-juin-2015-la-sepulture-d-une-noble-dame-du-xviie-siecle-deco). Il est le fils de François, seigneur de Perrien et de Bresseillac et de Jeanne de Lesmais
  16. Toussaint de Perrien étant mort sans enfant, sa sœur Anne de Perrien, veuve depuis 1629 de Vincent Le Moyne de Trévigny, hérita de la seigneurie ; elle mourut en septembre 1675
  17. Catherine Le Moyne de Trévigny, épousa le marquis de Saint-Simon de Courcy de Plémarais, voir http://www.infobretagne.com/saint-hernin.htm
  18. Le manoir de Kerguz (Kergus) est à Saint-Pol-de-Léon
  19. Marie-Gabrielle de Kergus-Troffagant, née le à Saint-Pol-de-Léon, épousa le Aymar-Joseph, comte de Roquefeuil, seigneur de Kerlouet en Plévin, né le à Brest, lieutenant-général des armées navales en 1781, mort le à Bourbonne-les-Bains, voir http://www.infobretagne.com/roquefeuil-vice-amiral.htm. Elle est décédée le à Guingamp.
  20. Terre de Guynement-Keraliou en Saint-Hernin : Aveux (1736), Chartrier de Guilguiffin, Cote 16 J 43, AD029 Site de Quimper.
  21. La seigneurie de Kergorlay ou Guergorlay, une juveigneurie du Poher, dépendait au XIVe siècle de la maison de Montfort-Gaël et s'étendait au XVe siècle sur la totalité des paroisses de Motreff, Spézet, Laz et Trégourez, ainsi que sur des parties de celles de Saint-Goazec, Châteauneuf-du-Faou, Saint-Hernin et Plévin, voir http://www.motreff.fr/accueil_motreff/la_commune/historique
  22. Selon Bertrand de Boussillon, " La Maison de Laval, 1020-1605 : étude historique, accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré", tome 4, 1895-1904, le document se trouve aux archives du département de Loire-Atlantique, voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5535136j/f214.image.r=Sp%C3%A9zet?rk=42918;4
  23. a et b Jean-Baptiste Ogée, A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1845, consultable https://books.google.fr/books?id=9o8DAAAAYAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjm4Jbz1_nOAhXGKMAKHURoBJoQ6AEIHjAA#v=onepage&q=Saint-Hernin&f=false
  24. Histoire des ducs de Bretagne : 3, t. 1, , 508 p. (lire en ligne), p. 248.
  25. François-Marie Luzel, Documents inédits sur la révolte du papier timbré en 1675, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1887 (consulter en ligne).
  26. Personnes en âge de communier
  27. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 4, Nantes, (lire en ligne).
  28. Michel Duval, Forêts bretonnes en Révolution : Mythes et Réalités, Spézet, Nature et Bretagne, (ISBN 2-852570-80-7).
  29. a et b Christiane Le Borgne, « Les ardoisiers de Maël-Carhaix, Saint-Goazec, Motreff, Commana et Gourin », Micheriou Koz, no 17,‎ .
  30. Armand René du Châtellier, Histoire de la Révolution dans les départements de l'ancienne Bretagne, t. VI, .
  31. Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale, t. 12, (lire en ligne).
  32. Jacques Cambry, Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, imprimerie-Librairie du Cercle Social, An VII 1799 (réédition "Société archéologique du Finistère", Quimper, 1999 [ (ISBN 2-906790-04-4)])
  33. Jacques Garreau, Bernard Tanguy et Yves-Pascal Castel, "La Bretagne intérieure", éditions Privat, 1995, (ISBN 2-7089-9082-9).
  34. Jean-François Brousmiche, Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, Société académique de Brest, .
  35. "Bulletin de la Cour impériale de Rennes et des tribunaux du ressort", tome III, années 1866-1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96469893/f57.image.r=Saint-Hernin?rk=2381986;0
  36. Yves-Pascal Castel, Isabelle Barbedor, Claude Quillivic, « reliquaire morphologique : saint Hernin », notice no IM22000875, base Palissy, ministère français de la Culture, 1975.
  37. Rapports du Préfet et délibérations du Conseil général du Morbihan, (lire en ligne).
  38. a et b Claude Théodore Gourdin, né le à Brest, marié le à Motreff avec Marie Louise Tanguy.
  39. Almanach royal et national… : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale, (lire en ligne).
  40. Les Primes d'honneur, les médailles de spécialités et les prix d'honneur des fermes-écoles décernés dans les concours régionaux, (lire en ligne).
  41. Journal d'agriculture pratique, de jardinage et d'économie domestique, (lire en ligne).
  42. André Mori, « En Basse-Bretagne, notes de promenade », Journal des débats politiques et littéraires,‎ (lire en ligne).
  43. Journal des débats politiques et littéraires, no  du 17 octobre 1885 (consulter en ligne).
  44. Impressions : projets, propositions, rapports du Sénat, (lire en ligne).
  45. « Roman. La vie d'un homme ingouvernable », (consulté le 4 janvier 2021).
  46. Mona Thomas, L'homme est ingouvernable, éditions Coop Breizh, (ISBN 2843465737). Ce livre est l'histoire quelque peu romancée de cet instituteur, racontée par son arrière-petite-fille.
  47. Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère, (lire en ligne).
  48. Marie-Paule Kernéis et Bernard Kernéis, « Les écoles de hameaux : deux programmes d'envergure à la fin du XIXe siècle dans le Finistère », Le Lien, Centre généalogique du Finistère, no 151,‎ . Voir aussi le site des auteurs.
  49. Article du journal Ouest-France cité par Josette Jouas, Christian Le Corre et Christiane Jamey, Ces Bretons d'Amérique du Nord, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3605-8).
  50. Paul Loanne, Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies, t. 4, 1890-1905 (lire en ligne).
  51. Josette Jouas, Christian Le Corre et Christiane Jamey, Ces Bretons d'Amérique du Nord, éditions Ouest-France, (ISBN 2-7373-3605-8).
  52. Fanch Broudic, L'interdiction du breton en 1902, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-78-5).
  53. Journal Le Radical no 46 du 15 février 1901 (consulter en ligne).
  54. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 30 octobre 1900, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6390551/f3.image.r=Motreff?rk=450646;0
  55. Le Petit Parisien no 11075 du (consulter en ligne).
  56. « le sanglier du manoir du Couadout » : Le Petit Parisien, no 11324 du (consulter en ligne) et La Croix, no 7543 du 31 octobre 1907 (consulter en ligne).
  57. L'Aurore, , p. 1.
  58. Le Courrier du Finistère, no 1785 du .
  59. a b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=16477
  60. http://www.bddm.org/liv/details.php?id=I.247.
  61. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-m.htm
  62. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-g.htm
  63. http://cerp22.free.fr/Lieuxdememoire22/Mael-Carhaix/Paule%20Croas-Ty-Nevez/1.html
  64. « Décès d'un grand résistant : Daniel Trellu », sur Le Télégramme, (consulté le 4 janvier 2021).
  65. Jean-Jacques Monnier, Résistance et conscience bretonne, Fouesnant, Yoran Embanner, (ISBN 978-2-916579-09-2).
  66. http://www.museedelaresistanceenligne.org/musee/doc/pdf/ressource_source/SHDGR_16P_T.pdf
  67. Le Télégramme de Brest et de l'Ouest, n° du 11 mai 2020.
  68. http://www.archives-finistere.fr/sites/default/files/maires_saint-hernin.pdf
  69. Journal Le Temps n°15075 du 22 septembre 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k237259s/f3.image.r=Saint-Hernin?rk=64378;0
  70. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  71. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  72. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  73. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  74. R. Couffon, « Le calvaire de Kerbreuder, en Saint-Hernin », dans Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome LXXXVIII, année 1962.
  75. https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/le-calvaire-de-kerbreudeur-saint-hernin-2761489 et http://www.saint-hernin.fr/accueil_st_hernin/tourisme/le_patrimoine_religieux
  76. http://www.infobretagne.com/saint-hernin.htm et http://fr.topic-topos.com/eglise-saint-hernin-saint-hernin
  77. Andrew Paul Sandford et Yves Pascal Castel, Patrimoine sacré en Bretagne, éditions Coop Breizh, (ISBN 978-2-84346-576-5).
  78. http://fr.topic-topos.com/ancienne-chapelle-du-couvent-des-carmes-carhaix-plouguer
  79. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-sauveur-saint-hernin
  80. « Château du Kergoat », notice no IA00005015, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. http://fr.topic-topos.com/rouages-de-moulin-saint-hernin

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :